Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 15

  • Le cardinal Burke victime de la vindicte papale ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur CNA :

    Le pape François aurait confisqué l'appartement du Vatican et le traitement du cardinal Burke

    28 nov. 2023

    Le pape François a retiré à l'un de ses principaux critiques américains, le cardinal Raymond Burke, ses privilèges en matière de logement et de salaire au Vatican, selon l'Associated Press.

    Selon le rapport de l'AP, qui est basé sur des conversations avec deux sources anonymes informées des mesures, le pape a discuté de ses actions planifiées contre le prélat américain lors d'une réunion des chefs de bureau du Vatican le 20 novembre.

    Le pape aurait déclaré que Burke était une source de "désunion" dans l'Église et qu'il utilisait les privilèges accordés aux cardinaux à la retraite contre l'Église.

    Le blog d'information catholique italien La Nuova Bussola Quotidiana a signalé pour la première fois le 27 novembre que des poursuites étaient en cours contre Mgr Burke.

    "Le cardinal Burke est mon ennemi, c'est pourquoi je lui retire son appartement et son salaire", avait déclaré le pape lors de la réunion du 20 novembre, selon la source vaticane non divulguée de La Nuova Bussola.

    CNA n'a pas pu joindre immédiatement Burke pour confirmer les mesures prises à son encontre. Le bureau de communication du Vatican n'a pas répondu à la demande de commentaire d'EWTN à l'heure où nous publions.

    L'AP a rapporté que le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, "a renvoyé les questions à Burke".

    "Je n'ai rien de particulier à dire à ce sujet", a déclaré M. Bruni aux journalistes.

    Mgr Burke a été ordonné prêtre par le pape Paul VI à Rome en 1975 et a été évêque de La Crosse (Wisconsin) de 1995 à 2004 et archevêque de Saint-Louis de 2004 à 2008. Largement considéré comme un expert en droit canonique, Mgr Burke a été nommé en 2008 préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique (la plus haute autorité judiciaire de l'Église) par le pape Benoît XVI. Deux ans plus tard, Benoît XVI l'a nommé cardinal. 

    Le pape François l'a démis de ses fonctions de préfet en 2014 et l'a nommé cardinal patron de l'Ordre souverain militaire de Malte, un rôle essentiellement cérémoniel consacré au bien-être spirituel des membres de l'ordre. Il est resté patron jusqu'à cette année, mais n'a conservé que le titre, car il aurait été empêché de s'impliquer activement depuis 2016 et donc mis à l'écart lors des vastes réformes institutionnelles de l'ordre au cours des dernières années. En juin, le pape François a nommé le cardinal Gianfranco Ghirlanda, SJ, comme remplaçant officiel de Burke. Au moment de l'annonce, Mgr Burke n'était qu'à quelques jours de l'âge habituel de la retraite pour les évêques, qui est de 75 ans.

    Mgr Burke s'est révélé être un fervent critique de certaines initiatives du pape François.

    Il est l'un des cinq cardinaux qui ont envoyé des "dubia" au pape François pour lui demander de clarifier la position de l'Église sur le développement doctrinal, la bénédiction des unions homosexuelles, l'autorité du synode sur la synodalité, l'ordination des femmes et l'absolution sacramentelle. 

    Le document a été rendu public à la veille de l'ouverture du synode sur la synodalité au Vatican et a été discuté lors d'une conférence de presse tenue le 2 octobre, à laquelle Mgr Burke a participé et a exprimé ses inquiétudes concernant le synode.

    "Il est malheureusement très clair que l'invocation de l'Esprit Saint par certains a pour but de promouvoir un agenda plus politique et humain qu'ecclésial et divin", a déclaré Mgr Burke.

    Ce ne serait pas la première fois cette année que l'on demanderait à un ancien fonctionnaire curial de quitter son logement au Vatican.

    Selon un article paru dans un journal allemand en juin, le pape François a ordonné à l'archevêque Georg Gänswein de quitter le Vatican et de retourner en Allemagne. Mgr Gänswein, secrétaire de longue date du pape Benoît XVI, a été préfet de la Maison pontificale auprès de Benoît XVI et de son successeur, le pape François, jusqu'en février 2020. Le départ de Mgr Gänswein du Vatican après la mort de Benoît XVI et sa révocation par le pape François ont été perçus par certains comme une déchéance.

    Selon le média allemand, le pape François, dans ses commentaires sur la décision, "a fait référence à la coutume selon laquelle les anciens secrétaires privés des papes décédés ne restaient pas à Rome".

  • Quelle est la portée du conflit entre Bätzing et Gadecki ?

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Bätzing c. Gądecki : Qu'est-ce qui se cache derrière l'affrontement ?

    27 novembre 2023

    Le différend qui couvait entre le président de la conférence épiscopale allemande et son homologue polonais s'est dramatiquement envenimé dimanche.

