Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des messes quotidiennes enregistrées sur vidéo en l’église du Saint-Sacrement à Liège

    IMPRIMER

    En live à l'église du Saint-Sacrement à Liège (Bd d'Avroy, 132), la messe traditionnelle confinée de ce dimanche 8 novembre 2020

    Suite aux dispositions de l’arrêté ministériel du 1er novembre 2020 portant des mesures sanitaires de lutte contre la pandémie du covid19 la liturgie publique est interdite sur tout le territoire belge depuis le lundi 2 novembre 2020 jusqu’au moins le dimanche 13 décembre 2020.

    Toutefois, en vertu de l’article 10 de l’arrêté ministériel précité, des célébrations enregistrées sont permises, dans le but d’une diffusion par tous les canaux disponibles, en présence des personnes en charge dudit enregistrement (en tout maximum 10 personnes) avec le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne, et pour autant que le lieu reste fermé au public pendant l’enregistrement du culte.

    A ce titre, des messes selon le missel de 1962 (avec orgue et plain-chant) sont célébrées et enregistrées quotidiennement à Liège, en l’église du Saint-Sacrement. On peut suivre toutes ces messes en vidéo au jour de leur célébration en cliquant sur ce lien:

    https://youtube.com/channel/UCEUYps3ebyPUPP2BnnEO6iw

    Par ailleurs, l’église du Saint-Sacrement a choisi d’ouvrir ses portes pour la prière individuelle avec disponibilité d’un prêtre: tous les mardis de 17h à 19h, tous les jeudis de 10h à 12h et de 14h à 17h, tous les vendredis de 12h à 14h, tous les samedis de 15h à 18h et tous les dimanches de 15h à 18h.

    JPSC

  • Messe du dimanche 8 novembre à Saint-Germain-l'Auxerrois, sur KTO, à 18H15

    IMPRIMER

    Sur KTO :

    Messe du 8 novembre 2020 à Saint-Germain-l’Auxerrois

    08/11/2020

    Dans un contexte de lutte contre l’épidémie de coronavirus, KTO propose en direct la messe à 18h15, du lundi au samedi, grâce à l'archevêque de Paris, Mgr Aupetit, au recteur archiprêtre et aux chapelains de Notre-Dame de Paris. Cette messe est célébrée à huis clos en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, dans la continuité des Vêpres de 17h45 qui sont maintenues. Mgr Aupetit préside la célébration le dimanche, le mardi et le vendredi, en assurant l'homélie.

    voir l'horaire des messes radio, TV : https://blog.egliseinfo.be/careme-2020-en-direct-media/

  • Les évêques catholiques américains félicitent Joe Biden pour son élection à la présidence

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Les évêques catholiques américains félicitent Joe Biden pour son élection à la présidence

    Joe Biden at a campaign event, Nov, 2019. Credit: YASAMIN JAFARI TEHRANI/Shutterstock.

    Joe Biden lors d'un événement de campagne, en novembre 2019. Crédit : YASAMIN JAFARI TEHRANI/Shutterstock.

    7 nov. 2020

    L'archevêque José Gomez de Los Angeles, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, a félicité samedi le président élu Joe Biden et a appelé au dialogue et au compromis pour le bien commun.

    "Nous reconnaissons que Joseph R. Biden, Jr. a reçu suffisamment de voix pour être élu le 46ème président des Etats-Unis", a déclaré l'archevêque Gomez le 7 novembre. "Nous félicitons M. Biden et reconnaissons qu'il rejoint le défunt président John F. Kennedy en tant que deuxième président des États-Unis à professer la foi catholique."

    La déclaration publiée par l'USCCB a remercié Dieu "pour les bienfaits de la liberté" et a déclaré que "le temps est venu pour nos dirigeants de se réunir dans un esprit d'unité nationale et de s'engager dans le dialogue et le compromis pour le bien commun".

