Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médias - Page 2

  • Ce que l'Eglise a apporté aux Indiens des Amériques (KTO)

    IMPRIMER

    De KTO télévision :

    Ce que l’Eglise a apporté aux amérindiens

    04/04/2024

    On imagine volontiers la colonisation des Amériques comme une période sombre de l’histoire de l’Eglise, marquée par la persécution des indigènes, la destruction des temples et des idoles, les massacres et les baptêmes forcés. Bien que les violences inhérentes à la colonisation ne peuvent être niées, il s’agit d’une image trompeuse de la réalité historique. Loin de toujours s’opposer, les coutumes amérindiennes et les croyances chrétiennes ont souvent coexisté en bonne intelligence. L’émission Au Risque de l’Histoire propose de revenir sur les relations complexes entre l’Eglise et les populations amérindiennes pendant la colonisation. « Il n’y a pas eu de véritable rupture entre les anciennes croyances et le christianisme. Très vite, ces croyances ont été considérées comme relevant de la coutume et l’Eglise les a laissé être pratiquées. Elles ne sont donc pas en opposition avec des croyances chrétienne mais simplement à côté », explique Carmen Bernand, historienne et ethnologue. « L’Eglise accepte rapidement les appropriations et même les innovations populaires. Ce va-et-vient entre créativité populaire et hiérarchie, dès l’époque du Concile de Trente, est vraiment ce qui fait la force de l’Église en Amérique latine », ajoute Serge Gruzinski, Directeur de recherche émérite au CNRS.

  • La Résurrection est nôtre

    IMPRIMER

    Introït de la Messe du saint Jour de Pâques 

    Resurrexi et adhuc tecum sum, alleluia : posuisti super me manum tuam, alleluia : mirabilia facta est scientia tua, alleluia, alleluia.

    Je suis ressuscité et me voici encore avec vous, alleluia : tu as pour jamais posé ta main sur moi, alleluia : merveilleuse est apparue ta sagesse, alleluia, alleluia.

    Ps. Domine, probasti me et cognovisti me. Tu cognovisti sessionem meam et resurrectionem meam

    Tu m’as éprouvé, Seigneur et tu m’as connu. Tu as connu mon coucher et ma résurrection (Ps. 138)

    LA RESURRECTION EST NÔTRE 

    VE PN 102 article la résurrection est nôtre 1 icône.jpg

    Le chrétien fidèle à son incorporation au Christ par le baptême ressuscitera pour le rejoindre au lumineux bonheur du Ciel.

    La perception de notre mortalité, qui s’impose à chacun de nous au quotidien, et parfois bien lourdement, peut certes venir se dresser comme un écran bien sombre faisant obstacle à notre foi en cette vérité : ainsi s’en trouve-t-il, malheureusement en trop grand nombre, de ces disciples rachetés par le Christ, qui vivent dans l’affliction, comme ceux qui n’ont pas d’espérance (cf. 1 Th 4, 12). Et quant à ceux qui professent au moins en théorie une vraie espérance, ils ne l’ont pas toujours bien chevillée au cœur, de sorte qu’elle ne produit plus chez eux les heureux fruits de souriante paix dont elle regorge en fait.

    Or, pour peu que l’on examine le fondement de ce point qui sert en quelque sorte de charpente à notre vie d’ici-bas, il se révèle on ne peut plus assuré. Osons cette image, dont nous pensons que l’argumentation proposée un peu plus bas montrera la pertinence : il ne s’agit pas d’un simple vernis laqué, mais de ce que les gens de métier appellent une coloration dans la masse, une couleur indissociable du matériau auquel elle donne éclat. Expliquons-nous.

    Lire la suite

  • Egliseinfo.be recense plus de 4000 célébrations de Pâques en Belgique francophone

    IMPRIMER

    Communiqué de presse d'Egliseinfo.be :

    2024_03_27_09_13_27_Greenshot.png

     

     

     

     

    Pour son 10ème anniversaire, la première start-up catho recense plus de 4.000 célébrations de Pâques en Belgique francophone

    Liège, le 26 mars 2024.

    Egliseinfo.be, le GPS des clochers en Belgique francophone, annonce que sa plateforme internet collaborative et gratuite propose plus de 4.000 offices et messes de la semaine Sainte et de Pâques 2024.