    Le journal polonais Rzeczpospolita a publié le 26 novembre le texte intégral d'une lettre de l'évêque Georg Bätzing et de l'archevêque Stanisław Gądecki.

    Dans la lettre du 21 novembre, Mgr Bätzing a vivement critiqué Mgr Gądecki pour avoir écrit une lettre au pape sur la "voie synodale" controversée de l'Allemagne sans le consulter, décrivant cela comme un "comportement très peu synodal et peu fraternel".

    Qui sont ces deux dirigeants de l'Église ? Pourquoi sont-ils en désaccord ? Est-ce vraiment important ? Et que va-t-il se passer ensuite ? 

    The Pillar y jette un coup d'œil.

    De qui s'agit-il ?

    Mgr Bätzing, évêque de Limbourg âgé de 62 ans, préside la puissante conférence épiscopale allemande depuis mars 2020, date à laquelle il a été élu pour un mandat de six ans.

    Mgr Gądecki, l'archevêque de Poznań âgé de 74 ans, doit terminer son deuxième mandat de cinq ans en tant que président de la conférence épiscopale de Pologne au printemps 2024.

    L'Allemagne et la Pologne ayant une frontière commune, Bätzing et Gądecki sont des voisins ecclésiastiques. Bien que l'élection de Mgr Bätzing ait coïncidé avec la fermeture de l'Europe lors du coronavirus, les deux hommes se sont rencontrés fréquemment depuis la levée des restrictions.

    Lorsque Mgr Bätzing a rendu visite à Mgr Gądecki à Poznań en novembre 2021, les deux hommes espéraient poursuivre le dialogue sensible mais fructueux entre les évêques allemands et polonais, lancé après la Seconde Guerre mondiale et poursuivi par leurs prédécesseurs.

    Mais deux ans plus tard, leurs relations sont manifestement difficiles. 

    Pourquoi s'opposent-ils ?

    Lorsque Mgr Bätzing a succédé au cardinal munichois Reinhard Marx à la présidence de la conférence épiscopale, la voie synodale allemande était déjà engagée. 

    L'initiative réunissant les évêques du pays et des laïcs triés sur le volet pour discuter des changements radicaux à apporter à l'enseignement et à la pratique de l'Église dans le contexte d'un scandale d'abus démoralisant prenait de l'ampleur.

    Bien que Bätzing soit moins connu que Marx, il s'est rapidement imposé comme un défenseur énergique et éloquent de la méthode synodale qui, selon ses détracteurs, risquait de conduire l'Église catholique d'Allemagne au schisme.

    Gądecki fait partie des personnes concernées par l'expérience allemande. Le 22 février 2022, il met ses inquiétudes par écrit dans une lettre de près de 3 500 mots adressée à Bätzing.

    "L'Église catholique d'Allemagne est importante sur la carte de l'Europe, et je suis conscient qu'elle rayonnera sa foi ou son incroyance sur tout le continent", écrit-il. 

    "C'est pourquoi je regarde avec inquiétude les actions du 'chemin synodal' allemand jusqu'à présent. En observant ses fruits, on peut avoir l'impression que l'Évangile n'est pas toujours la base de la réflexion."

    Lire la suite

  • Le Synode : un antidote aux pressions schismatiques ?

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le Monday Vatican :

    Pape François, et si le Synode répondait au risque de schisme ?

    27 novembre 2023

    La réponse du pape François à quatre anciens délégués de la " Voie synodale " allemande a mis une nouvelle fois en lumière l'inquiétude du pape François face au chemin entrepris par l'Église d'Allemagne. Une inquiétude partagée au Vatican, au point que le risque de schisme est souvent évoqué. D'un certain point de vue, cependant, la réponse du pape François, combinée aux différentes actions concernant le Synodaler Weg allemand, laisse une question ouverte : Et si le pape François avait voulu mettre l'Église en état de synode permanent précisément pour éviter le schisme ?

    La question va au-delà des prétendues concessions doctrinales possibles du pape François.

    Le pape agit de manière pragmatique et cherche toujours à éviter les chocs frontaux, fidèle à l'idée que "le temps est supérieur à l'espace." La voie synodale allemande, dans son entêtement, aurait pu sembler un défi dangereux si elle avait été prise de front. Le pape François aurait alors tenté de trouver un moyen de contourner l'obstacle.

    Il s'agit de remonter dans le temps et de comprendre comment le pape François a agi, afin de trouver quelques confirmations à cette théorie. Il y a d'abord la lettre que le pape a envoyée au peuple de Dieu lors de son voyage en Allemagne en 2019. C'est une lettre qui encourage la discussion ouverte mais souligne que les décisions doctrinales n'appartiennent qu'à Rome et demande de ne pas tomber dans les dérives fonctionnalistes et les dérives idéologiques.

