Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médias - Page 3

  • Les abonnés à Scarlet n'auront plus accès à KTO

    IMPRIMER

    Les abonnés à "Scarlet One" ont reçu un courrier les informant que, dès juin 2023, Scarlet One cessera d'exister et sera remplacé par Scarlet Trio.

    L'ancienne sélection de chaînes (Scarlet One) comprenait KTO.

    KTO ne figure plus dans la nouvelle sélection de chaînes (Scarlet Trio).

    L'audience de KTO en Belgique s'en trouvera diminuée et les abonnés n'auront plus qu'à changer de distributeur pour continuer à profiter de leur chaïne favorite.

  • Un documentaire de Disney présente la discussion du pape François avec la génération Z sur les questions LGBTQ, l'avortement, etc.

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur Catholic News Agency :

    Un documentaire de Disney présente la discussion du pape François avec la génération Z sur les questions LGBTQ, l'avortement, etc.

    21 mars 2023

    Disney sortira le 5 avril un nouveau documentaire intitulé "The Pope Answers", diffusant une longue conversation entre le pape François et 10 membres de la génération Z, discutant de la position de l'Église sur les questions LGBTQ+, l'avortement, les abus du clergé, le féminisme, et plus encore.

    Tourné à Rome et réalisé par les cinéastes espagnols de gauche Jordi Évole et Marius Sanchez, le documentaire est entièrement en espagnol et sera diffusé exclusivement sur Hulu aux États-Unis.

    La société de production d'Évole, Producciones del Barrio (Neighborhood Productions), est connue pour des documentaires tels que "Mr. Trump, Pardon the Interruption", qui étudie l'impact des politiques frontalières de Trump sur les communautés hispaniques, et "What You Give Me", qui explore le sens de la vie avec le musicien espagnol Pau Dones, aujourd'hui décédé.

    Évole est également connu pour avoir animé, réalisé et produit l'émission d'information espagnole "Salvados" ("Sauvés", 2008-2019), qui a suscité la controverse en raison de ses critiques et de son humour satirique à l'égard de l'Église catholique. Dans un épisode, Évole a visité le sanctuaire Torreciudad de l'Opus Dei et a été filmé en train de servir d'enfant de chœur à la messe.

    La bande-annonce de "Le pape répond", que vous pouvez regarder ici, montre une conversation informelle entre François et un petit groupe de jeunes qui discutent de certaines des positions les plus controversées de l'Église et de certains des problèmes les plus difficiles de la société.

    Parmi les questions posées par le pape :

    "Savez-vous ce qu'est une personne non binaire ?". 

    "Si je n'étais pas féministe, est-ce qu'il serait mieux d'être chrétien ?" 

    "Que faisons-nous de ces femmes [qui ont avorté], dans l'Église, en tant qu'institution ?"

    À la fin de la conversation, François dit : "J'ai beaucoup appris de vous, cela m'a fait beaucoup de bien et je vous remercie pour ce que vous avez fait."

    Dans un communiqué commun publié le 15 mars, les réalisateurs Évole et Sanchez ont déclaré que le documentaire représentait "une occasion unique de réunir deux mondes qui ne se touchent normalement pas, de voir l'une des personnes les plus influentes du monde dialoguer avec un groupe de jeunes adultes dont la vie heurte parfois de front les postulats de l'Église".

    Ce n'est pas la première fois qu'Évole travaille avec François. Certaines des déclarations les plus connues du pape sont issues d'entretiens avec Évole.

    Dans une interview de 2019 à l'émission "Salvados" d'Évole, François a clarifié la position de l'Église selon laquelle les "tendances homosexuelles ne sont pas un péché ... le péché est l'action, de la pensée, de la parole et de l'acte, avec liberté."

    En 2020, lors de l'émission "The Évole Thing" sur les pandémies, le pape a comparé le coronavirus à la nature "qui nous donne une secousse pour que nous prenions soin de la nature".

    "Il y a un dicton que vous connaissez sûrement : Dieu pardonne toujours, nous pardonnons de temps en temps, la nature ne pardonne jamais, les incendies, les inondations, les tremblements de terre", a-t-il déclaré.

    Lors d'un long entretien en tête-à-tête avec Évole en 2019, François est resté ferme sur sa position selon laquelle l'avortement ne peut jamais être acceptable à aucun moment, même en cas de viol. 

    François a déclaré à Évole qu'il pouvait comprendre le désespoir que la femme dans un tel scénario pouvait ressentir, mais qu'"il n'est pas licite d'éliminer une vie humaine pour résoudre un problème."

    Est-il permis d'engager quelqu'un pour éliminer [l'enfant] ?" a demandé le pape François.

    Peter Pinedo est correspondant de l'ANC à Washington. Diplômé de l'Université Franciscaine, Peter a travaillé auparavant pour Texas Right to Life. Il est premier lieutenant dans la réserve de l'armée américaine.

  • Affaire Jean-Paul II – Le message que les évêques polonais font lire dans les paroisses

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Affaire Jean-Paul II – Message des évêques polonais à lire dans les paroisses

    Attaque sans précédent de l’image de saint Jean-Paul II

    ***

    Ces derniers jours, la personne et l’image de saint Jean-Paul II ont fait l’objet d’une attaque sans précédent, dans la patrie du pape, qui a rendu le nom de la Pologne célèbre dans le monde entier comme aucun autre.

