Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Covid 19 et confinement abusif des cultes en Belgique: vox clamantis in deserto ?

    IMPRIMER

    basilique-koekelberg-500x344.jpgChangement de cap après une première attitude de soumission sans nuance qui a désorienté leurs fidèles : « les cultes » veulent maintenant « plus de dialogue et d’adaptation » écrit Nancy Goethals sur le site web interdiocésain cathobel . Une demande bien tardive des autorités religieuses a été faite le 20 janvier 2021 au ministre de la Justice de proportionner la norme d’accueil des fidèles (actuellement un numerus clausus de 15 personnes) à la taille des bâtiments (**). Ce revirement soudain demeure actuellement sans écho: dans sa réunion du 22 janvier, le comité interfédéral belge de lutte contre la pandémie de coronavirus a beaucoup parlé des coiffeurs des salons de beauté et autres métiers « de contact» non médicaux mais n’a pas soufflé mot de la culture et, moins encore, des cultes sans doute assimilés à un sous-produit des divertissements culturels (JPSC) :

    « Vendredi dernier, les représentants des différents cultes (*) ont adressé une lettre commune au ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne. L’initiative vient de la conférence épiscopale qui a estimé « qu’il ne servait à rien d’œuvrer tout seul », explique Mgr Harpigny, signataire de la lettre.

    Les responsables des différents cultes se concertent régulièrement. Tommy Scholtes, le porte-parole de la conférence épiscopale, explique que cette lettre fait écho « aux réflexions entendues à droite et à gauche et aussi à nos propres convictions. J’avais déjà évoqué dans les médias à l’occasion de Noël que la norme de la proportionnalité de 1 personne pour 10 m² serait mieux reçue que la limitation à 15 personnes ». Pour rappel, cette norme avait été prise lors du déconfinement de l’été.

    En décembre dernier, à l’appel des responsables des cultes, le Conseil d’Etat avait permis une légère ouverture, rendant les lieux de célébrations accessibles à 15 personnes. Cela permettait les mariages juifs et une assistance minimale pour les funérailles. Cependant, tous cultes confondus, les fidèles ont mal accepté cet arrêt qui ne tenait pas compte de la taille des lieux (églises, synagogues, mosquées…). « C’est pourquoi l’ensemble des chefs de culte a décidé de faire cette demande au ministre de la justice », explique Tommy Scholtes.

    Renouer le dialogue

    Certes, ils sont bien conscients qu’il faut avant tout préserver la santé. Les évêques rappellent d’ailleurs qu’ils ont été les premiers – avant même les autorités – à prendre des mesures pour les célébrations. Par ailleurs, Koen Geens, le ministre de la justice de l’époque avait pris contact avec les autorités religieuses pour dialoguer sur les mesures à prendre en fonction de l’évolution de la situation.

    « Maintenant, la situation dure depuis des mois et il faut proposer quelque chose à long terme ». Mais, suite au changement de gouvernement, le dialogue n’a pas encore été réinstauré » , déplore Mgr Harpigny.

    « En outre, relève Tommy Scholtes, les cultes sont, comme tels, rarement mentionnés dans les conférences de presse qui suivent les comités de concertation. Il nous a donc semblé important de rappeler que cette dimension essentielle [NDLR: les célébrations religieuses en communauté] de la vie citoyenne pour des millions de personnes en Belgique – si on met tous les cultes ensemble – soit aussi prise en compte. »

    « Les gens sont tous atteints par cette crise même s’ils ne sont pas atteints physiquement par le virus. Mais il faut aussi reconnaître que nous ne pouvons pas dire aujourd’hui quelle sera la situation dans deux mois. Les responsables des cultes en sont très conscients. C’est pourquoi ils suivent l’actualité de très près et souhaitent entretenir un dialogue régulier avec le ministre de la justice qui est notre référent. »

    Tommy Scholtes fait remarquer que les autorités consultent des virologues, médecins, économistes, sociologues… mais, actuellement, pas ceux qui s’occupent de la spiritualité. « Nous sommes très conscients et très responsables mais nous jugeons qu’il faut considérer la soif spirituelle comme aussi importante que la soif de protection et de guérison. » Et le père Scholtès poursuit: « Il ne s’agit pas de revendiquer une quelconque libération de contraintes – car il y en aura! Nous assumons pleinement le cadre et l’ensemble des autres mesures de protection sanitaires, masque, gel, désinfection régulière des lieux, etc; mais cette norme nous paraît pouvoir être mieux acceptée par l’ensemble des fidèles tout en leur permettant de se sentir en sécurité. »

    Revenir à une norme « juste »

    Le porte-parole de la conférence épiscopale explique: « Pour nous, l’idée est évidemment que la sécurité soit bien assurée tout en étant légèrement moins restrictifs pour les églises de grande superficie afin de pouvoir amener un peu plus de monde aux célébrations. Pour les églises de petites superficies cela ne changera pas grand-chose. »

    Les évêques entendent bien la clameur des croyants qui ont du mal à comprendre ces mesures. « Beaucoup de gens rouspètent, relève Mgr Harpigny, et disent que les évêques ne font rien (alors que je ne me repose pas!, assure-t-il) ». Tommy Scholtes insiste pour dire que la demande exprimée dans cette lettre répond à celle de l’ensemble des pratiquants.

