Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 9

  • Le Saint-Siège recadre la "Voie synodale" allemande

    IMPRIMER

    Source (Bulletin de la Salle de Presse du Vatican), sans signature...:

    Déclaration du Saint-Siège

    21.07.2022

    Pour protéger la liberté du Peuple de Dieu et l'exercice du ministère épiscopal, il semble nécessaire de préciser que la "Voie synodale" en Allemagne n'a pas le pouvoir d'obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouveaux modes de gouvernance et de nouvelles approches de la doctrine et de la morale.

    Il ne serait pas permis d'initier de nouvelles structures ou doctrines officielles dans les diocèses, avant un accord convenu au niveau de l'Église universelle, ce qui représenterait une blessure pour la communion ecclésiale et une menace pour l'unité de l'Église. Comme l'a rappelé le Saint-Père dans sa lettre au Peuple de Dieu en chemin en Allemagne : " L'Église universelle vit dans et à partir des Églises particulières, de même que les Églises particulières vivent et s'épanouissent dans et à partir de l'Église universelle, et si elles se séparent de l'ensemble du corps ecclésial, elles s'affaiblissent, pourrissent et meurent ". D'où la nécessité de maintenir toujours vivante et efficace la communion avec l'ensemble du corps de l'Église" [1]. Il est donc souhaité que les propositions du Chemin des Eglises particulières en Allemagne s'intègrent dans la voie synodale suivie par l'Eglise universelle, pour un enrichissement mutuel et un témoignage de cette unité avec laquelle le corps de l'Eglise manifeste sa fidélité au Christ Seigneur.

    _______________

    [1] FRANCOIS, Lettre au peuple de Dieu sur le chemin en Allemagne, 9.

    Et donc a-t-on envie de dire ? Si les propositions des Eglises particulières en Allemagne ne s’intègrent pas dans la voie synodale (laquelle ?…) suivie par l’Eglise universelle, qu’arrivera-t-il ? Des sanctions ? »

  • Chine communiste : Le Parlement européen appelle le Vatican à soutenir pleinement le cardinal Zen

    IMPRIMER

    L'arrestation de Zen est une attaque contre la liberté religieuse et toutes les allégations des autorités chinoises doivent être abandonnées, demandent les députés. Lu sur le site kath net :


    pape-francois-500x247.jpg

    « STRASBOURG/BRUXELLES (kath.net/mk) Dans une résolution du 7 juillet, le Parlement européen a appelé le Saint-Siège à « apporter son plein soutien au cardinal Zen de Hong Kong » et à intensifier la pression diplomatique sur les autorités chinoises pour que les allégations soient  abandonnées, note le Catholic World Report. En toile de fond: l'arrestation et l'inculpation de l'homme de 90 ans en mai pour avoir soutenu le mouvement démocratique et n'avoir pas enregistré d'association.

    Le Parlement européen a fait référence à la liberté de religion et a désigné le cardinal comme un grand défenseur du mouvement démocratique de Hong Kong.

    Le cardinal Zen est également un critique majeur de l'accord entre le Vatican et le régime communiste chinois à propos de la nomination des évêques. "Le martyre fait partie de notre Église", a-t-il dit. Le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin, quant à lui, a déclaré le lendemain de l'arrestation de Zen qu'il espérait que cela ne compliquerait pas le dialogue du Saint-Siège avec la Chine.

    Le procès de Zen et d'autres dirigeants pro-démocratie doit commencer le 19 septembre… »

    Ref. Le Parlement européen appelle le Vatican à soutenir pleinement le cardinal Zen

    Bref, le sermoneur sermonné ou le monde à l’envers?  (JPSC)

  • Les investissements financiers du Saint-Siège ne pourront plus contredire les principes fondamentaux de l'enseignement catholique

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (Hannah Brockhaus) :

    Une nouvelle politique pour les investissements financiers du Saint-Siège et de l’État du Vatican stipule que les investissements du Vatican ne peuvent pas contredire l'enseignement catholique

    19 juillet 2022

    Une réglementation du Vatican publiée mardi indique que les investissements financiers du Saint-Siège ne peuvent pas contredire l'enseignement catholique.

    La réglementation stipule que les investissements du Vatican doivent "être alignés sur les enseignements de l'Église catholique, avec des exclusions spécifiques pour les investissements financiers qui contredisent ses principes fondamentaux, tels que le caractère sacré de la vie ou la dignité de l'être humain ou le bien commun."

    Les lignes directrices précisent également que les investissements du Saint-Siège et des entités connexes doivent viser à contribuer à un monde plus juste et plus durable et à générer un rendement suffisant de manière durable.

    La politique, qui poursuit la réforme des finances du Vatican engagée par le pape François, entre en vigueur le 1er septembre.