    Durant cette période, le cardinal Jean-Claude Hollerich a lancé l'idée d'un synode européen, ainsi que d'une série de synodes continentaux qui pourraient nous permettre de discuter ensemble et de surmonter globalement les différentes crises déclenchées dans les Églises locales.

    Le pape François doit décider d'un thème pour le synode des évêques, célébré en 2023. Le Pape lui-même dit que la première place parmi les demandes était de discuter du rôle du prêtre au Synode. La synodalité était le deuxième thème favori. Le pape François a choisi la synodalité. Et il semble qu'il y ait aussi l'idée sous-jacente d'absorber la tempête qui éclate en Allemagne dans un débat plus large.

    Un débat est déjà en cours sur certaines questions. Le cardinal Hollerich est nommé rapporteur général du synode. Il accueillera dans son archidiocèse de Luxembourg une rencontre entre le cardinal Grech et Mgr Baetzing, président de la Conférence épiscopale allemande, afin d'encourager la mise en place d'un groupe de travail qui réconcilie le Synodaler Weg allemand avec l'Église universelle.

    Et c'est toujours Hollerich qui se fait le porte-parole des questions les plus populaires dans les discussions du Synode, du rôle des femmes au changement de la doctrine de l'Église concernant les unions homosexuelles.

    Certaines positions autour du Synode semblent avoir pour objectif final de faire taire toute contestation possible, de jeter un rameau d'olivier à l'aile progressiste, et de tout absorber dans un nouvel équilibre.

    Lire la suite

  • Lettre de Rome aux évêques allemands : aucun changement dans l'ordination sacerdotale et l'homosexualité !

    IMPRIMER

    Lu sur kath.net/news :

    Lettre de Rome aux évêques allemands : aucun changement dans l'ordination sacerdotale et l'homosexualité !

    24 novembre 2023

    Selon les médias, le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin aurait informé les évêques allemands que l'ordination sacerdotale, réservée aux hommes, et l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité n'étaient pas négociables.

    Le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin a informé tous les évêques allemands que l'ordination réservée aux hommes et l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité ne sont pas négociables. Une approche allemande particulière sur cette question est donc exclue. Ceci est rapporté par le «Tagespost». C'est pourquoi Parolin l'a déjà fait savoir le 23 octobre dans une lettre adressée à la secrétaire générale des évêques allemands, Beate Gilles. Selon la lettre, les évêques ont reçu un message clair selon lequel le Vatican n'envisageait pas du tout d'aborder la lettre « Ordinatio Sacerdotalis » de Jean-Paul II lors de futurs entretiens avec une délégation d'évêques allemands, au cours desquels l'exclusion des femmes de l'ordination sacerdotale a été réaffirmée ou faire de l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité un enjeu.

    Considérant le parcours du chemin synodal allemand jusqu'à présent, il faut d'abord se rendre compte qu'un chemin synodal universel convoqué par le Saint-Père est actuellement en cours. Il faut donc respecter ce cheminement de l’Église universelle et éviter de donner l’impression que des initiatives parallèles sont en cours, indifférentes à l’effort de « marcher ensemble ».

    À cet égard, il convient de reprendre quelques paroles du Saint-Père au peuple de Dieu en Allemagne : « Frères et sœurs, prenons soin les uns des autres ! Soyons attentifs à la tentation du père du mensonge et de la division, du maître de la division, qui, en poussant la recherche d'un bien apparent ou d'une réponse à une situation particulière, finit par démembrer le corps du peuple saint et fidèle de Dieu. »

    Dans le respect des préoccupations de certains membres de l'Église d'Allemagne, nous « ouvrons la tente » pour poursuivre le dialogue déjà commencé, dans l'espoir qu'il soit caractérisé par le respect et l'affection fraternelle, en tenant compte des thèmes présentés dans les documents qui résumer les propositions.

    Il convient toutefois de préciser d’emblée que ces sujets revêtent une importance différente et ne peuvent pas tous être placés sur le même plan. Certains d’entre eux présentent des aspects qui ne peuvent pas être évoqués, mais également des aspects qui peuvent être approfondis ensemble. En ce qui concerne d'autres, cependant, il n'est pas possible d'arriver à une appréciation différente, comme la suivante :

    a) L'ordination sacerdotale réservée aux hommes : "Bien que la doctrine sur l'ordination sacerdotale réservée aux hommes ait été conservée par la tradition constante et complète de l'Église et enseignée avec constance par le Magistère dans les documents récents, on considère néanmoins à notre époque, en divers endroits, qu'elle peut être discutée, ou bien on attribue seulement une signification disciplinaire à la décision de l'Église de ne pas admettre les femmes à cette ordination. Afin donc que soit levé tout doute sur la question importante qui concerne la constitution divine de l'Église elle-même, je déclare, en vertu de mon ministère d'affermissement des frères (cf. Lc 22, 32), que l'Église n'a aucune autorité pour conférer l'ordination sacerdotale à des femmes et que tous les fidèles de l'Église doivent s'en tenir définitivement à cette décision".