    L'archevêque Gomez a déclaré : "En tant que catholiques et Américains, nos priorités et notre mission sont claires. Nous sommes ici pour suivre Jésus-Christ, pour témoigner de son amour dans nos vies et pour construire son royaume sur terre".

    En ce moment, il a déclaré : "Les catholiques ont le devoir particulier d'être des artisans de paix, de promouvoir la fraternité et la confiance mutuelle, et de prier pour un esprit renouvelé de vrai patriotisme dans notre pays".

    "La démocratie exige que chacun d'entre nous se conduise comme un peuple de vertu et d'autodiscipline. Elle exige que nous respections la libre expression des opinions et que nous nous traitions les uns les autres avec charité et civilité, même si nous pouvons être en profond désaccord dans nos débats sur des questions de droit et de politique publique".

    L'archevêque a demandé à la Sainte Vierge Marie d'intercéder pour les États-Unis, en disant : "Qu'elle nous aide à travailler ensemble pour réaliser la belle vision des missionnaires et des fondateurs de l'Amérique - une nation sous Dieu, où le caractère sacré de chaque vie humaine est défendu et où la liberté de conscience et de religion est garantie".

    Plusieurs médias ont annoncé samedi l'élection présidentielle américaine de 2020 pour M. Biden, après l'élargissement de son avance en Pennsylvanie et au Nevada.

    Bien qu'il soit le deuxième président catholique de l'histoire des États-Unis, Biden a dû faire face aux critiques des évêques américains pour un programme politique qui inclut une protection juridique élargie et un financement fédéral pour l'avortement.

    Dans sa déclaration, l'archevêque Gomez a également félicité la colistière de Biden, Kamala Harris, "qui devient la première femme jamais élue à la vice-présidence".

    Le président Donald Trump n'a pas concédé l'élection, citant des recomptages et des contestations judiciaires de certains comptages à l'échelle de l'État.

    L'administration Trump a été largement saluée par les évêques américains pour avoir promulgué des mesures de protection de la liberté religieuse, et pour avoir promu des mesures limitant l'avortement et le financement fédéral des cliniques d'avortement. Trump a également été salué par les pro-vie pour sa nomination de la juge catholique Amy Coney Barrett à la Cour suprême. Trump a également été critiqué par les évêques pour avoir limité le nombre de réfugiés et de demandeurs d'asile cherchant à entrer aux États-Unis, et pour son utilisation de la peine de mort fédérale.

  • Joan Roig i Diggle, tué à 19 ans en haine de la foi

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Espagne: béatification de Joan Roig i Diggle, «martyr du combat pour le Christ»

    Tué en haine de la foi, in odium fidei, à seulement 19 ans pendant la guerre civile espagnole, Joan Roig i Diggle a été béatifié samedi 7 novembre 2020 à Barcelone. La célébration était présidée au nom du Pape François par le cardinal Juan José Omella y Omella, archevêque de Barcelone.
     

    Roberta Barbi - Cité du Vatican

    Ils sont environ deux mille martyrs de la guerre civile espagnole vénérés par l'Église catholique: des prêtres, des religieux, voire des évêques, et de nombreux laïcs, pères, mères ou jeunes, qui ont perdu la vie uniquement parce qu'ils aimaient le Christ pendant les années sombres qui ont affligé la péninsule ibérique entre 1936 et 1939, juste avant que la Grande Guerre ne secoue le monde.

    Parmi eux, Joan Roig i Diggle, originaire de Barcelone, qui affirmait «Maintenant, plus que jamais, nous devons lutter pour le Christ», alors que l’Espagne subissait une très forte vague anti-chrétienne.