    « Le pape Jean-Paul II, a écrit le maire de Rome à l’occasion de sa béatification, a laissé une marque indélébile dans l’histoire du christianisme et dans l’histoire des peuples d’Europe et du monde entierLe Saint-Père Wojtyla est devenu un symbole, un guide pour les croyants et les non-croyants. Sa participation a été décisive dans le renversement du communisme et de toutes les doctrines qui cherchaient à effacer toute dignité et liberté humaines. De nombreuses nations ont trouvé en lui une grande force, capable de transmettre la beauté de la foi et les valeurs qui lui sont associées. »

    À l’occasion de sa canonisation, le pape François a rappelé que Karol Wojtyla avait grandi pour servir le Christ et l’Église dans sa patrie, la Pologne, avant de partir sur les routes du monde : « Je remercie le peuple polonais et l’Église de Pologne pour le don de Jean-Paul II », a déclaré François, notant que le pape polonais continue de nous inspirer par ses paroles, ses écrits, ses gestes, son style de ministère et ses souffrances vécues avec une espérance héroïque.

    Nous sommes guidés par son dévouement total au Christ, le Rédempteur de l’humanité, et à la Vierge Marie. Saint Jean-Paul II est l’un des plus grands compatriotes de notre histoire. Il est aussi le père de notre liberté. Il a été notre guide comme Moïse : il nous a libérés de l’esclavage, fait traverser la mer Rouge et rappelé les commandements de Dieu. Il s’est inscrit dans la lignée des grands prophètes, puissant en paroles et en actes. Il nous a montré le chemin, nous a protégés du danger, mis en garde contre les pièges du mal et du péché. Jean-Paul II, poète et penseur, appréciait et aimait la culture, l’histoire et la tradition polonaises. Grand et exigeant pédagogue, il a pris soin de l’héritage de la Pologne. Il était issu de cet héritage, il a grandi dans cet héritage et celui-ci l’a façonné. Il en était fier et n’avait pas honte de l’avouer. En même temps, il a été le premier « citoyen » du monde, il est allé vers toutes les nations.

    Il a respecté toutes les cultures, toutes les histoires et toutes les traditions. Il a appelé à l’unité spirituelle de l’Europe et nous a rappelé ses racines chrétiennes, d’où sont issues notre culture et notre civilisation. Ses pèlerinages dans sa patrie ont été de grandes retraites pour la nation, des jalons de notre histoire, un souffle de l’Esprit Saint dans les consciences de compatriotes tourmentés et désorientés. Il a prononcé des paroles qui ont eu un rayonnement déterminant, capables d’orienter l’histoire du pays et le destin de son peuple dans de nouvelles perspectives : « Que ton Esprit descende ! », « Paix à toi Pologne, ma patrie ! », « Chacun doit avoir sa Westerplatte ! » « N’ayez pas peur d’être des saints ! », « Ayez le sens de la miséricorde ! » Ses prédications pontificales, ses visites apostoliques et ses efforts diplomatiques ont contribué à la croissance spirituelle de millions de personnes dans le monde entier. Pour eux, le pape polonais était et reste une référence morale, un maître de la foi et un intercesseur au ciel.

    Face aux tentatives récentes et massives de discréditer la personne et l’œuvre de saint Jean-Paul II, nous lançons un nouvel appel au respect de la mémoire de l’un de nos plus éminents compatriotes. Le processus de canonisation qui a été mené à bien, comprenant aussi une analyse historique approfondie et scientifique, ne laisse aucun doute sur la sainteté de Jean-Paul II. Allons-nous nous laisser priver de ce trésor en raison d’une analyse de journalistes rédigée à partir de documents du service de sécurité communiste ?

    Cette analyse a été réalisée sans tenir compte des travaux universitaire, de manière partiale, souvent non historique, sans connaissance du contexte, d’autres documents, rapports ou études existants. Les documents du service de sécurité communiste montrent surtout l’étendue de la surveillance du cardinal Karol Wojtyła. Nous ne pouvons admettre une version des faits où ceux qui se sont opposés à la dictature communiste devraient avoir honte et se justifier, au lieu de ceux qui ont surveillé les citoyens, rédigé des fiches individuelles, collaboré avec le régime communiste, persécuté les croyants et violé la conscience des gens.

    Le jugement de l’Église sur la sainteté d’une personne ne se fait pas sur la base de ses décisions ou absence de décisions individuelles. Elle prend en compte l’ensemble de la vie et des actes d’une personne et les fruits qui en découlent. En tant que pape, saint Jean-Paul II a qualifié les abus sur mineurs de crimes les plus graves.

    Il a demandé à tous les épiscopats du monde d’adopter des dispositions particulières pour traiter de tels cas. Fidèles à ses instructions, nous nous préoccupons aujourd’hui de la protection des jeunes au sein des structures ecclésiales. Nous sommes tenus d’écouter et d’apporter une aide concrète à tous ceux qui sont blessés par le peuple de l’Église. Nous remercions tous ceux qui, avec beaucoup de courage et de fermeté, défendent le nom de saint Jean-Paul II.