    Cela concerne 350 unités pastorales, les aumôneries d'hôpitaux et toutes les abbayes de Belgique francophone regroupant plus de 2.500 clochers. Ces célébrations de Pâques rassemblent des centaines de milliers de belges.

    Conférence de presse du 26 mars dans la salle du chapitre de la cathédrale saint-Paul de Liège

    500.000 recherches par an

    Lancée à Pâques 2014 par des laïcs dans le but de faciliter la recherche des horaires de messes en Belgique francophone, la 1ère start-up catholique egliseinfo.be est devenue la plateforme de référence pour la localisation des clochers et des horaires de messes. La plateforme reçoit 500.000 recherches par an qui génèrent 2 millions de pages vues. C’est un des 3 sites catholiques belges francophones les plus fréquentés. Également fort présente sur les réseaux sociaux, egliseinfo.be a une couverture d’environ 1 million de contacts par an sur Facebook et Instagram.

    2024_03_27_09_08_36_Greenshot.png

    « Nous observons pour le moment une croissance de +12% du nombre de recherches d’horaires de messes et d’offices de la semaine Sainte par rapport à 2023. Nous dépassons les niveaux d’avant COVID. C’est aussi lié aux habitudes de recherche d’informations sur les moteurs internet. Cette évolution est réjouissante et illustre la vigueur de l’Eglise catholique en Belgique francophone », dit Jacques Galloy, initiateur de la plateforme egliseinfo.be. Lors de son voyage au Canada, le pape François avait insisté sur la nécessité pour tout chrétien de « développer une créativité pastorale pour aller vers les gens là où ils vivent, sans attendre qu'ils viennent. ».

    Forte implication de nombreux volontaires

    Gabriel Crutzen, webmaster, ajoute : « Notre mission est d’aider les internautes à trouver le plus rapidement possible les bons horaires des messes, en partenariat avec les paroisses, les abbayes, les diocèses et CathoBel.

    Encore une fois, la forte implication de tous les volontaires a permis de référencer plus de 4.200 messes et offices durant la semaine sainte en Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous organisons souvent des webinaires pour accueillir les nouveaux bénévoles. »

    Témoignage du Chanoine Eric de Beukelaer, 1er curé présent du la plateforme

    Curé du premier clocher présent sur egliseinfo.be dès Pâques 2024, le curé-doyen de l’unité pastorale de saintLambert au cœur de Liège devenu vicaire-général de Liège dit : « Les arbres qui tombent font beaucoup de bruit mais la vie jaillit de la forêt qui pousse silencieusement. La start-up egliseinfo.be fait partie de ces jeunes arbres qui poussent sans faire de bruit en rendant un grand service à la communauté catholique et plus largement. »

    Témoignage : « egliseinfo.be a été important dans ma conversion »

    Lucas, 29 ans, raconte qu’Egliseinfo.be a été important dans son chemin de foi. « J’ai perdu le contact avec la foi lors de mon adolescence. A 27 ans, je suis tombé sur des vidéos YouTube du frère dominicain Paul-Adrien et j’en ai regardé beaucoup. Cela m’a touché et motivé à acheter une bible et lire les évangiles. Ce fut déterminant dans ma conversion. Ensuite, j’ai régulièrement utilisé egliseinfo.be pour découvrir des communautés chrétiennes dans mon coin. »

    #fêtonsnosprêtres

    Ce jeudi Saint 28 mars, c’est la fête de l’institution de l’Eucharistie, de la messe. C’est la fête des prêtres. La radio interdiocésaine 1RCF Belgique et Egliseinfo.be s’associent pour une grande opération #fêtonsnosprêtres. Ils ont envoyé plus de 5.000 cartes postales (disponibles ici) vers des paroissiens qui pourront à leur tour les faire suivre avec un petit mot, en plus d’une campagne digitale.

    La plateforme recense les heures de diffusion des messes en direct sur les grands médias : la RTBF TV et Radio (en partenariat avec CathoBel), KTO TV et les radios RCF. Elle reprend dorénavant les horaires de temps de prières tels que les chapelets, adorations, Taizé, groupes de prière.

