Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bioéthique - Page 3

  • Du jamais vu depuis longtemps : un Flamand revêt la bure franciscaine

    IMPRIMER

    De KerkNet :

    Pour la première fois depuis longtemps : un Flamand revêt l'habit franciscain

    LUNDI 17 AOÛT 2020

    Gentenaar Koen Van Durme werd op 9 augustus 2020 ingekleed als franciscaan. © Jan Bouwens ofm

    Koen Van Durme, jusqu'à récemment arboriculteur à Sleidinge, a terminé son postulat chez les Franciscains néerlandais le 9 août et a pris l'habit

    Koen Van Durme, de Gand, a reçu l'habit franciscain dans l'église du monastère de la ville néerlandaise de Megen des mains du frère ministre-provincial Theo van Adrichem. De cette façon, il a été inclus dans l'ordre et a reçu la bure, comme l'indique un communiqué de presse. A la célébration, il y avait environ 30 frères et sœurs de la famille franciscaine et 30 parents et amis.

    Que le Gantois aie fait son postulat aux Pays-Bas ne doit pas surprendre. Depuis quelques années, la custodie flamande dépend de la province néerlandaise. Dans deux ans environ, la custodie flamande et la province néerlandaise ne feront plus qu'un. Pourtant, Koen van Durme est le premier Flamand depuis longtemps à rejoindre l'ordre. Le frère Van Adrichem a déjà dit espérer que le frère Koen devienne un pionnier et que davantage de Flamands trouvent leur chemin vers les Franciscains.

    Koen Van Durme s'installe au noviciat international de Killarney, en Irlande, pour un an.

  • France, loi bioéthique : les amendements controversés

    IMPRIMER

    D'I. Bone sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Projet de loi bioéthique : de nouveaux amendements controversés

    05/08/2020

    Dans la nuit du 1er août, l'Assemblée nationale française a adopté en deuxième lecture le projet de loi Bioéthique. Le texte, désormais renvoyé au Sénat, comprend diverses modifications importantes.

    Mesures adoptées

    A la suite des trois jours de débats dans un hémicycle fort clairsemé, la mesure-phare de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (« PMA ») à toutes les femmes a été adoptée. Contrairement à ce que le Sénat avait voté en première lecture, la PMA serait remboursée par la Sécurité sociale aux femmes seules ou en couple, le critère d'infertilité médicale étant abandonné. Le texte permet également d'établir la filiation au sein d'un couple de femmes par reconnaissance anticipée de l'enfant à naître auprès d'un notaire.

    En vertu du nouveau texte, les enfants nés par PMA d'un don de gamètes avant la nouvelle loi de bioéthique pourraient accéder, dès leur majorité, à des données non identifiantes ou même à l'identité de leur donneur si ce dernier est d'accord.

    Le cadre législatif relatif à l'avortement est également modifié. A travers un amendement introduit en dernière minute, l'interruption médicale de grossesse (« IMG ») pourrait être autorisée jusqu'au terme de la grossesse, pour cause de « détresse psychosociale ».

    Quant aux cellules souches embryonnaires, les députés facilitent la recherche sur celles-ci en levant l'obligation pour les chercheurs de demander une autorisation préalable en la matière. La possibilité de créer des embryons chimères homme-animal et des embryons transgéniques est également admise dans le texte actuel.

    Mesures rejetées

    Plusieurs amendements controversés ont en revanche été rejetés. Ainsi, la technique de la « Ropa » (Réception d'ovocytes de la partenaire) qui aurait permis aux couples des femmes de « partager » la maternité a été écartée.

    Tel est également le cas pour le dépistage chromosomique des embryons. Les députés ont abandonné l'extension du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'aneuploïdies (DPI-A), dont la trisomie 21.

    En ce qui concerne la PMA post-mortem, une large majorité de députés a voté contre son autorisation.

    Le Sénat n'examinera probablement pas le texte avant le début de l'année 2021. S'en suivra la réunion d'une commission mixte paritaire chargée de rassembler sénateurs et députés autour d'un texte commun.