    Nous vous exhortons à ne pas utiliser la figure du pape polonais à des fins politiques actuelles. Nous vous encourageons à prier par l’intercession de saint Jean-Paul II pour notre Église et notre communauté nationale. Ne nous laissons pas priver du sentiment de fierté et de joie d’appartenir à l’Église du Christ. Ne nous laissons pas diviser, défendons ensemble nos valeurs les plus chères.

    394Assemblée plénière de la Conférence épiscopale polonaise le 14 mars 2023

  • Le pape François et la décennie de la division

    IMPRIMER

    Une opinion de Ross Douthat publiée sur The New York Times :

    Le pape François et la décennie de la division

    19 mars 2023

    La saison du Carême est arrivée, ainsi que le moment de commémorer le dixième anniversaire de l'ascension de François au trône papal - une conjonction appropriée, étant donné que ce sont des jours de tribulation pour son pontificat.

    Il y a la guerre sur deux fronts que Rome mène à propos de la doctrine et de la liturgie, alors qu'elle tente de déloger les traditionalistes de la messe en latin de l'Église catholique tout en empêchant plus diplomatiquement les évêques libéraux allemands de provoquer un schisme sur le flanc gauche du catholicisme.

    Il y a l'exemple plus récent, dans l'affaire louche du prêtre jésuite Marko Rupnik, d'ecclésiastiques bien connectés accusés d'abus sexuels qui semblent à l'abri des règles et des réformes censées limiter leur ministère.

    Et puis il y a les chiffres sombres de l'Église de l'ère François, comme la chute accélérée du nombre d'hommes étudiant la prêtrise dans le monde entier, qui a atteint un sommet au début du pontificat de François et n'a cessé de décliner depuis. Ou encore la situation financière sombre, suffisamment grave pour que le Vatican demande des loyers plus élevés aux cardinaux afin de compenser des années de déficits.

    Dans la presse laïque, l'image de François comme grand réformateur a été établie dès le départ et, lorsque des preuves du contraire sont apparues, la réponse a souvent été un silence décent. La plupart du temps, ses détracteurs conservateurs se sont contentés de dresser des listes d'ecclésiastiques accusés d'abus qui ont bénéficié d'un traitement de faveur de la part de ce pontife, de revenir sur les échecs de la réforme financière et sur l'absence de renouveau manifeste dans les bancs, ou de souligner qu'un pontificat qui promettait de rendre l'Église moins autoréférentielle, moins égocentrique, a au contraire produit des résultats qui sont loin d'être à la hauteur des attentes, moins égocentrique, a au contraire produit une décennie d'âpres débats internes et de plus grandes divisions théologiques, tandis que le verbiage officiel du catholicisme est accueilli avec une indifférence frappante par le reste du monde.

    Quant à la polarisation évidente de l'Église, les admirateurs du pape, au moins, ont leur propre version : le problème réside dans la résistance des catholiques conservateurs, en particulier des catholiques conservateurs américains, qui ont bloqué, entravé et saboté son pontificat, au mépris de l'Esprit Saint et de l'autorité légitime de Rome. La droite catholique a déclenché une guerre civile et blâmé injustement le pape, et ses échecs apparents en matière de gouvernance et de leadership ne font que témoigner de la difficulté d'une réforme véritable et profonde.

    J'ai quelques raisons personnelles de ne pas être d'accord avec cette version : j'ai été l'un des premiers sceptiques à l'égard du pape François, craignant plus ou moins le type d'effondrement auquel nous assistons, et mes doutes se sont heurtés à une opposition initiale intense de la part de nombre de mes coreligionnaires catholiques conservateurs, qui étaient assez réticents à imaginer une quelconque entente entre eux et Rome. Le fait que nombre d'entre eux aient fini par s'opposer semble donc être une conséquence des méthodes spécifiques utilisées par François pour mener sa libéralisation, plutôt qu'une opposition réflexe à tout ce qui sort de sa zone de confort.

    Lire la suite

  • L'avortement et la "culture du jetable" : la décennie du pape François sur les questions de vie

    IMPRIMER

    De Lauretta Brown sur le National Catholic Register :

    L'avortement et la "culture du jetable" : la décennie du pape François sur les questions de vie

    Examen de l'approche du pape sur les questions de vie à l'occasion des dix ans de son pontificat.

    17 mars 2023

    Le pape François a parlé d'une seule voix sur la dignité de la vie humaine au cours des dix années de son pontificat, fournissant un cadre distinctif qui relie des maux graves comme l'avortement au mépris général de la société pour la vie humaine lorsqu'elle est considérée comme un inconvénient.

    Il a condamné à plusieurs reprises l'avortement comme une manifestation majeure de la "culture du jetable" d'aujourd'hui, le qualifiant carrément de "meurtre" en 2021 et, plus tôt en 2018, le comparant à "l'embauche d'un tueur à gages" pour résoudre un problème. Mais si cette rhétorique frappante a retenu l'attention, les observateurs notent que, dans l'ensemble, François a fait de l'opposition à l'avortement une priorité beaucoup moins importante que ses prédécesseurs immédiats, le pape saint Jean-Paul II et le pape Benoît XVI. En outre, la volonté du pape de permettre à certaines personnes favorables aux droits de l'avortement d'occuper des postes au Vatican a suscité la confusion et l'inquiétude de certains catholiques.

