Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 29

  • Genre et avortement pour les mineurs : l'UE et les Etats-Unis échouent dans leur campagne éclair

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Genre et avortement pour les mineurs : l'UE et les Etats-Unis échouent dans leur campagne éclair

    19-04-2023

    Lors de la dernière conférence sur la population, l'éducation et le développement durable, les délégations des Etats-Unis et de l'Union européenne tentent d'inclure dans le document final la promotion de la controversée "éducation sexuelle inclusive". Mais 22 pays ont déjoué la menace.

    Lors des réunions périodiques des organes de l'ONU, il ne se passe pas un jour sans que les délégués des pays les plus progressistes n'essaient d'imposer leur programme révolutionnaire au reste du monde. La dernière tentative en date a eu lieu la semaine dernière, lors de la conférence sur la population, l'éducation et le développement durable, qui s'est tenue à New York du 10 au 14 avril.

    Une fois de plus, des représentants de l'administration Biden, de l'Union européenne et d'autres pays occidentaux ont pris la tête de cette tentative, comme le rapporte le Center for Family (C-Fam), un institut de recherche qui suit de près les activités de l'ONU sur les questions relatives à la vie et à la famille. Une fois de plus, ces acteurs ont tenté de faire passer l'agenda du lobby de l'avortement et des LGBT en violant les règles du jeu, par des subterfuges qui ne font pas honneur à un contexte - comme celui de l'ONU - qui, en théorie, devrait favoriser la coexistence pacifique entre les nations.

    Ainsi, les délégations de l'UE et des États-Unis ont fait pression sur la présidence en exercice, en charge de la Moldavie, pour qu'elle déclare, par le biais de courriels distincts, qu'elle n'approuverait pas le document final s'il n'incluait pas la promotion de ce que l'on appelle "l'éducation sexuelle inclusive". En fait, on devrait parler de déséducation, étant donné le contenu véhiculé par cette expression, selon laquelle la sexualité à promouvoir n'est certainement pas celle qui correspond au dessein du Créateur, mais plutôt l'éventail complet (il faut le dire ici) des troubles de Soixante-Huit et de ses dérivés. Il suffit de regarder, à titre d'exemple, comment un schéma de la Fondation mondiale pour la population (une fondation radicale qui fait du lobbying au niveau international) définit la sexualité dans le cadre d'un programme global d'éducation sexuelle approuvé par l'Unesco : il inclut (comme si c'était normal) le sexe oral, le sexe anal, la masturbation, et ainsi de suite. Et ce sont ces programmes que le "progrès" occidental cherche à exporter et qui sont déjà enseignés dans plusieurs pays d'Afrique et d'Asie.

    Et c'est précisément de bon nombre de ces pays, ainsi que de certains pays d'Europe de l'Est (22 États au total), qu'est venue la principale résistance au blitz idéologique mené par les États-Unis et l'Union européenne. Des protestations se sont élevées contre le fait que les travaux de la conférence ont fini par éclipser et sacrifier des questions telles que l'accès à l'éducation et la disponibilité des équipements éducatifs, au profit d'agendas extrêmement controversés tels que l'éducation sexuelle universelle, sur laquelle il n'existe aucun accord entre les nations de l'ONU. Chacune d'entre elles a sa propre souveraineté en la matière, même si cela déplaît au mondialisme.

    Il est tout aussi pertinent que lorsqu'il s'est agi de réaffirmer, dans la résolution, le principe du "droit de priorité" des parents "dans le choix du genre d'éducation à donner à leurs enfants", comme le stipule l'article 26 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, les partisans de la révolution morale s'y sont opposés. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant : parmi leurs objectifs figure l'autonomie sexuelle des enfants, dont la sexualisation précoce en vogue dans nos sociétés est le fondement et la pédophilie normalisée l'aboutissement logique.

    Mais revenons au subterfuge. Le projet final de la résolution n'a été présenté par la présidence moldave qu'à 22h30 le jeudi soir, "moins de 24 heures avant l'adoption du vendredi matin, comme l'exige le règlement de l'ONU", comme l'explique Friday Fax, une publication de C-Fam : "Le projet proposé contenait le même langage sur l'éducation sexuelle auquel les 22 pays s'étaient opposés plus tôt dans la semaine, et un paragraphe surprise supplémentaire sur le droit des adolescents à accéder à l'avortement, à la contraception et à d'autres services de santé reproductive sans le consentement de leurs parents. Un paragraphe qui n'avait pas été discuté lors des négociations et qui s'inscrit parfaitement dans le sillon de l'autonomie sexuelle évoquée plus haut.

    Seule la réaction rapide des 22 pays susmentionnés (Algérie, Arabie Saoudite, Belarus, Brunei, Cameroun, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Irak, Iran, Libye, Mali, Mauritanie, Nigeria, République démocratique du Congo, Russie, Sénégal, Syrie, Ouganda, Yémen et Zimbabwe) a empêché la poursuite de la sexualisation des enfants et des adolescents de se concrétiser. Bien que ce type de document ne soit généralement pas contraignant, il convient de rappeler qu'il sert de moyen de pression sur les États individuels, afin de les inciter à épouser certaines causes sociopolitiques, parfois délétères, telles que celle décrite. Cette fois-ci, la tentative des lobbies d'avilissement de la nature humaine a échoué, mais ils recommenceront.

  • "En Hongrie, la foi est visible"

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    L'ambassadeur avant la visite du Pape : "En Hongrie, la foi est visible".

    18 avril 2023

    Le diplomate Eduard de Habsbourg-Lorraine représente Budapest auprès du Saint-Siège : " Nous vivons consciemment le christianisme depuis 1.000 ans " - La Hongrie, un symbole des valeurs chrétiennes, des valeurs classiques de la famille

    Rome/Budapest (kath.net/KAP) Lors de sa visite en Hongrie fin avril, le pape François se rendra dans un pays fortement marqué par le christianisme, y compris sur le plan historique, et dans lequel "la foi est visible dans l'espace public". C'est ce qu'a déclaré l'ambassadeur de Budapest auprès du Vatican, Eduard de Habsbourg, dans plusieurs interviews pour différentes rédactions linguistiques du portail en ligne Vatican News. "Nous vivons consciemment le christianisme depuis 1000 ans", a déclaré Habsbourg en faisant référence au roi Étienne (997-1038), fondateur de l'État et canonisé, mais aussi à l'histoire mouvementée de la Hongrie, avec notamment l'occupation par les Ottomans au 16e siècle ou le régime communiste au 20e siècle. Il est important de comprendre "que le fait que nous ayons aujourd'hui un pays religieux, un pays plein de christianisme, est un miracle", a déclaré le diplomate.