    Entre études et travail, ferme dans ses valeurs

    Joan a été formé par les Frères des Ecoles Chrétiennes, puis a fréquenté le lycée des Pères Scolopi, où tout le monde se souvient de lui pour son sérieux, son respect et son dévouement à l'étude. Mais aussi pour une foi profonde et enracinée pour un jeune homme, comme en témoignent deux pères auxquels Joan était particulièrement attaché, et qui ont tous deux été assassinés pendant la guerre civile: le père Francisco et le père Ignasi. La famille de Joan ne jouissant pas d’une grande richesse économique a été contrainte de quitter Barcelone pour s'installer dans la ville voisine d'El Masnou et faire travailler leur fils d'abord dans un magasin de tissus, puis dans une usine. Joan ne s'en plaint jamais. Malgré la fatigue, il continue d'alterner études et travail car il cultive un rêve: obtenir un diplôme de droit et devenir avocat.

    Chez les Jeunes Chrétiens de Catalogne

    À El Masnou, Joan connaît la Fédération des jeunes chrétiens de Catalogne et y adhère avec enthousiasme. Ce sont les années où sa vie spirituelle devient plus intense et, en même temps, pour ses proches, la transparence de ses vertus et l'authenticité de sa foi deviennent plus claires. Il commença à participer quotidiennement à la messe, à méditer, à pratiquer la piété et à approfondir sa compréhension de la doctrine sociale de l'Église. En priant et en regardant le monde qui l'entoure, Joan devient plus conscient des problèmes qui affligent la société, mais aussi du rôle que le laïc peut jouer au sein de l'Église pour aider à les résoudre. Lorsque le siège de la Fédération est par exemple incendié par les miliciens, il n'hésite pas à être gardien de nuit à l'église après la confession et surtout à cacher l'Eucharistie à la maison pour l'apporter à tous ceux qui en ressentent le besoin. 

    Lire la suite

  • Le deuxième président "catholique" de l'histoire des Etats-Unis ?

    IMPRIMER

    De Malo Tresca sur le site du journal La Croix :

    Joe Biden, un deuxième président catholique pour l’Amérique

    Soixante ans après l’arrivée à la Maison-Blanche de John Fitzgerald Kennedy, Joe Biden a atteint le seuil des 270 grands électeurs nécessaires à son élection comme 46e président des États-Unis, samedi 7 novembre. Il s’apprête à devenir le deuxième président catholique de l’histoire des États-Unis. Dans les rangs de ses coreligionnaires, ses positions en faveur de l’avortement et du mariage homosexuel ne font pas l’unanimité.

    7/11/2020

    Originaire d’une famille modeste et pratiquante issue de l’immigration irlandaise, le septuagénaire a toujours mis en avant son éducation religieuse. « Il a notamment fait plusieurs déclarations très élogieuses sur les religieuses qu’il avait côtoyées durant sa scolarité dans des établissements catholiques », retrace Blandine Chelini-Pont, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste du catholicisme américain.

    « Honnête dans sa foi »

    Dans ce pays très religieux, l’homme s’est forgé la réputation d’être un fidèle fervent et authentique, assidu au culte dans sa paroisse de St. Joseph on the Brandywine, à Wilmington dans le Delaware. On lui prête même de garder toujours avec lui, dans sa poche, un chapelet. Pour Blandine Chelini-Pont, « il passe pour quelqu’un d’honnête dans sa foi, et cette religiosité a même contribué à lui acquérir l’adhésion de certaines franges évangéliques », même si ces dernières ont toujours largement constitué la base électorale de Donald Trump.

    Discours devant des groupes de croyants pendant les primaires démocrates, clips de campagne axés sur sa foi, confessions dans la presse, congrès rassemblant d’éminents responsables religieux… Ces derniers mois, le camp démocrate a cherché à capitaliser sur les convictions religieuses de l’ex-bras droit de Barack Obama, pour tenter de cibler les voix de ses coreligionnaires. « Contrairement aux dernières campagnes électorales, il y a eu un revirement de la part du parti, qui a fait un effort considérable pour valoriser sa spiritualité », abonde Blandine Chelini-Pont.