    Les autres actions clés du Saint-Père sur les questions de vie comprennent la modification de la formulation du Catéchisme de l'Église catholique en ce qui concerne la peine de mort, le renforcement de son rejet de la peine de mort et l'expression de préoccupations concernant le traitement par la société des personnes âgées, des personnes handicapées et des pauvres.

    Lucia Silecchia, professeur de droit à l'Université catholique d'Amérique, qui écrit sur le droit des personnes âgées et la pensée sociale catholique, a déclaré au Register que la "culture du jetable" est une "expression puissante" que le pape utilise pour souligner que "nous ne pouvons pas être vraiment préoccupés par le fait de jeter ou de se débarrasser de choses physiques ou matérielles sans être d'abord conscients, avec une sobre contrition, de toutes les façons dont nous pouvons "jeter" des personnes vulnérables - les enfants à naître, les personnes très âgées, les très jeunes, ceux qui sont malades ou qui vivent avec des handicaps". 

    Des mots forts

    Charles Camosy, bioéthicien et théologien moral qui enseigne à la faculté de médecine de l'université de Creighton, a déclaré au Register que "le principe d'organisation du pape consistant à résister à la culture du jetable est une contrepartie importante de la résistance de saint Jean-Paul II à la culture de la mort", car "il nous aide à comprendre comment le refus d'aider - et pas seulement le meurtre actif - devrait être une préoccupation centrale du mouvement pro-vie". 

    M. Camosy a fait l'éloge de certains des mots forts que le pape a utilisés pour s'opposer à l'avortement au fil des ans. Outre la comparaison avec les "tueurs à gages", il a fait référence au commentaire de François en 2018 sur le ciblage des bébés à naître handicapés pour l'avortement, où il a déclaré : "Au siècle dernier, le monde entier a été scandalisé par ce que les nazis faisaient pour maintenir la pureté de la race. Aujourd'hui, nous faisons la même chose, mais avec des gants blancs." 

    Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas City (Kansas), qui a présidé le comité pro-vie des évêques américains de 2017 à 2021, a reçu quelques éclaircissements directement du pape François sur la centralité de la question de l'avortement à la suite du débat des évêques américains sur le langage de l'avortement en tant que "priorité prééminente" pour les électeurs catholiques lors de leur réunion de l'automne 2019. Il a rencontré le pape en janvier 2020 et a évoqué "la façon dont certains des évêques de la conférence qui prétendaient parler au nom du pape disaient que ce langage était anti-François." 

    Il a dit à François que certains évêques pensaient que lui et d'autres rendaient l'avortement "trop important". Le pape a répondu : "Sans ce droit, aucun autre droit n'a d'importance ; bien sûr, il est prééminent". 

    L'archevêque s'est dit "reconnaissant" de la manière dont le pape "a parlé clairement de la protection des enfants innocents à naître". Il a ajouté que le pape avait utilisé des "termes très convaincants" pour aborder cette question et a souligné que lorsque le Saint-Père a été interrogé sur l'avortement, "il a posé deux questions : Est-ce qu'il est juste de tuer un enfant pour résoudre un problème et est-ce qu'il est juste d'engager quelqu'un pour tuer un enfant pour résoudre un problème ?

    Lire la suite

  • Sur la désacralisation de nos sociétés

    IMPRIMER

    Sur VA Plus (youtube) :

    Sonia Mabrouk publie "Reconquérir le sacré", un livre qui vient pointer l'exception occidentale du reniement du sacré. Qu'il soit religieux, mémoriel ou même républicain, la désacralisation de nos sociétés a participé à leur perte de repères. Le livre de la journaliste d'Europe 1 et de CNews a déjà fait vivement réagir, notamment dans l'émission "Quelle époque" animée par Léa Salamé. La présentatrice s'est vue reprocher son goût pour la sacralité de la messe traditionnelle en latin. Nous avons donc invité Sonia Mabrouk à répondre aux questions de Laurent Dandrieu et ce, en compagnie du Père Danziec, chroniqueur et prêtre "tradi", disant cette fameuse messe en latin.

  • Retour sur la campagne visant à discréditer la mémoire de Jean-Paul II

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Une campagne très orchestrée contre Jean-Paul II sous le prétexte d’abus

    Une émission de télévision, un livre avec des accusations contre saint Jean-Paul II, deux réactions d’évêques polonais : analyse et réflexions

    Des documents des services secrets de l’époque communiste polonaise ont été utilisés comme sources privilégiées pour l’émission, et la conclusion – selon le journaliste et la chaîne de télévision – est que l’archevêque Wojtyla a cherché à dissimuler les abus et les agresseurs.

