Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Suscepimus, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui" (Introït du 14e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 47, 10-11  
    SUSCÉPIMUS, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui: secúndum nomen tuum, Deus, ita et laus tua in fines terrae: iustítia plena est déxtera tua. Ps. ibid., 2 Magnus Dóminus, et laudábilis nimis: in civitáte Dei nostri, in monte sancto eius. ℣. Glória Patri. Nous avons reçu, ô Dieu, Ta miséricorde au milieu de Ton temple : comme Ton nom, ô Dieu, Ta louange s’étend jusqu’aux extrémités de la terre, Ta droite est pleine de justice. Ps. Le Seigneur est grand et très digne de louange : dans la cité de notre Dieu, sur Sa sainte montagne.
  • La chute de la natalité et celle à venir de la population mondiale représenteront le phénomène majeur du XXIe siècle

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    « La planète va se vider de sa population, changeons nos idées reçues »

    Pour Darrell Bricker et John Ibbitson, la chute de la natalité et celle à venir de la population mondiale représenteront le phénomène majeur du XXIe siècle. L’enjeu majeur du XXIe siècle ne sera pas la surpopulation, mais le déclin de l’humanité. Dans le passionnant Planète vide (publié aux Arènes), les Canadiens John Ibbitson, grand journaliste au Globe and Mail (quotidien de tendance libérale et progressiste), et Darrell Bricker, PDG d’Ipsos Public Affairs, montrent que la natalité est déjà en chute libre sur presque tous les continents, et que cela aura des conséquences vertigineuses sur les plans géopolitique, économique ou de l’immigration. Depuis la parution de leur livre en 2019, les données ou l’épidémie du Covid-19 n’ont fait que confirmer cette thèse qui bouleverse toutes nos idées reçues. Extraits d’un entretien de ces deux auteurs paru dans L’Express.

    — Dans un monde moderne et technologique, n’avons-nous pas tendance à sous-estimer l’importance de la démographie ?

    Darrell Bricker — Comme l’a dit Auguste Comte, « la démographie, c’est le destin ». Plus jeune dans ma carrière, en tant que sondeur, j’ai sous-estimé son influence, en pensant que le plus important était les comportements et les opinions des personnes. Mais si vous changez la structure de la population, cela bouleverse tout. J’ai ainsi compris que Comte était en avance sur son temps. Un grand nombre d’événements historiques peuvent s’expliquer à travers la démographie. Pourquoi les pays font-ils la guerre ? Eh bien, il y a une forte corrélation entre le bellicisme d’une nation et le fait d’avoir une population jeune, à l’image de la France de Napoléon. [Voir Gunnar Heinsohn : jeunesse de la population et index de belligérance] Pourquoi y a-t-il aujourd’hui moins de conflits sur la planète ? Parce que nous n’avons plus autant de jeunes hommes pour combattre…

    — Vous rappelez par exemple que le conflit israélo-palestinien est aussi une bataille démographique, les deux populations ayant des taux de fécondité identiques et élevés de 3,1…

    D.B. — En plus, le taux naturel fait qu’il y a en moyenne près de 105 garçons qui naissent pour 100 filles. Quand une population a une moyenne d’âge peu élevée, cela renforce la frustration des jeunes hommes, comme on peut le voir en Palestine. Ce n’est bien sûr pas le seul facteur, mais c’est une des explications.

    Quant à Israël, il a le taux de fécondité le plus élevé des pays du monde développé, le double de la majorité des nations occidentales. C’est même le seul pays à ma connaissance qui a réussi à remonter ses taux de fécondité, passant de 2,70 enfants par femme au début des années 1990 à plus de 3 aujourd’hui. [Note du carnet : la fécondité en Algérie est passée de  2,4 enfants par femme en 2000 à 3,1 enfants par femme en 2015. Cela s’explique généralement par la réislamisation de la société alors que les conditions économiques ne sont, paradoxalement, pas améliorées pour former des ménages et accueillir plus d’enfants.] 

    Lire la suite

  • Fin de l’enquête sur l’immeuble de Londres : dix personnes seront jugées au Vatican dont le cardinal Becciu

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Fin de l’enquête sur l’immeuble de Londres, dix personnes seront jugées au Vatican

    Un procès aura lieu à l’encontre de Mgr Carlino, Enrico Crasso, Tommaso Di Ruzza, Cecilia Marogna, Raffaele Mincione, Nicola Squillace, Fabrizio Tirabassi, Gianluigi Torzi, René Brülhart et le cardinal Angelo Becciu.

    3 juillet 2021

    L'enquête, longue et complexe, a été menée par le Promoteur de Justice Gian Piero Milano et les magistrats Alessandro Diddi et Gianluca Perrone. Une enquête qui s'est déroulée grâce aux investigations de la gendarmerie vaticane dirigée par le commandant Gianluca Gauzzi Broccoletti et qui a conduit à l'examen d'une grande quantité de documents, d'appareils électroniques saisis chez les suspects, ainsi qu'à la confrontation de témoins.