    Lire la suite

  • 32e dimanche : "Mériter de posséder Dieu"

    IMPRIMER
     

    La première lecture essaie de nous faire goûter combien l’intimité de Dieu est désirable. Nos désirs d’être aimé, de nous sentir proche de quelqu’un, d’être accepté et compris, tout cela vient d’une semence que Dieu a mise en nous en nous créant à son image. Comme disait saint Augustin, « Tu nous as faits pour toi, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose pas en toi ».

    Nous sommes faits pour cette rencontre et cette intimité, mais encore faut-il la chercher, la désirer suffisamment. Sinon on se retrouve comme une vierge imprévoyante, dont la lampe vacille. C’est le désir de son cœur qui n’est pas assez ferme pour traverser la nuit. Ni pour aller à la rencontre de l’époux. Qu’à cela ne tienne, ne pourrait-il pas se contenter de la pénombre ? Cet époux n’est-il pas capricieux ? Ce n’est pas lui que cela gêne, c’est nous, car en faisant cela nous allons alors manquer notre bien propre.

    Notre bien propre ! C’est bien de cela qu’il s’agit. Si on lit sans faire attention on se dira : quelles vilaines égoïstes, ces vierges dites sages qui ne veulent même pas partager ! Mais la parabole suggère plutôt que le bien dont il s’agit n’est pas partageable, c’est notre bien propre. Samedi matin nous entendions Jésus nous dire dans la liturgie : « si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? » (Lc 16,12) Quel est donc ce bien propre ?

    Dans la troisième prière eucharistique, on demande à Dieu : « que l’Esprit Saint fasse de nous une éternelle offrande à ta gloire, pour que nous obtenions un jour les biens du monde à venir ». Longtemps j’ai été gêné par cette tournure : « que nous obtenions les biens du monde à venir ». N’y a-t-il pas quelque chose d’exagérément possessif, pour un Royaume où nous devons être une offrande, être don de nous-mêmes ? J’ai eu envie de dire « pour que nous entrions dans les biens du monde à venir ». Peut-être l’ai-je même dit… Que Dieu me pardonne. Puis je me suis laissé instruire. Cette tournure est vraiment adéquate à la logique de l’amour, qui veut pouvoir saisir et posséder l’être aimé. Il n’y a rien là qui blesse l’amour, au contraire. Ce qui blesse l’amour, c’est de vouloir posséder l’aimé pour soi tout seul. Mais pas de l’avoir à soi vraiment. Pour reprendre un terme mis à mal dans la théologie ces dernières décennies, il nous faut « mériter de posséder Dieu ». Et il est important de trouver dans ce besoin humain et cette promesse de Dieu la clé spirituelle de nos manques les plus cuisants : nous avons besoin de posséder Dieu.

    J’essaie d’expliquer. Trop souvent nous nous apprêtons à vivre la vie éternelle comme des locataires ou des touristes. Nous espérons y parvenir, quand nous y pensons, mais nous ne pensons pas que nous serons vraiment chez nous et que le Seigneur pourra nous dire comme à son Fils bien-aimé : « tout ce qui est à moi est à toi ». Nous pensons au ciel comme à un immense parc d’attraction, en nous disant que nous espérons que nous pourrons nous acquitter du prix de l’entrée. Au lieu de cela, pensons au ciel comme à notre maison à nous qui serait encore plus fascinante que le plus rêvé des parcs d’attraction. N’imaginons pas que nous serons comme les invités de Dieu, bienvenus tant que nous n’abîmons rien, dans un ciel où nous pourrons surtout continuer nos petites affaires comme nous l’entendons ! Le Seigneur ne veut pas nous accueillir comme des invités, mais comme les enfants de la maison, qui sont partout chez eux.