    Sources : alliancevita.org ; la-croix.com

     

    Communiqué de Monseigneur Dominique Rey, evêque de Fréjus-Toulon

    Je dénonce avec gravité la nouvelle loi de bioéthique qui a été votée au milieu de la nuit du 30 Juillet dernier.
    En plus des multiples transgressions qui ont été dénoncées depuis de nombreux mois par l'épiscopat français, les parlementaires ont intégré au texte, en catimini un nouvel élargissement de l'avortement. En effet, les condition d'une IMG (Interruption Médicale de grossesse) ont été élargies au critère de "détresse psychosociale". Critère très dangereux car difficilement définissable. Ainsi les avortements seront rendus possibles jusqu'au terme de la grossesse. La suppression toujours plus importante des enfants à naître est une épouvantable tragédie et cette nouvelle atteinte à la vie doit être dénoncée avec la plus grande force.

    La vie de l'enfant dans le sein de sa mère doit être respectée et protégée. Il s'agit du fondement d'une civilisation.

  • "Le « monde d’après » sera de toute évidence post-chrétien"

    IMPRIMER

    D'Antoine Pasquier sur le site de Famille Chrétienne :

    Comment réagir comme catholique après le vote de la loi bioéthique ?

    04/08/2020

    MAGAZINE – Un changement de civilisation, vraiment ? Le gouvernement a pris des airs de vierge effarouchée à l’évocation de cette sentence. Son projet de loi de bioéthique, voté au beau milieu du chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens, se bornerait à acter quelques « avancées majeures » dans « un texte d’équilibre », dixit Emmanuel Macron. Un joli cadeau en somme, dont nous devrions nous réjouir ! Pas de gros mots donc, nous prient LREM et consorts ; il ne faudrait pas effrayer le Français se prélassant sur la plage après un printemps cloîtré...

    Pourtant, sept ans après le « mariage pour tous », claquent encore dans nos oreilles endolories les mots de Christiane Taubira : « C’est une réforme de société et on peut même dire une réforme de civilisation. » Et cette nouvelle loi – qui doit encore repasser devant le Sénat, ne l’oublions pas ! – n’est que la énième articulation de cette rupture anthropologique engagée en 2012. Dans un lapsus monumental, dont on ne peut lui tenir rigueur tant le sol était glissant pour un débutant, Jean Castex a joliment qualifié la PMA post-mortem de « PMA post-moderne ». On ne pouvait mieux résumer en si peu de mots un basculement civilisationnel aussi vertigineux !

    Voilà donc « notre » nouvelle civilisation : individualiste, ultra-libérale, pulsionnelle, et, in fine, post-humaine. A-t-on le droit de la refuser ? De s’y soustraire ? De la contester ? Il est permis d’en douter. Ne pas appartenir au parti du Progrès est un crime de lèse-majesté, et le repli sur soi une offense au vivre-ensemble. Les Français vont devoir joindre le pas à cette marche forcée de peur d’être socialement déclassés. Quel couple aura le courage de refuser, demain, une fécondation in vitro en cas d’infertilité, un dépistage anténatal ou une interruption de grossesse en cas de malformation de leur bébé ? À l’ère de l’embryon chimérique, cela ne se fait pas...

    Le « monde d’après » qui se déploie sous nos yeux sera de toute évidence post-chrétien. Et les catholiques vont devoir changer de logiciel pour soutenir leurs contemporains déboussolés. Nos protestations verbales ne suffiront plus. Nos actes deviendront nos mots, nos mœurs notre morale. C’est le pari bénédictin, non de l’américain Rod Dreher, mais de l’allemand Ratzinger. Celui d’une église cellulaire : « Si la société dans sa totalité n’offre plus d’environnement chrétien, l’Église doit elle-même former des cellules où l’on pourra expérimenter et pratiquer en petit le grand espace de vie de l’Église » (1). « Nous avons besoin d’îles, continuait le futur Benoît XVI, où la foi en Dieu et la simplicité interne du christianisme vivent et rayonnent. » Autant « d’oasis, d’arches de Noé » dans lesquels l’homme, « perdu dans un monde d’indescriptible solitude », pourra « toujours venir se réfugier ». Et le chrétien se sanctifier pour enfin rayonner.

    Antoine Pasquier

    (1) Le Sel de la Terre, entretiens avec Peter Seewald.