    Deux jours plus tard, dans la même semaine, Ekke Overbeek, journaliste néerlandais, a rendu public le livre « Maxima culpa : Jean-Paul II savait ». Le livre était accompagné d’une lettre introductive aux lecteurs. Dans le même temps, la couverture du magazine Newsweek présentait une photo de Jean-Paul II avec le titre « The Hidden Truth about Paedophilia » (La vérité cachée sur la pédophilie). Le livre approfondit les accusations de dissimulation de Jean-Paul II lorsqu’il était archevêque de Cracovie.

    La même semaine, d’autres médias, comme le journal progressiste de gauche Gazeta Wyborcza, ont lancé des accusations d’abus contre le prédécesseur de Mgr Wojtyla, le cardinal Adam Sapieha, suggérant même une relation entre les deux hommes. Les accusations contre le cardinal Sapieha sont fondées sur les affirmations d’un prêtre collaborateur du régime communiste, Anatol Boczek qui a, en réalité, fait des déclarations aux services secrets polonais de l’époque (sources utilisées par le journaliste de l’émission télévisée et également pour le livre), après que Sapieha l’avait suspendu précisément pour ce collaboration au communisme. Ces accusations ont déclenché un débat public qui s’est terminé au Parlement.

    Le mercredi 8 mars dernier, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a défendu publiquement la réputation de Jean-Paul II, qualifiant de « très douteuses » les accusations portées contre le souverain pontife. « Je défends notre pape parce que, en tant que nation, je sais que nous devons beaucoup à Jean-Paul II. Peut-être lui devons-nous tout ! » a-t-il déclaré. Il a également souligné que ceux qui ont lancé ces accusations proviennent de milieux qui promeuvent une guerre culturelle dans le pays.

    Le lendemain, le jeudi 9 mars, le Parlement polonais a voté une résolution pour défendre le nom de Jean-Paul II : le Parlement « condamne énergiquement la campagne médiatique honteuse, fondée dans une large mesure sur des documents d’un régime communiste violent, dont le grand pape saint Jean-Paul II fait l’objet, le plus grand Polonais de l’histoire », indique la résolution. Dans une autre partie, il ajoute : « Nous ne permettrons pas la violation de l’image d’un homme que le monde libre tout entier reconnaît comme un pilier de la victoire sur l’empire du mal. »

    Lire la suite

  • L'éditorialiste du Figaro souligne "les paradoxes d'un pape"

    IMPRIMER

    Un éditorial d'Etienne de Montety publié sur le site du Figaro (via Il Sismografo)  :

    Dixième anniversaire du pontificat de François: «Les paradoxes d’un pape»

    Cela fait dix ans qu’au coup de tonnerre provoqué par la renonciation de Benoît XVI a succédé la surprise de l’élection d’un pape venu d’Argentine, «presque du bout du monde», avait-il commenté. Rapidement, François a imposé son style personnel, moins charismatique que Wojtyla, moins solennel que Ratzinger, caractérisé notamment par une communication très libre, faite de déclarations à l’emporte-pièce qui ont pu nourrir polémiques ou incompréhensions.

    Le chef de l’Église catholique s’est vite imposé dans le concert international par des prises de parole qui ont replacé l’Église dans sa mission d’«experte en humanité»: l’encyclique Laudato si a imposé l’idée d’une écologie intégrale où il faut prendre soin de la planète et de l’homme, notamment le pauvre, l’enfant à naître, le vieillard (menacés par ce qu’il a appelé «la culture du déchet»). Par son voyage à Lampedusa et ses multiples exhortations, il a éveillé le monde au drame des migrants se noyant en mer, sous l’œil cynique des passeurs et celui embarrassé des Européens.

    Cette aura n’exclut pas que soient apparus des paradoxes en interne. Le pape, qui a lancé une grande réflexion sur la «synodalité» (responsabilité partagée), voit celle-ci conduire l’Église en Allemagne sur une pente fatale: vers la sécession? Et le pourfendeur du «cléricalisme» est aussi celui qui peut décider seul et autoritairement, là où la collégialité serait requise. Résultat: des mesures inopinées prises à l’encontre de ces champions de la charité que sont l’Ordre de Malte ou Caritas Internationalis. La possibilité de célébrer en «rite extraordinaire» a également été restreinte unilatéralement, court-circuitant l’autorité des évêques locaux vis-à-vis des communautés concernées.

    Il crève les yeux que la réforme est urgente pour de nombreux pans de l’institution, notamment en Europe, où l’Église est en proie aux crises, aux scandales et au démon de l’acédie. François pense que la meilleure réponse est d’aller de l’avant. «Duc in altum», commandait le Christ à ses apôtres. Il «avance au large», donc, sans ménagement. Au risque de déconcerter, quand ce n’est pas blesser, des prêtres et des laïcs, souvent parmi les plus loyaux des fidèles.

  • Dix années qui ont beaucoup détruit et presque rien créé

    IMPRIMER

    De Dan Hitchens sur First Things :

    DIX ANS DE PAPE FRANCOIS

    13 mars 2023

    Dix ans après le pontificat du pape François - il a salué pour la première fois depuis le balcon de Saint-Pierre le 13 mars 2013 - il a été analysé, loué, critiqué et interviewé ad nauseam. Il a commencé la décennie en étant adulé par les médias du monde entier et l'a terminée en étant dénoncé par Jordan Peterson. Des livres, des articles, des discussions sur Twitter ont jailli de cerveaux surchauffés. Pourtant - et je m'inclus dans le lot - personne, absolument personne, n'a réussi à le comprendre.