    En effet, à côté des besoins économiques, sanitaires, sociologiques et psychologiques, il y a un réel « besoin spirituel qui doit être pris en compte et comblé » complète le père Scholtes. « Par cette lettre, les cultes souhaitent exprimer que des centaines de milliers – voire des millions – de personnes sont concernées concrètement. Ils veulent montrer que ces personnes existent (…) La réalité spirituelle des gens n’est pas à réduire à de la psychologie mais est une soif de se nourrir de la Parole de Dieu, ou du Coran pour les musulmans. »

    A la question de la réaction du monde culturel qui voudrait pouvoir à nouveau accueillir des spectateurs, Tommy Scholtes précise: « Il n’est certainement pas question de concurrence. Tout dépend du contexte. Puisque les détails du protocole [NDLR: concernant la culture et les célébrations] sont complètement différents, je ne pense pas qu’il faille les comparer. » A chacun donc de faire la demande qui le concerne. Et de poursuivre: « Notre demande nous paraît être une attitude de bon sens qui respecte à la fois les normes dont nous avons besoin et qui permet d’aboutir à ce qui est possible. »

    Car, effectivement, il va falloir vivre avec ce ou ces virus. Pour le porte-parole de la conférence épiscopale « il revient au ministre de la justice de nous rencontrer et de dialoguer ».

    Mgr Harpigny s’étonne pour sa part « qu’on ne se base plus sur la constitution mais uniquement sur des considérations sanitaires ». Il comprend qu’il y ait eu une situation d’urgence au début mais, alors que la situation s’éternise, il juge nécessaire de prendre en considération l’aspect spirituel (qui fait partie d’un droit dans la Constitution, rappelle-t-il). Et il conclut: « les religieux soutiennent les décisions prises par l’Etat mais il ne faut pas oublier de prendre en compte la santé mentale, la souffrance des jeunes, etc. Quand cela dure depuis des mois, le virtuel ne suffit plus. Dans la foi chrétienne, la relation personnelle à Dieu ET la relation avec une communauté sont essentielles. »

    L’évêque de Tournai note que même si de nombreux chrétiens rendent des services en ce temps de crise, cela ne suffit pas à les nourrir complètement. Il est confiant que le ministre Van Quickenborne semble avoir entendu l’appel des différents cultes. Ceux-ci attendent donc – sans tarder – une invitation de sa part à dialoguer, de manière régulière et à adapter la norme à la situation.

    Nancy GOETHALS »

    (*) Il s’agit des cultes catholique romain, protestant-évangélique, israélite, anglican, islamique et orthodoxe.

    Ref. Les cultes veulent plus de dialogue et d’adaptation

    (**) Voir aussi:  Nombre de fidèles admis dans les lieux de culte : les cultes reconnus appellent au retour à une norme relative

    Comme dirait La Fontaine : ils jurèrent, mais un peu tard, qu’on ne les y reprendrait plus ?

    JPSC

  • Quand l'idéologie progressiste s'immisce dans la création artistique

    IMPRIMER

    Du Père Danziec sur le site de Valeurs Actuelles ("Le Club") :

    L’art du sordide ou la déconstruction à l’œuvre

    16/01/2021

    A l’heure de la « cancel culture » et du mouvement « woke », plus que jamais l’idéologie progressiste s’immisce dans les œuvres artistiques. Entre revendications minoritaires et volonté de déconstruire le passé, face à la laideur, quelle attitude proposer ? Le Père Danziec nous donne ses éléments de réponse.

    Au petit matin du 1er décembre 1993, un treuil monumental déroule un préservatif géant sur l’obélisque de la Place de la Concorde. Il ne s’agit pas, alors, d’une consternante « aventure artistique » subventionnée par la Mairie de Paris mais tout simplement d’une opération coup de poing menée illégalement par les militants d’Act Up. Cette « fureur créatrice » des années sida, pour reprendre l’expression du journaliste de Télérama Laurent Rigoulet, devait bouleverser le monde de l’art.