    Photos et présentation de la conférence de presse

    Retrouvez des photos et la présentation complète de la conférence de presse du 26 mars 2024 dans la salle du chapitre de la cathédrale saint-Paul de Liège sur cette page : https://blog.egliseinfo.be/qui-sommesnous/communique-10eme-anniversaire-degliseinfo-be-a-paques-2024/

    Contacts :
    Gabriel Crutzen, webmaster, +32 470 03 21 74, support@egliseinfo.be
    Jacques Galloy, initiateur, +32 (4) 374 23 74, info@egliseinfo.be
    Gaudeto sprl - Chemin du Frise 46, 4671 Saive

    A propos d’Egliseinfo.be

    Egliseinfo.be est une start-up catholique belge qui géolocalise gratuitement les clochers et les horaires des célébrations. Lancée à Pâques 2014, elle regroupe 2.500, soit 95%, des clochers et paroisses de Belgique francophone. Ce projet collaboratif est porté par des chrétiens laïcs en partenariat avec des diocèses belges francophones et CathoBel.

    www.egliseinfo.be-

    https://www.facebook.com/egliseinfo.be

    https://www.instagram.com/egliseinfo.be

  • "Vivre la Semaine sainte sans routine"; le témoignage de Mère Marie-Anne, prieure bénédictine

    IMPRIMER

    De KTO Télevision ("Un coeur qui écoute") :

    En Pays de la Loire, le monastère des bénédictines de Craon a la particularité de pratiquer l'adoration perpétuelle du Saint-Sacrement. À la veille de la Semaine sainte, le magazine « Un cœur qui écoute » reçoit Mère Marie-Anne, la prieure du couvent. Le regard clair, le sourire généreux, elle raconte simplement ses rencontres quotidiennes avec le Christ qui a offert sa vie pour chacun de nous et partage la façon dont elle lutte contre une possible routine qui pourrait endormir notre foi. Elle revient aussi sur le sacré combat spirituel qu'elle a eu avant de se laisser attirer par une vie au jour le jour auprès du Christ, son aimé. « Seigneur, qui es-tu pour m'aspirer vers Toi ? Qui es-tu donc pour combler mon cœur ? ».

  • Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    IMPRIMER

    D'Hélène de Lauzun sur European Conservative :

    Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    "La morale chrétienne est attaquée", explique l'abbé Raffray, qui n'a fait que citer le catéchisme de l'Église catholique.

    22 mars 2024

    Le gouvernement français intente une action en justice contre un prêtre catholique qui a qualifié l'homosexualité de péché. Si cette nouvelle attaque contre l'enseignement moral catholique traditionnel a peu de chances d'aboutir, elle témoigne de l'animosité croissante et de l'incompréhension du catéchisme de l'Église catholique par une société qui a fait de la promotion de l'homosexualité l'un de ses principaux chevaux de bataille.

    L'abbé Matthieu Raffray, un prêtre qui célèbre la messe traditionnelle en latin et qui est bien connu des catholiques français sur les médias sociaux, a publié une courte vidéo sur les tentations sur son compte Instagram dans le cadre de ses enseignements de Carême, dans laquelle il explique que l'homosexualité est une "faiblesse" : "Nous avons tous des faiblesses : le cupide, le colérique, l'homosexuel", explique-t-il à son auditoire. Il considère l'homosexualité comme l'un de "tous les péchés, tous les vices qui peuvent exister dans l'humanité". Aurore Bergé, ministre française chargée de la lutte contre les discriminations, a qualifié ses propos d'"inacceptables". 

    Dans un message posté sur X, elle indique avoir "demandé à la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) de procéder à un signalement au procureur de la République sur le fondement de l'article 40" du code de procédure pénale. La DILCRAH a pris acte du message du ministre et a confirmé avoir "signalé au procureur de la République les propos homophobes tenus par M. Raffray sur ses réseaux sociaux". Dans son message, la délégation ajoute : "Parler de l'homosexualité comme d'une faiblesse est honteux".

    L'abbé Raffray est également attaqué parce que le ministre considère que ses propos font indirectement la promotion des "thérapies de conversion", interdites en France depuis 2022. En janvier, jouant sur les mots, le prêtre avait déclaré sur son compte Twitter que "toute retraite spirituelle est une thérapie de conversion", mais ses propos avaient déclenché une vague de commentaires hostiles de la part des associations LGBT.