    Nous pouvons aussi regarder les choses du côté du cœur. Quel amour vivrons-nous au ciel ? Est-ce que ce sera le prolongement de nos plus belles amours terrestres ? Incroyablement plus ! Un amour fou cherchera à nous saisir, à nous combler. Ce ne sera pas l’éblouissement d’un soir. Par l’engagement de notre liberté, nous pourrons répondre au Seigneur : ton cœur est à moi pour toujours, et moi je suis à toi pour toujours. C’est l’amour le plus fou et le plus inébranlable que nous vivrons, celui qui nous est acquis par la victoire du Christ sur la croix. Contemplons sa victoire sur tous les obstacles à l’amour, en nous et autour de nous. Entrons dans une immense reconnaissance : ô Christ, tu as fait que nous puissions appartenir à la Trinité toute entière et qu’elle soit à nous aussi ! Gloire à toi ! Et maintenant, mettons en œuvre notre liberté, élargissons notre cœur en aimant nos frères comme nous-mêmes, afin de mériter de posséder Dieu. Car, comme disait aussi saint Augustin, « Dieu, qui t’a créé sans toi, ne peut pas te sauver sans toi ».

  • France : le Conseil d'État rejette le référé liberté déposé par l'Église catholique

    IMPRIMER

    Du  Figaro :

    Interdiction des cultes publics : le Conseil d'État rejette le référé liberté déposé par l'Église catholique

    Seules les célébrations d'obsèques restent autorisées, dans la limite de 30 personnes.

     
    7 novembre
    Le Conseil d'État a rejeté samedi le recours liberté déposé par la conférence des évêques de France, des religieux agissant en leur nom, ainsi que plusieurs associations catholiques et pratiquants agissant en leur nom. Ils demandaient la levée de l'interdiction de célébrer des messes pendant le reconfinement.

    Les juges du Palais royal ont estimé qu'à ce jour, cette interdiction était proportionnée au vu des risques sanitaires et de la nécessité constitutionnelle de protection de la santé et par rapport à la liberté fondamentale de culte.

    Juge de l'urgence et de la situation immédiate le Conseil d'État introduit cependant une clause de revoyure fixée au 16 novembre prochain, date à laquelle le gouvernement doit faire un premier point du reconfinement.

    Il maintient donc l'autorisation des seules cérémonies limitées à 30 personnes et demande en revanche au gouvernement, comme il s'y est engagé à l'audience de clarifier l'attestation afin que les fidèles puissent se rendre plus facilement à l'Église Enfin dans un de ses considérants, il estime que les mesures prises par les lieux de culte ne sont pas toujours satisfaisantes.

  • Reconfinement : interdiction des messes. Après les français, les évêques anglais s'y opposent aussi

    IMPRIMER

    Alors que le Royaume-Uni a entamé le jeudi 5 novembre un reconfinement pour au moins quatre semaines, le chef de l'Église catholique d'Angleterre et du Pays de Galles, Mgr Vincent Nichols, a déclaré que l'interdiction des célébrations religieuses pendant le confinement "n'est pas fondée" sur des preuves scientifiques. De Marzena Devoud sur le site web « Aleteia » :

    « Après la France, le Royaume Uni ? Dans le cadre du reconfinement entamé au Royaume Uni le 5 novembre pour au moins quatre semaines, les offices religieux publics sont, comme en France, suspendus. Une mesure à laquelle s’oppose le président de la Conférence des évêques catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles, Mgr Vincent Nichols, qui s’est joint aux chefs religieux britanniques pour écrire au Premier ministre Boris Johnson afin de lui rappeler que cette interdiction n’est « pas fondée » sur des preuves scientifiques. Pour le cardinal Nichols, cette décision « démontre clairement un malentendu sur l’importance de la foi religieuse ». Il a également ajouté que selon lui, les églises sont « parmi les endroits les plus sûrs ».

    D’après Boris Johnson cette mesure est nécessaire pour lutter contre la hausse du nombre de personnes positives au Covid-19. Contrairement à la première vague du virus au printemps dernier, le gouvernement a cependant autorisé l’ouverture des églises et autres lieux de culte mais uniquement pour la prière privée. En revanche, à l’exception des funérailles qui sont autorisées, toutes les célébrations sont suspendues pour toute la durée du confinement.

