Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 20

  • L'Eglise n'est pas une démocratie

    IMPRIMER

    De Gerhard Cardinal Müller sur First Things

    L'ÉGLISE N'EST PAS UNE DÉMOCRATIE

    10 . 27 . 23

    Le Synode des évêques se réunit actuellement à Rome pour une session de quatre semaines du Synode sur la synodalité. Une deuxième session suivra en octobre 2024. Le thème de la "synodalité" est une notion abstraite du mot grec désignant un rassemblement ou une assemblée. Les délibérations du Synode 2023 ne portent donc pas sur le contenu de la foi, mais sur les structures de la vie ecclésiale - et sur l'attitude ou l'état d'esprit ecclésial qui sous-tend ces structures.

    De nombreux observateurs pensent que le pape François veut corriger ce que l'on pourrait appeler l'élément hiérarchique, ou "primauté", de la direction de l'Église en faisant appel à l'élément synodal de la direction qui aurait été préservé en Orient. Depuis Vatican I, les théologiens dits "critiques de Rome" ont qualifié d'excessif l'accent mis par l'Église sur la primauté. Il serait bon, ici, de se laisser guider par le prédécesseur du pape François, Léon le Grand. Son pontificat montre que, théologiquement et pastoralement, les principes de primauté et de synodalité ne s'opposent pas, mais se conditionnent et se soutiennent mutuellement. 

    Léon réunissait souvent les évêques et les presbytres romains pour des consultations communes. La convocation d'un tel synode n'avait pas pour but de distiller une opinion majoritaire ou d'établir une ligne de parti. À l'époque de Léon, un synode servait à orienter tout le monde vers la tradition apostolique normative, les évêques exerçant leur coresponsabilité pour veiller à ce que l'Église demeure dans la vérité du Christ.

    Comme on le sait, la réflexion théorique sur les principes de l'être, de la connaissance et de l'action est considérablement plus difficile que de parler de choses concrètes. Il y a donc un risque qu'une assemblée de près de 400 personnes d'origines, d'éducation et de compétences différentes, engagées dans des discussions non structurées, ne produise que des résultats vagues et flous. La foi peut facilement être instrumentalisée à des fins politiques, ou se confondre avec une religion universelle de la fraternité humaine qui ignore le Dieu révélé en Jésus-Christ. À la place du Christ, les technocrates peuvent se présenter comme les sauveurs de l'humanité. Si le Synode doit garder la foi catholique comme guide, il ne doit pas devenir une réunion pour les idéologues post-chrétiens et leur agenda anti-catholique. 

    Toute tentative de transformer l'Église fondée par Dieu en une ONG mondaine sera contrecarrée par des millions de catholiques. Ils résisteront jusqu'à la mort à la transformation de la maison de Dieu en un marché de l'esprit du temps, car l'ensemble des fidèles, oints comme ils le sont par le Saint Esprit, ne peuvent se tromper dans les "questions de croyance" (Lumen Gentium). Nous sommes confrontés à un programme mondialiste d'un monde sans Dieu, dans lequel une élite de pouvoir se proclame créatrice d'un monde nouveau et souveraine des masses privées de leurs droits. Ce programme et cette élite ne peuvent être contrés par une "Église sans Christ", une Église qui abandonne la Parole de Dieu dans l'Écriture et la Tradition comme principe directeur de l'action, de la pensée et de la prière chrétiennes (Dei Verbum).

    L'Église proclame le Christ comme "la vraie lumière qui éclaire tout homme" (Jean 1,9). Et dans ce même Christ, l'Église se comprend comme le sacrement du salut du monde. Être ministres de la Parole, ministres du Logos divin qui, en Jésus-Christ, a pris notre chair mortelle : telle est la vocation des évêques dans la succession apostolique. Ils doivent garder cette vocation à l'esprit, tant lors des Journées Mondiales de la Jeunesse que lors des synodes des évêques.

    Contrairement aux synodes précédents, le synode sur la synodalité n'abordera pas le contenu spécifique de la foi. Le thème concerne plutôt le principe formel qui sous-tend la théorie et la pratique des synodes, c'est-à-dire la responsabilité de l'ensemble de l'épiscopat pour la doctrine et l'ordre de l'Église universelle. S'appuyant sur la tradition ecclésiale des conciles et des synodes, Vatican II souligne l'importance de s'acquitter de cette responsabilité de manière conciliaire : 

    Dès les premiers siècles de l'Église, les évêques, en tant que responsables des différentes Églises, ont été profondément touchés par la communion de la charité fraternelle et le zèle pour la mission universelle confiée aux Apôtres. Ils ont donc mis en commun leurs capacités et leurs volontés pour le bien commun et le bien-être des différentes Églises. C'est ainsi que naquirent les synodes, les conciles provinciaux et les conciles pléniers, au cours desquels les évêques fixaient pour les différentes Églises la voie à suivre pour enseigner les vérités de la foi et ordonner la discipline ecclésiastique.

    Ce sacré synode œcuménique souhaite vivement que la vénérable institution des synodes et des conciles s'épanouisse avec une vigueur nouvelle. De cette manière, la foi sera approfondie et la discipline sera préservée de manière plus appropriée et plus efficace dans les diverses Églises, selon les besoins des temps (Christus Dominus 36).

    Lire la suite

  • Le synode sur la synodalité est-il réellement un synode d'évêques ?

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    S'agit-il d'un synode canonique des évêques ou non ? Certains observateurs expriment leurs doutes

    Certains canonistes soutiennent que maintenant que les laïcs peuvent voter, ce n'est techniquement pas le cas.

    25 octobre 2023

    Alors que la phase actuelle du Synode sur la synodalité touche à sa fin, certains participants à l'assemblée se sont demandés s'il s'agissait bien d'un Synode des évêques étant donné que, pour la première fois, les membres laïcs auront un droit de vote et représenteront près d'un cinquième du scrutin. 

    Depuis le mois d'avril, date à laquelle le pape François a procédé à ce changement révolutionnaire, 70 laïcs disposent désormais d'un droit de vote sur 364 participants, de sorte que l'assemblée n'est plus à proprement parler un synode des évêques, affirment certains observateurs. 

    Annoncé le 26 avril, l'ajout des laïcs visait à "restaurer" la "relation constitutive entre le sacerdoce commun [du peuple de Dieu] et le sacerdoce ministériel" et à "donner de la visibilité à la relation circulaire entre la fonction prophétique du peuple de Dieu et le discernement des pasteurs". 