    Les investissements seront effectués par l'intermédiaire d'APSA, le gestionnaire du trésor et de la fortune souveraine du Saint-Siège, et supervisés par un comité d'éthique composé de quatre professionnels de la finance et dirigé par le cardinal Kevin Farrell.

    Selon la nouvelle politique pour les investissements financiers du Saint-Siège et de l’État du Vatican, le Vatican et les entités apparentées ne peuvent pas investir dans des produits et des technologies liés à "la pornographie et la prostitution, les jeux d'argent, l'industrie de l'armement et de la défense, les centres de santé favorables à l'avortement et les laboratoires ou sociétés pharmaceutiques qui fabriquent des produits contraceptifs et/ou travaillent avec des cellules souches embryonnaires".

    Les industries qui, selon la politique, doivent être évitées pour les investissements, mais ne sont pas interdites, comprennent le pétrole et les mines, l'énergie nucléaire et les boissons alcoolisées.

    Les entités du Vatican disposeront d'un délai de grâce d'un an pour se défaire des investissements existants qui ne sont pas conformes aux nouvelles politiques.

    En avril 2021, une émission d'investigation italienne a accusé le trésor du Vatican d'avoir investi 20 millions d'euros (environ 24 millions de dollars à l'époque) dans plusieurs sociétés pharmaceutiques impliquées dans la fabrication de la "pilule du lendemain".

    Selon la politique, les investissements doivent être évalués pour s'assurer qu'ils sont conformes aux principes de la doctrine sociale de l'Église catholique sur la dignité humaine, le bien commun - y compris la destination universelle des biens - la subsidiarité et la solidarité.

    Les directives excluent également les investissements conçus pour être spéculatifs ou relevant d'une stratégie spéculative "à moins qu'ils ne soient nécessaires à l'efficacité des opérations d'investissement ou à la couverture des risques."

    "La décision d'investir dans un endroit plutôt qu'un autre... est toujours un choix moral et culturel", indique la politique.

    Les investissements seront approuvés par un comité de surveillance, qui a été formé le mois dernier après près de deux ans de travail.

    Le 7 juin, le cardinal Kevin Farrell a été nommé président du nouveau comité de surveillance, un organe établi par la nouvelle constitution du Vatican, Praedicate evangelium.

    Farrell, 74 ans, dirigera un comité composé de quatre professionnels des finances : John J. Zona, directeur des investissements du Boston College ; Jean Pierre Casey, fondateur et gestionnaire de RegHedge ; Giovanni Christian Michael Gay, directeur général de Union Investment Privatfonds GmbH ; et David Harris, gestionnaire de portefeuille de Skagen Funds.

    Depuis 2020, le cardinal irlando-américain dirige également un comité chargé de surveiller les décisions financières internes du Vatican qui échappent aux autres normes de responsabilité.

    Selon les statuts du comité, publiés le 19 juillet, les membres sont nommés par le pape François pour un mandat de cinq ans, avec possibilité de reconduction pour un second mandat.

  • USA : "un projet de loi sur l'avortement le plus injuste et le plus extrême que notre nation ait jamais vu"

    IMPRIMER

    Lu sur le National Catholic Register :

    Les évêques américains qualifient de "grave" le projet de loi de la Chambre des représentants qui offrirait des avortements gratuits.

    Mettre délibérément fin à la vie d'êtres humains sans défense et sans voix est l'antithèse des soins de santé", ont déclaré Mgr Lori et le cardinal Dolan.

    Les évêques plaident en faveur d'une société dans laquelle la protection juridique de la vie humaine s'accompagne d'une attention particulière pour les mères et leurs enfants.

    19 juillet 2022

    La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a condamné un projet de loi adopté par la Chambre des représentants des États-Unis qui élargirait l'accès à l'avortement plutôt que d'aider les femmes et les enfants.

    La loi sur la protection de la santé des femmes, que la Chambre a adoptée par 219 voix contre 210 vendredi, est "le projet de loi sur l'avortement sur demande le plus injuste et le plus extrême que notre nation ait jamais vu", ont écrit l'archevêque William Lori de Baltimore et le cardinal Timothy Dolan de New York dans une déclaration du 18 juillet.

    "Répondre aux besoins des femmes en promouvant l'avortement facultatif financé par les contribuables, comme le ferait ce projet de loi, est un mal grave et un manquement à l'amour et au service des femmes", ont déclaré l'archevêque Lori, président du Comité des activités pro-vie de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), et le cardinal Dolan, président du Comité pour la liberté religieuse de l'USCCB. 

    "Offrir des avortements gratuits ou à faible coût, au lieu d'augmenter les ressources dont les femmes ont besoin pour prendre soin d'elles-mêmes et de leurs enfants, n'est pas un 'choix' mais une coercition et un abandon sans pitié", ont-ils déclaré.

    Les démocrates ne disposant pas des voix nécessaires pour surmonter l'obstruction des républicains, le projet de loi ne devrait pas être adopté par le Sénat. 