    Les litanies de la disgrâce

    Depuis, presque trente ans ont passé et le zèle dans la provocation n’a pas faibli. En octobre 2014, le subversif plasticien américain Paul McCarthy exposait à Paris une œuvre monumentale et temporaire, dans le cadre de la Fiac (Foire internationale d’Art contemporain) Hors les murs. La si jolie Place Vendôme, imaginée par Jules Hardouin-Mansart et emblème éclatant du luxe à la française, se voyait affubler d’un arbre vert, s’élevant à 24,4 mètres de hauteur et gonflable, à la forme équivoque... En juin 2015, c’est au tour du jardin royal du Château de Versailles d’être labouré par l’installation gulliverienne de l’artiste anglo-indien Anish Kapoor, le fameux “Dirty Corner” ou “Vagin de la Reine”. « J'ai eu l'idée de bouleverser l'équilibre et d'inviter le chaos » dira-t-il. Son énorme sculpture, posée sur le Tapis Vert de Le Nôtre, et que l’on peut décrire comme un long tunnel d'acier, sorte de cornet acoustique, de 10 mètres de haut, à moitié recouvert de terre et de gravas, nécessitera à elle seule 500 tonnes de pierres venues de Belgique et 1.000 tonnes de terre issues de la production agricole. Cet art contemporain XXL, au mauvais goût assumé, le musée du Louvre, à travers son président Jean-Luc Martinez, refusera de servir d’écrin pour le “Domestikator” en octobre 2017. L’œuvre de l’artiste et designer hollandais Joep Van Lieshout, d’une connotation ouvertement zoophile, composée de gigantesques blocs géométriques habitables, trouvera finalement asile, à défaut des Tuileries, au Centre Pompidou avec la bénédiction de la direction de Beaubourg.

    Comme s’il était besoin de s’en convaincre, la plasticienne Juliana Notari et sa gigantesque sculpture, nommée Diva, viennent nous prouver qu’il n’y a pas de raison de croire que 2021 échappera à l’escalade de la laideur. Accrochée à flanc de colline, une fente « évocatrice » de 33 mètres de long, de 16 mètres de large et composée d’une excavation de 6 mètres de profondeur vient tout juste d’être inaugurée. Située au cœur du parc artistique et botanique Usina de Arte, à Agua Preta, au Brésil, il aura fallu onze mois de travail pour l’achever. Il s’agit, selon l’artiste, d’utiliser l’art « pour lancer le dialogue sur les questions traitant des problématiques de genre d’un point de vue féminin ». Fermer le ban.

    Lire la suite

  • Le Honduras modifie sa Constitution pour y sceller l’interdiction de l’IVG et du mariage homosexuel

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Le Honduras ancre l’interdiction de l’IVG et du mariage homosexuel dans sa Constitution

    22 janvier 2021

    Le Parlement du Honduras a voté hier une modification de sa Constitution, pour y sceller l’interdiction de l’IVG et du mariage homosexuel. « La pratique de toute forme d’interruption de la vie de l’enfant à naître, dont il faut respecter la vie à tout moment, est considérée interdite et illégale, peut-on lire désormais à l’article 67. Les dispositions légales qui seraient créées après l’entrée en vigueur du présent article et qui établiraient le contraire seront nulles et non avenues ». Le premier article modifié donne au fœtus « le même statut juridique qu’une personne ». Le second stipule que le mariage civil « ne peut être qu’entre un homme et une femme ».

    Ces deux interdictions étaient déjà présentes dans la Constitution, mais une réforme restait possible « avec le vote des deux tiers des 128 parlementaires ». Une « super majorité » des trois quarts des voix sera désormais obligatoire pour toute modification. « La législation établit ce que nous appelons un verrou constitutionnel », explique Mario Pérez, député du Parti National, qui est à l’origine de l’initiative.

    L’objectif affiché du gouvernement est de stopper « la vague de réformes constitutionnelles dans des pays d’Amérique latine, encouragées par des gouvernements de gauche, destinées à légaliser l’avortement, comme cela a eu lieu en Argentine récemment » (cf. L’Argentine légalise l’avortement). Le Honduras fait partie des six pays d’Amérique du Sud à interdire l’avortement, avec le Salvador, le Nicaragua, la République dominicaine, Haïti et le Suriname. La pilule du lendemain y est interdite au même titre que l’avortement.

    Avant d’être promulguée, cette modification devra encore faire l’objet d’un second vote en novembre prochain.

    Sources : le Monde, Angeline Montoya (22/01/2021) ; Gustavo Palencia, David Alire Garcia et Shri Navaratnam (22/01/2021)

  • Le roi Babar : raciste et colonialiste ?

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    L’éléphant Babar accusé de faire l’apologie du colonialisme

    D’après la radio publique française France Culture, les premiers Babar réalisés dans les années 1930 seraient considérés comme racistes et faisant l’apologie du colonialisme.