    Lire la suite

  • Un virage conservateur au sein du clergé américain

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Changement de tendance au sein du clergé américain

    Un virage conservateur dans la foi catholique

    Une étude récente menée par The Catholic Project, un groupe de recherche de l’American University à Washington, a révélé un changement spectaculaire dans les tendances théologiques au sein du clergé catholique aux États-Unis. L’étude, considérée comme la plus vaste enquête menée auprès des prêtres catholiques au cours des cinquante dernières années, met en évidence une différence générationnelle marquée dans l’attachement des prêtres à la tradition et à l’orthodoxie.

    L’étude indique que les jeunes prêtres américains sont nettement plus attachés à la tradition que leurs confrères plus âgés de la génération conciliaire. Plus de 80 % des prêtres ordonnés après 2020 s’identifient comme conservateurs ou orthodoxes, en accord avec le magistère de l’Église. Cette évolution contraste fortement avec l’image que les prêtres plus âgés ont d’eux-mêmes, la plupart d’entre eux s’identifiant comme libéraux sur le plan politique et progressistes sur le plan théologique.

    La décision claire des jeunes prêtres d’embrasser une foi qui privilégie la compréhension et s’abstient consciemment de remettre en question l’enseignement de l’Église a été constante au cours des dernières années. Si l’on analyse les chiffres de 2010 à 2023, plus de 50 % des prêtres nouvellement ordonnés se décrivent comme conservateurs, ce qui marque une tendance à la hausse de cette orientation théologique.

    Selon l’étude, « le nombre de personnes nouvellement ordonnées qui se considèrent comme politiquement libérales ou théologiquement progressistes a régulièrement diminué depuis Vatican II et a maintenant presque disparu ». Aucun prêtre interrogé au cours de cette période ne s’est considéré comme très progressiste sur le plan théologique.

    Ce changement de tendance soulève des questions sur l’avenir de l’Église catholique aux États-Unis et sur la manière dont ces différences théologiques pourraient influencer son orientation. Cette tendance conservatrice se traduira-t-elle par une révision des politiques internes de l’Église ? Comment les fidèles réagiront-ils à ce changement de tendance dans l’orientation théologique du clergé ?

    Alors que l’Église fait face à ces changements, il est clair que la prochaine génération de prêtres donne un ton différent dans sa relation à la tradition et à l’orthodoxie, remettant en question les tendances théologiques qui ont prévalu pendant des décennies.

  • « Trans ? Dieu n'a créé que des hommes et des femmes et non 60 genres. »

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Cardinal Müller : « Trans ? Dieu n'a créé que des hommes et des femmes et non 60 genres. »

    «Dieu a créé deux genres, masculin et féminin, et non 60 genres». Le cardinal théologien allemand Gerhard Muller, ancien préfet du Dicastère de la Foi et rédacteur de l'immense œuvre théologique de Joseph Ratzinger, soulève des doutes et conteste le cadre doctrinal appliqué au dernier document du Vatican sur les personnes trans du cardinal argentin, Manuel Fernández, avec, par derrière, l'approbation papale. "Toute atteinte au corps humain est et reste un péché aux yeux de Dieu. Naturellement, il existe des cas très rares dans la nature d'individus qui naissent avec des aspects à la fois masculins et féminins : les hermaphrodites. Nous parlons évidemment de petits pourcentages. Dans la nature, les enfants naissent également sans bras ou avec d’autres handicaps. Cela ne veut pas dire que l’Église doit légitimer la réalité fondamentale avec laquelle nous avons tous été créés, c’est-à-dire hommes et femmes. »

    Votre Éminence, dans le dernier document du Vatican demandé par un évêque brésilien, un transsexuel est autorisé à recevoir le baptême à condition que cela ne génère pas de scandale public...

    « Les hermaphrodites nés avec cette particularité peuvent recevoir le baptême, mais pas ceux qui ont mutilé leur corps. Je me demande si cette réponse a été donnée parce qu'il y a des transsexuels qui demandent aux prêtres ou aux évêques un deuxième baptême mais avec le nouveau prénom qu'ils ont à l'état civil ou qui veulent changer l'acte de baptême dans les archives paroissiales."

    La doctrine a-t-elle changé ?

    "Se mutiler est un péché grave aux yeux de Dieu. Je peux certes me couper l'oreille, mais c'est un péché. Le corps humain est un temple du Saint-Esprit. Il y a des gens qui changent de visage et subissent des opérations pour se transformer en reptile, comme ce citoyen français qui s'est fait opérer à plusieurs reprises parce qu'il voulait ressembler à un extraterrestre.

    Il me semble, entre autres, que derrière ce phénomène se cache une industrie florissante qui rapporte des milliards et des milliards...»

    Le texte du Vatican autorise-t-il le baptême pour ces personnes ?