    Ce changement est important car, lors des synodes précédents, seuls les évêques et certains responsables cléricaux d'instituts religieux masculins avaient le droit de vote et une majorité des deux tiers était requise pour que les propositions ou autres motions soient adoptées. 

    Désormais, en vertu des changements promulgués par le pape François, les laïcs peuvent compléter le nombre de voix. 

    Si, par exemple, moins de deux tiers des évêques ont voté en faveur d'une proposition, les votes des laïcs peuvent augmenter ce soutien pour atteindre ou dépasser la marque des deux tiers et ainsi garantir que la proposition sera adoptée. En d'autres termes, même si les évêques ne soutiennent pas une proposition, les laïcs peuvent faire croire qu'ils l'ont soutenue, d'autant plus que le Vatican a déclaré qu'il ne donnerait pas la répartition des votes des participants.

    Interrogé lors d'une conférence de presse le 23 octobre sur la question de savoir si, à la lumière de ce qui précède, le Synode sur la synodalité devrait être considéré à juste titre comme un Synode des évêques, le cardinal Christoph Schönborn de Vienne a déclaré qu'il ne voyait pas de problème à ce que les laïcs votent ni à ce qu'on l'appelle un Synode des évêques, puisqu'il implique "une réelle participation des non-évêques". Les laïcs et les évêques ont désormais un "lien plus étroit". 

    Le Synode des évêques, a-t-il poursuivi, est "un organe consultatif pour l'exercice du ministère papal", mais il a ajouté que, selon lui, l'ajout de votes laïcs "ne diminue en rien le poids des votes". 

    Une nature "élargie" plutôt que "modifiée

    Le Synode des évêques, a-t-il dit, "est un organe qui exerce la responsabilité collégiale pour l'enseignement et la vie de l'Église", et ce rôle "n'a pas changé de nature, mais il a été élargi". Le cardinal Schönborn a ajouté : "Nous sommes tous ensemble en synode, dans un synode épiscopal, avec une participation élargie".

    Lorsque le Register lui a fait remarquer que les votes des laïcs pouvaient permettre à un vote de passer alors que moins de deux tiers des évêques avaient voté en faveur de ce qui était soumis au vote, et que par conséquent on ne pouvait pas légitimement parler de Synode des évêques, il a répondu : "Il n'y a pas d'explications superficielles. Ne me posez pas de questions qui ne sont pas discutées ou décidées. Ce n'est pas à l'ordre du jour".

    En réponse à une question similaire, à savoir si cette assemblée peut vraiment être appelée Synode des évêques, Paolo Ruffini, président de la commission d'information du synode, est resté tout aussi vague dans sa réponse. Il a déclaré aux journalistes le 14 octobre que les participants "appartiennent à la même communion de la même assemblée synodale" et que les membres laïcs sont "unis par le sacerdoce baptismal commun". Il a recommandé la lecture de la première lettre de saint Pierre "pour en savoir plus sur le sacerdoce baptismal". Le 25 octobre, il a de nouveau insisté auprès des journalistes sur le fait que le "caractère épiscopal" du synode "n'est pas compromis" par la présence de non-évêques.

    Lire la suite

  • Un sandwich synodal ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LE SYNODE SUR LA SYNODALITÉ À MI-PARCOURS

    10 . 25 . 23

    Le Synode sur la synodalité qui se réunit ce mois-ci est le premier d'une assemblée synodale en deux parties ; la deuxième session est prévue dans un an, en octobre 2024. Personne ne sait exactement ce qui se passera d'ici là en termes d'établissement de l'ordre du jour et de processus, mais certaines questions importantes ont été soulevées, et certaines préoccupations sérieuses ont fait surface, au cours de la première moitié de cette double session synodale.   

    De quoi s'agit-il ? L'Instrumentum Laboris (document de travail) du Synode fait référence au "Synode ... au cours duquel se déroulera la XVIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques". S'agit-il d'un sandwich synodal, dans lequel ce qui était autrefois connu sous le nom de Synode des évêques se déroule au sein du "Synode" ? Quelle est l'autorité d'un sandwich synodal ? Qu'est-ce que le "Synode", le rôle et l'autorité des évêques en son sein ?  

    Récupération de quoi ? L'invention de quoi ? Depuis sa création en 2021, il a été dit, notamment par le pape, que ce "processus synodal" récupérait une ancienne pratique chrétienne qui n'avait jamais été perdue dans l'Orient chrétien, mais qui était restée en jachère dans l'Occident chrétien pendant des siècles. Il convient toutefois de noter que pas un seul ecclésiastique de l'Orient chrétien, catholique ou orthodoxe, ne reconnaît dans le Synode-2023 ce que l'on entend dans leurs églises par "Synode". Rien n'a été récupéré dans ce processus, mais quelque chose est en train d'être inventé. Qu'est-ce que c'est ?

    De la théologie, s'il vous plaît. Les conversations "dans l'Esprit" au cours des discussions en petits groupes étroitement contrôlées du Synode 2023 ont trop souvent été dominées par des clichés sociologiques, et non par une théologie sérieuse. C'est particulièrement vrai de la discussion sur les Ordres sacrés et sur les personnes que l'Église peut ordonner, dans laquelle les considérations théologiques - la relation conjugale du Christ à l'Église, par exemple - ont rarement été abordées. Pourtant, c'est précisément l'utilisation de clichés sécularisés qui a conduit à l'implosion, dans les années 1980, du dialogue anglican-catholique, autrefois prometteur, lorsque l'archevêque de Canterbury a expliqué à Jean-Paul II que la décision de l'Église d'Angleterre d'ordonner des femmes prêtres était fortement influencée par le changement social (par exemple, si Margaret Thatcher peut être Premier ministre du Royaume-Uni, pourquoi l'Église d'Angleterre n'ordonnerait-elle pas des femmes ?) Un raisonnement tout aussi boiteux, dépourvu de théologie sérieuse, s'est manifesté dans les discussions des petits groupes sur l'évangélisation, souvent encadrées par des notions séculières d'inclusion qui n'ont pas grand-chose à voir avec la conversion au Christ. Et où, au cours des deux derniers millénaires, l'Église catholique a-t-elle décrit et catégorisé les personnes en fonction de leurs désirs sexuels (c'est-à-dire en tant que "catholiques LGBTQ+") ? N'y a-t-il pas là un sérieux problème théologique ?