    Le président du Tribunal de la Cité du Vatican, Giuseppe Pignatone, a ordonné l’inculpation de dix personnes, suite à la demande présentée par le Bureau du Promoteur de Justice, rapporte un communiqué du Bureau de presse du Saint-Siège ce samedi 3 juillet. L’acte d’accusation, déposé ces derniers jours, conclut la première phase de l'enquête : les documents recueillis jusqu'à présent seront examinés par la Cour lors de l'audience publique qui opposera l'accusation à la défense. La première audience est prévue pour le 27 juillet.

    Les personnes suivantes seront jugées : René Brülhart (ancien président de l’AIF, Autorité d’Information Financière) à qui l'accusation reproche le délit d'abus de pouvoir ; Mgr Mauro Carlino (ancien secrétaire du Substitut de la Secrétairerie d'État) accusé d'extorsion et d'abus de pouvoir ; Enrico Crasso (l’intermédiaire gestionnaire pendant des décennies des investissements de la Secrétairerie d'État), accusé des délits de détournement de fonds, corruption, extorsion, blanchiment d'argent et auto-blanchiment, fraude, abus de pouvoir, faux en écriture publique commis par un particulier et faux écriture privé ; Tommaso Di Ruzza (ancien directeur de l’AIF) accusé de détournement de fonds, d'abus de pouvoir et de violation du secret professionnel.

    Egalement sur les bancs de la justice : Cecilia Marogna (qui a reçu des sommes considérables de la Secrétairerie d'État pour mener des activités de renseignement) accusée de détournement de fonds ; Raffaele Mincione (l’intermédiaire qui a fait souscrire à la Secrétairerie d'État d'importantes parts du fonds possesseur de l'immeuble londonien du 60 Sloane Avenue, utilisant l'argent reçu pour ses investissements spéculatifs), accusé de détournement de fonds, fraude, abus de pouvoir, détournement de fonds et auto-blanchiment ; Nicola Squillace (avocat impliqué dans les négociations) accusé de fraude, détournement de fonds, blanchiment d'argent et auto-blanchiment ; Fabrizio Tirabassi (un assistant, employé du Bureau administratif de la Secrétairerie d'État qui a joué un rôle de premier plan dans l'affaire) accusé de corruption, extorsion, détournement de fonds, fraude et abus de pouvoir ; Gianluigi Torzi (l’intermédiaire appelé pour aider le Saint-Siège à sortir du fonds de Raffaele Mincione qui se fait octroyer jusqu'à 15 millions pour rendre l’immeuble à ses propriétaires légitimes) accusé d'extorsion, détournement de fonds, fraude, blanchiment d'argent et auto-blanchiment.

    La demande de citation à comparaître a également été présentée à l'encontre des sociétés suivantes : HP Finance LLC, d’Enrico Crasso, accusée de fraude ; Logsic Humanitarne Dejavnosti, D.O.O., de Cecilia Marogna, accusée de détournement de fonds ; Prestige Family Office SA, d’Enrico Crasso, accusée de fraude ; Sogenel Capital Investment, désignée par Enrico Crasso, accusée de fraude. Certains délits sont également considérés comme ayant été commis en « complicité ».

    Lire la suite

  • Jésus est-il accueilli pour qui il est ou pour ce que nous voulons bien qu’il soit ? (14e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 14ème dimanche du temps ordinaire :

    Un Christ mis en boîte ou un Christ rayonnant ?

    4 juillet 2021

    Jésus est-il accueilli pour qui il est ou pour ce que nous voulons bien qu’il soit ? Voilà la question que cet évangile pose à toutes les générations au long de ces 2000 ans d’histoire de l’Église.

    Les habitants de Nazareth pensent qu’ils connaissent bien Jésus. Et ils ont en partie raison. Ils le connaissent bien comme homme, ils peuvent parler de sa famille, du métier qu’il exerça au milieu d’eux. Leur témoignage nous est précieux pour nous éviter de tomber dans une vision mythologique de Jésus. Jésus n’est pas un personnage à l’historicité douteuse, né on ne sait trop quand, ayant vécu on ne sait trop comment, mort on ne sait trop dans quelles circonstances. Il y a de plus en plus de gens pour dire très facilement : Jésus n’a jamais existé. Mais cela reflète davantage le progrès de l’idéologie que le progrès de la science. À leur façon, les contemporains de Jésus nous font toucher le concret de sa vie.