    «À mon avis, il s'agit d'un texte essentiellement ambigu : il ne le dit pas explicitement, mais les conséquences sont les mêmes. En outre, il est déroutant et préjudiciable que le Magistère se fonde sur la terminologie d'une anthropologie nihiliste et athée, semblant accorder à son faux contenu le statut d'opinion théologique légitime dans l'Église.

    Dans un autre passage il parle d'un utérus à louer...

    «Il ne l'autorise évidemment pas, mais dans la manière peu claire avec laquelle la réponse a été formulée, en mentionnant l'utérus loué, c'est comme s'il l'acceptait indirectement ou pouvait être interprété de cette façon.".

    Lire la suite

  • La Lettre du pape au sujet du Chemin Synodal allemand

    IMPRIMER

    Texte intégral : Lettre du pape François exprimant son inquiétude concernant la voie synodale allemande

    "Ce comité a pour objectif de créer une instance consultative et décisionnelle. Cependant, comme indiqué dans la résolution correspondante, la structure proposée n’est pas conforme à la structure sacramentelle de l’Église catholique."

    21 novembre 2023

    Note de l'éditeur : le pape François a écrit une lettre à quatre laïques catholiques allemandes pour exprimer ses « inquiétudes » quant à l'orientation de l'Église catholique en Allemagne. Ce qui suit est une traduction du texte intégral de la lettre allemande, signée par le Pape le 10 novembre et publiée pour la première fois par le journal allemand Welt le 21 novembre :

    Du Vatican, le 10 novembre 2023

    Cher professeur Westerhorstmann,

    Cher professeur Schlosser,

    Cher professeur Gerl-Falkovitz,

    Chère Mme Schmidt,

    J'exprime ma gratitude pour votre aimable lettre datée du 6 novembre. Vos inquiétudes concernant les développements actuels au sein de l'Église en Allemagne me sont parvenues et je partage vos inquiétudes. Il existe en effet de nombreuses mesures prises par des segments importants de cette Église locale qui menacent de l'éloigner de plus en plus du chemin commun de l'Église universelle. Cela inclut sans aucun doute la création du comité synodal auquel vous avez fait référence. Ce comité vise à mettre en place une instance consultative et décisionnelle. Cependant, comme le souligne la résolution correspondante, la structure proposée n’est pas conforme à la structure sacramentelle de l’Église catholique. Par conséquent, sa formation a été interdite par le Saint-Siège dans une lettre du 16 janvier 2023, qui a reçu mon aval spécifique.

    Dans ma « Lettre au peuple pèlerin de Dieu en Allemagne », je n’ai pas cherché à trouver le « salut » dans des comités en constante évolution, ni à persister dans des dialogues égocentriques ressassant les mêmes thèmes. Mon objectif était plutôt de réaffirmer l’importance de la prière, de la pénitence et de l’adoration. J'ai exhorté à une ouverture et à un appel à l'action pour dialoguer avec nos frères et sœurs, en particulier ceux qui se trouvent aux portes de nos églises, dans les rues, dans les prisons, les hôpitaux, les places publiques et les villes (comme mentionné dans la section 8). Je crois fermement qu'en ces lieux, le Seigneur nous guidera.

    Je salue vos contributions à la théologie et à la philosophie et je vous remercie pour votre témoignage de la foi. Que le Seigneur vous bénisse et que la Bienheureuse Vierge Marie vous garde. Je vous demande gentiment de continuer à prier pour moi et pour notre engagement commun en faveur de l’unité.

    Unis dans le Seigneur,

    François

  • "Si l'Antéchrist apparaît, ce ne sera pas une personne en particulier"

    IMPRIMER

    De Opoka.org :

    Le P. Skrzypczak : si l'Antéchrist apparaît, ce ne sera pas une personne en particulier

    « Je suis de plus en plus convaincu que si Anomos – l’Antéchrist – apparaît, ce ne sera pas une personne en particulier. Ce sera plutôt une forme de spiritualité contraignante » a déclaré le Père. prof. doctorat Robert Skrzypczak lors du colloque "Ne laissez pas le mal gagner !", qui a eu lieu à l'Université Cardinal Stefan Wyszyński le 18 novembre.

    Le P. prof. Skrzypczak a donné une conférence sur le thème "La figure biblique de l'Antéchrist explique-t-elle notre époque ?" Il a souligné que "la figure de l'Antéchrist peut apparaître non seulement dans le monde, mais aussi dans l'Église sous le couvert de ce qu'on appelle la synodalité".

    « Je suis de plus en plus convaincu que si Anomos – l’Antéchrist – apparaît, ce ne sera pas une personne en particulier. Il s’agira plutôt d’une forme de spiritualité contraignante, mainstream – la tendance actuelle. Il sera respecté par ceux qui veulent être au même niveau et qui ont peur de l'exclusion", a-t-il déclaré. "Il s'agira plutôt d'une sorte de bombe à particules qui, si elle explose, infectera tout le monde avec son contenu", a-t-il ajouté.