    Élargir le champ d'action. Il semble probable que les protagonistes du Synode 2024 seront les mêmes que ceux réunis à Rome ce mois-ci. Cependant, cela soulèverait de sérieuses questions sur une assemblée qui prétend être représentative de l'Église universelle. Au cours des trois dernières semaines, il est devenu évident que le Synode 2023 (qui n'est pas sans rappeler la "Voie synodale" allemande) est en grande partie une assemblée de professionnels de l'Église, et d'un groupe étroit de professionnels de l'Église. Il semble qu'il n'y ait pas un seul prêtre de paroisse au Synode-2023. Les religieuses des instituts de vie consacrée en pleine croissance sont notablement absentes, tandis que les religieuses des communautés mourantes sont présentes et bien en vue. Les responsables de ministères d'évangélisation dirigés par des laïcs, comme FOCUS (le Mouvement des étudiants universitaires catholiques), sont absents, tandis que d'autres laïcs catholiques sont présents parce qu'ils cochent certaines cases dans le jeu de la politique identitaire.   

    Qu'est-ce qui ne va pas avec un vrai débat ? La méthodologie "Conversation dans l'Esprit" des petits groupes du Synode 2023 ne décourage pas seulement l'engagement des différences ; elle interdit pratiquement d'en discuter, parce que les participants sont censés "écouter", et non débattre. Ce qui signifie bien sûr esquiver les questions. La méthode suggère également que toutes les opinions sont égales (parce qu'elles sont supposées être inspirées par l'Esprit), ce qui est à la fois un non-sens et une insulte à l'Esprit Saint. Le même manque de véritable tolérance - l'engagement des différences dans un lien de charité et de civilité - a entaché les congrégations générales du Synode, où les personnes autorisées à s'exprimer sont soigneusement choisies par les responsables du Synode et se limitent ensuite à de très brèves déclarations, sans aucune question de suivi.

    Le néocolonialisme est bien vivant. L'accent mis par le Synode sur certaines questions "brûlantes" - l'ordination des femmes, l'anthropologie alphabétique des activistes LGBTQ+ présents - semble, pour de nombreux évêques africains et asiatiques, un autre exercice du néo-colonialisme contre lequel le pape a mis en garde. Cette question doit être abordée avant le Synode 2024, et les parties vivantes de l'Église mondiale, en particulier celles d'Afrique, doivent bénéficier de plus de respect pour leur expérience et leurs préoccupations qu'elles n'en ont reçu ce mois-ci.

    La chronique de George Weigel "The Catholic Difference" est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques.

  • Liège, 7 novembre : L'Eglise doit-elle adapter sa doctrine ? Conférence par Etienne Montero

    IMPRIMER

    Affiche A3.png

    « L’Eglise doit adapter sa doctrine à la société moderne, entend-on souvent aujourd’hui. Mais comment distinguer un vrai développement d’une corruption ? »

    Avec le concours d’un consortium d’associations, l’Union, Cercle Royal des Etudiants Catholiques de Liège, accueillera sur ce thème, le mardi 7 novembre prochain à l’évêché de Liège (Rue des Prémontrés, 40, auditoire Saint-Lambert à 20h00) la conférence d’un professeur de renom, Etienne Montero, citant entre autres cette réflexion conclusive de Newman:

    « Ils se trompent, pensait ce dernier, ceux qui prêchent une religion qui console d’emblée, plutôt qu’une religion qui d’abord inquiète. C’est une grande leçon du converti d’Oxford : la vraie Église est celle qui exige et produit la sainteté. Un christianisme accommodé au monde, ayant fait sa paix avec ce monde, renonçant à sa vocation d’instance critique et de « lumière » pour le monde, n’est qu’un christianisme de décadence »

    Licencié en théologie et Docteur en droit, Etienne Montero a été un Doyen remarqué de la Faculté de Droit de l’Université de Namur avant d’être ordonné, en 2017, prêtre de l’Opus Dei que le prélat, Mgr Fernando Ocáriz, nomma ensuite Vicaire Régional pour la Belgique. ».

    Lire : Pour survivre, l’Église, doit-elle s’adapter et moderniser sa doctrine ?

  • Synode : "Pour les hérétiques et les mondialistes, la loi du silence imposée par le pape ne s'est pas appliquée" (cardinal Müller)

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Cardinal Müller : "Pour les hérétiques et les mondialistes, la loi du silence du pape ne s'est pas appliquée".

    25 octobre 2023

    L'ancien préfet de la foi s'entretient avec KATH.NET au sujet du Synode des évêques : "L'appel à l'harmonie doit signifier que personne ne doit s'opposer à cet agenda s'il ne veut pas être cloué au pilori comme rigoriste, traditionaliste, clérical".

    Vatican (kath.net) Le cardinal Gerhard Ludwig Müller, préfet émérite de la Congrégation pour la doctrine de la foi, s'est déclaré profondément déçu par le Synode des évêques du Vatican actuellement en cours, dans un entretien à KATH.NET. Le cardinal, qui est lui-même délégué au synode des évêques, explique textuellement : "Mon influence sur le synode a été totalement limitée. Je n'ai pu prendre la parole qu'une seule fois en public. Les discussions autour de la table étaient toutefois bonnes. Seule l'influence sur l'ensemble du déroulement et l'agenda visible en tout (bénédiction de la sexualité hors mariage, avant et hors mariage, diaconat et ordination sacerdotale pour les femmes, aplanissement de la différence entre prêtres, évêques et laïcs) était visible, ne serait-ce que dans le choix des synodaux pour la conférence de presse, où ils ont répété leurs thèses de manière monotone. Les hérétiques et les mondialistes n'ont pas été soumis à la loi papale du silence. L'appel à l'harmonie doit signifier que personne ne peut s'opposer à cet agenda s'il ne veut pas être cloué au pilori comme rigoriste, traditionaliste, clérical. De manière tout à fait non catholique/non orthodoxe, on a toujours parlé de l'Esprit, sans tenir compte du fait que le Saint-Esprit est une personne divine et non un fluide, et qu'il ne peut donc toujours être nommé qu'avec le Fils et le Père. Cf. 1 Jn 4,1ss (voir ci-dessous*). Seul celui qui croit au Fils de Dieu fait homme possède l'Esprit du Christ, à la différence de l'esprit du monde ou de l'esprit de l'Antéchrist".