    Mais les démocrates pro-avortement, dont le président Joe Biden et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont fait de l'adoption éventuelle de la loi sur la protection de la santé des femmes une pièce maîtresse de leurs plans visant à annuler la décision prise par la Cour suprême des États-Unis le 24 juin dans l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, qui a annulé le droit constitutionnel à l'avortement à l'échelle nationale.

    La loi sur la protection de la santé des femmes obligerait les Américains à financer l'avortement avec l'argent des contribuables et forcerait les fournisseurs et les professionnels de la santé à pratiquer ou à faciliter les avortements, met en garde la déclaration de l'USCCB. Les évêques ont noté que les assureurs et les employeurs devraient également aider à payer les avortements "contre leurs croyances profondes". 

    "Il ne suffit pas de répéter le mantra selon lequel l'avortement est un soin de santé pour que ce soit le cas", ont insisté Mgr Lori et le cardinal Dolan. "Mettre délibérément fin à la vie d'êtres humains sans défense et sans voix est l'antithèse des soins de santé".

    En réponse à l'adoption de la loi sur la protection de la santé des femmes, les évêques américains ont fait la promotion d'une alternative pro-vie à l'avortement : un ministère paroissial géré par l'USCCB appelé Standing With Moms in Need. 

    Nous implorons ceux qui considèrent l'avortement comme une "solution" légitime aux besoins des femmes d'abandonner ce chemin de mort et de désespoir", ont écrit Mgr Lori et le cardinal Dolan. "Au lieu de cela, nous invitons tout le monde à se joindre à nous pour poursuivre une vision que nous avons présentée dans Standing With Moms in Need, une vision qui défend la vérité que toute vie humaine est sacrée et inviolable - une société dans laquelle la protection légale de la vie humaine s'accompagne d'une profonde attention pour les mères et leurs enfants." 

    L'initiative invite les diocèses, paroisses et agences catholiques à fournir des ressources aux femmes confrontées à des grossesses inattendues ou difficiles. Les programmes comprennent Walking With Moms in Need, qui aide les femmes enceintes et les mères qui élèvent leurs enfants, et Project Rachel Ministry, qui offre une guérison post-avortement et un soutien en cas de perte de grossesse.

    Les évêques ont conclu : "Nous exhortons notre nation à donner la priorité au bien-être des femmes, des enfants et des familles en leur offrant à la fois des ressources matérielles et un accompagnement personnel afin qu'aucune femme ne se sente jamais obligée de choisir entre son avenir et la vie de son enfant." 

  • Selon l'OMS, « le sexe ne se limite pas à l’homme ou à la femme »

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Pour l’OMS, le sexe « ne se limite pas à l’homme ou à la femme »

    18 juillet 2022

    Dans le cadre de nouvelles recommandations auprès des professionnels de santé publique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré aller « au-delà » des « termes binaires », pour « reconnaître la diversité sexuelle et de genre ». « L’identité de genre existe dans un continuum », estime l’organisme, et « le sexe ne se limite pas à l’homme ou à la femme ». L’OMS prendra note des commentaires sur la mise à jour de son manuel jusqu’à l’automne.

    Pour le professeur Jenny Gamble, spécialiste en obstétrique à l’université de Coventry, « c’est un rejet de la biologie de base – et une erreur » (cf. « En tant que scientifiques, nous nous opposons fermement à l’idée que les femmes et les hommes ne sont que des constructions sociales ou des identités ressenties »). « L’annonce de l’OMS n’est pas scientifique », abonde le Dr Karleen Gribble, spécialiste des soins infirmiers et d’obstétrique à l’université de Western Sydney. « La biologie est un facteur déterminant de la santé et de la maladie », rappelle le Pr Gamble (cf. Le cerveau, un organe sexué ?).

    Ce mois-ci, l’OMS a également déclaré qu’elle allait développer le concept d’« intersectionnalité », « qui examine comment les dynamiques de pouvoir liées au genre interagissent avec d’autres hiérarchies de privilèges ou de désavantages, entraînant des inégalités en matière de santé ».

    Sources : Washington Times, Tom Howell Jr. (12/07/2022) ; Daily Mail, John Ely Senior (12/07/2022)

  • Archie Battersbee a reçu son arrêt de mort du juge; sa mère a juré : "Je n'abandonnerai pas"

    IMPRIMER

    De Patricia Gooding-Williams sur le Daily Compass :

    Archie Battersbee a reçu son arrêt de mort du juge, sa mère a juré : "Je n'abandonnerai pas"

    17-07-2022

    La décision de la Haute Cour de Londres, le 15 juillet, donne une nouvelle fois raison aux médecins du Royal London Hospital qui veulent retirer le maintien en vie de l'enfant de 12 ans, dans le coma après un accident domestique. La famille est prête à entamer un nouvel appel, mais entre-temps, un juge a tenté d'élargir le critère de la mort cérébrale et un autre de limiter les critères de "l'intérêt supérieur".