    Le prêtre a donné en exemple le scénario pour la série "Kingdom", qui se déroule dans l'un des hôpitaux de Copenhague. "Personne ne se rend compte que 'quelque chose' commence à sortir du sous-sol de l'hôpital." Ce « quelque chose » commence à imprégner et à entourer les gens, affectant leur comportement », a-t-il expliqué.

    Le P. Skrzypczak a souligné que l'Antéchrist peut aussi se cacher en chacun de nous, "comme quelque chose qui lutte contre le Christ, empêche son retour et rend ce monde insupportable". « Peut-être devons-nous aussi le chercher dans un péché structurel, comme le dit saint Paul. Jean-Paul II l'a appelé « la culture de la mort », a-t-il déclaré.

    Selon le P. Le remède de Skrzypczak à l'apparition de l'Antéchrist est d'appliquer l'appel à la vie de Jésus lorsqu'il parlait de la fin des temps : Que vos reins soient ceints et que vos torches soient allumées.

    "La foi vivante et la conversion sincère des chrétiens est le catéchon, ce qui peut arrêter l'apparition de l'Antéchrist, que ce soit sous forme de spiritualité ou de civilisation d'Anomos", a déclaré le Père. prof. Skrzypczak.

    Le colloque « Ne laissez pas le mal vous vaincre ! » a été organisée par le Département de Mysticisme Chrétien et la Société Saint-Paul. Parmi les intervenants figuraient : prêtre Andrzej Grefkowicz avec une conférence "L'expérience d'un exorciste dans le ministère de la délivrance", Maria Angela Calcagno avec un témoignage "Je suis un miracle de l'amour de Dieu. L'histoire de ma victoire sur Satan", ou le Père Dr. Łukasz Buksa avec une conférence "La génération du monde virtuel. Les générations et leurs choix.

  • Le pape François exprime son inquiétude concernant l'Église en Allemagne

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur CNA :

    Cité du Vatican, 21 nov. 2023

    Le pape François a exprimé de profondes réserves quant à l'orientation de l'Église catholique en Allemagne, avertissant que les mesures concrètes actuellement prises "menacent" de saper l'unité avec l'Église universelle.

    Dans une intervention personnelle frappante, le pape a écrit une lettre à quatre laïques catholiques allemandes, publiée dans le journal allemand Welt le 21 novembre.

    "Je partage moi aussi les inquiétudes suscitées par les nombreuses mesures concrètes prises par de larges pans de cette Église locale, qui menacent de s'éloigner de plus en plus de la voie commune de l'Église universelle", écrit le pape dans sa lettre, rédigée en allemand et signée "François".

    L'une des principales préoccupations du pape est la volonté d'établir un "Conseil synodal" permanent, un organe mixte composé de laïcs et d'évêques qui gouvernerait l'Église catholique en Allemagne. Le pape a souligné que ce type "d'organe consultatif et décisionnel (...) ne peut être concilié avec la structure sacramentelle de l'Église catholique" et a fait référence à une interdiction antérieure du Vatican sur ce sujet.

    Les dirigeants de la Voie synodale allemande controversée se sont récemment réunis à Essen le 10 novembre. Leur objectif est d'établir un Conseil synodal en Allemagne au plus tard en 2026.

    Le pape a proposé une voie différente pour l'Église en Allemagne. Au lieu de chercher le "salut" dans des comités toujours nouveaux et de discuter toujours du même sujet avec un certain repli sur soi, le pape a exhorté l'Église catholique en Allemagne à "s'ouvrir et à aller à la rencontre de nos frères et sœurs, en particulier de ceux qui se trouvent ... sur le seuil des portes de nos églises, dans les rues, dans les prisons, dans les hôpitaux, sur les places et dans les villes".

  • Le pape François réaffirme que les catholiques ne peuvent pas être francs-maçons

    IMPRIMER

    De Life Site News :

    Le pape François réaffirme que les catholiques ne peuvent pas être francs-maçons

    Le bref document du Dicastère pour la doctrine de la foi intervient alors que le pape François et le cardinal Fernández ont publié des déclarations confuses sur la sexualité et le genre.
    Image en vedette

    15 novembre 2023

    Il est interdit aux catholiques de se joindre aux francs-maçons, a réaffirmé aujourd'hui le Dicastère (anciennement Congrégation) pour la Doctrine de la Foi dans une déclaration signée par le Cardinal Víctor Fernández et approuvée par le Pape François.

    La question a été posée par Mgr Julito Cortes, évêque du diocèse de Dumaguete aux Philippines, qui a déclaré que des membres de son troupeau rejoignaient de plus en plus souvent des loges maçonniques. "L'appartenance à la franc-maçonnerie est très importante aux Philippines ; elle concerne non seulement ceux qui sont officiellement inscrits dans les loges maçonniques mais, plus généralement, un grand nombre de sympathisants et d'associés qui sont personnellement convaincus qu'il n'y a pas d'opposition entre l'appartenance à l'Église catholique et aux loges maçonniques", peut-on lire dans la réponse.