    Lire la suite sur le blog de l'abbé Cossement

  • Très peu d'ordinations (6) en Belgique cette année

    IMPRIMER

    Nous avons dénombré 6 ordinations en Belgique cette année; une à Liège : celle de Cocou Ignace Ametonou de Cotonou (Benin); une à Bruxelles : celle d'Antonio Luque Benitez de Cordoue (Espagne); une à Namur : celle d'Isaac Torres d'Aragon (Espagne); deux à Bruges : celles de Gildas Cambia (Benin) et de Dave Vannieuwenhuyze (Torhout); une à Gand : celle de Jef Van der Gucht (Temse). Nous n'avons rien vu à Tournai, ni à Anvers, ni à Hasselt, mais peut-être nos investigations ont-elles été incomplètes.

    Cela ne sera évidemment pas suffisant pour assurer la relève d'un clergé plus que vieillissant et dont les rangs sont de plus en plus clairsemés en raison des décès mais aussi des départs (cfr ICI). En leur temps, les initiatives de Monseigneur Léonard semblaient porter leurs fruits; on ne peut en dire autant pour ceux qui ont aujourd'hui en charge la pastorale des vocations. On peut aussi se demander où sont les familles chrétiennes susceptibles de susciter des vocations en leur sein. Il ne faut pas non plus compter sur les milieux éducatifs jadis catholiques (écoles, mouvements de jeunesse) - aujourd'hui très déchristianisés - pour encourager des jeunes à s'engager dans le sacerdoce ou la vie religieuse...

  • "L’Union européenne ne s’assume pas comme puissance et se renie comme civilisation" (Boualem Sansal)

    IMPRIMER

    Du site du Figaro via artofuss.blog :

    Boualem Sansal: «Où va l’Europe?»

    TRIBUNE – Le grand écrivain algérien, réputé pour son indépendance d’esprit, et qui vit en Algérie envers et contre tout, est tourmenté par le destin du Vieux Continent. L’Union européenne ne s’assume pas comme puissance et se renie comme civilisation, juge-t-il.

    2 juillet 2021.

    Auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages, Boualem Sansal a été révélé par Le Serment des barbares (Gallimard, 1999) et a ensuite publié, notamment, Le Village de l’Allemand ou Le Journal des frères Schiller (Gallimard, 2008), couronné par quatre prix, 2084. La Fin du monde (Gallimard, 2015), grand prix du roman de l’Académie française, et Le Train d’Erligen ou La Métamorphose de Dieu (Gallimard, 2019). Dernier roman paru: Abraham ou La Cinquième alliance (Gallimard, coll. «Blanche», 2020, 288 p., 21 €).


    Avant de chercher cela, demandez-vous d’abord: qui la pilote? Comme j’ai eu moi-même à le constater, vous ne tarderez guère, chers amis de là-bas, à découvrir que personne autour de vous ne le sait et ne sait même comment le trouver pour apprendre de lui ce qu’il voudra bien vous révéler: quel est son nom, qui l’a mandaté, où vous mène-t-on et s’il le sait lui-même, qu’il le dise: c’est quoi l’Europe et à quoi elle sert dans le schéma mondial dominé par l’équipe gagnante du millénaire, les onze vraies grandes puissances: les USA, la Chine, l’Allemagne, la Russie, le Royaume-Uni, Israël, la Turquie, l’Iran, le Qatar, l’Arabie, la Corée du Nord. La volonté de puissance et de domination est un cardinal essentiel de leur personnalité.

    Les questions sont ainsi, une fois lâchées, elles se hèlent les unes les autres avec une urgence fiévreuse dans le ton.

    À un certain niveau d’ignorance et de déception, on est condamné à imaginer le pire et le pire n’a pas de fin. Dans ce territoire perdu situé entre le Maroc et la Tunisie, d’où je vous adresse cette alerte, je peux vous le dire, le pire est passé par-là et n’a rien laissé derrière lui, rien. Chacun doit au moins savoir cela pour sa gouverne: c’est quoi, le pire chez lui et à quel stade il est?

    On peut en disputer encore et encore mais à un moment il faut s’arrêter et reconnaître la réalité: l’Europe a toutes les apparences d’une chose qui n’existe pas, n’a jamais existé, comme Europe, la déesse aux grands yeux de la mythologie grecque qui lui a donné son nom. Soit dit en passant, Arès, le dieu de la guerre, eût été tout désigné pour l’accompagner, il aurait transmis un peu de vigueur aux enfants de la belle. La guerre et la gloire, il n’y a que ça de vrai et tout l’art du guerrier est de ne la faire que pour gagner, et en cas de doute quant à son issue, la rendre impossible jusqu’à ce que le vent tourne à son avantage.