    Le gouvernement britannique a pour le moment répondu à la lettre par le refus. Toutefois, le cardinal Nichols, a déclaré au micro de la BBC qu’il pensait qu’un changement de décision allait probablement survenir : « Je pense que cela va changer. Au cours des deux derniers jours (depuis la mise en œuvre du confinement, ndlr), la décision du gouvernement démontre clairement sa méconnaissance de l’importance de la foi religieuse. Je pense que les choses vont changer. Dès que possible, j’espère voir à nouveau les lieux de culte ouverts aux offices ».

    Lire aussi :
    Reconfinement : les catholiques ne peuvent se satisfaire de la messe connectée

    « Le secrétaire d’État à la Santé a indiqué continuer à travailler en étroite collaboration avec les représentant religieux et le groupe de travail sur les lieux de culte, « comme nous l’avons fait tout au long de la pandémie ». « Nous savons que les lieux de culte apportent un grand réconfort, en particulier pendant cette période difficile, et c’est pourquoi ils restent ouverts pour la prière privée et les funérailles », a-t-il précisé.

    Interdiction des messes en France

    En France suite à l’annonce du gouvernement du reconfinement national avec suspension des messes publiques au moins jusqu’au 1er décembre, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF) a déposé, après consultation de tous les évêques de France réunis en Assemblée plénière ce lundi 2 novembre, un référé devant le Conseil d’État afin de dénoncer une atteinte à la liberté de culte et permettre la reprise des offices religieux publics. »

    Lire aussi :
    Interdiction des messes : cinq questions sur les recours devant le Conseil d’Etat

    Ref. Reconfinement : interdiction des messes. Après les français, les évêques anglais s'y opposent aussi

    Words, words, words, comme on dit Outre-Manche: les mots sont des mots. Et les actes des actes : il sera donc surtout intéressant de lire les attendus de la décision du juge français des référés, quelle qu’elle soit.

    JPSC

  • Sans le respect de la vie, la société se décompose et cesse d’être une société de droits

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    « Sans respect de la vie, la société cesse d’être une société de droits »

    Publié le : 6 novembre 2020

    Jeudi, à l’Université CEU de San Pablo de Madrid, les évêques espagnols ont dénoncé une « batterie de lois extrêmement injustes telles que l’euthanasie ou l’avortement ». Trois évêques participent au congrès « Catholiques et Vie Publique » : Mgr Luis Argüello, secrétaire général de la Conférence épiscopale espagnole (CEE), Mgr Ginés García Beltrán, évêque de Getafe, et Mgr Juan Antonio Reig Plá, évêque d’Alcalá de Henares. Sous le thème « Il est temps de défendre la vie ! », les évêques ont averti que l’avortement et l’euthanasie imposaient une vision « utilitaire » de la vie. « Nous sommes devant une anthropologie utilitaire qui a derrière elle la situation économique, la culture du bien-être, le plaisir de la beauté physique et qui laisse de côté toute autre sphère de vie », explique Mgr Beltrán. Selon lui, une « culture de l’éphémère » et du « j’utilise puis je jette » s’est propagée dans notre regard à la vie, qui « ne vaut plus la peine d’être vécue ». Et comment décider qu’une vie a encore de la valeur ou non ? Etre en bonne santé ? Réussir dans les affaires ? Qui va décider ? « Toi-même ou une tierce personne, par exemple le Papa-Etat, qui te dit où se trouve la limite de la vie et quand elle doit être stoppée ». La « culture de l’élimination » impose ce qu’il faut désormais comprendre comme « un niveau de vie acceptable ». Cette « vision utilitariste de la vie (…) ne la reconnaît pas comme une valeur en soi ».

    L’évêque explique également que c’est une erreur de vouloir restreindre la question de la vie à la sphère privée, « comme si l’avortement relevait d’un droit de décider d’une personne ». Non, car, « la société toute entière doit prendre soin » et garder « le don de la vie humaine ».