    Babar a fêté son anniversaire, mais il aurait peut-être mieux valu s’en passer… À l’occasion des 90 ans de la fameuse histoire de l’éléphant en costume vert, France Culture a pointé du doigt la morale et les messages des livres pour enfants. La radio s’est, en effet, interrogée jeudi 21 janvier : « Babar est la bonhomie incarnée. Mais derrière l’éléphant tiré à quatre épingles, faut-il lire une apologie du colonialisme ? »Dans une vidéo du média, l’anthropologue Gilles Boëtsch a assuré qu’il était important de « dire que ces livres pour enfants ne sont plus forcément pour enfants aujourd’hui ». Cette histoire est sortie en 1931. La période a été marquée par la montée du nazisme en Europe et… par le colonialisme. Gilles Boëtsch a rappelé qu’en 1931 « l’exposition coloniale a eu lieu au bois de Vincennes », afin d’y exposer les prouesses de la France et présenter « les peuples qu’on avait colonisés ». Le livre « Babar en voyage » serait considéré comme « raciste » selon France Culture. Des Africains y seraient dépeints comme « des vilains cannibales sauvages ». Un passage supprimé plus tard, rappelle la radio.« Ça rappelle les populations colonisatrices » Or, l’histoire de Babar ne ferait que reprendre les codes de la société de 1931 dans lesquels vivaient les deux auteurs parisiens : le couple Jean et Cécile de Brunhoff. Alors qu’il n’est encore qu’un éléphanteau, Babar est chassé de sa forêt par un braconnier. Il se retrouve en ville et adopte les coutumes des humains. Il rentre ensuite dans sa forêt et devient le roi. Babar apprend alors aux autres éléphants à se « civiliser » comme il l’a fait. « Il fait penser à un Africain qui serait allé en France et qui aurait assimilé la culture française, donc la culture “coloniale” par rapport à l’Afrique, et qui serait revenu au pays avec le costume trois pièces etc », a commenté Gilles Boëtsch sur France Culture. « Babar va construire des villes » dont Célesteville, avec des théâtres et ses soirées mondaines et « tous les éléphants en costumes ». Gilles Boëtsch en a ainsi conclu : « Évidemment ça rappelle les populations colonisatrices, ça c’est évident ».

    Source : V A
  • Promotion de l'avortement : Biden et Harris ne perdent pas de temps

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Biden et Harris déclarent leur soutien à l'avortement à l'occasion de l'anniversaire de "Roe v. Wade"

    Crowds gather in Washington for the 44th-annual March for Life. The annual pro-life rally takes place on or near the anniversary of the ‘Roe v. Wade’ Supreme Court decision that legalized abortion through the U.S.

    La foule se rassemble à Washington pour la 44e Marche annuelle pour la vie. Le rassemblement annuel pro-vie a lieu le jour ou à proximité de l'anniversaire de la décision de la Cour suprême "Roe v. Wade" qui a légalisé l'avortement aux États-Unis (photo : Jeff Bruno / CNA)

    Catholic News Agency

    22 janvier 2021

    Le président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris ont déclaré leur engagement en faveur de l'avortement à l'occasion de l'anniversaire de l'arrêt Roe contre Wade, vendredi.

    Dans une déclaration marquant le 48e anniversaire de l'arrêt Roe v. Wade - la décision de la Cour suprême du 22 janvier 1973 qui a légalisé l'avortement dans l'ensemble des États-Unis - le nouveau président et la vice-présidente ont déclaré qu'ils étaient "déterminés" à codifier l'arrêt Roe dans la loi et à nommer des juges fédéraux pro-avortement.

    "L'administration Biden-Harris s'est engagée à codifier Roe v. Wade et à nommer des juges qui respectent les précédents fondamentaux comme Roe", peut-on lire dans leur déclaration. "Au cours des quatre dernières années, la santé reproductive, y compris le droit de choisir, a été l'objet d'attaques extrêmes et incessantes", ont déclaré Biden et Harris. Biden, qui est catholique, a promis pendant la campagne électorale qu'il codifierait la décision de 1973 s'il était élu président.

    La codification de Roe vise à garantir que, si la Cour suprême devait annuler l'arrêt Roe, la loi fédérale maintiendrait l'avortement légal selon les termes de Roe. L'arrêt a reconnu l'avortement légal pratiqué avant la "viabilité" de l'enfant à naître, mais a permis aux États d'interdire les avortements après la viabilité. Biden a également soutenu l'avortement financé par les contribuables, notamment en demandant l'abrogation de l'amendement Hyde en 2019. Cette politique, promulguée chaque année comme un avenant aux projets de loi budgétaire, interdit le financement fédéral des avortements. Il a également promis d'annuler d'autres protections contre les avortements financés par le contribuable ou la promotion de l'avortement, notamment en abrogeant la politique de Mexico ; cette politique interdit le financement fédéral des ONG étrangères qui pratiquent ou promeuvent l'avortement comme méthode de planification familiale.

    L'abrogation ou le rétablissement de cette politique est traditionnellement l'une des premières mesures prises par un nouveau président dès son entrée en fonction. Jeudi, le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef de COVID-19 à la Maison Blanche, a déclaré aux membres du conseil d'administration de l'Organisation mondiale de la santé que l'administration allait abroger cette politique dans les "prochains jours". Vendredi après-midi, Biden n'avait pas encore annoncé officiellement l'abrogation de la politique

    Lors de sa campagne présidentielle en 2020, M. Biden a également déclaré que son plan de santé inclurait la couverture de l'avortement, dans des plans de santé subventionnés offerts sur une option publique.