    C’est rageant de s’être tant questionné pour au final se voir moins avancé qu’au départ où au moins on avait des illusions et le plaisir d’y croire.Dans ce territoire perdu situé entre le Maroc et la Tunisie, d’où je vous adresse cette alerte, je peux vous le dire, le pire est passé par-là et n’a rien laissé derrière lui, rien. Chacun doit au moins savoir cela pour sa gouverne : c’est quoi, le pire chez lui et à quel stade il est ?

    Oublions cette Europe, la mythique, enlevée et abusée par Zeus puis offerte en cadeau de mariage à un mortel qui n’avait rien de fameux, le roi de Crète, et l’historique, trahie par les siens et livrée au moloch de Wall Street, et regardons un peu cette chose pénible, bien réelle elle, l’Union européenne, une colonie marchande inféconde, sans peuple ni mythologie mais avec un drapeau et un hymne, des institutions dans tous les coins et des démembrements à tous les étages, le tout actionné à hue et à dia par des officiers de la coloniale insipides et arrogants: «Je vous administre de loin, je n’ai pas à venir vous visiter et manger le même pain que vous.» Avez-vous entendu cela? Moi, si, et ça m’a rappelé un temps que les moins de 20 ans…

    Lire la suite

  • Le message du président de la Conférence des évêques de France aux nouveaux prêtres de la Communauté Saint-Martin

    IMPRIMER

    De Famille Chrétienne :

    Ce que Mgr de Moulins-Beaufort a dit aux nouveaux prêtres de la communauté Saint-Martin

    Le président de la Conférence des évêques de France, Mgr de Moulins Beaufort, présidait pour la première fois la messe d’ordinations sacerdotales de la Communauté Saint-Martin à Evron. Il a adressé un message fort et exigeant aux 26 nouveaux prêtres de la communauté cette année.

    <p>Mgr de Moulins-Beaufort présidait la messe d'ordinations de 13 des 26 nouveaux prêtres de la communauté Saint-Martin à Evron, le 25 juin 2021. </p>

    Mgr de Moulins-Beaufort présidait la messe d'ordinations de 13 des 26 nouveaux prêtres de la communauté Saint-Martin à Evron, le 25 juin 2021. 

     - Communauté Saint-Martin, Facebook

    PUBLICITÉ

    Et d’ajouter : « ce qui me donne de l’espérance, c’est de voir que Dieu continue d’appeler et que des jeunes y répondent ! Dans notre société, chaque vocation est un miracle. » Et donc pour Saint-Martin, 26 miracles sur un total de 130 prêtres ordonnés cette année pour le pays.

    « Ne prétendez pas aimer mieux que les autres »

    L’archevêque de Reims ne s’est pas contenté de tresser des lauriers à cette communauté au succès florissant. Il a aussi lancé plusieurs défis à ses prêtres, souvent jeunes« Dieu nous oblige à vivre autre chose que ce que nous vivions naguère avec un curé dans chaque village. Les fidèles ne doivent pas s’imaginer que grâce à la Communauté Saint-Martin, nous allons revenir à l’époque d’un curé par village. Peut-être qu’on y reviendra plus tard, dans quelques années, et ça serait tant mieux ! Mais pour l’instant, il nous faut accepter que Dieu nous appelle à autre chose et que le ministère sacerdotal s’exerce différemment. »

    Dans son homélie du 24 juin, il a donné « une recommandation » aux 13 prêtres ordonnés (les 13 autres ont été ordonnés le 25 juin) : « Gardez vous de trop dire mes brebis, mes ouailles, mes fidèles, et pas davantage ma paroisse, car ce sont les brebis et les agneaux et les fidèles, et les frères et les sœurs de Jésus à qui vous êtes envoyés ou qui vous sont confiés. Et chacun réclame de vous un respect infini ». « Ne prétendez pas aimer mieux que les autres, acceptez que si les autres ne reçoivent pas Jésus, c’est que votre amour et celui de tous les chrétiens avec vous n’est pas assez vrai, assez patient, assez persévérant. » Mgr de Moulins Beaufort est revenu sur la mission particulière du prêtre dans les années à venir, éveillant au fait que les communautés vont changer : « De plus en plus, votre ministère sera un ministère d’accompagnement. » Dans son échange avec les séminaristes, il les a exhortés à « aller chez les gens », pour leur « redonner envie, plus tard, de revenir dans nos églises ». Comme remède face à l’orgueil, Mgr de Moulins-Beaufort les a exhortés à agir « avec les seuls moyens de Jésus ».

    Anticipant les découragements du sacerdoce, le président de la CEF a souligné : « Parfois, ne vous faites pas d’illusions. Vous chercherez à mesurer ce que vous avez fait, à vérifier votre existence, en tachant de prendre en mains ce que vous aurez créé, et vous souffrirez peut-être d’avoir bien peu à aligner à côté de ce que les humains autour de vous pourront présenter. […] Ne doutez pas que Dieu, lui, attend, espère, œuvre secrètement par son Esprit-Saint, et consentez que vos renoncements et les rebuffades que vous essuierez contribuent aussi, si vous les portez de bon cœur dans le Seigneur crucifié, à la percée qu’Il veut opérer dans les cœurs. »

    Quand accueillera-t-on des prêtres de la Communauté Saint-Martin en Belgique ? Cela dépend du bon vouloir de nos évêques qui feraient bien de s'inspirer de l'attitude de leurs homologues d'Outre-Quiévrain.