    *Le passage biblique 1 Jn 4,1ss dit : 1 Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour savoir s'ils sont de Dieu ; car beaucoup de faux prophètes sont allés dans le monde. 2 A ceci vous reconnaîtrez l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ comme venu dans la chair est de Dieu 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu. C'est l'esprit de l'Antéchrist, dont vous avez entendu dire qu'il venait. Maintenant, il est déjà dans le monde. 4 Mais vous, mes enfants, vous êtes de Dieu et vous avez vaincu les faux prophètes ; car Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. 5 Ils sont du monde ; c'est pourquoi ils parlent comme le monde parle, et le monde les écoute. 6 Mais nous, nous sommes de Dieu. Celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute pas. C'est à cela que nous reconnaissons l'esprit de vérité et l'esprit d'erreur.

    kath.net documente la déclaration en italien du cardinal Müller dans le cadre du synode des évêques le 6.10.2023 dans sa totalité.

    06.10. 2023

    Une Église qui ne confesse plus, comme Pierre, que Jésus est le Christ, le Fils vivant de Dieu, n'est plus l'Église de Jésus-Christ. Le Fils du Père et l'oint du Saint-Esprit est en sa personne le chemin vers Dieu. En termes grecs, il est He Hodos [le chemin] et l'Église pèlerine prend le chemin de la patrie éternelle syn [avec] Christ. Par conséquent, l'Église du Christ est, par nature et par mission, syn-hodos avec le Christ. Le nom de l'Église est converntus et congregatio, c'est-à-dire systema kai synodos, comme le dit Jean Chrysostome dans son commentaire sur le Psaume 149, 1 (PG 55, 493). De là découle l'interprétation christologique et trinitaire des prédicats d'une Église synodale : participation, communion et mission.

    1) Être chrétien signifie participer à la nature divine et participer au sacerdoce suprême du Christ et, en particulier, des pasteurs au sacerdoce ministériel.

    2) En tant que sacrement du salut du monde en Christ, il [NDLR : le sacerdoce ministériel] est le signe et l'instrument de la communion la plus intime avec Dieu et de l'unité de toute l'humanité.

    3) L'Église sacramentelle est le Christ éternel et donc l'accomplissement de l'envoi du Fils par le Père pour la solution du monde. Ce dernier, bien que compréhensif, dit aux apôtres et à leurs successeurs : "Tous les hommes deviennent des juifs", ce qui fait que les Chinois ( !) n'ont rien à envier aux juifs et à la guerre en Chine... Et comme il l'a fait avec les jeunes d'Emmaüs, il nous demande aujourd'hui d'être avec nous et d'assurer la pérennité de l'église du Pilier sur un mode synodal jusqu'à la fin du monde.

    Lire la suite

  • Le pape François sur les femmes diacres : "Les ordres sacrés sont réservés aux hommes".

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur CNA :

    Le pape François sur les femmes diacres : "Les ordres sacrés sont réservés aux hommes".

    25 oct. 2023

    Le pape François a réaffirmé l'impossibilité pour les femmes de devenir prêtres, ou même diacres de l'Église moderne, dans une interview pour un livre publié mardi en Italie.

    La question de savoir si certaines femmes de l'Église primitive étaient des "diaconesses" ou un autre type de collaboratrices des évêques n'est pas "hors de propos, parce que les ordres sacrés sont réservés aux hommes", a déclaré le pape.

    Les réponses du pape aux questions sur le rôle des femmes dans l'Église ont été incluses dans un livre publié en juin en espagnol sous le titre "El Pastor : Desafíos, razones y reflexiones sobre su pontificado".

    Le livre, dont le titre signifie en anglais "The Shepherd : Luttes, raisons et réflexions sur sa papauté", a été publié en italien le 24 octobre. L'édition italienne est intitulée "Non Sei Solo : Sfide, Risposte, Speranze" ou "Vous n'êtes pas seul : Défis, réponses, espoirs".

    En ce qui concerne la possibilité de nommer des femmes diacres, François a rappelé que le diaconat "est le premier degré des ordres sacrés dans l'Église catholique, suivi du sacerdoce et enfin de l'épiscopat".

    Il a déclaré avoir formé des commissions en 2016 et 2020 pour étudier la question plus en profondeur, après qu'une étude réalisée dans les années 1980 par la Commission théologique internationale ait établi que le rôle des diaconesses dans l'Église primitive "était comparable aux bénédictions des abbesses".

    En réponse à une question sur les raisons de son opposition au sacerdoce féminin, François a déclaré au journaliste argentin Sergio Rubin et à la journaliste italienne Francesca Ambrogetti, auteurs du livre, qu'il s'agissait d'un "problème théologique".

    "Je pense que nous porterions atteinte à l'essence de l'Église si nous ne considérions que le ministère sacerdotal, c'est-à-dire la voie ministérielle", a-t-il déclaré, soulignant que les femmes sont le reflet de l'épouse de Jésus, l'Église.

    "Le fait que la femme n'accède pas à la vie ministérielle n'est pas une privation, car sa place est bien plus importante. "Je pense que nous nous trompons dans notre catéchèse en expliquant ces choses, et finalement nous nous rabattons sur un critère administratif qui ne fonctionne pas à long terme".

    D'autre part, en ce qui concerne le charisme des femmes, je veux dire très clairement que, d'après mon expérience personnelle, elles ont une grande intuition ecclésiale", a-t-il déclaré.

    Interrogé sur le fait que l'ordination des femmes rapproche "davantage de personnes de l'Église" et que le célibat facultatif des prêtres permet de faire face à la pénurie de prêtres, le pape François a déclaré qu'il ne partageait pas ces points de vue.

    "Les luthériens ordonnent des femmes, mais peu de gens vont à l'église", a-t-il déclaré. "Leurs prêtres peuvent se marier, mais malgré cela, ils ne parviennent pas à augmenter le nombre de ministres. Le problème est culturel. Nous ne devrions pas être naïfs et penser que des changements programmatiques nous apporteront la solution.

    "Les simples réformes ecclésiastiques ne permettent pas de résoudre les problèmes sous-jacents. Ce sont plutôt des changements paradigmatiques qui sont nécessaires", a-t-il ajouté, renvoyant à sa lettre de 2019 aux catholiques allemands pour de plus amples considérations sur la question.

    Hannah Brockhaus est la correspondante principale de la Catholic News Agency à Rome. Elle a grandi à Omaha, dans le Nebraska, et est titulaire d'un diplôme d'anglais de la Truman State University, dans le Missouri.

  • Ce livre vaut plus à lui seul que le Synode. Il est d’un évêque, et traite de la chasteté.