    En outre, vendredi, Biden et Harris ont tous deux promis de travailler pour "accroître l'accès à la contraception". En tant que vice-président de 2009 à 2017, Biden a présidé au mandat contraceptif de l'administration Obama qui a finalement amené les Petites Sœurs des Pauvres et les diocèses catholiques devant les tribunaux. Le mandat exige que les employeurs couvrent les contraceptifs, les stérilisations et certains médicaments qui provoquent des avortements précoces dans les plans de santé des employés. Biden, en tant que candidat à la présidence, a déclaré qu'il supprimerait les exemptions religieuses au mandat qui ont été accordées par l'administration Trump aux Petites Soeurs et à d'autres - ce qui pourrait annoncer de futures batailles judiciaires avec les soeurs.

    Le jour de l'inauguration de Biden en tant que président, l'archevêque José Gomez de Los Angeles, président de la conférence des évêques américains, a déclaré qu'il priait pour Biden et a noté les points d'accord et de désaccord entre les évêques et Biden. "Les évêques catholiques ne sont pas des acteurs partisans dans la politique de notre nation", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous sommes des pasteurs responsables des âmes de millions d'Américains et nous sommes les défenseurs des besoins de tous nos fidèles." Pour les évêques de la nation, l'injustice continue de l'avortement reste la "priorité prééminente", a-t-il dit, ajoutant que "prééminent ne signifie pas "seulement"," et qu'il y a une grande variété de défis et de "menaces à la dignité humaine auxquels le pays est confronté aujourd'hui". L'archevêque Gomez a déclaré que les évêques américains s'engageront avec Biden dans le but d'entamer "un dialogue pour aborder les facteurs culturels et économiques compliqués qui poussent à l'avortement et découragent les familles".

  • Le cabinet de Joe Biden regorge de catholiques en désaccord avec l'enseignement de l'Eglise sur des questions fondamentales

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Le cabinet de Joe Biden regorge de catholiques - en contradiction avec l'enseignement de l'Eglise sur des questions fondamentales

    Les observateurs affirment qu'à une époque où l'identité catholique est en déclin, le meilleur moyen d'évaluer la convergence avec l'enseignement social catholique est d'examiner les choix politiques des responsables gouvernementaux, et pas seulement leur appartenance religieuse

    21 janvier 2021

    Alors que Joe Biden prend ses fonctions présidentielles ce mois-ci, il ne sera pas le seul catholique à jouer un rôle de premier plan au sein du gouvernement fédéral. En fait, le deuxième président catholique du pays a choisi un nombre sans précédent de ses coreligionnaires pour jouer un rôle essentiel dans son administration. 

    Mais alors que certains médias catholiques ont salué cette évolution et suggéré qu'elle pourrait indiquer que la présidence Biden pourrait être moins gênante pour l'Église américaine que ce qui a été largement anticipé, d'autres observateurs ne considèrent pas la composition catholique du cabinet de Biden comme une sorte de "victoire" pour l'Église et ses priorités sociales. En fait, plusieurs experts catholiques ont exprimé leur profonde inquiétude à propos des nombreux choix de Biden, qui, comme lui, sont catholiques, mais qui ont un enseignement clair sur les questions fondamentales.

    "Les membres catholiques du cabinet Biden semblent s'être distingués par leur distance par rapport à l'enseignement établi de l'Église sur la dignité et la valeur inaliénables de toute vie humaine, de la conception à la mort naturelle", a déclaré le commentateur catholique George Weigel au Register, ajoutant que les choix suggéraient également des défis à venir liés à la liberté religieuse et aux droits de conscience des travailleurs de la santé.

    Promouvoir l'avortement

    En fait, plusieurs des candidats n'ont pas seulement toléré la légalisation de l'avortement ou donné la priorité à des solutions autres que la limitation de l'accès pour réduire les avortements, mais ont activement travaillé à l'extension des droits à l'avortement. 

    La nouvelle secrétaire au commerce, le gouverneur de Rhode Island Gina Raimondo, a soutenu et signé un projet de loi de 2019 codifiant la protection de l'avortement dans son État. L'ancien gouvernement du Michigan, Jennifer Granholm, le choix de Biden pour être secrétaire à l'énergie, a opposé son veto à la loi de 2008 qui aurait interdit les avortements tardifs. Et Marty Walsh, autrefois "personnellement pro-vie", maire de Boston et choix de Biden pour diriger le ministère du travail, a reçu en 2016 un prix "Men for Choice" de NARAL en reconnaissance de son dévouement au droit à l'avortement.

    Deux candidats catholiques, en particulier, peuvent contribuer de manière significative à un accès plus large à l'avortement, étant donné les agences qu'ils vont diriger. 

    Lire la suite

  • Le Président de la COMECE préoccupé face à l'érosion de la liberté de religion dans les États membres

    IMPRIMER

    -comecePress.png

    Communiqué de presse, 22/01/2021

    Le Président de la COMECE préoccupé face à l'érosion de la liberté de religion dans les États membres

    Dans la déclaration ci-dessous, publiée le vendredi 22 janvier 2021, le Président de la COMECE, S. Em. le Card. Jean-Claude Hollerich s.j., a exprimé sa préoccupation vis-à-vis d’un projet de loi qui sera bientôt débattu au Danemark et qui pourrait entraver indûment le droit fondamental à la liberté de religion en exigeant que les sermons et les homélies soient prononcés dans la langue nationale.