    La poursuite du traitement est "inutile, elle ne sert qu'à prolonger sa mort [Archie Battersbee], tout en étant incapable de prolonger sa vie". C'est par cette déclaration que le juge Hayden s'est prononcé en faveur du Barts Health NHS Trust devant la Haute Cour de Londres, le 15 juillet. C'est la deuxième fois que les médecins qui s'occupent d'Archie Battersbee, 12 ans, au Royal London Hospital, demandent et obtiennent l'autorisation légale d'arrêter son traitement de maintien en vie au nom de "l'intérêt supérieur". Mais il est de notoriété publique depuis quelque temps déjà que ce jugement "prévisible" ne résoudra pas l'altercation juridique entre les deux parties.

    La famille d'Archie avait déjà déclaré quelques jours avant la fin de l'audience qu'en cas de jugement négatif, elle avait l'intention de contester la décision du juge Hayden devant la Cour d'appel. S'exprimant à l'extérieur du tribunal après l'audience, Hollie Dance, la mère d'Archie, a déclaré : "Tant qu'Archie se bat pour sa vie, je ne peux pas le trahir. Tant qu'Archie n'abandonnera pas, je n'abandonnerai pas". "Nous sommes en désaccord avec l'idée de dignité dans la mort. Nous l'imposer et précipiter sa mort dans ce but est profondément cruel." L'affaire présente un scénario similaire à des cas notoires comme Alfie Evans et Charlie Gard, propres au Royaume-Uni, dans lesquels les médecins demandent l'autorisation légale, au nom de "l'intérêt supérieur", de supprimer le traitement de survie d'un enfant malgré les objections des parents.

    Voici un résumé de l'histoire jusqu'à présent. Archie Battersbee a subi une grave lésion cérébrale à son domicile le 7 avril, qui l'a plongé dans le coma. Depuis lors, sa famille et les médecins se sont affrontés au tribunal au sujet de son traitement.
    Dès le troisième jour, les médecins du Royal London Hospital ont affirmé qu'Archie était "très probablement" en état de mort cérébrale en raison de ses blessures. L'affaire a été portée devant les tribunaux lorsque la famille a refusé aux médecins l'autorisation de procéder à des tests sur le tronc cérébral, potentiellement mortels, pour prouver qu'il était mort.

    Lire la suite

  • Quand l'Église suit l'actualité comme si c'était une nouvelle Révélation

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    L'Église suit l'actualité comme une nouvelle Révélation

    18-07-2022

    C'est la chronique, l'actualité, ce que l'histoire nous raconte qui est la nouvelle Révélation. Avec l'Église du pape François, les "prophéties" de Hegel, Martini et Sartre se réalisent : l'existence précède l'essence et la revue de presse est la nouvelle prière du matin. Migrations, globalisme, écologisme, transitions, agenda de l'ONU, modèle chinois, planning familial, abolition de la propriété privée, homosexualisme. Il n'y a pas de sujet d'actualité sur lequel l'Eglise d'aujourd'hui maintienne une position dure et antithétique à celle du monde, de résistance et d'opposition.

    Le philosophe allemand Hegel a prédit que la prière matinale de l'homme moderne sera de lire le journal. Les nouvelles, l'actualité, ce que l'histoire nous raconte seront la nouvelle Révélation et la prière consistera à en prendre acte. Le cardinal Martini a déclaré que l'Église a 200 ans de retard. En retard par rapport à quoi ? En retard par rapport à ce que l'histoire nous dit être la nouvelle Révélation dont l'Église n'a pas encore pris connaissance. François semble avoir pris sur lui de raccourcir, voire d'annuler ce délai, avec le risque que l'Église échange la chronique, l'actualité, ce que l'histoire nous dit, contre la Révélation, dont la prière signifie prendre acte.

    Chaque jour, François donne une interview à un journal. Il parle de ce qui se passe, des événements actuels, de ce que l'histoire nous dit. Il ne juge pas, sauf à la lumière d'une certaine opinion, également liée au déroulement des évènements. Il ne juge pas à la lumière d'une doctrine soustraite à la chronique, il prend acte de ce qui se passe, il pose des questions, il jette quelques pierres dans la mare, comptant sur la chronique pour faire quelques soubresauts et faire surgir le nouveau.

    L'expression du cardinal Martini, qui est devenue l'agenda de François, suggère que c'est le monde dans son histoire qui dit ce qui est vrai, et que l'Église doit s'empresser de suivre. C'est ce qui se passe, l'actualité, ce que l'histoire nous raconte qui est la nouvelle Révélation.