    L'abbé Raffray s'est félicité sur X de la publicité que les "polémiques grotesques" ont donné à son compte, qui a dépassé en peu de temps les 20 000 followers. 

    Mais dans une interview accordée à l'hebdomadaire catholique Famille Chrétienne, l'ecclésiastique s'est inquiété de cette nouvelle tentative d'intimidation de l'enseignement moral traditionnel de l'Église catholique : "C'est la morale chrétienne qui est attaquée", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il ne faisait que citer le Catéchisme de l'Église catholique, et en particulier le §2357 :

    L'homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle exclusive ou prédominante pour des personnes du même sexe. Elle a pris des formes très diverses au fil des siècles et des cultures. Ses origines psychologiques restent largement inexpliquées. S'appuyant sur l'Ecriture Sainte, qui la présente comme une grave dépravation, la Tradition a toujours déclaré que "les actes d'homosexualité sont intrinsèquement désordonnés".

    Ce n'est pas la première fois que la position de l'Église catholique sur l'homosexualité est portée devant la justice française. En 2022, un procès a été intenté à l'association Renaissance Catholique, pour des propos tenus dans un article publié en 2019, qui qualifiait l'union homosexuelle de "péché grave". La plainte a été déposée par trois associations de défense des droits LGBT. Le jugement, confirmé en appel, a estimé que les propos, qui reprenaient l'enseignement de l'Église catholique, n'étaient en rien discriminatoires. Il est donc peu probable que le rapport du gouvernement aboutisse à une condamnation. Néanmoins, la réaction violente et disproportionnée de la ministre Aurore Bergé prouve le degré d'hostilité des gouvernants français à la morale chrétienne.  

    Hélène de Lauzun a étudié à l'École Normale Supérieure de Paris. Elle a enseigné la littérature et la civilisation françaises à Harvard et a obtenu un doctorat en histoire à la Sorbonne. Elle est l'auteur de Histoire de l'Autriche (Perrin, 2021).

  • Congrès Mission 2024 : le reportage de KTO

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Pour sa deuxième édition, le Congrès Mission Bruxelles a lieu du 15 au 17 mars à la Basilique Nationale du Sacré-Coeur de Koekelberg. L'objectif de cet événement est de mettre en lumière les diverses initiatives des paroisses et de favoriser les rencontres et le partage pour mieux témoigner de l'amour du Christ.

  • Jimmy Lai, persécuté par la Chine, abandonné par le Vatican

    IMPRIMER

    De Patricia Gooding-Williams sur le Daily Compass :

    INTERVIEW/PÈRE SIRICO

    "Jimmy Lai, persécuté par la Chine, abandonné par le Vatican"

    Alors que Hong Kong durcit sa loi sur la sécurité nationale, le célèbre dissident catholique risque d'être emprisonné à vie. Le père Robert Sirico a assisté à la dernière audience de son procès : "Il m'a vu, je l'ai béni et il a été ému". Un crucifix dessiné en prison est aujourd'hui exposé à l'Université catholique de Washington. La proximité du cardinal Zen, le silence de Rome et l'Eglise de Hong Kong. 

    21 mars 2024

    Jimmy Lai taken to court

    "J'ai pris l'avion pour Hong Kong en janvier dernier pour assister au procès de Jimmy Lai. Il était détenu dans un box vitré, gardé par trois policiers. Il m'a vu et je l'ai béni avec le signe de la croix. Cela l'a ému aux larmes".

    Le père Sirico, fondateur de l'Institut Acton pour l'étude de la religion et de la liberté, parle de son ami Jimmy Lai, 76 ans, le prisonnier de conscience le plus célèbre de Hong Kong. Les critiques virulentes de Lai à l'égard du régime totalitaire chinois lui ont coûté plus de 1 500 jours d'isolement dans la prison de Stanley. Emprisonné pour des condamnations liées à la gestion de son entreprise de médias et à sa participation à une veillée organisée pour commémorer le massacre de la place Tiananmen en 1989, Lai purge actuellement une peine de cinq ans et neuf mois.

    Parallèlement, M. Lai est inculpé de deux chefs d'accusation pour "conspiration en vue d'une collusion avec des forces étrangères" en vertu de la loi de 2020 sur la sécurité nationale imposée par la Chine, ainsi que pour "conspiration en vue de publications séditieuses" en vertu d'une loi sur la sédition datant de l'ère coloniale. S'il est reconnu coupable, Lai pourrait passer le reste de sa vie derrière les barreaux. C'est à cette audience que le père Sirico a assisté pour soutenir son "vieil" ami.