    "Sur le plan doctrinal, il convient de rappeler que l'adhésion active d'un fidèle à la franc-maçonnerie est interdite en raison de l'inconciliabilité entre la doctrine catholique et la franc-maçonnerie", indique la réponse, faisant référence à la déclaration de 1983 de la Congrégation sur la question ainsi qu'aux directives de la Conférence des évêques catholiques des Philippines publiées en 2003.

    "Au niveau pastoral, le Dicastère propose que les évêques philippins mènent une catéchèse accessible au peuple et dans toutes les paroisses sur les raisons de l'inconciliabilité entre la foi catholique et la franc-maçonnerie", peut-on lire dans la réponse. "Enfin, les évêques philippins sont invités à réfléchir à l'opportunité de se prononcer publiquement sur cette question.

    La CDF a réitéré l'enseignement de l'Église selon lequel la franc-maçonnerie est un péché mortel en 1983, dans un contexte de confusion quant à la question de savoir s'il était toujours interdit aux catholiques d'adhérer à la franc-maçonnerie.

    "Les fidèles qui s'inscrivent dans des associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent recevoir la Sainte Communion", a réaffirmé en 1983 la Congrégation pour la doctrine de la foi, dirigée à l'époque par le cardinal Joseph Ratzinger. L'interdiction a toujours été en vigueur depuis la bulle In eminenti, publiée en 1738 par le pape Clément XII.

    La franc-maçonnerie implique des serments secrets et ses "rites" se moquent du catholicisme.

    Le père William Saunders a détaillé certains des problèmes dans un article pour EWTN.

    "L'Église catholique a des difficultés avec la franc-maçonnerie parce qu'elle est en fait une sorte de religion à part entière", écrit-il. "La pratique de la franc-maçonnerie comprend des temples, des autels, un code moral, des services de culte, des vêtements, des jours de fête, une hiérarchie, des rites d'initiation et d'enterrement, et des promesses de récompense et de punition éternelles.

    Alors qu'en Amérique, la plupart des francs-maçons sont chrétiens et exposent une Bible sur leur "autel", dans les mêmes loges ou ailleurs, les juifs, les musulmans, les hindous ou d'autres religions non chrétiennes peuvent être admis et utiliser leurs propres écritures sacrées", explique-t-il.

    L'un des "rites" comprend un rejet explicite de la papauté et d'un pouvoir éternel.

    Lorsqu'une personne atteint le 30e degré de la hiérarchie maçonnique, appelé le Kadosh, elle écrase du pied la tiare papale et la couronne royale et jure de libérer l'humanité "de l'esclavage du despotisme et du fardeau de la tyrannie spirituelle", a expliqué M. Saunders.

    Le prêtre catholique a ensuite expliqué un serment :

    Un candidat prête serment à la franc-maçonnerie et à ses secrets sous peine de mort ou d'automutilation en s'agenouillant les yeux bandés devant l'autel, en plaçant ses deux mains sur le volume de la loi sacrée (peut-être la Bible), l'équerre et le compas, et en répétant après le "vénérable maître". N'oubliez pas que le candidat ne connaît même pas encore tous les "secrets" sur lesquels il prête serment.

    La réaffirmation par le cardinal Fernández de près de 300 ans d'enseignement de l'Église catholique sur la franc-maçonnerie intervient alors que le préfet et le pape François ont publié des déclarations confuses sur la sexualité humaine et le genre, notamment sur le fait que les personnes confuses quant à leur sexe peuvent recevoir le baptême et servir de parrains, en contradiction avec une déclaration de 2015 de la CDF sur la question.

    Le cardinal Fernández a également refusé d'exclure les "bénédictions" pour les "couples" de même sexe, malgré une déclaration de la CDF de 2021 qui réaffirmait qu'ils ne pouvaient pas recevoir de "bénédiction".

  • Une parution à ne pas manquer : "Trouvera-t-Il encore la foi sur la terre ?" de l'abbé Claude Barthe

    IMPRIMER

    Vient de paraître
    (en librairie le 16 novembre 2023)

    Trouvera-t-Il encore la foi sur la terre ?

    Abbé Claude Barthe

    Vingt siècles après sa fondation, le catholicisme a connu un immense retournement. Les orientations de Vatican II ne sont pas la seule explication de la crise sans précédent que traverse aujourd’hui l’Église. Mais cet événement est à la source d’un séisme considérable du point de vue théologique, liturgique, pastoral, dans la vie cléricale, religieuse, comme en ce qui concerne les missions et les vocations.