    "Si vous venez en Hongrie aujourd'hui, vous verrez un pays dans lequel la foi chrétienne est visible", a déclaré l'ambassadeur de 56 ans, qui représente la Hongrie auprès du Saint-Siège depuis 2015. La Hongrie est "fortement marquée par le christianisme" et est considérée dans le monde entier comme "un symbole des valeurs chrétiennes, des valeurs traditionnelles de la famille". A tous les niveaux du gouvernement, on trouve également des personnes pour qui la foi chrétienne est importante, du Premier ministre Viktor Orban au président de la République Katalin Novak. "Nous avons un pays qui n'a pas peur de montrer sa religion et sa foi en public", a constaté Habsbourg. "Nous avons une séparation claire entre l'Église et l'État, comme c'est toujours le cas de nos jours, mais l'Église et l'État travaillent ensemble". Parallèlement, d'autres communautés religieuses seraient également fortement soutenues par le gouvernement. "Nous avons l'une des communautés juives les plus florissantes d'Europe", poursuit l'ambassadeur.

    Habsbourg a déclaré qu'il ne voulait pas spéculer publiquement sur la raison pour laquelle le pape François se rendrait une deuxième fois à Budapest après septembre 2021. Lors de sa visite de seulement sept heures pour la messe de clôture du Congrès eucharistique mondial, le pape avait toutefois "senti que les Hongrois l'aimaient vraiment, qu'ils volaient à sa rencontre avec leurs cœurs". Les Hongrois sont "incroyablement reconnaissants" de cette nouvelle visite. François a également de nombreux liens personnels avec le pays. Alors qu'il était encore archevêque de Buenos Aires, Jorge Bergoglio a visité à plusieurs reprises un monastère Mary Ward à Platanos, non loin de la capitale argentine, dans lequel vivaient également des religieuses qui avaient fui la Hongrie en 1956 après la prise de pouvoir par les communistes, a rappelé Habsbourg.

    Dans ses discours, François encouragera les Hongrois à "continuer à vivre leur foi", a déclaré l'ambassadeur Habsbourg à propos des thèmes possibles des discours du pape. On peut également imaginer que le chef de l'Eglise s'exprimera sur l'engagement de la Hongrie en faveur des familles et qu'il encouragera à s'engager pour son prochain et les personnes en marge de la société. En ce qui concerne la guerre dans le pays voisin, l'Ukraine, le pape "parlera certainement de paix", poursuit l'ambassadeur.

    Guerre dans le pays voisin

    Habsbourg a fait référence à la minorité hongroise d'Ukraine, forte d'environ 150 000 personnes, qui vit la guerre de très près. "Cela explique peut-être aussi un peu pourquoi la Hongrie s'est engagée dès le début en faveur de la paix ici et pourquoi elle exige actuellement la paix : Un cessez-le-feu le plus rapidement possible et des négociations de paix le plus rapidement possible". L'ambassadeur considère que la position de la Hongrie est sur ce point en accord avec celle du pape François, "et c'est une voix qui est devenue rare en Europe en ce moment".

    Avec l'aide aux réfugiés d'Ukraine, "la plus grande action humanitaire de l'histoire" du pays est en cours en Hongrie, a déclaré Habsbourg. Près d'un million de personnes déplacées ont été prises en charge depuis le début de la guerre et de nombreux Hongrois ont été prêts à apporter leur aide. Les Ukrainiens qui souhaitent rester sont également acceptés dans leur totalité. Habsbourg a cité le chiffre d'environ 30 000 personnes. Beaucoup d'autres sont partis vers d'autres pays : "C'était leur décision".

    Habsbourg a rejeté les questions critiques sur la politique d'asile et d'immigration de la Hongrie. "Nous n'avons qu'un problème avec l'immigration illégale et faisons ce que nous pouvons sur tous les autres fronts". L'ambassadeur a ainsi fait référence, entre autres, aux initiatives telles que l'action "Hungary helps" pour les chrétiennes et chrétiens harcelés en Orient. La Hongrie essaie d'aider les personnes qui veulent rester dans leur pays "au lieu de les envoyer dans des voyages terribles et de les livrer à la traite des êtres humains". Habsbourg s'est montré convaincu que le pape en était conscient.

    En ce qui concerne les tensions politiques avec d'autres Etats ou l'Union européenne, le diplomate a également fait référence à l'histoire de la Hongrie. Elle a fait partie pendant un temps de l'Empire ottoman, puis de l'Empire des Habsbourg et plus tard du bloc de l'Est. "Les Hongrois ont tendance à s'énerver lorsque des gens de l'extérieur tentent de nous dire comment régler nos affaires". Cela conduit parfois à des tensions, y compris avec Bruxelles. En même temps, il y a en Hongrie un grand enthousiasme pour l'idée européenne, a déclaré Habsbourg. "L'avenir de l'Europe réside dans l'Union européenne, mais nous avons parfois le sentiment que ce serait encore plus beau si nos valeurs étaient encore un peu plus respectées".

  • Les extrémistes hindous, mais pas seulement : en Inde, c'est l'Etat qui persécute les chrétiens

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, (traduction de diakonos.be) :

    Extrémistes hindous, mais pas seulement. En Inde, c’est l’État qui persécute les chrétiens

    Le jour de Pâques, le premier ministre indien Narendra Modi a posé un geste inattendu. Il a visité la cathédrale catholique de New Delhi. Accueilli par l’archevêque, il a allumé un cierge devant la statue du Christ ressuscité, s’est entretenu avec les fidèles, a planté un arbre dans le jardin et a appelé à « l’harmonie dans notre société ».

    Quelques jours plus tôt, Modi avait également rencontré le chef de l’Église orthodoxe syro-malankare. Et à Pâques d’autres leaders du Bharatiya Janata Party, le BJP, le parti hindouiste au pouvoir, ont visité des églises du Kerala, l’État indien dans lequel les catholiques sont les plus représentés.

    Le cardinal George Alencherry, archevêque majeur des catholiques de rite syro-malabar, a commenté avec enthousiasme le geste de Modi. Un « bon leader », a-t-il déclaré, « très ouvert et accueillant ». Avec lui et son parti, les chrétiens « n’ont aucune raison de se sentir en insécurité ».

    Mais en est-il bien ainsi ? On ne dirait pas, bien au contraire. Au cours de cette même semaine sainte et le jour de Pâques, le diocèse de Jhabua, dans le Madhya Pradesh, a demandé une protection policière contre des attaques perpétrées par les extrémistes hindous, qui ne tolèrent pas les écoles catholiques ouvertes par le diocèse pour les enfants hors-caste et tribaux, qui seraient, selon eux, des lieux de conversion forcée.

    Dans un autre diocèse du Madhya Pradesh, celui de Jabalpur, l’évêque Gerald Almeida a été menacé d’arrestation pour une raison analogue. Et ce ne sont là que les derniers épisodes d’une hostilité endémique contre les minorités religieuses menée par les franges les plus fanatiques de l’hindouisme et du soutien qui leur est apporté par les institutions. La président de la Commission pour les droits de l’enfant, Priyank Kanoongo, qui s’acharne sans relâche contre les écoles catholiques, a grandi dans le Rashtriya Swayamsevak Sangh, le RSS, le creuset historique de l’idéologie du nationalisme hindou.