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso. (traduction de Diakonos.be)

    Ce livre vaut plus à lui seul que le synode. Il est d’un évêque, et traite de la chasteté

    Au Vatican, le Synode approche de sa phase finale, qui ne sera en fait pas vraiment finale puisqu’il sera reconvoqué dans un an et que ce n’est qu’ensuite que le Pape décidera tout seul quelles conclusions en tirer, sur base de débats dont on ne sait rien ou presque étant donné qu’ils se déroulent à huis clos.

    Mais dans le même temps, on assiste également à un « synode hors les murs », dont le livre ci-dessus est une voix, sur un thème, la chasteté, qui est presque devenu un tabou pour ceux qui appellent dans l’Église à un « changement de paradigme » dans la doctrine catholique sur la sexualité, avec comme chef de file le cardinal Jean-Claude Hollerich que François a parachuté à la manœuvre du synode.

    L’auteur de « Chastity. Reconciliation of the Senses », paru le 12 octobre aux éditions Bloomsbury et qui sortira bientôt en librairie notamment en espagnol chez Encuentro, sous le titre « Castitad. La reconciliación de los sentidos », c’est Erik Varden, 49 ans, Norvégien, moine cistercien de la stricte observance, trappiste, ancien abbé en Angleterre de l’abbaye de Mount Sain Bernard dans le Leicestershire, et depuis 2020 évêque de Trondheim.

    Mgr Varden, qui n’est pas au synode, figurait parmi les signataires, avec tous les évêques de Scandinavie dont le cardinal de Stockholm, Ander Arborelius, de cette « Lettre pastorale sur la sexualité humaine », diffusée au Carême dernier, et que Settimo Cielo avait à l’époque publiée dans son intégralité. Par son extraordinaire originalité de langage et de contenu, cette lettre parvenait à dire à l’homme moderne toute la richesse de la vision chrétienne de la sexualité avec une fidélité intacte au magistère millénaire de l’Église tout en s’opposant de façon limpide à l’idéologie du gender.

    Cette lettre pastorale et le livre de Varden partagent donc un style commun. Mais il y a quand même une différence importante. « Chastity » ne se mêle pas des disputes et des « dubia » sur la bénédiction des coupes homosexuels ni sur la communion des divorcés remariés. Sur ces questions, l’auteur prend d’emblée le parti de ne pas s’écarter d’un iota de ce qu’enseigne le Catéchisme de l’Église de l’Église catholique de 1992, auquel il renvoie comme à un « grand trésor ».

    Parce qu’en tant qu’évêque, Mgr Varden poursuit un but très différent avec ce livre. Il veut « construire des ponts », combler ce vide qui s’est creusé entre la pensée de la société actuelle sécularisée et l’immense richesse de la tradition chrétienne, aujourd’hui dissoute dans une amnésie généralisée.

    Lire la suite

  • Synode : réforme, renouveau ou révolution ?

    IMPRIMER

    De JD Flynn sur The Pillar :

    Synode : Réforme, renouveau ou révolution ?

    23 octobre 2023

    Lors d'une conférence de presse du Vatican la semaine dernière, le journaliste jésuite, le père Tom Reese, a posé une question plutôt directe à l'évêque du Texas, Daniel Flores. 

    Reese a noté que beaucoup de catholiques américains sont sceptiques à l'égard du synode, et que certains croient que "les évêques sont manipulés par une cabale libérale de personnel et de théologiens."

    Flores a été invité à répondre à la question de savoir s'il était lui-même sous le contrôle d'une cabale libérale. 

    C'était un moment amusant, bien sûr, parce qu'aucune personne manipulée par une cabale libérale ne l'admettrait.

    Mais Flores n'a pas clignoté S-O-S en code morse en répondant à la question. 

    Il a plutôt déclaré que les catholiques vivaient "à une époque très suspecte".

    La méfiance est dans "l'air que nous respirons", a-t-il dit, ajoutant qu'il avait vu des conversations sérieuses et sincères au synode, et non de la manipulation ou du contrôle.

    -

    La question de M. Reese soulève un point important. Une partie des fidèles américains pense que le synode a été manipulé, ou que son issue a été prédéterminée, les délibérations des tables rondes du synode servant en quelque sorte de vitrine à des résultats déjà déterminés par un groupe d'influenceurs du Vatican.

    Les Américains ne sont pas les seuls. Plusieurs évêques de pays autres que les États-Unis ont déclaré à The Pillar que les catholiques de leur pays, qu'ils soient "conservateurs" ou "libéraux", doutent que le synode soit réellement une libre délibération ou que des voix en dehors du courant dominant soient entendues.

    Pour la plupart, les participants au processus racontent une histoire différente. 

    Même les participants sceptiques à l'égard du processus de synodalité déclarent à The Pillar qu'ils doutent que le résultat soit prédéterminé ou que le synode soit truqué. 

    Bien sûr, certains se sont plaints de la procédure, notamment d'un déséquilibre perçu dans les possibilités d'intervention des délégués synodaux - et ils n'ont pas abordé la question de savoir qui était invité en premier lieu. 

    Mais la plupart des participants ont déclaré à The Pillar que les rapports des groupes reflétaient fidèlement les contributions des délégués synodaux et qu'il serait difficile que le rapport intérimaire de la réunion - qui sera publié à la fin du mois - s'écarte des rapports hebdomadaires qui y ont contribué.

    Au moins, disent-ils, il serait difficile de manipuler le rapport intérimaire sans une large réaction des participants au synode, à qui l'on a promis à plusieurs reprises que le document refléterait leurs points de vue.

    -

    Mais le scepticisme quant à l'intégrité du processus synodal persiste. 

    La raison pourrait être liée à la rhétorique utilisée par certains participants au synode sur ce qu'ils font exactement dans la salle du synode. 

    Certains participants ont présenté le synode comme un effort lié à la réforme ecclésiastique. 

    L'évêque allemand Franz-Josef Overbeck, par exemple, a déclaré aux journalistes samedi que le synode sur la synodalité avait une éthique similaire à la "voie synodale" de l'Allemagne - et a noté que ce processus avait commencé comme une tentative de réforme de l'Église à la lumière du scandale des abus commis par des clercs dans le pays. 

    Mgr Overbeck a suggéré qu'une approche plus participative de la direction ecclésiastique pourrait être un moyen efficace de lutter contre la perspective d'abus dans la vie de l'Église, et que le synode sur la synodalité s'est engagé dans cette voie.