    Pendant un certain temps, dans ces premiers jours grisants, l'explication semblait assez simple : c'était un jésuite orthodoxe rude et prêt, un vétéran du travail pastoral réel dans les barrios de Buenos Aires, qui était prêt à prendre des risques et à faire des déclarations provocantes au service de l'Évangile. Il acceptait les doctrines les plus dures de l'Église sans poser de questions et les proclamait sans broncher, mais il voyait qu'elles risquaient de ne pas être entendues si elles n'étaient pas prêchées avec un véritable radicalisme : le radicalisme de Jésus-Christ, qui a dîné avec des collecteurs d'impôts et des prostituées, qui a choqué les religieux respectables de son époque par ses paroles scandaleuses, qui a vécu parmi les plus pauvres des pauvres et qui a fait de leur vie la sienne. 

    Cela aurait été bien. Mais c'est loin de décrire les dix dernières années. Au lieu de cela, la simplicité de l'enseignement de notre Seigneur a été presque enterrée sous une avalanche d'interviews non officielles, de documents semi-officiels, de notes de bas de page à moitié oubliées et d'apartés sibyllins, le tout au service d'une ambiguïté déconcertante. L'histoire a été racontée si souvent - par les cardinaux les plus haut placés (ici et ici), les théologiens et philosophes les plus sérieux (ici, ici, ici, ici, ici et ici), les observateurs journalistiques les plus perspicaces (ici, ici et ici) - qu'il n'est guère utile de la répéter. Il suffit de dire que le commentaire définitif sur l'époque a été donné par cette penseuse merveilleusement succincte qu'est Alice von Hildebrand lorsqu'elle a fait la remarque suivante : "Je prie Dieu de me prendre avant que je n'aie le temps de m'embrouiller".

    Le pape est-il donc, pour reprendre une deuxième théorie, un catholique libéral avec un plan astucieux ? En parlant de manière si ambiguë de doctrines telles que l'indissolubilité du mariage, la nécessité de l'Église pour le salut et l'immoralité de la contraception, a-t-il préparé le terrain pour l'abandon de ces enseignements en faveur d'une bouillie humanitaire édifiante ? En promouvant des personnalités aussi rebelles et dogmatiquement contestées que les cardinaux Hollerich et McElroy, a-t-il effectivement montré qu'il souhaitait refaire l'Église à leur image ?

    Encore une fois, la preuve ne va pas plus loin. En effet, le pape François a aussi, de temps à autre, brisé les espoirs des libéraux - refusant d'imposer des clercs mariés "viri probati" à l'Amazonie, approuvant la condamnation par la CDF des bénédictions homosexuelles, serrant le poing lors du synode allemand. De temps en temps, il fait appel avec une profonde émotion à des thèmes aussi peu libéraux que la réalité effrayante de l'activité démoniaque et la place centrale de la Sainte Vierge dans la vie chrétienne. Ce n'est pas ainsi que le pape James Martin - que Dieu nous préserve - se conduirait dans l'exercice de ses fonctions.

    Cette contradiction a conduit certains observateurs à suggérer une troisième théorie : que ce pontificat est mieux compris, non pas en termes de croyances qui l'animent, mais comme la poursuite et la conservation d'un pouvoir pur et simple. Il est amusant de constater que la sympathie pour cette théorie unit les critiques traditionalistes purs et durs du pape à un commentateur aussi sophistiqué que le romancier irlandais Colm Toíbín, qui écrit dans la London Review of Books que François s'inscrit dans la tradition argentine du péronisme. "Tout l'intérêt du péronisme réside dans le fait qu'il est impossible de l'épingler", écrit Toíbín. "Être péroniste ne signifie rien et tout à la fois. Cela signifie que l'on peut parfois être d'accord avec les choses mêmes que, dans d'autres circonstances, on n'approuve pas vraiment". 

    Les adeptes de la théorie péroniste soulignent le nombre curieux d'incompétents, d'énergumènes et d'agresseurs sexuels qui se sont attirés les faveurs du pape. Cela ne suggère-t-il pas qu'il aime avoir près de lui des personnes qui dépendent totalement de lui - une stratégie dictatoriale classique ? Une fois de plus, il y a la décadence de l'État de droit à Rome, qui a amené le cardinal George Pell, l'ancien tsar des finances du pape, à déclarer que le Vatican est "sans loi". On pourrait également noter que, à la manière d'une véritable tyrannie, des institutions fortes ont dû être déstabilisées ou dissoutes dans d'autres pays. L'Ordre de Malte, la communauté de la messe en latin, l'église souterraine de Chine, les maisons religieuses contemplatives, l'Académie pontificale pour la vie - partout où ce pontificat trouve quelque chose de solide, il le fait fondre dans l'air.