    Tout en respectant les processus législatifs nationaux, le chef des évêques de l'UE se dit préoccupé par une tendance plus large et croissante à la négligence du droit fondamental à la liberté de religion dans les États membres de l'UE.

    Si, toutefois, la COMECE comprend que l'objectif de la proposition est de prévenir la radicalisation et de contrer l'incitation à la haine et au terrorisme, elle estime que celle-ci aurait un impact négatif et discriminatoire, « en particulier envers les confessions religieuses plus petites, souvent formées de communautés d'immigrés » - déclare le Card. Hollerich, qui fait part de la solidarité des évêques de l'UE à la conférence épiscopale scandinave et aux autres communautés concernées au Danemark.

    La COMECE encourage un dialogue intense et fructueux entre les autorités publiques compétentes et les Églises et communautés religieuses concernées, et soutient le rôle de la Commission européenne dans l'identification d'alternatives efficaces aux solutions juridiques invasives et potentiellement dommageables.

    Media

    Télécharger la déclaration

  • "Scripturae sacrae affectus" : la lettre apostolique du pape François pour le 16e centenaire de la mort de saint Jérôme

    IMPRIMER

    2021_01_23_09_32_11_Greenshot.png

  • Pandémie : vivre dignement, sans avoir peur de la mort

    IMPRIMER

    Du Père Christian Venard (*) sur le site web « aleteia » :

    « Une réappropriation de la mort comme fin de tout être humain permet à chacun de réévaluer le sens réel de sa vie.

    Tempete-apaisee.jpg« Nous devrons tous mourir, mais avant, nous aimerions pouvoir vivre un peu ! » Telle est l’idée que l’on aimerait bien faire entendre à nombre de gouvernants occidentaux, qui peu à peu nous enferment dans un complexe réseau de règles sanitaires, donnant à nos cités l’allure d’un vaste camp de prisonniers. La première question posée est bien celle de notre rapport à la mort.

    Cette évidence de notre fin avait eu tendance à disparaître de notre horizon. Les progrès médicaux et sociaux en ont été fort heureusement la cause, mais aussi une philosophie sécularisée, progressiste, matérialiste et athée. Même chez les militaires — dont c’est pourtant une donnée d’engagement essentielle —, il a fallu les morts d’Afghanistan pour remettre en perspective la question de la mort, qui avait été évacuée ! Tous nous devrons mourir. Sagesse antique, trop oubliée ou passée sous silence, dans l’étourdissement du « divertissement pascalien », favorisé par la multitude de nos écrans. Question essentielle qui nous arrive désormais en pleine figure, non seulement par la répétition anxiogène des messages officiels sur la Covid-19, mais aussi parce que, coincés par des règles sanitaires et sociales de plus en plus exigeantes, dans des espaces réduits de sociabilité, nous nous retrouvons face à nous-mêmes. L’explosion du mal-être psychique notée par tous les acteurs médicaux et paramédicaux en est un signe tangible.

    La dignité du désir de vivre

    Une réappropriation de la mort comme fin de l’être humain devient donc urgente. Elle permet à tout un chacun de repenser, de réévaluer, ses engagements, ses besoins, ses désirs, in fine, le sens réel de sa vie. Pour le chrétien, ce travail sur soi devrait être simplifié par la foi. Nous connaissons l’origine de la mort, peine due au péché de nos premiers parents, mais désormais transcendée par un Dieu-fait-homme qui l’ayant traversée a définitivement vaincue la mort sur la Croix par sa Résurrection. Seule l’acceptation de notre finitude, seul l’apprivoisement de cette vérité si simple au fond, peuvent nous permettre alors d’aborder le sens de notre vie aujourd’hui.

    « Je veux vivre avant de mourir. » Ce surgissement des profondeurs de tout notre être, ce jaillissement d’énergie créatrice est essentiel. C’est bien lui que, dans un délire sécuritaire, mettent à mal toutes les dispositions de plus en plus liberticides, prises par nos responsables. Il y a pourtant là un droit fondamental de tout être humain : celui de vivre, et de vivre dignement. Est-ce encore une vie digne pour des enfants que de se retrouver dès leur plus jeune âge « en-masqué » ? Est-il digne d’empêcher toute une jeunesse, à l’heure de sa propre prise en main de la vie, de sortir, de se parler, de rire ensemble ? Est-il digne de vivre, bousculé dans des foules inquiètes pour trouver le temps entre deux horaires d’interdiction de faire les courses du quotidien ? Est-il digne encore de ne plus voir ses collègues de travail, autrement que par le truchement d’un écran ? Est-il digne enfin, d’achever sa vie, dans un Ehpad ou un hôpital, privé de tout contact de ses proches ou même de l’ultime consolation portée par un simple prêtre ?