    L'un des thèmes du retard de l'Église était, pour le cardinal, la moralité sexuelle. Et en effet, l'Église de François fait la course pour rattraper le terrain perdu. L'Académie pontificale des sciences sociales s'ouvre à la contraception et à la fécondation homologue [ICI et ICI] et certaines agences prédisent une prochaine encyclique du pape sur le sujet. François va certainement changer l'enseignement traditionnel sur le sujet - inutile de se faire des illusions - et la raison en sera une seule : les nouvelles, l'actualité, ce que l'histoire nous dit est différent et nous devons en prendre note : les louanges du matin sont la revue de presse. Puisqu'aujourd'hui très peu mettent en pratique les enseignements d'Humanae vitae et - dit-on - même les couples catholiques utilisent des contraceptifs ... alors l'Église doit changer son enseignement. Ce sont les faits qui dictent la loi.

    Lire la suite

  • Les mines de cobalt entretenues par la Chine au Congo exploitent 40 000 enfants travailleurs

    IMPRIMER

    De Zelda Caldwell sur Catholic News Agency :

    Témoignage : Les mines de cobalt soutenues par la Chine au Congo exploitent 40 000 enfants travailleurs

    Travail des enfants au Congo

    Congo child labor

    Hervé Diakiese Kyungu, avocat congolais spécialisé dans les droits civils, témoigne le 14 juillet 2022, lors d'une audition du Congrès à Washington, D.C., sur l'utilisation du travail des enfants dans les mines de cobalt soutenues par la Chine en République démocratique du Congo. | Capture d'écran de la vidéo YouTube

    16 juillet 2022

    La Chine exploite des enfants en République démocratique du Congo, les forçant à travailler dans des conditions dangereuses pour extraire le cobalt qui alimente les appareils électroniques et les voitures électriques, ont témoigné cette semaine des témoins lors d'une audience du Congrès sur les violations des droits de l'homme.

    "Sur le dos des travailleurs victimes de la traite et des enfants travailleurs, la Chine exploite les vastes ressources en cobalt de la RDC pour alimenter son économie et son agenda mondial", a déclaré le représentant Christopher Smith, R-New Jersey, qui a présidé l'audition de la Commission des droits de l'homme Tom Lantos le 14 juillet.

    L'audience était intitulée "Travail des enfants et violations des droits de l'homme dans l'industrie minière de la République démocratique du Congo".

    "La quête du Parti communiste chinois de cobalt pour les batteries et de lithium pour les panneaux solaires afin d'alimenter la soi-disant économie verte motive la rapacité humaine alors qu'environ 40 000 enfants au Congo travaillent dans des mines artisanales non réglementées dans des conditions dangereuses", a déclaré M. Smith. 

    La République démocratique du Congo (RDC) produit plus de 70 % du cobalt mondial, dont 15 à 30 % dans des mines artisanales. Depuis des années, ces exploitations à petite échelle sont connues pour leurs violations des droits de l'homme. Le Council on Foreign Relations attribue les conditions de travail inhumaines, en partie, à l'instabilité de la RDC, "un pays affaibli par de violents conflits ethniques, Ebola et des niveaux élevés de corruption".

    Hervé Diakiese Kyungu, avocat congolais spécialisé dans les droits civils, a déclaré lors de l'audition que les enfants sont victimes de trafic et d'exploitation en raison de leur petite taille.

    Les mines artisanales "ne sont souvent rien de plus que des puits étroits creusés dans le sol, c'est pourquoi les enfants sont recrutés - et dans de nombreux cas forcés - à y descendre, en utilisant uniquement leurs mains ou des outils rudimentaires sans aucun équipement de protection, pour extraire du cobalt et d'autres minéraux", a-t-il déclaré.

    Lire la suite

  • La promotion de contenus LGBT auprès des mineurs : une valeur européenne ?

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    « Valeurs européennes » : la promotion de contenus LGBT auprès des mineurs ?

    La Commission européenne a saisi la justice de l’UE contre une loi hongroise interdisant notamment la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs, considérant qu’elle porte atteinte « droits fondamentaux des personnes » et aux « valeurs de l’UE ».

    La Commission européenne a annoncé le 15 juillet avoir saisi la justice de l’UE contre la Hongrie à propos d’une loi interdisant, entre autres, la diffusion de contenus sur l’homosexualité auprès des mineurs. En effet, la Commission considère, dans un communiqué, « que la loi viole les règles du marché intérieur, les droits fondamentaux des personnes [en particulier les personnes LGBT+] ainsi que […] les valeurs de l’UE ».

    Il s’agit d’une nouvelle étape dans la procédure d’infraction lancée contre la Hongrie, qui peut conduire à une condamnation de la Cour de justice de l’UE, voire à des sanctions financières. Le Premier ministre nationaliste et conservateur Viktor Orban (ci-contre), dont le pays est dans le collimateur de Bruxelles pour diverses mesures considérées comme des atteintes à l’État de droit, assure que la loi n’est pas homophobe et vise à « protéger les droits des enfants ».

    Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avait déjà déclaré en juin : « La loi ne porte pas sur les homosexuels. Elle concerne la façon dont les parents veulent faire l’éducation sexuelle de leurs enfants. Sous le régime communiste, l’homosexualité était punie et je me suis battu pour leur liberté et leurs droits. Je défends les droits des homosexuels », a affirmé le chef du gouvernement hongrois, critiqué par une majorité de ses homologues européens pour cette nouvelle législation. La loi hongroise prévoit désormais que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». Elle a été qualifiée le 23 juin de « honte » par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

    Cette loi a été promulguée votée en juin 2021. La loi développe aussi l’arsenal pénal à l’encontre de la pédophilie et la pédopornographie, interdisant par exemple à toute personne condamnée pour pédophilie d’occuper un emploi en contact avec des enfants. La création d’une base de données, accessible au public, des personnes condamnées est aussi prévue. Outre les programmes scolaires, le texte s’appliquera également aux publicités et les programmes télévisés peuvent aussi tomber sous le coup de la loi.

    « Si l’Union européenne [UE] veut s’immiscer dans les domaines couverts par les constitutions nationales, cela pourrait faire voler en éclat l’ensemble » du bloc, a déclaré dans la capitale Gergely Gulyas, le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban. « L’UE n’a clairement pas son mot à dire », selon Gergely Gulyas, qui s’exprimait en conférence de presse. Il a accusé la Commission d’avoir un « raisonnement plus politique que juridique » et de mener des « attaques ». 

    Une autre décision dans le viseur de la Commission

    La Commission saisit également la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) contre la décision du régulateur national hongrois de priver d’antenne la radio indépendante Klubradio, vue comme un nouveau coup porté au pluralisme des médias. L’exécutif avait déclenché une procédure d’infraction à ce sujet en juin 2021. « Dans l’UE, le plus grand espace démocratique au monde, aucune radio libre ne doit être privée d’antenne pour des raisons non objectives, sur la base d’une procédure administrative discriminatoire », a réagi le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton. La Hongrie a été en outre une nouvelle fois épinglée dans le dernier rapport de la Commission sur l’État de droit dans l’UE, présenté le 13 juillet. Bruxelles a activé en avril une procédure qui peut mener à la suspension du versement de fonds européens à ce pays, en raison d’inquiétudes sur les conditions de passation des marchés publics, un manque de contrôle et de transparence de l’utilisation des fonds, les insuffisances dans la lutte contre la fraude et la corruption. Les inquiétudes de la Commission sur l’État de droit sont aussi au cœur du blocage du plan de relance hongrois, d’un montant de 7,2 milliards d’euros de subventions européennes. Tribunal constitutionnel polonais rejette l’imposition des décisions européennes

    Le 14 juillet, le Tribunal constitutionnel polonais (TK) a lui aussi défié l’UE, en affirmant que les décisions prises par la Cour de Justice contre Varsovie étaient inconstitutionnelles. L’UE s’est dite le lendemain « profondément préoccupée » et a rappelé la primauté du droit européen. « Toutes les décisions de la Cour de justice sont contraignantes », a fait savoir l’UE dans un communiqué. Par ailleurs, Gergely Gulyas a accusé Bruxelles de retarder l’approbation du plan de relance de la Hongrie en raison de son opposition à sa nouvelle législation. Il a déclaré que son pays prévoyait de mettre son veto au plan climat, présenté par la Commission le 14 juillet pour réduire les émissions carbone, « inacceptable sous cette forme ».

  • Quand Wallonie rime avec ignominie

    IMPRIMER

    Quand la Région wallonne fait de l'avortement un droit fondamental et se croit autorisée à faire la leçon aux Etats-Unis d'Amérique en déniant aux Etats qui les constituent le droit de protéger démocratiquement la vie des enfants à naître... Décidément, la pratique de l'avortement inscrite dans nos législations est bien le signe de la Bête immonde qui fait de nos Etats des entités complices du Mal, dressées contre la Loi divine.

    Lu sur le site de la Libre :

    Fêtes de Wallonie: Elio Di Rupo a annoncé au gouverneur de Louisiane, initialement invité d'honneur, qu'il n'était plus le bienvenu

    Contrairement à ce qui était prévu, l'État américain de Louisiane ne sera pas l'invité d'honneur des Fêtes de Wallonie en septembre, a annoncé samedi Elio Di Rupo sur RTL INFO.