    Mais j'hésite sur la théorie du dictateur. En partie pour des raisons sentimentales : Il ne fait aucun doute que les catholiques peuvent critiquer le pape dans certaines circonstances inhabituelles, et il ne fait aucun doute que les circonstances actuelles sont bien plus qu'inhabituelles. Néanmoins, il reste le père de tous les catholiques, le descendant direct de saint Pierre à qui les clés du royaume des cieux ont été remises, et il mérite non seulement mon amour, mais aussi le bénéfice du doute aussi longtemps que je pourrai le lui accorder. Il est difficile de croire à un compte rendu aussi cynique d'un pontificat qui a parfois été le contraire du cynisme : surtout lorsque le pape est revenu à son grand thème de la "société du jetable", sa position solitaire contre un système mondial qui, des ateliers clandestins aux cliniques d'euthanasie, traite les personnes vulnérables non pas comme l'image du Christ, mais comme des déchets inutiles. Cette magnifique critique sera l'un de ses héritages les plus significatifs.  

    Y aura-t-il d'autres héritages positifs de ce pontificat ? Je pense que nous sommes obligés de prier pour qu'il y en ait. Quant à la première décennie, malgré le mystère qui l'entoure, son héritage peut se résumer simplement : dix années qui ont beaucoup détruit et presque rien créé.

  • Le pape François : L'idéologie du genre est "l'une des colonisations idéologiques les plus dangereuses" aujourd'hui

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le pape François : L'idéologie du genre est "l'une des colonisations idéologiques les plus dangereuses" aujourd'hui
     
    11 mars 2023

    Le pape François a déclaré que l'idéologie du genre est "l'une des colonisations idéologiques les plus dangereuses" aujourd'hui.

    Dans un entretien avec la journaliste Elisabetta Piqué pour le quotidien argentin La Nación, le pape François a expliqué le raisonnement qui sous-tend cette déclaration forte.

    "L'idéologie du genre est aujourd'hui l'une des colonisations idéologiques les plus dangereuses", a déclaré le pape François dans l'entretien publié dans la soirée du 10 mars.

    "Pourquoi est-elle dangereuse ? Parce qu'elle estompe les différences et la valeur des hommes et des femmes", a-t-il ajouté.

    "Toute l'humanité est la tension des différences. C'est à travers la tension des différences qu'il faut grandir. La question du genre dilue les différences et rend le monde identique, tout terne, tout semblable, ce qui est contraire à la vocation humaine."

    Le pape François a souvent utilisé le terme de "colonisation idéologique" au cours des dix années de son pontificat, en particulier pour décrire les cas où l'aide financière aux pays en développement a été liée aux contraceptifs, à l'avortement, à la stérilisation et aux idéologies de genre.

    Lors d'une conversation avec des évêques polonais en 2016, le pape François a déclaré : "Aujourd'hui, les enfants - les enfants - apprennent à l'école que chacun peut choisir son sexe. Pourquoi enseignent-ils cela ? Parce que les livres sont fournis par les personnes et les institutions qui vous donnent de l'argent. Ces formes de colonisation idéologique sont également soutenues par des pays influents. Et c'est terrible !"

    Le pape a déclaré à Mme Piqué qu'il n'était pas en train de rédiger une nouvelle encyclique et a nié qu'on lui ait demandé d'écrire un document sur le thème du genre.

    S'il n'est pas en train d'écrire quelque chose sur l'idéologie du genre, le pape a déclaré qu'il parlait de ce sujet "parce que certaines personnes sont un peu naïves et croient que c'est la voie du progrès".

    Il a ajouté qu'elles "ne distinguent pas ce qui est respect de la diversité sexuelle ou des diverses préférences sexuelles de ce qui est déjà une anthropologie du genre, qui est extrêmement dangereuse parce qu'elle élimine les différences, et qui efface l'humanité, la richesse de l'humanité, à la fois personnelle, culturelle et sociale, les diversités et les tensions entre les différences".

    Le pape a souligné qu'il fait toujours la distinction "entre ce qu'est la pastorale pour les personnes qui ont une orientation sexuelle différente et ce qu'est l'idéologie du genre".

    "Ce sont deux choses différentes", a-t-il ajouté.

    Lorsque Mme Piqué a demandé au pape François s'il savait qu'en Argentine, on demandait aux gens d'indiquer sur les formulaires officiels s'ils étaient de sexe masculin, féminin ou non binaire, le pape a répondu que cela lui rappelait le roman "futuriste" Lord of the World, écrit par Mgr Robert Hugh Benson en 1907.

    Il a déclaré que le livre présente l'idée d'"un avenir dans lequel les différences disparaissent et où tout est identique, tout est uniforme, un seul dirigeant du monde entier".

    Dans l'interview accordée à La Nación - la troisième interview papale publiée le 10 mars - le pape François est également revenu sur les dix ans de son pontificat, ses préoccupations concernant la guerre en Ukraine et la raison pour laquelle il ne s'est pas rendu dans son pays natal, l'Argentine.

    À quelques jours du 10e anniversaire de son pontificat, le 13 mars, le pape s'est dit particulièrement heureux de l'héritage de sa "ligne pastorale de pardon et de compréhension des gens, pour faire de la place à tous dans l'Église".

    Interrogé sur les erreurs qu'il aurait pu commettre au cours des dix dernières années, le pape a regretté d'avoir parfois perdu patience.