    Le virus de la peur

    Mener une réflexion de fond, nécessiterait enfin que nos gouvernants et nos responsables écoutent d’autres voix que celles, crédibles dans leur domaine de compétence technique, des spécialistes médicaux : celle des philosophes, celles des artistes, celles des écrivains — et celles des religieux. Encore leur faudrait-il pour cela, un zeste d’humilité. Un reste d’humanité… Quand Churchill, au tout début de la Deuxième Guerre mondiale, perdu dans les batailles politiciennes, assommé par les nouvelles terribles en provenance du front, affaibli par les luttes intestines de son parti, reçut le conseil du roi d’aller écouter le peuple, c’est dans le métro londonien, dans l’écoute des simples braves gens du quotidien, qu’il alla puiser la force de la résistance. Et que l’on ne s’y trompe pas. Ce n’est pas contre un dictateur nazi (ou un Trump, ou un Erdogan, ou un Poutine…) que nous sommes en guerre cette fois-ci. Ni contre un virus d’ailleurs. Mais bien contre nos propres peurs, au premier rang desquelles : celle de la mort. Courage. Résistance. »

    Ref. vivre dignement, sans avoir peur de la mort

    (*) L'abbé Christian Venard est aumônier militaire depuis 1998. Il a accompagné les troupes françaises dans une dizaine d'opérations extérieures. Auteur de plusieurs livres dont Un prêtre à la guerre (Tallandier, 2015), il est aussi chroniqueur sur KTO et dans la revue Parole et Prière.

    JPSC

  • Toujours plus de violence et de discrimination à l'encontre des chrétiens en Inde

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - Augmentation des violences et discriminations à l'encontre des chrétiens en 2020 et extension des lois anti-conversion

    21 janvier 202

    New Delhi (Agence Fides) – La violence à l'encontre des chrétiens en Inde continue à augmenter et en 2020 ont été enregistrés dans le pays 327 cas de violence à l'égard de personnes ou d'instituts chrétiens. C'est ce qu'affirme l'Evangelical Fellowship of India (EFI) qui, s'appuyant sur des organismes de recherche et de contrôle propres tels que la Commission pour la liberté religieuse et le service téléphonique Helpline a publié son rapport annuel 2020 intitulé « Haine et violence ciblée contre les chrétiens en Inde ». Le texte, parvenu à l'Agence Fides, documente plusieurs des 327 cas de violence précités dont la mise à mort de cinq personnes, l'incendie ou la destruction de six églises et 26 épisodes de boycott ou de discrimination sur base religieuse.

    « Il ne s'agit pas du tout d'une liste exhaustive des incidents, nombre desquels demeurent non dénoncés et non enregistrés, à cause de la crainte d'ultérieures atrocités, surtout dans les zones rurales. Les fidèles sont chancelants ou refusent ouvertement de porter plainte dans les cas de violence religieuse à cause de la peur » a déclaré à Fides le pasteur Vijayesh Lal, Secrétaire général de l'EFI.

    « La situation de la liberté religieuse en Inde – explique-t-il – doit être vue dans le contexte des poussées qui arrivent du panorama politique dans lequel les partis de la majorité ont modifié des lois ou approuvé de nouvelles mesures défavorables aux minorités de différentes manières » indique le pasteur.

    La Commission pour la liberté religieuse note que « l'alphabétisation juridique est décidément inadaptée. La police se refuse régulièrement de prendre les plaintes déposées par les chrétiens. Même si un cas fait l'objet d'une plainte devant les autorités de police, les agresseurs sont rarement poursuivis en justice ». « D'autre part, le plaignant court le risque de subir des rétorsions » affirme le pasteur.

    Quant à la méthode de surveillance, les incidents cités dans le rapport susmentionné sont enregistrés pour la première fois par des bénévoles qui transmettent les informations à la Commission qui vérifie ensuite auprès de la victime ou des témoins en contactant également les postes de la police locale.

    Sur un total de 327 cas enregistrés, l'Uttar Pradesh se classe premier Etat dans lequel la minorité chrétienne est prise pour cible avec 95 incidents au cours de l'année passée. Le suit le Chhattisgarh avec 55 incidents, la majeure partie de ceux-ci intervenus dans la région tribale du Bastar, désormais saturée de bénévoles d'organisations hindouistes envoyés pour « lutter contre l'influence chrétienne ». Il existe une campagne politique bien planifiée de la part de ces groupes – indique le texte – visant à promouvoir l'hinduité, idéologie qui préconise « l'Inde aux hindous », excluant d'autres communautés religieuses. Au Chhattisgarh, comme dans les régions tribales limitrophes, ces groupes sont libres et disposent d'appuis au niveau politique.

    Lire la suite

  • XVIe-XVIIIe siècles : quand l'Eglise invente l'école

    IMPRIMER

    Une émission de KTO :

    Quand l’Église invente l’école (XVIe-XVIIIe s.)