    La « faute » des catholiques en Inde, pays dans lequel les discriminations de caste, bien qu’elles soient abolies par la loi, ont encore un poids important, est avant tout d’appartenir en grande partie aux castes inférieures, aux hors-caste, aux groupes tribaux, et d’œuvrer surtout pour le bien des milieux plus humbles de la population. Même les évêques, de plus en plus souvent, sont issus de ces milieux.

    Mais ce qui a surtout déchaîné l’intolérance, ce sont les conversions, bien qu’elles soient numériquement très limitées. Les intégristes hindous les considèrent comme la peste et ils peuvent compter depuis plusieurs années sur les lois « anti-conversions », déjà approuvées par une douzaine d’États. Ce qui est punissable, ce sont les conversions réalisées sous la contrainte ou la tromperie, mais en termes si vagues que ces lois permettent des accusations et des condamnations très larges. Même les Missionnaires de la Charité, les braves sœurs de Sainte Mère Teresa de Calcutta, ont à plusieurs reprise fait les frais de cette loi impitoyable. Une loi qui se montre en revanche très magnanime envers ceux qui font le chemin inverse et qui se reconvertissent, avec même quelques avantages à la clé.

    Lire la suite

  • Chine : le gouvernement veut garder le contrôle sur l'Eglise catholique

    IMPRIMER

    s'entretient avec Yves Chiron sur le site du Figaro :

    «Le gouvernement chinois veut garder le contrôle sur l'Église catholique»

    17 avril 2023

    Monseigneur Joseph Li Shan, archevêque de Pékin.
    Monseigneur Joseph Li Shan, archevêque de Pékin. TEH ENG KOON

    ENTRETIEN - À l'occasion de la rare visite de l'évêque de Hongkong, reconnu par Rome, à Pékin, l'historien Yves Chiron revient sur la relation chaotique qu'entretiennent le Vatican et la Chine.

    Yves Chiron est historien et journaliste, spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Église catholique. Il a publié en 2019 La longue marche des catholiques de Chine aux éditions Artège.


    LE FIGARO.- L'Église catholique en Chine est divisée entre l'institution reconnue par le parti communiste chinois et la communauté dite «souterraine», fidèle à Rome. Quels liens entretiennent aujourd'hui les deux communautés ?

     
    PUBLICITÉ

    Yves CHIRON.- La division remonte à 1957 lorsqu'a été créée l'Association patriotique des catholiques chinois (APCC), organisation de prêtres et de catholiques soumise au Parti communiste chinois. L'année suivante, l'APCC a décidé de nommer et de faire consacrer des évêques sans l'accord du Saint-Siège. Il s'agissait de rendre l'Église catholique «autonome», c'est-à-dire indépendante de Rome, sur le plan financier et juridictionnel. Il s'agissait aussi de créer une sorte d'Église nationale qui accepte de contribuer à la construction de la société «socialiste».

    À partir de cette époque deux communautés catholiques ont coexisté: l'une autour des nouveaux évêques non reconnus par Rome et sous la dépendance de l'APCC, qu'on appellera communément l'Église patriotique ou l'Église officielle ; l'autre autour des évêques restés en communion avec le Saint-Siège, qu'on appellera l'Église souterraine parce qu'elle refusait d'adhérer à l'APCC et donc n'était plus autorisée par les autorités chinoises.

    Au cours des décennies, l'Église patriotique a consacré des dizaines d'évêques non reconnus par le Saint-Siège, donc schismatiques, et l'Église clandestine a consacré des dizaines d'évêques non reconnus par le gouvernement chinois mais en communion avec Rome.

    Jean-Paul II, Benoît XVI puis le pape François ont œuvré à la réconciliation des deux «Églises». Des évêques schismatiques se sont réconciliés avec le Saint-Siège. En 2007, Benoît XVI a demandé que l'Église clandestine ne consacre plus d'évêques ; en 2018, le pape François a levé l'excommunication qui frappait encore sept évêques schismatiques. Mais la situation reste difficile. Il y a encore plusieurs dizaines d'évêques clandestins qui ne sont pas reconnus par les autorités chinoises, il en est de même pour des milliers de prêtres et de religieuses. Ils peuvent être à tout moment empêchés d'exercer leur ministère ou leur apostolat.

    Lire la suite

  • Le Dalaï Lama, le garçon et le PCC : L'histoire vraie d'une tempête dans une théière

    IMPRIMER

    De Marco Respinti sur Bitter Winter (traduction DeepL):

    Le Dalaï Lama, le garçon et le PCC : L'histoire vraie d'une tempête dans une théière

    17 avril 2023

    Le père du Tibet est-il pédophile ? L'histoire peut être considérée comme une tempête dans un pot de thé noir de l'Himalaya, mais elle est malicieusement exploitée par le PCC et ses compagnons de route.

    1. Le 28 février 2023, Sa Sainteté le Dalaï Lama, le père spirituel des Tibétains, a reçu environ 120 étudiants qui avaient suivi un programme de formation professionnelle organisé par la Fondation M3M, la branche philanthropique de la société immobilière indienne M3M Group. Sa Sainteté a reçu les étudiants dans la cour du complexe Tsuglagkhang, où se trouve ce que l'on appelle souvent le "temple du Dalaï Lama", à Mcleod Ganj, une banlieue de la ville de Dharamshala, dans le district de Kangra, ou "capitale d'hiver" de l'État de l'Himachal Pradesh, en Inde. Le Dalaï Lama y réside depuis 1959, date à laquelle il a été contraint, avec quelques compagnons, de quitter Lhassa, la capitale du Tibet historique, pour l'Inde. Cela s'est produit en raison de l'occupation militaire du Tibet par la République populaire de Chine (RPC), pays communiste depuis le 1er octobre 1949, qui persécute systématiquement et durement les groupes religieux et les minorités ethniques, et qui viole les droits de l'homme. C'est également à Mcleod Ganj que réside l'administration centrale tibétaine, c'est-à-dire le gouvernement en exil du Tibet présidé par le Sikyong (semblable à un Premier ministre), ainsi que plusieurs milliers de colons et de réfugiés tibétains.

    2. Plus de quarante jours après l'événement, une brève nouvelle publiée le 8 avril 2023, et mise à jour le lendemain, par "The Times of India", le troisième plus grand journal indien en termes de circulation intérieure, imprimé en anglais, se concentre sur un épisode de cette rencontre à travers une image tirée d'une vidéo. Le Dalaï Lama a embrassé "un jeune garçon sur les lèvres lors d'un événement bouddhiste", lui demandant de "sucer ma langue". Le "Times of India" a prononcé le mot "innommable" : "Pour certains, cela s'apparente à de la pédophilie". La question est devenue virale sur les médias sociaux, des images ont été diffusées dans le monde entier, des accusations et des mises en accusation ont été publiées dans la presse internationale.