       Soixante ans après la clôture de Vatican II, l’auteur se recentre sur l’histoire de ce qu’il qualifie de prise du pouvoir doctrinal par les partisans du modernisme et de la nouvelle théologie. Il estime qu’avec des réticences, des correctifs, des ambiguïtés, l’assemblée conciliaire non monolithique a donné un certain nombre de gages au pluralisme et donc au relativisme moderne, tant dans la manière adogmatique dont son enseignement a été délivré, que dans son enseignement œcumé¬nique, au sens large de reconnaissance d’une certaine légitimité de la diversité de croyances.

       Cet essai s’inscrit dans le long processus de délégitimation progressive de l’événement historique de Vatican II, commencé à l’orée des années quatre-vingt et accéléré par l’élection de Benoît XVI avant le revirement romain brutal opéré sous le pontificat du pape François.

    à commander ici

  • Le synode transmettra-t-il la foi ou l'incrédulité ? Entretien avec le chef de la Conférence épiscopale polonaise

    IMPRIMER

    Du Catholic World Report :

    Le synode transmettra-t-il la foi ou l'incrédulité ? Entretien avec l'archevêque Stanisław Gądecki

    Aujourd'hui, dit le chef de la Conférence épiscopale polonaise, nous avons "une rencontre entre les Églises de l'excès et les Églises de la pénurie". ... "La menace de dilapider les acquis de deux millénaires de christianisme nous concerne directement, nous, représentants de l'Occident."

    13 novembre 2023

    Mgr Stanisław Gądecki a été nommé archevêque de Poznań, en Pologne, en mars 2002 par le pape Jean-Paul II. En mars 2014, il a été élu président de la Conférence épiscopale polonaise pour le premier mandat, et en mars 2019, il a été élu pour le second mandat. Il effectue actuellement un second mandat en tant que membre du Dicastère pour la doctrine de la foi.

    Mgr Gądecki a participé au Synode des évêques à Rome consacré à la proclamation de la Parole de Dieu (2008), à la nouvelle évangélisation (2012), à la famille (2014 et 2015) et à la jeunesse (2018), ainsi qu'à l'Assemblée synodale qui s'est tenue à Rome en octobre.

    Il s'est récemment entretenu avec Catholic World Report au sujet de la récente Assemblée synodale, des aspects positifs et négatifs de l'Assemblée, de la pression actuelle en faveur de la bénédiction des couples homosexuels et de l'extrémisme du Synodale Weg allemand.

    CWR : Excellence, c'est le cinquième Synode auquel vous participez. Qu'est-ce qui vous a surpris lors de l'Assemblée synodale à Rome le mois dernier ?

    Mgr Stanisław Gądecki : Le processus de consultation lancé par le pape François aux niveaux paroissial, diocésain, national et enfin continental a été une expérience nouvelle et intéressante. Tout le monde a été invité à participer, quelle que soit son attitude à l'égard de la foi et de l'Église catholique. En conséquence de cette approche, la voix "non-catholique" était parfois plus audible que la voix "catholique". Cependant, ce n'est pas ce que signifie la recherche de la volonté de Dieu. Nous avons vu une grande variété de points de vue, les plus extrêmes étant exprimés en Allemagne, où le Synodale Weg s'est déroulé parallèlement au processus synodal.

    La diversité des opinions et l'équilibre à la limite de l'orthodoxie ont également été entendus à Rome, ce qui s'est en partie reflété dans le document final. En outre, la clause de confidentialité pour tous concernant ce qui s'est passé dans la salle du Synode était une nouveauté. En effet, à l'exception de James Martin, qui a enfreint cette règle lors d'une réunion avec les ambassadeurs de l'Union européenne, tous les autres l'ont respectée.

    Le synode a offert beaucoup de temps pour la prière et la méditation. Nous avons passé beaucoup de temps en petits groupes, mais il n'y avait pas de possibilité de conversation authentique. L'exigence était d'"écouter sans préjugés" l'interlocuteur et de ne pas entrer dans la polémique. C'est une expérience intéressante, mais qui ne sert pas le dialogue, c'est-à-dire la recherche rationnelle de la vérité, même si dans mon groupe, tout le monde était très sympathique. En outre, des thèmes spécifiques étaient assignés à chaque table à l'avance, de sorte que le fait d'être assigné à un groupe particulier équivalait à être exclu de la conversation sur d'autres sujets. Il y avait également des sessions plénières où l'on pouvait faire entendre sa voix. Trois puis deux minutes étaient allouées pour les déclarations. Certains participants ont réussi à parler trois ou quatre fois. Curieusement, je n'ai pas eu cette chance. Nous avons été encouragés à envoyer des positions au secrétariat, mais personne ne semble les avoir lues jusqu'à présent.

    CWR : La participation des laïcs au Synode sur la synodalité a-t-elle donné un style différent aux travaux ?

    Mgr Gądecki : La participation des fidèles laïcs au processus de consultation était naturelle. C'est une pratique courante dans les Églises locales.

    Lire la suite