    Jimmy Lai, millionnaire et franc-tireur, est devenu l'ennemi public n° 1 de Pékin après que Hong Kong, ancienne colonie britannique, a été rétrocédée à la Chine en 1997 dans le cadre de l'accord "un pays, deux systèmes", censé garantir les droits et les libertés absents sur le continent. Lorsque la Chine a commencé à violer l'accord, M. Lai a entrepris de défendre les valeurs de Hong Kong et de demander des comptes à Pékin par l'intermédiaire de son journal, l'Apple Daily.

    Ce journal aujourd'hui disparu, fondé et financé par Lai en 1995, a été nommé d'après le fruit défendu dans le jardin d'Eden de l'Ancien Testament. Son couplet rimé - "Une pomme par jour, aucun menteur ne peut tenir le haut du pavé" - a porté ses fruits. Le journal est un succès et son tirage atteint 500 000 exemplaires à son apogée.

    C'est peu de temps après qu'Apple Daily se soit frayé un chemin sur le marché très fermé des médias que le père Robert Sirico et Jimmy Lai se sont rencontrés pour la première fois, il y a près de 30 ans. Le prêtre catholique américain et le magnat des médias Lai partagent un intérêt commun : lier la théologie morale à une bonne compréhension de l'économie. Le Daily Compass a interviewé le père Sirico lorsqu'il était à Rome la semaine dernière pour une conférence organisée par l'Acton Institute.

    Lire la suite

  • Echos du Congrès Mission 2024

    IMPRIMER

    De RCF (16/17) :

    Analyse et extraits d'interviews du Congrès Mission 2024

    18 mars 2024

    La deuxième édition du Congrès Mission a été une réussite en réunissant près de 2000 participants ! Grandes célébrations, ateliers, tables rondes, village de stands, rencontres fraternelles, comment fonctionne un Congrès Mission, quel est son objectif ?

    REPORTAGES VIDÉOS DU CONGRÈS MISSION

    ⏯️ disponibles sur les canaux Facebook et Youtube de 1RCF Belgique

    Résumé de la première journée Réactions de participants, de volontaires, le cœur de l’homélie de Mgr Lode Aerts et l’esprit missionnaire de Mgr Jean-Pierre Delville.

    Vidéos sur Facebook Youtube

     

     

     

     

     

     

     

    Shimon-Pierre et Zachée sont venus à pied de Jérusalem pour participer au Congrès Mission. Leur vie a changé le jour où ils ont rencontré Yeshoua. Ecoutez leur incroyable récit

    Vidéos sur Facebook Youtube

     

     

     

     

     

     

     

    Partage, solidarité, joie lors du 1er banquet fraternel organisé par le Congrès Mission Bruxelles. Mathieu nous explique tout cela dans ce reportage
    Vidéos sur Facebook Youtube

    Reportage sur une des trois grandes veillées proposées le samedi soir : louange, témoignages, adoration. Une trentaine de prêtres ont donné le sacrement de réconciliation. 
    Vidéos sur Facebook Youtube

    Résumé du dimanche : 10 tables rondes et 70 ateliers de créativité et de partage d’expériences missionnaires. Dans son homélie, Mgr Luc Terlinden invite l’Eglise à revêtir un costume avec une taille plus petite.
    Vidéos sur Facebook Youtube

    >> Cliquez ici pour accéder à l'album complet <<

     

  • Un entretien exceptionnel avec le cardinal Ambongo, archevêque de Kinshasa

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    De passage en Europe, le cardinal Ambongo, archevêque de Kinshasa et président du SCEAM, accorde un entretien exceptionnel à Philippine de Saint Pierre.

  • Les retombées sans fin de Fiducia Supplicans (revue de presse)

    IMPRIMER

    Du site de la FSSSPX :

  • De drôles d'apôtres reçus en audience par le pape

    IMPRIMER

    De Walter Sanchez (CNA) sur le Catholic World Report :

    La religieuse controversée Lucía Caram et l'équipe de Religión Digital rencontrent le pape François

    14 mars 2024

    Le pape François a reçu hier la religieuse controversée Sœur Lucía Caram et les membres de l'équipe du portail d'information hispanophone Religión Digital, qui publie régulièrement des contenus contraires à la doctrine catholique.