    16-07-2022

    Le ministre-président wallon a signifié au gouverneur de Louisiane qu'il n'était plus le bienvenu, à la suite de la décision de cet État d'interdire l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Le choix de la Louisiane était celui de 2020, mais il n'avait pu se concrétiser en raison de la crise sanitaire. Or le 24 juin dernier, dans une volte-face historique, la très conservatrice Cour suprême des États-Unis a enterré un arrêt qui, depuis près d'un demi-siècle, garantissait le droit des Américaines à avorter. Pour l'instant, sept États américains bannissent totalement les IVG. Des batailles légales retardent l'échéance en Louisiane notamment, mais, à terme, l'accès à l'avortement devrait disparaître dans la moitié du pays.

    Pour Elio Di Rupo (PS), "il est inconcevable pour la Wallonie d'accorder le titre d'invité d'honneur à un État qui ne respecte pas ce que nous considérons comme loi fondamental (sic). Et l'IVG est un droit fondamental !"

    "Chaque femme doit pouvoir disposer librement de son corps sans risque d'être poursuivie pénalement. Avec l'abolition du droit à l'avortement aux États-Unis, de nombreuses femmes vont se retrouver dans des situations de détresse. Elles seront obligées de mener à terme leur grossesse non désirée ou pire mener à terme des grossesses qui sont le fruit d'un viol ou d'un inceste. La révocation du droit à l'IVG par la Cour suprême américaine est un véritable scandale pour nos démocraties occidentales. Ceci est à l'opposé des valeurs défendues par la Wallonie", a commenté le ministre-président wallon auprès de la chaîne privée.

    Aucune décision n'a été prise à ce stade sur le choix éventuel d'un nouvel invité d'honneur, indiquait-on cabinet Di Rupo.

  • Le pape et les Etats-Unis : François serait-il désinformé par son entourage ?

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (AC Wimmer) :

    Mgr Naumann se dit "triste" de la façon dont le pape a traité Biden et Pelosi sur l'avortement.

    14 juillet 2022

    L'archevêque Joseph Naumann de Kansas City, dans le Kansas, s'est dit "triste" de la façon dont le pape François a géré la controverse entourant les actions pro-avortement du président Joe Biden et de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, dont les positions sur la question sont en contradiction flagrante avec l'enseignement de leur foi catholique sur le caractère sacré de la vie humaine.

    Le commentaire de M. Naumann était l'une des nombreuses déclarations pointues qu'il a faites sur la controverse dans une interview avec le journal allemand Die Tagespost publiée mercredi.

    "Je pense que le pape ne comprend pas les États-Unis, tout comme il ne comprend pas l'Église aux États-Unis", a déclaré l'archevêque au journal, selon CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA.

    "Ses conseillers et les personnes qui l'entourent l'ont complètement désinformé à ce sujet", a ajouté M. Naumann.

    Dans une interview accordée à CNA jeudi, M. Naumann a maintenu ses commentaires au journal, déclarant : "J'ai dit ce que j'ai dit."

    Toutefois, M. Naumann a précisé qu'il avait parlé au média allemand avant d'avoir pris connaissance des derniers commentaires du pape François concernant M. Biden, dans lesquels le pape a qualifié la position pro-avortement du président américain d'"incohérence" par rapport à sa foi catholique.

    Dans l'entretien avec Univisión et Televisa diffusé le 12 juillet, le pape a déclaré qu'il laissait la question à la "conscience" de M. Biden, mais il a également suggéré que ce dernier discute de ce conflit avec son pasteur.

    "Je n'étais pas au courant de cette déclaration du Saint-Père et je pense que c'est utile", a déclaré Naumann à CNA. "C'est très utile parce que je pense que c'est exactement vrai, que sa position est incohérente avec l'enseignement catholique. Je suis donc reconnaissant pour cette clarification du Saint-Père."

    Dans ses commentaires au Tagespost, M. Naumann a déclaré : "Bien sûr, nous devons être pastoraux" lorsque nous traitons de telles questions.

    "Cependant, il n'est pas pastoral de dire à quelqu'un qu'il est un bon catholique et qu'il peut recevoir la communion comme une évidence, alors que cette personne a commis un mal grave", a-t-il poursuivi. "Le fait que le pape ait reçu Pelosi a été exploité politiquement. En agissant ainsi, François fait exactement ce qu'il met en garde les autres de ne pas faire."

    Bien que catholique, Biden a soutenu à plusieurs reprises le droit à l'avortement, malgré l'enseignement de l'Église selon lequel la vie humaine doit être respectée et protégée dès le moment de la conception. Après avoir rencontré le pape François en octobre, M. Biden a déclaré que le pape lui avait dit de "continuer à recevoir la communion". Le Vatican n'a pas confirmé le récit de Biden.

    M. Biden, a déclaré l'archevêque au journal, "sait ce qui est juste à cet égard. Il n'a aucune excuse. Il ne devrait pas continuer à se présenter comme un fervent catholique".