    3. Regardé dans son intégralité, cet épisode apparaît plus complexe et différent des images montées qui ont circulé. Dans la foule rassemblée à Tsuglagkhang, un jeune Indien, plus jeune que les étudiants du programme M3M, a demandé au Dalaï Lama, par l'intermédiaire d'un microphone, s'il pouvait le serrer dans ses bras. Dans un premier temps, Sa Sainteté n'a pas compris la demande. Puis il a accepté avec joie. Mais le Dalaï Lama a-t-il vraiment compris ? En fait, il a invité le garçon à l'embrasser sur la joue. Le garçon s'exécuta et le Dalaï Lama le serra dans ses bras en souriant. Le Dalaï Lama, tenant la main du garçon, lui demanda de l'embrasser sur les lèvres. Le garçon l'a fait avec timidité et en souriant, et toute l'assistance s'est mise à rire. Leurs fronts se sont rencontrés. Sa Sainteté a ensuite invité le garçon à lui "sucer" la langue. Là encore, tout le monde s'est mis à rire. Enfin, le Dalaï Lama a gardé la main du garçon sur sa joue et l'a serré dans ses bras pendant quelques secondes, lui donnant un bref enseignement. Puis il l'a chatouillé. Ils ont évidemment plaisanté et ri, mais la rencontre a également comporté des moments sérieux.

    4. L'événement s'inscrit dans le cadre d'une réunion plus longue. L'incident en lui-même était un moment marginal de l'ensemble de l'événement. Il s'est produit ouvertement, a été filmé par des caméras et diffusé par des microphones devant un public de plus de 120 personnes, dont la mère du garçon. Personne dans l'assistance ne s'est levé en signe de dédain ou n'a abandonné la réunion. Pendant quarante jours, personne n'a parlé de l'incident. L'interaction entre Sa Sainteté et le garçon a duré plus longtemps que les quelques images et séquences incriminées. Regardée dans son intégralité, elle ne révèle rien de scandaleux ou d'obscène. Le public et la mère de l'enfant ont souri et applaudi.

    5. Le garçon et sa mère ont été interviewés ce même 28 avril 2023 par "Voice of Tibet", un réseau de médias basé à Dharamsala. La femme est apparue dans de nombreuses vidéos, plus ou moins longues. Toutes s'accordent à dire qu'elle est la mère du garçon. Dans l'interview de Voice of Tibet, elle s'est présentée comme le Dr Payal Kanodia, administratrice de la fondation M3M. C'est elle qui a conduit la délégation d'étudiants à la rencontre de Sa Sainteté. Compte tenu des circonstances, il semble qu'elle ait également emmené son enfant à un événement important, organisé pour les étudiants plus âgés. En fait, curieusement, personne ne s'est demandé pourquoi un garçon plus jeune assistait à une réunion destinée à des étudiants d'un autre âge. Le nom du garçon n'a pas été mentionné jusqu'à présent. Dans l'interview accordée à Voice of Tibet, le garçon et sa mère ont sincèrement remercié le Dalaï Lama pour cette rencontre très significative. Le mot le plus souvent utilisé par la mère et le fils était "bénédiction". Personne n'a fait allusion à quoi que ce soit d'inapproprié. Cette interview a cependant été ignorée par les médias internationaux.

    Lire la suite

  • La Semaine Sainte sanglante des chrétiens du Nigeria

    IMPRIMER

    Du site Aleteia.org (Cécile Séveirac) :

    Une Semaine sainte sanglante pour les chrétiens du Nigeria

    11/04/23

    Au nord du Nigeria, dans l'État de Benue, une série d'attaques meurtrières a visé des villages d'agriculteurs, majoritairement chrétiens, durant la Semaine sainte et Pâques.

    Plus de 100 personnes ont été tuées dans une série d’attaques meurtrières tout au long de la Semaine sainte, dans l’État de Benue, au centre-nord du Nigeria. Le 2 avril, une première attaque a eu lieu contre une église pentecôtiste située à Akenawe Tswarev, tuant un fidèle et en blessant plusieurs autres.

    Loin de se tarir, la violence armée a continué a perduré endeuillant la région tout au long de la Semaine sainte. Des hommes armés non identifiés ont effectué plusieurs raids dans des villages agricoles, dont les habitants sont majoritairement chrétiens. Le 5 avril, au moins 50 personnes ont perdu la vie dans le village d’Umogidi. Quelques heures avant, trois personnes avaient été tuées dans ce même village, d’après les autorités locales. Le deuxième raid est intervenu alors que les funérailles de ces trois victimes avaient lieu. Le 7 avril, 43 Nigerians ont été tués et plus de 40 blessés au cours d’une attaque survenue en pleine nuit dans une ancienne école primaire de Ngban, où des agriculteurs chrétiens déplacés et leurs familles avaient trouvé refuge.

    Les ravages d’une guerre de la terre

    Aucune revendication n’a permis d’établir clairement le motif de ces attaques successives. Les autorités soupçonnent toutefois les berges peuls d’en être à l’origine, accusés d’avoir attaqué à plusieurs reprises les communautés agricoles ces derniers temps. Les affrontements sanglants entre les éleveurs nomades, majoritairement musulmans, et les agriculteurs sédentaires, quant à eux chrétiens, sont réguliers et ont pour enjeu principal l’appropriation des terres agricoles, sur fond de tensions religieuses. Les agriculteurs accusent notamment les éleveurs de faire paître leur bétail sur leurs terres pour en prendre le contrôle.

    Dernièrement, l’État de Benue est en proie à une multiplication des raids armés de bergers peuls, suivis parfois de représailles de la part des villageois visés. Ces violences sévissent en plus de celles infligées par l’organisation islamiste Boko Haram, qui continue d’agir. « Nous pensons de plus en plus que ce sont les islamistes qui utilisent les Peuls pour déplacer la population locale », avait notamment affirmé le père Remigius Ihyula dans une interview donnée à l’Aide à l’Église en détresse après une attaque au moins de mars.

    « Ces bergers peuls ont adopté la culture terroriste et mettent à sac des villages. Ils agressent les gens pour récupérer les terres, et brûlent des temples et des églises », avait également assuré à Aleteia Alexandre Fontana, de l’ONG nigériane PSJ (International organisation for peace building and social justice). Selon la Fondation pour la recherche stratégique, un groupe de réflexion sur les questions de sécurité internationale et de défense, les chrétiens « considèrent en effet que les Peuls fournissent le gros des troupes du groupe djihadiste Boko Haram », même si la plupart des milices peules demeurent autonomes.