  • Notre frère jumeau...

    IMPRIMER

    E001855_LRG.gifAujourd'hui, on fête saint Thomas, apôtre. "Son nom signifie « jumeau » en araméen, tout comme son surnom Didyme, qui en est la traduction grecque. Il appartiendrait à la tribu d'Issacar, l'une des douze tribus d'Israël. Doutant de la résurrection du Christ avant de l'avoir vu de ses yeux et touché il est devenu symbole et image du doute religieux." (Wikipedia)

    Le site "Exultet" nous propose ce commentaire et une homélie (à télécharger) du P. de la Soujeole :

    "Dans l'Evangile il est noté Thomas, qui signifie Jumeau. Rien n'est fortuit dans les textes bibliques... De qui donc, Thomas est-il le jumeau ?
    Repartant des différents textes bibliques qui mentionnent Saint Thomas, le P. de la Soujeole nous montre combien l'apôtre a dû se laisser convertir par le Christ... Tout comme nous !

    Lire la suite

  • 3 juillet: saint Thomas, apôtre

    IMPRIMER

    webfile111081.jpg

    Saint Thomas d'après El Greco

    Source : http://www.cassicia.com/FR/Vie-de-saint-Thomas-apotre-Fete-le-21-decembre-Il-evangelisa-le-Moyen-Orient-jusqu-aux-Indes-Il-rencontra-les-Rois-Mages-qu-il-catechisa-et-baptisa-No_645.htm

    Saint Thomas était probablement originaire d’une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d’un esprit réfléchi et d’une volonté ferme jusqu’à l’obstination ; d’autre part, il avait du cœur et du dévouement. Ces deux caractères de sa physionomie paraissent en deux paroles que l’Évangile cite de lui.

    Peu avant Sa Passion, Jésus veut retourner en Judée ; les Apôtres Lui rappellent les menaces de Ses ennemis. Saint Thomas seul s’écrie : « Eh bien ! allons et mourons avec Lui ! » Voilà le dévouement du cœur de l’apôtre.

    Après Sa Résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de Ses disciples, en l’absence de saint Thomas. Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d’une telle merveille, qu’il en douta et dit vivement : « Je ne le croirais pas avant d’avoir mis mes doigts dans Ses plaies. » Voilà le second caractère de saint Thomas, esprit trop raisonneur.

    Mais son premier mouvement d’hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi et le récompensa de son acte de générosité antérieur. Que fit alors saint Thomas ? nous le savons ; un cri du cœur s’échappa de ses lèvres : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

    Dieu permit l’hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la Résurrection de Jésus-Christ. Saint Augustin attribue à saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerne la Résurrection.

    Quand les Apôtres se partagèrent le monde, le pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat. La Tradition rapporte qu’il rencontra les Rois-Mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu’il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère.

    Il traversa la Mésopotamie, la Médie, la Perse, pénétra dans l’Inde et visita l’île de Taprobane, qu’on croit être celle de Ceylan. Consumé par l’austérité de la pénitence, il ressemblait à une ombre plus qu’à un homme, au dire de saint Jean Chrysostôme. Il mourut dans une ville de la côte de Coromandel, nommée jadis Calamine, et aujourd’hui Meliapour par les Hindous et San Thomé par les Européens.

    Lire la suite

  • Décolonialisme: l’université de Kisangani s’insurge contre la « falsification de l’histoire »

    IMPRIMER

    De Marie-France Cros sut le site web de La Libre Afrique :

    Stan 64 9a67c8188c822b79a6eb12eeeebd6cfc.jpg"La polémique en Belgique au sujet du “décolonialisme” – mouvement d’effacement des œuvres coloniales porté par des organisations antiracistes à la suite des protestations, aux États-Unis, contre l’assassinat du noir Georges Floyd par un policier blanc – se nourrit d’une participation inattendue. L’Université de Kisangani – ex-Stanleyville – s’inquiète, en effet, de la stigmatisation des para-commandos belges qui, le 24 novembre 1964, mirent fin aux exactions des rebelles Simbas dans cette ville.