    D'autres participants ont suggéré que le synode sur la synodalité permet une sorte de revigoration par la collaboration - que lorsque les religieuses, par exemple, partagent avec les évêques leur propre expérience de la vie communautaire et du discernement sororal, l'Église adopte de nouvelles pratiques, par une sorte d'échange fructueux d'idées et de coutumes.

    Lire la suite

  • Le pape François et les limites de la synodalité

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le Monday Vatican :

    Le pape François et les limites de la synodalité

    23 octobre 2023

    Le changement de dernière minute du calendrier de l'assemblée du Synode a montré un avantage et une limite de la synodalité. L'avantage est que l'écoute conduit aussi à modifier les décisions et à redéfinir ce qui était prévu. La limite est que, de cette manière, il ne semble pas y avoir, ni ne peut y avoir, de projets à long terme. Tout reste provisoire, instantané, indéfini, et seule une personne d'une hiérarchie supérieure peut véritablement remettre de l'ordre. Ainsi, alors que tout le monde s'écoute, c'est le pape, et lui seul, qui peut prendre des décisions, en ramenant tout à lui.

    C'est d'ailleurs ce que le pape François a toujours fait jusqu'à présent. Le Conseil des cardinaux s'est souvent réuni, mais le pape a pris des décisions de réforme avant les réunions, où il les a présentées après coup, ou même soudainement, comme lorsqu'il a publié à la surprise générale le texte de la constitution apostolique Praedicate Evangelium.

    C'est d'ailleurs un style de gouvernement qui a été testé lors du Consistoire de 2022. Pour la première fois depuis le début du pontificat, le pape François a voulu que les cardinaux se réunissent pour discuter entre eux, et la discussion a porté sur la réforme de la Curie. Mais les cardinaux ne pouvaient pas s'exprimer en assemblée générale. Ils ont été divisés en groupes linguistiques. Certains ont été contraints de remettre leur discours.

    La méthodologie de ce synode est similaire. Les pères synodaux sont immédiatement divisés en cercles plus petits, en groupes de 11 ou 12 personnes. Chaque cercle ne discute cependant que d'un seul des "sous-thèmes" des modules dans lesquels la discussion a été divisée scolairement, et lorsqu'il passe au module suivant, il ne discute que d'un seul module, et ainsi de suite. En fait, personne n'a vraiment une vision globale du débat, mais chacun a une vision d'une partie particulière du débat qui a eu lieu dans son cercle.

    Bien sûr, le Pape est toujours au centre, mais le point est précisément celui-ci : le Pape ne doit pas faire partie du processus synodal, mais il est appelé à garantir l'unité. L'unité est réalisée lorsque chacun a une vision complète, et non partielle, des débats.

    Cette situation permet, d'une certaine manière, la formation de lobbies de communication organisés qui tendent à manipuler les situations à leur avantage. La campagne pour l'inclusion des LGBT a bénéficié de la nouvelle selon laquelle le Pape a rencontré le cofondateur et le personnel de New Ways Ministry, la campagne pour une "structure plus synodale de l'Église" a été menée par des journalistes progressistes allemands et latino-américains qui soutiennent une réforme de l'Église également en termes de démocratisation, et ainsi de suite. Tout le monde peut dire quelque chose sur le Synode parce que le Synode sur la communion, la mission et la participation est né sans direction, mais avec l'intention claire de faire parler tout le monde.

    Non, ce n'est pas un talk-show, ni un Parlement - le préfet de la communication Ruffini le répète toujours - mais l'impression que l'on a est précisément celle d'un lieu où l'on discute sans décider. En effet, le Synode n'aura pas de pouvoir décisionnel, mais seulement consultatif.

    Que veut donc le pape ? Réunir un grand Parlement et prendre ensuite ses propres décisions, tout en donnant l'impression que tout a changé ?

    La question est légitime, si l'on considère que le pape François lui-même a dit que la "synodalité" (ou la "vie de l'Église", comme le Secrétariat général du Synode préfère l'appeler) n'était que le deuxième thème choisi pour le Synode, le premier étant la question du sacerdoce.

    Pourquoi donc le pape François a-t-il choisi de parler de synodalité ? Cette question est également légitime. L'ouverture présumée de cette réunion synodale, qui comprend toutefois une élite sélectionnée de l'Église, donne à beaucoup l'impression de pouvoir participer pour la première fois aux décisions de l'Église. Mais cet aspect, sur lequel on insiste beaucoup, pose déjà quelques problèmes.

    L'Église, en effet, n'est pas une structure démocratique, où chacun doit avoir une voix et où ceux qui ont une voix doivent se sentir satisfaits. Ce n'est pas un lieu où l'on pense à obtenir des parcelles de pouvoir et de responsabilité. Il s'agit plutôt d'une assemblée où l'on sert, et où l'on sert en fonction de ses compétences, sans distinction de sexe, de race et de sexualité.

    La crise sous-jacente à ce Synode est une crise de la foi, qui entraîne une crise culturelle. Dans la pratique, le débat au Synode a atteint le paradoxe positiviste : tout est analysé partie par partie, mais on perd la vision d'ensemble et on risque de faire des dégâts. Avant, l'idée était de faire une analyse globale et ensuite d'aller dans les détails.

    Avec le Concile Vatican II, on a essayé de partir du particulier pour arriver à l'universel, et les constitutions conciliaires sont un vrai joyau en ce sens. Mais c'est un joyau parce que le particulier est invariablement devenu universel, et non l'inverse, et qu'il l'est devenu avec le soutien d'un projet culturel qui semble aujourd'hui manquer.

    Que fait-on, en effet, quand on a plus d'opinions que d'idées ? On choisit des thèmes populaires et populistes, comme l'accueil des migrants, la question de la communion pour les divorcés-remariés, l'idée d'un changement de doctrine, même si ce changement n'arrive jamais.

    La culture, quant à elle, permet un sens commun dans le débat, ainsi qu'une compréhension contextualisée des faits. Elle n'évite pas les divisions, mais permet aux divisions de s'absorber et de se comprendre. La culture est synodale.

    C'est une crise de la foi qui naît du fait que la foi catholique n'est connue que par la tradition ou les préjugés. C'est une crise de foi qui affecte les prêtres et, par conséquent, les évêques. C'est une crise de la foi qui est enregistrée dans les chiffres de la participation à la messe - de plus en plus bas, ce qui est également un signe de mauvais soins liturgiques.