    Par son comportement, a déclaré M. Naumann, le président montrait au public : "Je soutiens les avortements légaux et je suis en même temps un fervent catholique, donc vous pouvez aussi le faire". M. Naumann a déclaré que la ligne est franchie lorsque des politiciens "affichent leur foi catholique et prônent un tel mal".

    "Le président Biden prétend être un fervent catholique, mais ce n'est pas vraiment clair dans ses actions", a poursuivi Naumann.

    "À mon avis, il utilise le chapelet et sa participation à la messe pour se présenter comme un catholique fidèle. Si vous regardez la carrière de Joe Biden, vous voyez qu'il a suivi la ligne démocrate, et non les enseignements de l'Église."

    La semaine dernière, Joe Biden a signé un décret visant à protéger l'accès à l'avortement en réponse à la décision de la Cour suprême d'annuler l'arrêt Roe v. Wade, qui a légalisé l'avortement dans tous les États-Unis. En réponse à l'action de Joe Biden, l'archevêque William Lori de Baltimore, président du comité pro-vie des évêques américains, a qualifié cette décision de "profondément troublante et tragique".

    Ces dernières années, les évêques américains ont longuement discuté et commenté la question de la "cohérence eucharistique", notamment en ce qui concerne Biden et d'autres politiciens catholiques américains.

    Ces discussions ont abouti à la publication en novembre d'un nouveau document sur l'Eucharistie, "Le mystère de l'Eucharistie dans la vie de l'Église", et au lancement d'une initiative de renouveau eucharistique sur trois ans, qui culminera avec un congrès eucharistique national à Indianapolis en juillet 2024.

    Bien que le document sur l'Eucharistie ne mentionne pas le nom de M. Biden ou d'autres politiciens catholiques, il réitère les directives antérieures des évêques selon lesquelles les catholiques qui ne sont pas en communion avec l'enseignement de l'Église ne doivent pas se présenter pour la communion.

  • Le cardinal Pell victime d'acharnement juridique ?

    IMPRIMER

    De FSSPX.NEWS :

    Australie : nouvelle action intentée contre le cardinal Pell

    15 juillet 2022

    Le cardinal George Pell est visé par une nouvelle procédure comme le rapporte le site ABC net. Le père d’un ancien enfant de chœur a en effet lancé une action civile contre le cardinal George Pell et l’Eglise catholique, alors que le cardinal a été jugé innocent dans une procédure pénale.

    Rappel des faits

    En décembre 2018, le cardinal Pell a été reconnu coupable d’avoir abusé de deux enfants de chœur dans les années 1990, alors qu’il était archevêque de Melbourne. Mais deux ans plus tard, la Haute Cour d’Australie a annulé les condamnations dans une décision unanime, et le cardinal – qui a toujours clamé son innocence – a été libéré. Il réside actuellement à Rome.

    L’un des anciens enfants de chœur est mort en 2014 d’une overdose. Son père, qui ne peut être nommé pour des raisons juridiques, a été informé par la police des abus présumés sur son fils un an plus tard.

    Il a maintenant lancé une action en justice contre le cardinal Pell et l’archidiocèse catholique de Melbourne devant la Cour suprême de Victoria. Le père poursuit le cardinal et l’Eglise pour « dommages et intérêts pour choc nerveux » lié à la découverte des allégations d’abus sexuels.

    Cet homme et ses avocats de Shine Lawyers affirment que le cardinal et l’archidiocèse ont été négligents, ce qui a entraîné des blessures, des pertes et des dommages. La plainte allègue que le cardinal Pell est responsable de son préjudice moral car il était raisonnablement prévisible qu’il subirait un choc nerveux en apprenant les abus présumés.

    Lui et ses avocats affirment que l’archidiocèse a manqué à son devoir de diligence envers ce père, ce qui a causé son préjudice.

    Il réclame des dommages-intérêts généraux, des dommages-intérêts spéciaux et demande une indemnisation pour « la perte passée de capacité de gain et les dépenses médicales et similaires passées et futures ». La somme qu’il demande sera révélée si l’affaire passe en jugement.

    L’action civile peut se révéler plus dangereuse qu’une action pénale

    La directrice juridique de Shine Lawyers, Lisa Flynn, a déclaré que l’affaire pénale et la décision de la Haute Cour n’affecteraient pas la procédure civile. En effet, selon cath.ch, selon le système juridique australien, dans les procédures pénales, la culpabilité d’un accusé doit être prouvée sans aucun doute, alors que la plausibilité suffit pour une condamnation dans le cadre des procédures civiles.

    « La Haute Cour a pris certaines décisions concernant les poursuites pénales contre [George] Pell, notre affaire est une affaire civile contre George Pell et l’archidiocèse catholique. Il existe différents chemins vers la justice », a déclaré l’avocate.

    Sans préjuger de la tournure de la plainte, il faut avouer que cette action ressemble plus à de l’acharnement juridique qu’à une recherche impartiale de la vérité.