    En juillet 2020, sept associations d’anciens para-commandos et officiers belges ayant servi en Afrique avaient protesté auprès du Musée royal d’Afrique centrale de Tervuren au sujet de la nouvelle présentation d’une des sculptures de l’époque coloniale ornant la grande rotonde de l’établissement. L’œuvre d’Arsène Matton, “La Belgique apportant la sécurité au Congo” représente la Belgique protégeant dans les plis de son drapeau un homme et un enfant endormi. À cette statue (comme aux quinze autres de la grande rotonde) est maintenant superposé un voile semi-transparent, où est imprimée une image post-coloniale censée créer “un choc visuel et sémantique, permettant une lecture nouvelle d’un lourd patrimoine”.

    Ce voile représente un militaire en arme, avec le texte : “Un para-commando belge à Stanleyville en 1964, lors de l’écrasement des rebelles Simba. L’indépendance formelle du Congo en 1960 est loin d’avoir sonné le glas des interventions étrangères”. La première phrase a fait tiquer les associations plaignantes, qui avaient écrit une lettre ouverte au directeur général du musée, Guido Gryseels, y voyant une “atteinte à l’honneur et à la réputation des para-commandos belges”.

    Plainte en justice

    Ayant opté pour une vision “décoloniale” de son travail, ce dernier avait refusé de changer quoi que ce soit au dispositif. En janvier dernier, les associations de paras avaient donc cité à comparaître devant le tribunal de première instance francophone de Bruxelles, Pierre-Yves Dermagne (PS), du cabinet du ministre du Travail et de l’Économie et compétent pour la Politique scientifique, et le secrétaire d’État Thomas Dermine (PS), qui a la Politique scientifique dans ses attributions.

    L’affaire n’a pas encore été jugée. Mais les paras belges ont reçu un appui inattendu de six chercheurs en histoire du Droit et professeurs de l’Université de Kisangani – nouveau nom de Stanleyville.

    Dans un ouvrage collectif sous la direction du professeur Ursil Lelo di Makungu, vice-doyen à la faculté de Droit de cette université, les auteurs soulignent “la grande difficulté” de “la transmission de la vérité vécue d’un peuple à une certaine période bien précise”. Et d’ajouter que “si la colonisation ne peut pas être considérée comme une valeur, elle ne peut pas non plus être considérée comme une permission pour la falsification de l’histoire”. Et de mettre en garde contre “la falsification de l’histoire par les mouvements antiracistes et décoloniaux en Belgique et en Europe”.

    Les auteurs estiment que l’opération “Dragon Rouge” du 24 novembre 1964 était “une intervention d’humanité”. Et de rappeler que le gouvernement – rebelle à Léopoldville (ancien nom de Kinshasa) – de Christophe Gbenye retenait des centaines d’otages européens à Stanleyville. Lorsque les parachutistes belges prirent la ville, le 24 novembre,  ils “libérèrent environ 2.000 Européens, dont une centaine furent massacrés”, selon l’historien Isidore Ndaywel. Le 26 novembre, une opération de même type avait été menée à Paulis, où d’autres otages européens étaient prisonniers des Simbas. La défaite du gouvernement Gbenye ramènera Stanleyville et sa région dans le giron de l’État central.

    “L’unanimité de l’histoire orale”

    Les auteurs observent une “tension” à l’Onu entre les principes d’intervention humanitaire et de respect de la souveraineté d’un État. Mais assurent que le voile dénigrant l’opération “Dragon Rouge” qui a été déposé sur la statue du Musée de Tervuren “pose problème aussi pour les Stanleyvillois” parce qu’il “frise une contre-vérité face à l’unanimité de l’histoire orale racontée par les anciennes générations […] mais également les survivants de la guerre des rébellions, qui ne cessent de considérer cette opération comme essentiellement une opération d’humanité”.

    Les auteurs insistent : les Boyomais (NDLR : habitants de Stanleyville/Kisangani) “considèrent cette révision volontaire et fantaisiste (NDLR : de l’histoire) comme un manque de respect considérable envers les morts et rescapés bénéficiaires de l’opération “Dragon Rouge”, un acte de mépris envers les otages, les victimes et les morts des graves massacres des rebelles Simbas, qui sont restés impunis”.

    Rappelons que les rebelles Simbas avaient tué plusieurs dizaines d’Européens, missionnaires et civils, et des milliers de Congolais. Le consul de Belgique à Stanleyville, Patrick Nothomb (futur père de l’écrivain Amélie Nothomb) a fait une description saisissante de ces jours de peur dans son livre “Dans Stanleyville”, où il raconte la plus grande prise d’otages du XXè siècle".