    La synodalité, cependant, ne se donne pas le temps de la construction culturelle. Obsédé par la réponse à l'ici et maintenant, le Synode se retrouve à discuter de divers sujets et à devoir inclure tout le monde, tout en changeant le calendrier pour donner plus de discernement aux pères synodaux. Ou bien le Secrétariat général du Synode a-t-il besoin de discernement ?

    La synodalité est une limite, et pratiquée de cette manière, elle a une limite encore plus grande. Il y a une forte fragmentation, et cela peut vraiment conduire à une Église qui se replie sur elle-même et sur quelques grands thèmes, en perdant de vue le débat commun.

    Pourtant, le moment est venu de reconstruire. Pas à partir du Synode, sans doute, car celle du Synode risque de devenir une dictature de la majorité. Mais il faut reconstruire. D'autre part, l'Apocalypse demandait : "Quand le Fils de l'homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur cette terre ?"

  • Que prépare le Synode ? ("Club des Hommes en Noir")

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Que prépare le Synode ?

    Peut-on faire un premier bilan du synode sur la synodalité ? Allons-nous vers un changement de doctrine ou une simple évolution de la gouvernance de l’Église ? Quels sont les véritables enjeux de cette rencontre et répond-elle à un agenda précis ?

    Pour répondre à ces questions et à beaucoup d’autres, Philippe Maxence reçoit l’abbé Claude Barthe, l’abbé Marc Guelfucci, le Père Jean-François Thomas et Jeanne Smits.

  • L'archevêque de Riga au Synode : Si quelqu'un vit dans le péché, nous ne pouvons pas lui dire que c'est bien.

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur CNA :

    L'archevêque de Riga au Synode : Si quelqu'un vit dans le péché, nous ne pouvons pas lui dire que c'est bien.

    18 oct. 2023

    En réponse à une question sur la bénédiction des unions entre personnes de même sexe, un archevêque letton présent au Synode sur la synodalité a averti que le fait de dire à une personne vivant dans le péché que "tout va bien" la mettait en grand danger spirituel.

    S'exprimant lors d'une conférence de presse synodale le 18 octobre, l'archevêque Zbigņev Stankevičs de Riga, en Lettonie, a déclaré que l'Église enseigne que les personnes ayant une attirance pour le même sexe devraient être acceptées avec respect, citant le pape François selon lequel il y a de la place pour tout le monde dans l'Église.

    "Nous accueillons avec amour et respect, mais le véritable amour ne peut être séparé de la vérité, car si l'amour est séparé de la vérité, ce n'est plus de l'amour", a déclaré Stankevičs.

    "S'il y a une personne qui vit dans le péché et que nous disons à cette personne : 'Tout va bien pour toi, c'est OK, vas-y', nous faisons du mal parce que cette personne est en danger. Lorsqu'elle mourra, elle sera en grand danger", a-t-il ajouté.

    L'archevêque a également parlé de la complémentarité des hommes et des femmes et en faveur de donner aux femmes "plus de place dans l'Église, mais sans changer ce qui est dans l'Évangile et ce qui est dans la tradition de l'Église."

    Stankevičs, archevêque de Riga depuis 2010, a souligné qu'en réponse aux questions de la participation des femmes dans l'Église et de la bénédiction des personnes de même sexe, "nous devons être fidèles aux saintes Écritures, et à ce que l'Église depuis 2 000 ans a découvert en interprétant les Écritures."

    "Mais si nous parlons de bénédiction, je dirais que si un homosexuel vient en tant que personne individuelle et dit 'je voudrais vivre dans la grâce de Dieu', je ne vois aucune contre-indication à prier pour lui et à l'aider", a-t-il déclaré.

    "Si deux personnes viennent et disent 'nous voulons vivre dans la chasteté... et nous sommes tentés', vous pouvez prier pour elles et les bénir pour les aider à vivre dans la chasteté".

    "Mais si deux personnes viennent et disent 'nous vivons ensemble comme un mari et une femme et voulons obtenir une bénédiction', je vois un gros problème ici parce que de cette façon, nous bénissons la vie dans le péché", a-t-il ajouté.

    Il s'est référé au Catéchisme de l'Église catholique, qui enseigne au paragraphe 2358 que les personnes ayant des attirances envers le même sexe "doivent être acceptées avec respect, compassion et sensibilité" et que "tout signe de discrimination injuste à leur égard doit être évité".

    L'archevêque, âgé de 68 ans, a déclaré qu'il avait personnellement subi "une conversion pastorale" sur cette question et qu'il avait appris à être plus sensible dans ses interactions.

    "Jésus dit que nous devons aimer notre prochain... les homosexuels sont aussi nos voisins et je dois les aimer - aimer en vérité... et non pas un amour qui permet tout", a-t-il ajouté.

    Au cours de la conférence de presse, le cardinal Leonardo Steiner, archevêque de Manaus, au Brésil, a été interrogé sur ses déclarations antérieures en faveur des unions homosexuelles et sur le fait de savoir s'il pensait que le synode sur la synodalité pourrait présenter des "étapes concrètes" pour que l'enseignement de l'Église évolue sur cette question.

    En réponse, M. Steiner a déclaré que l'assemblée synodale de ce mois-ci n'avait pas pour but de "conduire à des déterminations ou à des conclusions".

    "Le Saint-Père souhaite que la session qui aura lieu l'année prochaine se penche sur [des questions concrètes]", a-t-il déclaré, ajoutant que c'est "une très bonne chose que ce débat ait eu lieu" sur ces sujets.

    "Mais en ce qui concerne les questions concrètes, elles devront être abordées lors de la session de l'année prochaine.

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour l'Agence de presse catholique. Diplômée de l'université de Harvard, elle a réalisé des reportages depuis des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Comment remédier aux ambigüités du Pape François ? Un commentaire de la lettre du cardinal Müller au cardinal Duka

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso. (traduction de Diakonos.be) :

    Dans sa lettre au cardinal Duka, le cardinal Müller enseigne aussi comment remédier aux ambigüités du Pape François. Un commentaire

    (s.m.) Le bien-fondé du recours aux « dubia » pour protéger la foi des simples, mise en lumière dans l’article précédent, se trouve aujourd’hui confirmé dans ce génial commentaire de la lettre du cardinal Gerhard Ludwig Müller à son confrère Dominik Duka publiée le 13 octobre par Settimo Cielo.

    L’auteur de ce commentaire est le professeur Leonardo Lugaresi, le célèbre chercheur spécialisé dans les premiers siècles du christianisme et des Pères de l’Église.