    Dans la majorité des lois qui se décident actuellement en Espagne, ajoute l’évêque d’Alcalá de Henares, « l’autonomie radicale de l’individu » est mise en avant, comme un « dogme séculier », ce qui est « un mensonge ». « La société est très loin de rendre justice à la personne humaine », a-t-il ajouté.

    Mgr Reig Pla a affirmé que « toutes ces lois sont terriblement injustes », car elles ne prennent en compte ni « la dignité de la personne humaine » ni le « caractère inviolable et sacré de la vie ». « La vie est devenue une opinion de plus en désaccord avec d’autres opinions, qui sont changées par ceux qui, avec l’ingénierie sociale, sont capables de transformer l’esprit des Espagnols », explique l’évêque. « Sans le respect de la vie, la société se décompose et cesse d’être une société de droits ». L’évêque a également regretté le mauvais usage de certains concepts utilisés pour défendre l’euthanasie, comme la compassion et la mort digne. Comme déjà expliqué précédemment, « la compassion ne signifie pas provoquer la mort mais accompagner la personne dans sa souffrance ». « L’euthanasie ne soutient pas. Il y a des patients impossibles à soigner mais pas de patients impossibles à soulager », rappelle-t-il.

    Pour Monseigneur Luis Argüello, face à la crise anthropologique actuelle, il est « temps de promouvoir la vie et aussi de la défendre » et pour cela, il ne faut « pas rester assis et attendre que des solutions viennent d’en haut ».

    Sources : ABC, Laura Daniele (05/11/2020) ; La Vanguardia (05/11/2020) ; Europa Press (05/11/2020)

  • Les expériences pastorales d'un curé du XIXème siècle dans les campagnes déchristianisées des environs de Paris (feuillet en temps de confinement)

    IMPRIMER

    2020_11_07_09_40_22_Greenshot.png

  • 7 novembre : saint Willibrord, l'apôtre du BENELUX

    IMPRIMER

    220px-Willibrord_(Paris,_BN_Lat._10510).jpg

    Un site est consacré à ce grand évangélisateur de nos régions et ami de saint Lambert. On y trouve la biographie reproduite ci-dessous : http://www.willibrord.lu/

    "Saint Willibrord naquit en Northumbrie en 658 de parents récemment convertis au christianisme. Son père Wilgils remit le jeune enfant comme oblat au monastère de Ripon et se retira comme ermite sur le promontoire du fleuve Humber. Willibrord grandit sous l’influence de St Wilfrid, évêque d’York, qui avait réussi à imposer le respect des traditions romaines vis-à-vis du particularisme insulaire. A l’âge de 20 ans, Willibrord passa à Rathmelsigi en Irlande, «l’île des saints», pour s’astreindre, sous l’autorité de son maître Egbert, à une dure ascèse avant de recevoir l’ordination sacerdotale en 688. Imprégné du goût de la «peregrinatio», cette mystique qui préconisait le renoncement à la patrie terrestre pour aller prêcher l’Évangile aux populations païennes, Willibrord partit en 690 sur le continent avec 11 compagnons pour évangéliser les Frisons, peuple assez rebelle jusque là à toute conversion.

    Lire la suite

  • Chine : huit religieuses, considérées comme "dangereuses", ont dû quitter leur couvent

    IMPRIMER

    De Zhang Feng sur Bitter Winter :

    Les religieuses catholiques sont considérées comme "dangereuses" et forcées de quitter le couvent

    3 novembre2020

    Le PCC intensifie l'intimidation et la persécution des catholiques qui refusent de rejoindre l'Église patriotique.