    L'audience du pape avec Sœur Lucía Caram et les journalistes de Religión Digital, le 13 mars dernier, n'a pas été mentionnée dans le bulletin d'information quotidien du Bureau de presse du Vatican.

    Dans un article, Religión Digital, qui en est à sa 25e année d'existence, affirme que le Saint-Père a rencontré ses membres pendant une demi-heure et aurait encouragé l'équipe : "Ne perdez pas espoir. Continuez à lutter pour cette Église vivante et à la faire connaître".

    L'article précise que le pontife a rencontré les visiteurs dans "l'arrière-salle de la salle Paul VI (la auletta)", qui est "le même bureau où il a reçu [Volodymyr] Zelensky, [Nicolás] Maduro et Raúl Castro", les présidents de l'Ukraine, du Venezuela et de Cuba, respectivement.

    Ont participé à l'audience avec le pape la religieuse dominicaine Caram, le directeur de Religión Digital, l'ancien prêtre José Manuel Vidal, les journalistes José Lorenzo et Jesús Bastante, et le père Ángel García Rodríguez, président de l'organisation non gouvernementale Messagers de la paix.

    Des sujets tels que "l'Église en Espagne, les défis à venir, sa santé, les critiques extrêmes, la question des séminaires, les voyages à venir et la validation de Vatican II" ont été abordés.

    "Vatican II était un objectif intermédiaire pour l'Église, qui nous a fait beaucoup de bien et qui était nécessaire, même si tout n'a pas encore été mis en œuvre", aurait déclaré le pape.

    Selon Religión Digital, le groupe a offert au pape François, à l'occasion du 11e anniversaire de son pontificat, "un cadeau spécial : les dizaines de milliers de messages de soutien reçus dans le cadre de la campagne RDconelPapa ["Religión Digital [Est] avec le pape"], provenant de tous les coins du monde", pour lesquels le Saint-Père a exprimé sa grande gratitude.

    M. Caram a commenté sur Facebook que "nous avons vu un pape serein, il avait l'air en pleine forme. Nous avons pu parler, écouter et partager. Je lui ai offert un cadeau qui l'a ému : un étui contenant le livre des Évangiles et des psaumes qu'un soldat portait sur lui lorsqu'il est mort au front" lors de la guerre entre la Russie et l'Ukraine.

    Qui est Sœur Lucia Caram ?
    Âgée de 57 ans, Sœur Lucia Caram est une religieuse dominicaine originaire d'Argentine qui vit en Espagne. Elle est connue pour ses positions controversées, comme son soutien à l'indépendance de la Catalogne par rapport à l'Espagne.

    En 2023, elle s'est prononcée en faveur de la possibilité pour les couples homosexuels de "se marier dans l'Église".

    En 2017, dans un entretien avec l'acteur pornographique Nacho Vidal, la religieuse a critiqué le fait que "pendant longtemps, l'Église s'est consacrée à la lapidation de ceux qui ne vivaient pas selon la norme."

    En 2014, elle a déclaré au journal en ligne La Opinión de Málaga que "ceux qui prennent librement la décision [d'avorter] doivent être les personnes [impliquées]. L'Église ne peut pas se mêler de cela. Pas même Dieu, qui nous a rendus libres pour une raison".

    En 2013, interviewée par le journal colombien El Tiempo, la religieuse a défendu l'utilisation de méthodes contraceptives et affirmé que "l'enfer n'existe pas."

    Il convient de noter qu'une audience avec le pape ne constitue pas une approbation papale par association avec la ou les personnes qui lui rendent visite ou avec leurs opinions, et que le Bureau de presse du Vatican ne confirme ni n'infirme les déclarations prétendument faites par le pape lors de telles audiences privées ou d'entretiens non publics.

    Qu'est-ce que Religión Digital ?
    Religión Digital est un site web qui publie régulièrement des contenus contraires à la doctrine de l'Église catholique. L'un de ses articles les plus controversés, rédigé par le prêtre jésuite Juan Masiá, nie la virginité de Marie. Sur le même portail, Masiá a également défendu l'euthanasie.