    Selon lui, la lettre de Müller à Duka a également le mérite d’indiquer la voie à suivre pour échapper aux ambiguïtés intentionnelles et systématiques du Pape François sur certains points de la doctrine que lui-même, le Pape, déclare comme étant inchangés mais qu’il traite en même temps comme s’ils étaient à l’état fluide.

    Et il existe une issue simple et sûre. Si en effet la doctrine est donnée comme étant inchangée, et qu’elle nous est parvenue sous une forme claire, c’est sur cette dernière que nous devons nous appuyer au cas où les paroles et les actes du pape régnant seraient ambigus et imprécis.

    Laissons la parole au professeur Lugaresi

    *

    Cher M. Magister,

    Je crois que la lettre dans laquelle le cardinal Gerhard Ludwig Müller a fait connaître son avis sur la réponse que le Dicastère pour la Doctrine de la foi a fournie aux « dubia » présentés par le cardinal Dominik Duka, au nom des évêques de la République Tchèque, concernant l’interprétation d’« Amoris laetitia », soit un document de grande importance.

    Elle l’est non seulement par la grande qualité de son contenu théologique mais également et surtout parce qu’elle contient l’indication d’une méthode précieuse pour aider de nombreux bons catholiques à sortir de la condition d’aporie dans laquelle ils se trouvent actuellement, tiraillés entre le désir sincère de continuer à obéir au pape et le profond malaise, pour ne pas dire la souffrance, que certains aspects de son magistère provoquent à leur conscience, à cause de ce qui leur apparaît comme une discontinuité nette, quand il ne s’agit pas purement et simplement d’une contradiction, par rapport au magistère précédent de l’Église.

    Dans un certain sens, le texte du cardinal Müller constitue en effet un tournant dans la dynamique de ce processus de formulation de questions, les « dubia », à travers lequel un petit – mais pas insignifiant pour autant – groupe de cardinaux a cherché, ces dernières années, à remédier à ce que beaucoup considèrent comme un défaut singulier de l’enseignement du Pape François, c’est-à-dire son ambiguïté.

    Affirmer que l’enseignement du Pape est souvent ambigu ne signifie pas lui être hostile ni lui manquer de respect : je dirais qu’il s’agit davantage de la constatation d’un fait évident. Comme vous l’avez-vous-même, monsieur Magister, rappelé dans votre introduction à la lettre du cardinal Müller, on ne compte désormais plus les cas dans lequel le pape a lancé des affirmations équivoques (au sens où elles se prêtent à des interprétations opposées) voire contradictoires entre elles parce qu’elles divergent les unes des autres, et chaque fois qu’on lui a demandé d’en préciser le sens de manière univoque, il a soit évité de répondre, ou bien il l’a fait, toujours de manière indirecte, de manière tout aussi ambigüe et fuyante.

    Devant un tel « modus operandi », l’ambigüité semble donc être non pas accidentelle mais bien essentielle, étant donné qu’elle correspond à une idée fluide de la vérité abhorrant toute forme de définition conceptuelle et la considérant comme une rigidité qui prive le message chrétien de sa vitalité. L’axiome selon lequel « la réalité est supérieure à l’idée », auquel le Pape Jorge Mario Bergoglio s’en remet souvent, est en effet utilisé de manière à abolir le principe de non-contradiction, et le principe qui en découle en vertu duquel on ne peut pas à la fois affirmer une idée et son contraire.

    La nouveauté de la prise de position du cardinal Müller, consiste à mon sens dans le fait qu’il a répondu lui-même aux questions adressées par ses confrères évêques au Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la foi (et donc en définitive au Pape qui l’a nommé), et qu’il l’a fait comme son successeur actuel à ce poste aurait dû le faire, c’est-à-dire de manière claire, rationnellement argumentée et conformément aux données de la Révélation telles que la Tradition sacrée et les Saintes Écritures nous les ont transmises.

    Mais cela ne revient-il pas à usurper une fonction qui ne lui revient pas et à saper l’autorité du Pape ? Pour répondre à cette question, il faut garder à l’esprit que, dans toute la fluidité magmatique du « nouveau magistère », il y a cependant un point ferme, en permanence réaffirmé et jamais nié par le Pape et par tous ses collaborateurs sans exception aucune, et c’est celui de la prétendue totale continuité entre l’enseignement de François et celui de ses prédécesseurs, en particulier de Benoît XVI et de Jean-Paul II. « La doctrine ne change pas », a-t-on répété à l’envi, comme un mantra, aux catholiques perplexes et alarmés.

    Et c’est précisément là que l’argument de Müller intervient, avec la simplicité désarmante d’un nouvel « œuf de Colomb », en nous indiquant une voie : si concernant un problème donné, le magistère de Jean-Paul II et de Benoît XVI est clair et univoque et qu’au contraire, celui de François semble ambigu et susceptible d’être interprété dans un sens contraire à celui-ci, il découle du principe de continuité que, quand nous autres fidèles nous ne comprenons pas (et que le Pape ne nous explique pas), nous pouvons tranquillement nous reposer sur ses prédécesseurs et suivre leur enseignement comme si c’était le sien, puisqu’il nous garantit lui-même qu’il n’y a pas de discontinuité. L’assentiment religieux de l’intelligence et de la volonté ne peut porter en effet que sur ce que nous comprenons correctement : nous ne pouvons consentir à une affirmation dont le sens n’est pas clair.

    En substance, l’intervention du cardinal Müller nous pointe la direction vers laquelle tourner notre regard : nous catholiques possédons un très riche patrimoine qui nous vient de vingt siècles de développement de la doctrine chrétienne, et qui ces dernières années a été bien approfondi, articulé et appliqué aux situations et aux problèmes de l’époque contemporaine, surtout grâce au travail de grands papes tels que ceux que nous avons cités. C’est là que nous trouverons les réponses dont nous avons besoin. Suivons-les et nous ne nous tromperons pas.

    Ce qui persiste à rester ambigu aujourd’hui reste également négligeable pour la conscience, du fait de son caractère équivoque par rapport à ce qui a été défini avec clarté par le passé. Pour ainsi dire, le principe de continuité le tient en l’état. Ce n’est que si d’aventure le Pape déclarait, sans ambiguïté, qu’il ne faudrait plus prêter attention au magistère de ses prédécesseurs parce qu’il est abrogé par le sien, que ce statu quo tomberait. Mais dans ce cas, bien d’autre choses tomberaient également. Et nous pouvons être assurés que ça n’arrivera pas.

    Leonardo Lugaresi.