    Huit religieuses catholiques ont décidé de quitter leur couvent dans la province du Shanxi, dans le nord du pays, cet automne, après avoir subi des harcèlements et des intimidations répétés de la part des autorités locales. Les religieuses étaient sous surveillance constante, mais l'ordre donné en août de retirer la croix du couvent a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

    "La croix est un symbole de salut. L'enlever, c'était comme couper notre propre chair", a déclaré l'une des religieuses. "Si nous avions refusé de l'enlever, le gouvernement aurait démoli le couvent." Les religieuses ont également reçu l'ordre de supprimer tous les autres symboles religieux, ce qui a entraîné le retrait de toutes les croix et d'une douzaine de statues religieuses à l'intérieur du couvent.

    Les fonctionnaires nous ont déclarés "personnes dangereuses" et nous ont harcelées à plusieurs reprises", a poursuivi la religieuse. "Ils nous ont demandé de mettre par écrit ce que nous avions fait depuis les jardins d'enfants et ont exigé de divulguer tout ce que nous avions fait au cours des derniers mois. Ils voulaient même que nous nous souvenions des plaques d'immatriculation des véhicules que nous avons utilisées pendant nos voyages".

    Quatre caméras de surveillance ont été installées dans le couvent pour surveiller les religieuses et les visiteurs. Il était même prévu d'installer des caméras dans leur salle à manger, leur cuisine et leur buanderie, mais les religieuses ont réussi à empêcher cela.

    "Trois personnes, un officier de police et deux fonctionnaires locaux, ont été désignés pour nous surveiller", a déclaré la religieuse. "Ils se rendaient souvent à l'intérieur du couvent pour s'enquérir de nos activités, parfois la nuit. Le gouvernement a même engagé des voyous pour nous harceler. Ils entraient dans la cuisine pendant que nous cuisinions pour faire des bêtises ou agir lascivement, nous invitant à dîner avec eux".

    Les catholiques en Chine subissent des persécutions de plus en plus sévères. Les attaques contre eux se sont multipliées à l'approche du renouvellement de l'accord Vatican-Chine de 2018 en octobre dernier.

    Le 13 septembre, une église catholique de la ville de Shenzhou, dans le Hebei, a été fermée pour avoir refusé de rejoindre l'Association catholique patriotique chinoise (CPCA) après que la croix, d'autres symboles religieux et des statues aient été enlevés.

    A Catholic church in Shenzhou was emptied before being closed down.
    Une église catholique de Shenzhou a été vidée avant d'être fermée.

    "Le Parti communiste exerce une répression encore plus sévère sur la religion que pendant la Révolution culturelle", a commenté un membre de la congrégation.

    Une église catholique non enregistrée dans le village de Youtong, dans le district de Luancheng de la ville de Shijiazhuang de Hebei, a été fermée le 3 septembre, également pour avoir refusé de rejoindre l'Église patriotique. Les responsables du village ont supervisé les membres de la congrégation qui ont enlevé les statues religieuses et l'autel avant de fermer l'église.

    "Si nous rejoignons la CPCA, nous serons complètement contrôlés par le PCC, coupés de Dieu. Nous ne nous rendrons pas", a déclaré avec détermination un membre de l'église.

    The Catholic church in Youtong village has been turned into a parking lot.
    L'église catholique du village de Youtong a été transformée en parking.

    Le 5 août, une église catholique non enregistrée dans le district de Chang'an à Shijiazhuang a été mise sous scellés par les autorités locales avant les inspections des gouvernements provinciaux et municipaux.

    The closed Catholic church in the Chang’an district.
    L'église catholique fermée dans le district de Chang'an.

    Une autre église catholique de Shijiazhuang a été fermée en mai parce qu'elle ne disposait pas du certificat d'enregistrement des lieux d'activités religieuses. Les autorités locales ont fait pression sur le prêtre de l'église pour qu'il rejoigne le CPCA, le menaçant de le priver du droit de célébrer la messe. Peu enclin à faire des compromis, le prêtre a déménagé et organise maintenant de petits rassemblements de congrégation en secret.

    En nous forçant à rejoindre les églises "légales", le gouvernement vise à éliminer notre foi, à faire en sorte que tous les gens ne croient qu'au Parti communiste", a déclaré un catholique local.