    21/01/2021

    Quelle influence l’Eglise a-t-elle eu exactement sur l’école entre le XVIe et le XVIIIe siècle ? Quels rôles les ordres enseignants ont-ils joué ? Qui en furent les grandes figures ? Que provoqua l’arrivée du protestantisme ? Ce soir, l’émission Au risque de l’histoire propose de partir à la découverte de la réalité éducative à l’époque moderne. L’Église, tant critiquée au XIXe siècle pour la qualité et la nature de son enseignement, a pourtant pris part à l’instauration en France de l’école pour le plus grand nombre. Pour en parler, Christophe Dickès reçoit l’historien Bernard Hours et le père Jean-Robert Armogathe.

  • La bonne conscience idéologique des démocrates américains

    IMPRIMER

    De la rubrique "Au quotidien" sur le site de l'Homme Nouveau :

    De quoi Biden est-il le nom ?

    Au quotidien n°132 : de quoi Biden est-il le nom ?

    Auteur d’un essai sur Christopher Lasch, professeur associé à l’American University Washington College of Law à Washington DC, Renaud Beauchard revient dans une tribune libre publiée par le Figaro Vox sur la bonne conscience idéologique des démocrates américains qui conduit tout droit au contrôle social afin de créer un conformisme idéologique.

    Nous avons déjà une idée très précise de ce qu’implique l’appel à l’unité lancé par Joseph Biden depuis son élection. Comment peut-on en effet parler d’unité dans un contexte caractérisé par une vague de censure sans précédent orchestrée par la Silicon Valley qui sévit depuis les événements du Capitole ? Est-il sérieux d’appeler à la réconciliation nationale tout en annonçant que la priorité de l’Administration Biden dans l’aide accordée aux PME pour rouvrir et reconstruire après le Covid ira aux entreprises détenues par des Noirs, des Latinos, des Asiatiques, des Amérindiens et des femmes ? Ou en soutenant sans preuves qu’une occupation semblable à celle du 6 janvier par des militants Black Lives Matter aurait été réprimée de façon beaucoup plus violente ?

    Parler d’unité ou de réconciliation comme le fait Biden est tout simplement une impossibilité en raison de la philosophie morale qui constitue le cœur idéologique de la gauche américaine depuis de nombreuses années.

    Essayons de nous interroger un instant pour savoir à quoi ressemble le ressenti quotidien des Américains en fonction de leur sensibilité politique. Si vous êtes d’une sensibilité qui vous rapproche du Parti démocrate, tout est conçu pour vous flatter et vous persuader que vous appartenez au cercle de la raison et de la vertu sans jamais en questionner le bien-fondé moral. Les programmes des chaînes d’information en continu, les séries et les films, les formations des départements des ressources humaines, les panneaux publicitaires, les slogans des supermarchés et des restaurants, les devoirs scolaires de vos enfants, les sportifs agenouillés à la télévision en hommage à George Floyd, tout est à l’unisson de ces écriteaux où l’on lit des slogans de vertu ostentatoire et que de nombreux Américains plantent désormais dans leur jardin.

    En revanche, sans même aller jusqu’à être un fervent supporteur de Trump, vous êtes classé ipso facto dans le camp des « déplorables » si vous n’adhérez pas en bloc à ce prêt à penser. (…)

    Au cours de l’année 2020, cette séparation a considérablement empiré. Mal penser (par exemple émettre des réserves sur le fait que des hommes biologiques soient habilités à concourir dans des compétitions sportives féminines) est de plus en plus périlleux pour occuper ou conserver son emploi, des sources de rémunération ou une respectabilité sociale. (…)

    On connaît le projet des autorités chinoises visant à mettre en place un système national de réputation des individus et des entreprises. Ce système dit de « crédit social » vise à renforcer le conformisme collectif et le respect d’une orthodoxie idéologique. Eh bien, dût-on paraître provocateur, on soutient que le même système existe déjà de façon informelle aux États-Unis. Si vous bravez l’interdiction des rassemblements pour vous rendre à une manifestation Black Lives Matter, vous recevez des bons points dans le système de « crédit social » américain. En revanche, rendez-vous à un meeting de Trump, et vous voilà devenu un super spreader du Covid. Et depuis les événements du 6 janvier, si vous émettez le moindre doute sur l’intégrité de l’élection de 2020, vous êtes étiqueté comme « terroriste domestique », alors que vous venez de vivre pendant quatre ans au son de la rengaine relayée 24 heures sur 24, 365 jours sur 365 que l’élection de 2016 était le produit de l’influence de la Russie, allégation formellement invalidée au terme de l’enquête du procureur spécial Mueller.

    La ligne de fracture politique qui divise l’Amérique en deux n’est pas organisée autour de conceptions rivales de l’organisation économique, mais autour d’une hiérarchie morale, à laquelle l’idée de bien commun est étrangère.

    Allons plus loin : ce n’est pas seulement les États-Unis de 2021 qui vivent dans ce climat. Ils ne se distinguent que par le degré atteint et les moyens financiers mis en œuvre. Mais toute la politique moderne est fondée sur l’idéologie, séparée de tout rapport avec la nature humaine et donc du sens du bien commun. Il ne faut pas seulement rompre avec la gauche américaine, mais avec sa source, la modernité politique.