    Ref. Décolonialisme: l’université de Kisangani s’insurge contre la « falsification de l’histoire »

    Quand les Congolais du Congo disent non aux falsifications « indigénistes » de leur histoire nationale : à verser au dossier des idéologues du Musée de Tervuren et de la Commission parlementaire belge qui prétendent rectifier l'histoire du Congo. Sur le même thème voir aussi notre écho à la parution de la trilogie  « Le Roi génial et batisseur de Lumumba » et singulièrement le troisième tome: Le Congo, 135 ans et +  publié voici peu par Marcel Yabili, avocat congolais de Lubumbashi (Elisabethville)

    JPSC

  • Chine : le 100ème anniversaire du parti qui a tué plus de 50 millions d'êtres humains

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    PCC : 100e anniversaire du parti qui a tué 50 millions de personnes

    07/01/2021

    Faut-il féliciter le Parti communiste chinois d'avoir tué plus d'êtres humains que quiconque dans l'histoire ?

    Enfin, nous y sommes. La fête du Parti commence, et ce que les médias chinois ont appelé la célébration la plus mémorable de l'histoire moderne salue le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC).

    Même certains dirigeants occidentaux félicitent le Parti. Ils avancent comme excuse que le PCC a remporté des succès remarquables dans la lutte contre la pauvreté ou, comme ils l'ont dit, "a sorti des millions de Chinois de la faim." Les universitaires ont prouvé que les statistiques sur les merveilleux succès de la Chine dans l'éradication de la pauvreté sont largement fausses ou gonflées. Personne ne nie les progrès économiques de la Chine, mais d'autres pays ont obtenu des résultats similaires ou meilleurs sans tuer un grand nombre de leurs propres citoyens dans le processus.

    Il n'y a qu'un seul record mondial que le PCC détient sans conteste, un record dont nous devrions tous nous souvenir aujourd'hui dans nos méditations et nos prières. Aucune organisation dans l'histoire de l'humanité n'a tué plus d'êtres humains que le PCC. Ni l'Allemagne nazie, ni la Russie soviétique, ni même les invasions mongoles. (...)

    Nous sommes également conscients du débat en cours sur le Livre noir du communisme français de 1997 (qui a été publié en anglais en 1999 par Harvard University Press), et des critiques selon lesquelles certains chiffres auraient été surestimés dans le cadre des efforts déployés par les auteurs pour parvenir au chiffre rond de 100 millions. Nous avons comparé les données du Livre noir avec d'autres sources. Cependant, nous ne sommes pas d'accord avec la critique selon laquelle les victimes de famines causées par l'homme, comme l'Holodomor en Russie ou le Grand Bond en avant, ne devraient pas être comptées. Ces famines n'auraient pas eu lieu sans le comportement criminel des régimes qui les ont provoquées.

    How the CCP killed (at least) 50 million Chinese.
    Comment le PCC a tué (au moins) 50 millions de Chinois.

    Pour la Chine, notre estimation de 50 millions de victimes est extrêmement prudente. D'autres pensent que le chiffre est plus proche de 80 millions. Pendant la guerre civile, les communistes ont tué quelque 3 millions de civils, souvent pour la seule raison qu'ils étaient perçus comme des "ennemis de classe". (Les nationalistes ont également tué de nombreux civils, bien sûr). Dans les années qui ont suivi la prise du pouvoir, le PCC, sous la direction du président Mao, a exécuté au moins un million de Chinois qualifiés d'"ennemis de classe" ou de "contre-révolutionnaires". Il y a également eu des famines créées par l'homme avant 1958, qui ont fait 500 000 victimes supplémentaires. Le Grand Bond en avant et sa conséquence, la Grande famine chinoise, se sont déroulés de 1958 à 1962 et sont largement considérés comme la plus grande catastrophe d'origine humaine de l'histoire. Là encore, les estimations des victimes varient et, en utilisant notre méthode consistant à trouver une moyenne entre différents chercheurs fiables, nous avons compté 38,5 millions de victimes (d'autres pensent que le nombre est beaucoup plus élevé). Un chiffre moins controversé indique que 1,5 million de personnes ont été exécutées pendant le Grand Bond en avant pour se débarrasser des opposants et des dénonciateurs. 2 millions est une estimation prudente des personnes tuées pendant la Révolution culturelle. Les spécialistes estiment qu'en excluant les périodes du Grand Bond en avant (1958-1962) et de la Révolution culturelle (1966-1976), les victimes de 1950 à Tiananmen (1989) qui ont été soit exécutées, soit tuées de manière extrajudiciaire, soit tuées pendant la répression des manifestations, soit affamées ou épuisées dans des camps de travail, étaient au moins 3 millions. En comptant 500 000 victimes de l'ère post-Tiananmen, nous considérons que certains comptes "minimalistes" d'universitaires concernant les décès au Tibet et au Xinjiang restent fidèles à notre méthode, même si nous soupçonnons que le PCC a été beaucoup plus meurtrier ces dernières années.