  • L’office des ténèbres : voyage au bout de la nuit

    IMPRIMER

    Publié le 06 Avr 2023 Sur le site web du bimensuel « L’Homme Nouveau » :

    « Si les trois cérémonies majeures du Triduum sacré – Messe vespérale du Jeudi Saint, Office de la Croix le Vendredi Saint et Vigile Pascale – sont familières à nombre de fidèles, les offices des Ténèbres sont plus méconnus. Est-ce dû à l’horaire auquel ils sont chantés, peu familial, ou à l’absence d’action liturgique qui les rend peu perméables au néophyte ?  Coup de projecteur sur un office éminemment singulier.

    Communauté Saint-Martin, Office des Ténèbres du Samedi-Saint

    Héritage très ancien des temps où les Matines étaient chantées au cœur de la nuit, ce qui se pratique encore en certains monastères, les Ténèbres rassemblent les deux offices de Matines et Laudes pour chacun des trois jours saints. Cet office nous plonge dans la contemplation de l’abaissement inouï du Fils de Dieu, « qui se fit pour nous obéissant jusqu’à la mort » (Ph 2, 8).

    Alors que d’ordinaire l’office des Laudes s’achève au lever du soleil, symbole triomphant de la gloire de Dieu chantée par l’Église, le principe même des Ténèbres consiste à terminer l’office dans une obscurité profonde. Les rideaux d’un vaste drame en trois actes s’ouvrent sous les yeux de notre âme : les funérailles du Fils de Dieu.

    « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné ? » : laisser la liturgie nous plonger dans l’obscurité

    Afin de baigner les cœurs dans la compassion aux souffrances du Sauveur, la liturgie se dépouille entièrement de ce qui pouvait rappeler la joie du Ciel ou même la Gloire de Dieu. Les traditionnelles formules telles que « Domine, labia mea aperies / Seigneur ouvrez mes lèvres », « Deus in adjutorium meum intende / Dieu venez à mon aide », « Tu autem Domine, miserere nobis / Vous aussi Seigneur ayez pitié de nous », et même le Gloria Patri ont disparu. Les hymnes de même.

    Ne restent que les psaumes encadrés de sobres antiennes, les leçons des nocturnes et les répons qui donnent à eux seuls l’atmosphère spirituelle de ces Offices. Ils ne conservent plus que ce qui leur est essentiel dans la forme, et ils ont perdu toutes ces aspirations vives que les siècles y avaient ajoutées.

    Au maître autel, les six cierges sont de cire jaune, comme les quinze cierges du chandelier mystérieux qui trône dans le chœur. C’est l’extinction progressive de ce chandelier qui marque la seule action liturgique de ces offices. Ces flammes soufflées au rythme des psaumes qui s’achèvent nous représentent ce mystère de la Gloire de Dieu qui peu à peu abandonne Notre-Seigneur…

    Un seul, celui qui est placé à l’extrémité supérieure du chandelier à quinze branches, reste allumé. Pendant le Cantique du Benedictus, en conclusion de l’office de Laudes, les six cierges qui brûlaient sur l’autel sont pareillement éteints. Alors le cierge restant, solitaire, est posé quelques instants sur l’autel, luttant seul contre les ombres qui remplissent l’église : le Christ, abandonné de tous, est cloué à la Croix, mourant pour les hommes, alors que les ténèbres s’amoncellent dans le ciel. Puis le cierge est caché, figure de la sépulture du Christ.

    Alors les clercs présents au chœur, ainsi que les fidèles à genoux dans les travées de la nef, sont invités « taper sur leur banc ». Ce bruit, volontairement confus, se fait entendre tandis que le dernier flambeau a plongé dans l’obscurité. Ce tumulte joint aux ténèbres, explique dom Guéranger, exprime les convulsions de la nature, au moment de la mort du Rédempteur. Mais tout à coup le cierge reparaît ; le bruit cesse. Pourquoi donc ? Car le Rédempteur a triomphé de la mort.

    Les trois jours, ce sont exactement les mêmes cérémonies qui se répètent ; le seul changement est à l’autel : mercredi soir, les nappes sont encore présentes : Jésus n’est pas encore aux mains de ses bourreaux, nous assistons à son agonie au Mont des Oliviers (comme le chante le premier répons) ; jeudi soir, l’autel a été dépouillé : Jésus est entré pleinement dans sa passion, et nous assistons aux profondeurs de ses souffrances ; vendredi soir, la croix est dévoilée, montrant à tous le corps sans vie du Rédempteur : les Ténèbres sont alors le chant de deuil de l’Église qui pleure son Epoux.

    Jérémie, prophète de la déréliction

    La structure des Ténèbres est parfaitement symétrique sur les trois jours. Aux premiers nocturnes, les lamentations du prophète Jérémie, témoin impuissant du malheur et de la ruine de Jérusalem infidèle, font retentir chaque soir leurs accents déchirants sur une mélodie que l’on ne retrouve en aucune autre circonstance, culminant avec la déchirante Oraison de Jérémie du Samedi Saint ; à chaque fois, revient ce lancinant appel à la conversion, seule moyen de sauver la Cité Sainte, qui s’adresse à chacun de nos cœurs : « Jérusalem, Jérusalem, convertis-toi au Seigneur ton Dieu. »

    Les répons, reconstitution de la Passion

    Les répons séparant les leçons sont les seules pièces grégoriennes véritablement développées de ces offices. Ils fondent, par les textes qui les composent, la progression des trois jours en reconstituant les trois étapes du drame de la Passion : trahison, crucifixion, sépulture. Les âmes n’ont qu’à se laisser porter par les différents sentiments que provoquent en elles ces mélodies tour à tour plaintives, graves, tristes ou violentes.

    Le Jeudi Saint met en scène la trahison : nous assistons d’abord à l’agonie du Christ, nous invitant à regretter nos fautes qui font de lui l’Homme de douleur prophétisé par Isaïe. Puis advient la trahison de Judas : nous sommes alors confrontés à nos propres trahisons.

    Les trois derniers répons représentent les douloureux reproches de Jésus : d’abord à tous ceux qui fomentent des complots contre Lui, figures des âmes tièdes qui ne se détournent pas assez du péché ; ensuite aux apôtres (et à nous à travers eux) qui n’ont pas pu veiller une heure avec Lui, malgré l’infinie abondance des grâces reçues ; enfin aux anciens du Peuple, tous ces hommes à l’âme flétrie, qui se sont détournés, de cet esprit d’enfance sans lequel nul n’entrera au Royaume des cieux…

    Le Vendredi Saint nous fait assister à la Crucifixion : commençant par nous dévoiler les sentiments d’abandon et de trahison qui remplissent l’âme de Jésus, ils nous montrent le voile du Temple qui se déchire en même temps que Jésus promet le Paradis au bon larron.