    Caram a également contribué au portail.

    En 2016, le père José Antonio Fortea, prêtre espagnol bien connu et expert en démonologie, a déclaré à ACI Prensa, le partenaire de CNA pour les nouvelles en langue espagnole, que Religión Digital était "un site web qui promouvait continuellement tous les auteurs qui attaquaient le dogme et la hiérarchie ecclésiastique".

    M. Fortea s'est interrogé sur le fait que certains catholiques financent Religión Digital et a averti que le portail était une "source d'eau empoisonnée par l'hétérodoxie".

    Après que le pape Benoît XVI a annoncé sa démission du pontificat en février 2013, un mois avant l'élection du pape François, Religión Digital a publié en première page : "Le problème n'est pas le pape... le problème est la papauté".

  • Transition de genre : face à la mainmise idéologique retrouver sa liberté de penser

    IMPRIMER

    Lu "en carte blanche" sur le site de la Libre :

    La transition de genre mérite une juste information

    La transformation présentée comme un traitement pour soigner un mal-être chez les jeunes est une imposture intellectuelle. Or l’emprise de cette idéologie est telle que peu de gens osent la critiquer.

    7-03-2024sharethis sharing button

    Une carte blanche de Sophie Dechêne (psychiatre infanto-juvénile), Diane Drory (psychologue et psychanalyste), Catherine Jongen (sexothérapeute et thérapeute de couple), Robert Naeije (interniste), Vera Schlusmans (médecin généraliste) et Luc Vandecasteele (médecin généraliste).

    Selon le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, le nombre de jeunes de moins de 18 ans à qui des médecins prescrivent des médicaments appelés “bloqueurs de puberté” est passé de 432 en 2019 à 684 en 2022. “Il s’agit de médicaments qui empêchent le développement des hormones sexuelles et peuvent ainsi contribuer à la transition de genre”, selon l’agence Belga du 25 janvier 2024.

    Tant l’endocrinologue pédiatrique de l’UZ Gent, Martine Cools, que le ministre de la Santé publique, Vandenbroucke, soulignent que cette approche n’est pas prise à la légère. “Nous ne commençons à le faire que lorsque nous avons exploré toutes les autres possibilités”, précise Mme Cools. “Parmi toutes les personnes qui se présentent, 8 % finissent par prendre des bloqueurs de puberté”, peut-on lire encore dans la dépêche reprise par les journaux.

    Quelques rappels simples s’imposent afin d’aider les parents confrontés à la problématique particulière concernant le “ressenti” que pourrait avoir leur enfant de ne pas être né dans le bon corps : on naît homme ou femme. Le sexe est déterminé par la biologie.

    Protéger contre l’intolérance

    Il peut arriver, mais c’est extrêmement rare, qu’une personne acquiert la conviction que son sexe et son genre ne correspondent pas, autrement dit que la perception personnelle et sociale de sa masculinité ou de sa féminité ne corresponde pas à son sexe biologique. Sans possibilité de se réconcilier avec son sexe biologique, cette personne peut alors recourir à des traitements hormonaux et chirurgicaux qui modifient son apparence extérieure. Au prix de nombreux sacrifices, elle devient une personne qui aujourd’hui est appelée “transgenre”, l’homme prend l’aspect d’une femme et inversement. La personne “transgenre” peut susciter de l’incompréhension se manifestant parfois par des moqueries ou de l’agressivité. C’est évidemment inacceptable et, comme tout être humain, elle a droit au respect et à la tolérance.

    Le transactivisme, quant à lui, est une idéologie dérivée de cette volonté légitime de protéger les personnes transgenres contre toute forme d’intolérance. En effet, le mouvement défenseur des personnes transgenres a été détourné par la Théorie Critique de la Justice Sociale (ou Wokisme) et s’est transformé en une promotion de la transidentité aux allures souvent dictatoriales. L’idéologie transactiviste fait des ravages dans nos pays occidentaux et parfois au-delà, et ce, de manière de plus en plus marquante. Soutenue par divers médias, associations ou autres youtubeurs, cette propagande s’est frayé un chemin pour atteindre les plus vulnérables, notamment les enfants et les adolescents.

    Qu’en est-il, en Belgique, des conséquences de cette contamination ?

    Lire la suite