    Nous sommes conscients que le résultat total, 50 millions, est une estimation très prudente. Le regretté Rudolph J. Rummel, que le PCC et certains historiens occidentaux aiment critiquer mais qui était un universitaire américain respecté à la carrière académique irréprochable, avait initialement estimé les victimes du PCC jusqu'à l'année 1987 (évidemment, le PCC a continué à tuer après cette date) à 38,7 millions mais, à mesure que de nouveaux documents faisaient surface, notamment sur le Grand Bond en avant, il a révisé son estimation à 76,7 millions.

    Laurel wreaths at the Victims of Communism Memorial, including Bitter Winter’s.
    Couronnes de laurier au Mémorial des victimes du communisme, y compris celle de Bitter Winter.

    Qu'il s'agisse de 50 ou de 76,7 millions de personnes, chaque unité de cette statistique correspond à un être humain, qui a vécu, aimé, espéré, a eu des parents et des amis, et a cru en un avenir que le PCC a cruellement détruit. Si nous devons célébrer quelque chose le 1er juillet, nous devons célébrer les victimes. Bitter Winter l'a fait le 11 juin, lorsque nous avons offert une couronne de laurier au monument aux victimes du communisme de Washington DC, en mémoire de ceux qui ont été assassinés par le PCC, lors d'une cérémonie internationale organisée par la Fondation pour la mémoire des victimes du communisme, une organisation autorisée par une loi unanime du Congrès américain en 1993. Physiquement ou métaphoriquement, préparez votre couronne de laurier aujourd'hui et versez une larme pour les 50 millions (au moins) de victimes de l'organisation la plus criminelle qui se soit jamais consacrée au meurtre de masse dans l'histoire de l'humanité.

  • Les Européens doivent "réveiller les consciences" après le vote sur l'avortement

    IMPRIMER

    De la Catholic News Agency (Courtney Mares):

    Un cardinal du Vatican : Les Européens doivent "réveiller les consciences" après le vote sur l'avortement.
     
    30 juin 2021

    Le cardinal Leonardo Sandri* a appelé à un réveil des consciences en Europe après le vote du Parlement européen en faveur de la description de l'avortement comme "soins de santé essentiels."

    "Le seul que l'on doit servir est le Christ notre Seigneur, et aucune autre idéologie ou vision du monde, où souvent derrière une belle rhétorique, en réalité, la vision de l'homme est rétrécie et sa dignité est avilie ", a déclaré le cardinal dans une homélie le 28 juin. "Un exemple de cela est l'Europe de notre temps, qui, dans le contexte d'une crise mondiale sans précédent - avec des risques non seulement pour la santé publique, mais aussi pour le travail et la protection des groupes les plus vulnérables - trouve le temps d'approuver un rapport qui définit l'avortement comme un droit humain fondamental." Le préfet du Vatican a décrit le vote comme "une dangereuse dérive anthropologique devant laquelle nous devons réveiller nos consciences pour une alliance renouvelée au service authentique de l'humanité."

    L'organe législatif de l'UE a voté le 24 juin en faveur d'un rapport visant à redéfinir l'objection de conscience comme un "refus de soins médicaux". Le rapport déclare également que les violations de la "santé et des droits sexuels et reproductifs" sont "une forme de violence à l'égard des femmes et des filles". Les membres du Parlement européen ont adopté le rapport par 378 voix pour, 255 contre et 42 abstentions lors d'une session plénière à Bruxelles, en Belgique. Seuls deux des 27 États membres de l'UE, la Pologne et Malte, n'autorisent pas l'avortement sur demande ou pour de larges raisons sociales.

    L'archevêque Tadeusz Kondrusiewicz, président de la commission de la pastorale de la conférence des évêques catholiques du Belarus, a également réagi au vote du Parlement européen. Il a appelé les catholiques à demander l'intercession de la Vierge Marie pour mettre fin à "une culture de la mort". "Comme vous pouvez le constater, le sécularisme en Europe ne ralentit pas, mais gagne du terrain", a déclaré l'archevêque dans une déclaration publiée sur Catholic.by, le site Web de l'Église catholique en Biélorussie. "L'idéologie du relativisme moral prévaut sur les normes morales immuables et le bon sens. La culture de la vie dont rêvaient les pères fondateurs de l'Union européenne est en train de renaître sous nos yeux en une culture de la mort." L'archevêque a déclaré qu'environ 29 000 avortements ont lieu chaque année au Belarus, alors que le pays est également confronté à une "profonde crise démographique." "Par conséquent, nous ne pouvons pas permettre l'approche de l'avortement adoptée dans l'Union européenne, qui sera un génocide de notre peuple", a-t-il déclaré.

    * Le cardinal argentin Sandri, âgé de 77 ans, est préfet de la Congrégation du Vatican pour les Églises orientales depuis 2007. Il s'est exprimé au cours de la Divine Liturgie offerte dans la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome par l'archevêque Cyril Vasiľ, évêque éparchial de l'éparchie catholique slovaque de Košice.