    Au deuxième nocturne, c’est le cœur de la détresse du Christ qui est illustré, avec les ténèbres qui couvrent la terre lorsqu’Il s’écrie vers son Père : « Pourquoi m’avez-Vous abandonné ? », rejoignant ainsi toutes les âmes qui font l’expérience de la nuit spirituelle, cet état où l’on se sent abandonné de Dieu. Le dernier nocturne n’est qu’une longue suite de plaintes exprimant toute la douleur de l’Homme-Dieu : douleur physique bien sûr, mais surtout douleur de nous voir si infidèles à l’amour qu’Il nous porte…

    Le Samedi Saint est en quelque sorte une veillée funèbre autour du Tombeau du Christ. Les répons du premier nocturne se contentent de rappeler les évènements de la veille, suscitant dans les âmes le deuil et l’angoisse bien sûr, mais également une grande tendresse envers Jésus : c’est toute la fécondité surnaturelle de la componction, par laquelle le pécheur revient au Père, sauvé par les mérites que lui a acquis la mort du Fils. Les répons des deux derniers nocturnes invitent l’âme à contempler les effets de la Passion. On entre plus profondément dans le mystère de la Rédemption, source de grande paix.

    Obéissant jusqu’à la mort…

    À la fin de l’Office, du chœur plongé dans l’obscurité la plus complète monte une dernière mélodie qui chaque jour se prolonge un peu : « Le Christ s’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort / la mort de la Croix / et c’est pourquoi Dieu l’a exalté en lui donnant un Nom au-dessus de tout nom. » Très grave Jeudi et Vendredi, le verset du Samedi, dernier chant de ces Offices, revêt une grande légèreté, comme une clarté céleste : à l’image d’une Église voulant sécher les larmes de ses enfants en leur donnant enfin l’explications de toutes ces souffrances endurées par son Époux.

    En définitive, c’est en se laissant porter par les impressions conjuguées de l’obscurité grandissante et de la profondeur des chants que nous pourrons réellement entrer dans l’esprit de ces Ténèbres. Ils nous porteront par une longue méditation de la Passion aux portes du Sépulcre, où nous pourrons attendre avec toute l’Eglise la lumière de la Résurrection. »

    Chanoine Baudouin Chaptal +

  • Sommaire de La Nef (avril 2023)

    IMPRIMER

    SOMMAIRE DU N°357 AVRIL 2023

    ÉDITORIAL

    Hommage à un simple curé, par Christophe Geffroy

    ACTUALITÉ
    « Tradis » : une politique contre-productive, par Pierre Louis

    Liturgie : de l’urgence d’un dialogue, par l’abbé Laurent Spriet
    Allemagne : une Église au bord de l’abîme, par Jean Bernard
    « Un abus de l’autorité épiscopale », entretien avec le cardinal Müller
    Chine : une Église martyre, par Yves Chiron
    Sondage : La Nef en appelle à ses abonnés

    ENTRETIEN
    Vous avez dit conservateur ?, entretien avec Armand Rouvier

    DOSSIER WOKISME ET DECONSTRUCTION
    D’où vient le wokisme, par Henri Hude

    Le criminel par excellence, par Pascal Bruckner
    Pour contrer le wokisme : renouer avec l’esprit français, entretien avec Bérénice Levet
    Wokisme et différence sexuelle, par Mathieu Bock-Côté
    Le wokisme, nouvelle religion, entretien avec Jean-François Braunstein
    L’impératrice Zou ou les malheurs du wokisme, par Alexandre Tazilly
    Y a-t-il un féminisme woke ?, par Isabelle Belvallée
    Avant le woke, Dieu et les Grecs, par Elisabeth Geffroy

    VIE CHRÉTIENNE
    Abbé Gordien : qu’il était grand ce petit curé, par Élisabeth Geffroy

    Question de foi L’Église qui me convient, par l’abbé Hervé Benoît

    CULTURE
    Tintin, notre copain, par Jacques de Guillebon

    Notes de lecture, par Yves Chiron, Christophe Geffroy, Patrick Kervinec, Anne-Françoise Thès et Michel Toda
    De verbe et de chair Jacques Ellul, par Henri Quantin
    Musique Yvonne Lefébure, par Hervé Pennven
    Cinéma Je verrai toujours vos visages et Les Trois Mousquetaires, par François Maximin
    Sortir Bellini, la création sous influence, par Constance de Vergennes
    À un clic d’ici, par Léonard Petitpierre
    Et pour les jeunes…, par Valérie d’Aubigny
    Un livre, un auteur, entretien avec le Père Philippe-Marie Margelidon
    Brèves
    Rencontre Bénédicte Delelis, par Marine Tertrais

    DÉBATS/Points de vue
    Débats Le degré zéro de la démocratie, par Guillaume Drago
    Débats Chine : le danger de la dépendance, par Jean-Loup Bonnamy

    CONTRE-CULTURE
    Sonia Mabrouk en quête du sacré, par Jacques de Guillebon

    https://lanef.net/

  • L'Opus Dei présente son Congrès général extraordinaire à l'occasion de "Ad charisma tuendum"

    IMPRIMER

    Au cours des sessions, les propositions élaborées à partir des suggestions reçues du monde entier seront étudiées. Le texte final sera voté le dernier jour et devra être approuvé par le Département du Clergé.

    Extrait de « Omnes », lu sur le site web l Sismografo :

    « Maria José Atienza 30 mars 2023

    La semaine de Pâques, plus précisément du 12 au 16 avril, est la date choisie par la Prélature de l'Opus Dei pour la célébration du Congrès général extraordinaire convoqué dans le but d'adapter les Statuts de la Prélature au motu proprio Ad charisma  tuendum .

    Le Prélat de l'Opus Dei, Mons. Fernando Ocáriz a publié, le matin du 30 mars, un bref message remerciant les prières pour les fruits de ce Congrès général extraordinaire et détaillant certains aspects de son organisation et de sa célébration.

    Le prélat souligne que les suggestions qui sont venues à Rome, résultat de la demande adressée aux membres de la prélature et aux personnes partageant les mêmes idées lors de l'annonce de ce congrès, ont été dûment étudiées "avec l'aide d'experts, pour présenter des propositions concrètes dans le Congrès". .

    Bien que la pétition se soit concentrée sur les aspects que le Motu Proprio modifie , des suggestions et des observations de toutes sortes sont également arrivées qui, comme le souligne Ocáriz, "serviront à préparer le prochain Congrès général ordinaire en 2025".

    Les réunions des congressistes se tiendront en parallèle et le prélat et ses vicaires participeront à ces séances au cours desquelles « les propositions élaborées seront étudiées et les résultats comme le texte final seront votés le dernier jour ».

    Le prélat a également tenu à annoncer que le résultat de ce Congrès ne sera pas communiqué dans l'immédiat, puisque le document résultant des conclusions de ces réunions "devrait être envoyé au Département du Clergé, pour l'étude du Saint-Siège, à qui Il appartient approprié de l'approuver. »

    Le prélat a terminé ce message par un appel à l'unité « entre toute l'Œuvre, et de l'Œuvre avec le Saint-Père et avec l'Église tout entière ».