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour l'Agence de presse catholique. Diplômée de l'université de Harvard, elle a réalisé des reportages dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Lettre ouverte à propos des dénonciations devenues folles dans l'Eglise

    IMPRIMER

    Lettre ouverte à propos des dénonciations devenues folles dans l'Eglise (23 mn) 

    https://youtu.be/dy86kmBsWLw 

    Arnaud Dumouch, 10 mars 2023 

    Des évêques perdus, paralysés par la peur d'être dénoncés dans le journal "La Croix" pour passivité. 

    Des promesses épiscopales d'indemnités en argent si on dénonce.  

    Des dénonciations souvent calomnieuses, prises comme paroles d'évangile, sans vérification, sans possibilité de se défendre, souvent relayées par une Presse catholique se croyant vertueuse. 

    Des suicides de prêtres. 

    Des dénonciations de morts, comme aux pires époques du IX° s et des procès cadavériques.  

    Des commissions d'experts se proclamant "psychiatres", posant des diagnostiques sur des prêtres morts depuis longtemps, au mépris de la science médicale qui doit rencontrer le patient.  

    Cette lettre est un appel aux évêques pour qu'ils se reprennent, usent de leur autorité et obéissent aux directives canoniques données par le pape François en cas de suspicion de crime.

  • Le pape François jette encore un peu plus de confusion sur la réception de la Sainte Communion dans une nouvelle interview

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSiteNews :

    Le pape François jette un peu plus de confusion sur la réception de la Sainte Communion dans une nouvelle interview

    Dans une nouvelle interview, le pape François a mis en doute l'enseignement catholique interdisant aux homosexuels pratiquants et aux personnes divorcées et remariées de recevoir la Sainte Communion.

    10 mars 2023

    Dans une interview accordée au média argentin infobae, le Pape François a émis de nouveaux commentaires déroutants sur l'homosexualité et les personnes divorcées et " remariées ", semblant déclarer que ces personnes peuvent recevoir la Sainte Communion sans clarification.

    Cette nouvelle interview a été publiée à l'occasion du dixième anniversaire de l'accession du souverain pontife au trône, et constitue l'une des nombreuses initiatives de ce type qui ont lieu actuellement pour marquer l'événement. 

    Homosexualité : Dieu veut "tout le monde à l'intérieur

    Compte tenu des commentaires réguliers du pape sur l'homosexualité, qui ont semé la confusion pendant un certain temps, infobae a interrogé le souverain pontife sur la réception de la Sainte Communion pour les homosexuels. "En laissant de côté le choix ou la préférence sexuelle, une personne qui s'est conformée au reste des prescriptions de l'Église pourrait-elle recevoir la communion ?

    François a rappelé ses prises de position les plus notables sur la question, depuis son fameux commentaire de 2013 "qui suis-je pour juger" jusqu'à ses récentes remarques dans une interview de janvier condamnant les lois anti-sodomie. Il a réitéré son opposition à ces lois, qualifiant les lois criminalisant l'homosexualité de "problème grave".

    S'arrêtant ensuite, avant de se recentrer apparemment sur la question de l'admission des personnes pratiquant l'homosexualité à la Sainte Communion, François a déclaré : "La grande réponse a été donnée par Jésus : tout le monde. Tout le monde. Tout le monde à l'intérieur". 

    "Quand les invités ne voulaient pas aller au banquet, il fallait aller au carrefour et appeler tout le monde", a-t-il dit, en s'inspirant de manière sélective du passage de l'Évangile. "Les bons, les mauvais, les vieux, les jeunes, les jeunes hommes, les jeunes garçons : tout le monde. Tout le monde. Et chacun résout ses positions devant le Seigneur avec la force qu'il a".

    François a réitéré ses commentaires de 2013 "qui suis-je pour juger", en développant sa suggestion apparente que la Sainte Communion devait être disponible pour tout le monde :

    C'est une Eglise de pécheurs. Je ne sais pas où se trouve l'église des saints, ici nous sommes tous pécheurs. Et qui suis-je pour juger une personne si elle a de la bonne volonté ? S'il appartient à la bande du diable, eh bien, défendons-le un peu.

    Il a dénoncé l'attention portée actuellement aux questions d'homosexualité, affirmant qu'au contraire, le Christ appelle "tout le monde". François a également décrit une situation dans laquelle l'individu ne semble pas disposer de son libre arbitre, affirmant que "parfois nous voulons [résoudre une relation avec Dieu] et parfois nous ne le pouvons pas".

    Je pense qu'il faut aller à l'essence même de l'Évangile : Jésus appelle tout le monde et chacun résout sa relation avec Dieu comme il le peut ou comme il le veut. Parfois nous le voulons, parfois nous ne le pouvons pas, mais le Seigneur attend toujours.

    En termes clairs, cependant, l'Église catholique enseigne que les actes homosexuels sont des "actes de grave dépravation", qualifiant ces actes d'"intrinsèquement désordonnés" et de "contraires à la loi naturelle" puisqu'ils "ferment l'acte sexuel au don de la vie". En outre, le droit canonique stipule qu'en aucun cas ceux qui persistent dans un péché grave et manifeste ne peuvent recevoir la Sainte Eucharistie.

    Lire la suite