    Le Motu Proprio Ad Charisma Tuendum

    Le pape François a publié, le 22 juillet 2022, la Lettre apostolique sous forme de Motu proprio du pape François  Ad charisma tuendum par laquelle certains articles de la  Constitution apostolique Ut sit ont été modifiés , avec laquelle Jean-Paul II a érigé l'Opus Dei en Prélature personnelle .

    Parmi les modifications introduites, le nouveau Motu Proprio a établi la dépendance de la Prélature de l'Opus Dei, qui est passée de la dépendance du Dicastère pour les Évêques au Dicastère pour le Clergé.

    De même, la fréquence avec laquelle l'Opus Dei doit présenter le rapport traditionnel sur la situation de la Prélature et le développement de son travail apostolique a changé, qui devient annuelle et non plus quinquennale. Un autre des points modifiés était le fait de déclarer, explicitement, que le prélat de l'Opus Dei ne recevra pas l'ordre épiscopal.

    Convocation du Congrès général extraordinaire

    Une fois le Motu Proprio Ad Charisma tuendum publié, en octobre 2022, le Prélat de l'Opus Dei a convoqué un Congrès général extraordinaire dans le "but précis et limité" d'adapter les Statuts de l'Œuvre aux indications du Motu proprio et, en tant que il avait été conseillé par le Saint-Siège d'envisager "d'autres ajustements possibles des Statuts, que nous jugeons opportuns à la lumière du Motu proprio".

    Dans cette même lettre dans laquelle il annonce la célébration de ce Congrès qui débutera dans les prochaines semaines, le Prélat demande aux membres de l'Œuvre des "suggestions concrètes" visant à adapter le travail et le développement de l'Œuvre aux besoins de l'Église. aujourd'hui.

    Congrès généraux de l'Opus Dei

    Les congrès généraux sont, avec le prélat qui les convoque et y assiste, la principale instance de gouvernement au sein de l'Opus Dei au niveau central.

    Selon les statuts actuels de la Prélature de l'Opus Dei au point 133, tous les huit ans doivent se tenir "des Congrès généraux ordinaires convoqués par le Prélat, pour exprimer son opinion sur l'état de la Prélature et pouvoir conseiller les normes appropriées pour l'action future du gouvernement ».

    Des congrès généraux extraordinaires peuvent également se tenir, comme celui qui se tiendra la semaine prochaine de Pâques, qui sont convoqués "lorsque les circonstances l'exigent de l'avis du prélat".

    Ref. L'Opus Dei présente son Congrès général extraordinaire à l'occasion de "Ad charisma tuendum"

  • Vatican : la "doctrine de la découverte" n'est pas un enseignement catholique

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur le National Catholic Register :

    Vatican : la "doctrine de la découverte" n'est pas un enseignement catholique

    Selon la déclaration, ces dernières années, un dialogue renouvelé avec les peuples autochtones, y compris les autochtones catholiques, a aidé l'Église à mieux comprendre leurs valeurs, leurs cultures, ainsi que leurs souffrances passées et présentes.

    30 mars 2023

    Deux départements du Vatican ont publié jeudi une déclaration commune sur la "doctrine de la découverte" et sur la dignité et les droits des peuples indigènes.

    La déclaration indique que le concept juridique de la "doctrine de la découverte" ne fait "pas partie de l'enseignement de l'Église catholique" et que la recherche historique montre que certains documents papaux "rédigés au cours d'une période historique spécifique et liés à des questions politiques, n'ont jamais été considérés comme des expressions de la foi catholique".

    "Le magistère de l'Église défend sans ambiguïté le respect dû à tout être humain", précise le document. L'Église catholique rejette donc les concepts qui ne reconnaissent pas les droits de l'homme inhérents aux peuples indigènes, y compris ce qui est connu comme la "doctrine de la découverte" juridique et politique.

    La déclaration commune du Vatican a été publiée le 30 mars par le dicastère pour la promotion du développement humain intégral et le dicastère pour la culture et l'éducation.

    Elle indique que l'Église s'est engagée à écouter les peuples indigènes et à encourager les efforts de réconciliation et de guérison. Dans ce contexte, l'Église a entendu la nécessité d'aborder la "doctrine de la découverte".

    Le concept juridique de "découverte" a été débattu par les puissances coloniales à partir du XVIe siècle et a trouvé une expression particulière dans la jurisprudence des tribunaux de plusieurs pays au XIXe siècle, selon laquelle la découverte de terres par les colons conférait un droit exclusif d'éteindre, par achat ou par conquête, le titre ou la possession de ces terres par les peuples indigènes", a expliqué le Vatican.

    Certains érudits ont soutenu que la base de la "doctrine" susmentionnée se trouve dans plusieurs documents papaux, tels que les bulles Dum Diversas (1452), Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493)", poursuit le communiqué.

    Tout en précisant que ces documents papaux ne sont pas considérés comme des expressions de la foi catholique, la déclaration ajoute que "l'Église reconnaît que ces bulles papales n'ont pas reflété de manière adéquate l'égalité de la dignité et des droits des peuples indigènes".

    "L'Église est également consciente que le contenu de ces documents a été manipulé à des fins politiques par des puissances coloniales concurrentes afin de justifier des actes immoraux à l'encontre des peuples indigènes, qui ont été réalisés, parfois, sans opposition de la part des autorités ecclésiastiques", indique le document. "Il est juste de reconnaître ces erreurs, de reconnaître les terribles effets des politiques d'assimilation et les souffrances subies par les peuples indigènes, et de demander pardon".

    La note souligne également qu'il existe de nombreuses déclarations de l'Église et des papes soutenant les droits des peuples indigènes, comme la bulle Sublimis Deus de 1537 du pape Paul III, qui a écrit : "Nous définissons et déclarons [...] que [, ...] lesdits Indiens et tous les autres habitants de la planète ont le droit de vivre dans un environnement sain. ...] lesdits Indiens et tous les autres peuples qui seront découverts par la suite par des chrétiens ne seront en aucun cas privés de leur liberté ou de la possession de leurs biens, même s'ils sont étrangers à la foi chrétienne ; ils peuvent et doivent jouir librement et légitimement de leur liberté et de la possession de leurs biens ; ils ne doivent en aucun cas être réduits en esclavage ; si le contraire se produit, il sera nul et sans effet".

    Lire la suite

  • N'en déplaise à François qui abhorre le prosélytisme, voici comment la foi s'est répandue parmi les femmes en Chine au XVIIème siècle

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo :

    François déteste le prosélytisme. Mais voici comment la foi a été propagée parmi les femmes chinoises au 17e siècle

    Dans le déluge d'interviews qui a accompagné ses dix années de pontificat, Jorge Mario Bergoglio est revenu, comme il l'a fait mille fois, sur le "prosélytisme".

    Pour lui, évangéliser, c'est simplement témoigner. Il cite à l'appui Benoît XVI, qui déclarait à Aparecida en 2007 que l'Église "ne fait pas de prosélytisme, mais se développe par attraction". Il se réfère également à l'exhortation apostolique "Evangelii nuntiandi" de Paul VI, qui, il est vrai, attribuait également une "importance primordiale" au témoignage silencieux, mais ajoutait immédiatement après :

    "Toutefois, cela reste toujours insuffisant, car même le plus beau témoignage restera longtemps impuissant, s'il n'est pas éclairé, justifié - ce que Pierre appelait "donner les raisons de son espérance" -, explicité par une annonce claire et sans équivoque du Seigneur Jésus". La Bonne Nouvelle, proclamée par le témoignage de vie, doit donc tôt ou tard être proclamée par la parole de vie. Il n'y a pas de véritable évangélisation si le nom, l'enseignement, la vie, les promesses, le Royaume, le mystère de Jésus de Nazareth, Fils de Dieu, ne sont pas proclamés".

    Mais rien n'arrête le pape François dans son aversion. Lors de son voyage au Mozambique en septembre 2019, il confiait aux jésuites locaux : " Je l'ai dit plusieurs fois : le prosélytisme n'est pas chrétien. Aujourd'hui, j'ai ressenti une certaine amertume lorsqu'une dame s'est approchée de moi avec un jeune homme et une jeune femme et m'a dit : 'Votre Sainteté, je viens d'Afrique du Sud'. Ce jeune homme était hindou et s'est converti au catholicisme. Cette jeune fille était anglicane et s'est convertie au catholicisme". Elle m'a raconté cela d'une manière triomphante, comme si elle avait chassé avec le trophée. Je me suis sentie mal à l'aise et je lui ai dit : 'Madame, l'évangélisation oui, le prosélytisme non'".

    Même aux catholiques chinois persécutés, dans un message vidéo, François a enjoint de "ne pas faire de prosélytisme", comme s'il s'agissait de leur vice capital.

    Qui sait donc ce que le pape a dû penser en lisant le magnifique article du père Federico Lombardi dans le dernier numéro de "La Civiltà Cattolica", dans lequel il raconte comment les missionnaires jésuites ont propagé la foi chrétienne même parmi les femmes dans la Chine du XVIIe siècle, en dépit des préclusions inflexibles qui les maintenaient à l'écart et hors d'atteinte.

    Selon le décompte d'un jésuite de l'époque, en 1627, les missionnaires avaient fait 13 000 prosélytes en Chine, puis 40 000 en 1636, 60 000 en 1640 et 150 000 en 1651.

    Parmi les femmes, les premières baptisées furent en 1589 "quelques honorables matrones", épouses ou mères d'hommes instruits catéchisés par le Père Matteo Ricci à Zhaoqing, dans le sud de la Chine. Mais "le tournant" se situe en 1601, avec l'arrivée du Père Nicolò Longobardo à Shaozhou, où son premier catéchumène, un mandarin, se chargea d'enseigner aux femmes de sa parenté ce qu'il apprenait progressivement du missionnaire, jusqu'à ce qu'elles soient baptisées à leur tour et "aimaient se réunir avec d'autres femmes de statut social inférieur, même des paysannes, qui étaient également devenues chrétiennes, les traitant comme des sœurs, et c'était une occasion de grand émerveillement".

    Selon les rapports envoyés par les Jésuites à Rome, les femmes recevaient le baptême de la manière suivante : "Une fois l'instruction donnée par un membre de la famille, un autel était érigé dans l'une des pièces principales de l'une de leurs maisons, sur lequel l'image du Sauveur était exposée avec des bougies et de l'encens. Les parents et les connaissances affluaient. Puis vint le missionnaire qui, devant les maris et les parents, interrogea les femmes sur la doctrine chrétienne, qu'elles devaient connaître de fond en comble, et sur les principaux mystères du christianisme. Les femmes répondaient depuis l'appartement qui leur était réservé, sans s'étonner d'être vues et examinées par des étrangers, un spectacle très nouveau dans le monde féminin chinois.

    Lire la suite

  • Gestation pour autrui : il faut arrêter le marché international de l'exploitation reproductive

    IMPRIMER

    Une carte blanche d’Anne Schaub, psychologue – psychothérapeute pour enfants et adolescents, auteure de “Un cri secret d’enfant”, publiée sur le site de La Libre :

    GPA : arrêtons ce marché international de l’exploitation reproductive !

    Le 3 mars 2023 la Déclaration d’abolition universelle de la gestation pour autrui a été adoptée par des experts de 75 pays. Il faut en finir avec cet abandon organisé, programmé et monnayé sur ordonnance.

    29 mars 2023

    Ce 3 mars à Casablanca lors d’une convention internationale, La Déclaration internationale pour l’abolition universelle de la GPA (gestation pour autrui) a été adoptée par des experts de 75 pays. Y participaient des médecins, psychologues, juristes, philosophes, anthropologues, sociologues et parmi ceux-ci, en tant qu’observatrice indépendante, Suzanne Aho Assouma, ancienne -ministre togolaise de la santé et vice-présidente de l’ONU et Luis Ernesto Pedernera Reyna (Uruguay), ancien président du Comité des droits de l’enfant également à l’ONU. La déclaration est une claire condamnation de la GPA adressée aux États, afin de mettre un terme à ce fléau mondial. En effet il leur est demandé “de condamner la GPA dans toutes ses modalités et sous toutes ses formes, qu’elle soit rémunérée ou non, et d’adopter des mesures pour combattre cette pratique”.

    Premier jalon d’une conscientisation à réaliser auprès du grand public et des instances de pouvoir sur ce qu’est la gestation pour autrui, à savoir un marché de la procréation mondialisée qui cause des dommages humains imparables. L’objectif étant à terme de promouvoir un traité international visant à mettre fin à la pratique de la GPA partout dans le monde.
     

    Le sujet de la GPA, complexe et délicat, représente un enjeu majeur de société ainsi qu’en témoigne l’écho de la convention dans sa revue de presse. Pratique aujourd’hui internationale, elle vient bouleverser l’origine de la vie naissante du petit humain. Ce qui est bien occulté dans les débats de société où le principal intéressé est oublié : l’enfant, et l’évident lien d’attachement premier qui se crée avec la mère dès sa conception. “Les conséquences sont assez lourdes pour la mère et l’enfant selon les différents cas de figure : (perte de) dignité, violence, etc. Voilà les maîtres mots de cette pratique.” a déclaré en ouverture de la convention, Suzanne Aho Assuma.

    Mon intervention à la convention fut précisément consacrée à ce lien entre l’enfant et la mère dès la conception sous l’angle des besoins précoces et des mémoires d’attachement tissées dès le début de la conception. Le maillage corporel et relationnel intime qui se noue entre une mère et le petit qu’elle attend, n’est plus à démontrer. La conception, la période prénatale et la naissance vont constituer le socle de base sur lequel se construira une bonne part du devenir de tout être humain et coloriera ses relations futures. L’aube de la vie du tout-petit est à protéger et requiert de la part des adultes une attention préventive toute particulière.

    Lire la suite