     
  • Bioéthique : "le progressisme est totalitaire avec les faibles et les fragiles"

    IMPRIMER
    Jules Torres recueille les propos de Tugdual Derville sur le site de Valeurs Actuelles :

     

    Tugdual Derville sur la loi bioéthique : “Le progressisme est totalitaire avec les faibles et les fragiles”

    Valeurs actuelles. À propos du projet de loi bioéthique, vous parlez de « déguisement du mal en bien ». Pourquoi ?

    Tugdual Derville. L’amour est systématiquement brandi en paravent de mesures qui se révèlent injustes pour les plus fragiles et les plus faibles. Ce procédé relève du chantage affectif. Quand il s’agit de dissoudre les repères anthropologiques qui sont les plus épanouissants pour l’être humain, la tonalité des interventions des promoteurs de ces dérives éthiques est toujours moralisatrice. Ils abusent de l’émotion pour anesthésier notre raison. Ce qui me frappe toujours dans ces débats, c’est l’énergie déployée pour rendre complexes les réalités les plus simples. Par exemple, qu’un enfant naît d’un homme et d’une femme. Que père et mère sont complémentaires et non pas interchangeables. Pour casser ces réalités de bon sens, on assène sous le label trompeur « bioéthique », des principes vaseux ; on nie les fondamentaux anthropologiques dont les générations futures ont besoin, autant que chacun d’entre nous. Lionel Jospin le disait avec fermeté au moment de la loi Taubira : « L’humanité est faite d’hommes et de femmes. » Sortir de cette binarité à laquelle nous devons tous la vie, c’est jouer avec le feu.

    La disparition progressive du père et de la famille vous inquiète-t-elle ?

    Organiser l’escamotage du père occulte un élément essentiel de la nature de l’humanité. Nous avons en effet une nature humaine profondément ancrée, biologiquement, mais aussi culturellement, dans l’altérité homme/femme. Bien sûr, il faut lutter contre les discriminations et tous les stéréotypes injustes qui pèsent surtout sur les femmes, mais de là à fonder toute une doctrine sur l’indifférenciation homme/femme... Il s’agit d’un déni d’écologie humaine. Cet abus s’apparente aux atteintes gravissimes que l’on commet sur l’environnement. Piétiner la nature au prétexte d’un “progrès” est régressif. Certes, la famille parfaite n’existe pas et il n’y a pas de parents parfaits, mais la famille fondée sur l’altérité homme-femme reste l’écosystème le plus favorable à l’épanouissement de la vie. On le vérifie a contrario avec la quête éperdue de père chez ceux qui en ont été privés. La famille est la structure d’où naît la société : elle nous apprend la tendresse et la fraternité, le respect de la différence et la liberté et aussi l’autorité et le respect de la loi. L’État n’a pas le droit de priver les enfants du repère originel qui fonde cet écosystème familial : la différence des sexes.

    Lire la suite

  • Anthropologie chrétienne : de l’Arbre de la Connaissance à l’Arbre de Vie

    IMPRIMER

    L'homme ne peut rien créer, il ne peut tout au plus que recomposer. Cette capacité lui permet, lorsqu'il se met humblement et respectueusement au service des idées qui sont déjà contenues dans la création, de se faire le collaborateur et le gardien du jardin de Dieu. Mais lorsqu'il se prétend l'auteur, la création est en danger.  

    Voilà qui aurait pu rencontrer aussi l’assentiment d’un avatar de la modernité :  le monde de l’écologie, s’il était autre chose qu’une nébuleuse socio-politique à la mode, ambigüe et superficielle.

    Plus intéressant est de relire à ce sujet quelques pages de l’un des livres d’entretiens de Peter Seewald avec Joseph Ratzinger, paru en 2000 sous le titre « Voici quel est notre Dieu » (Plon, Mame, pp. 91 à 95).

    Un extrait publié en 2011 par le site « Benoit et moi » nous y invitait déjà en ces termes : « depuis l’an 2000, la machine s'est emballée, mais les propos du Cardinal Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi à propos de la manipulation de la vie restent totalement d'actualité, et d'une certaine façon prophétiques ». A cet égard, rien n'a changé, au contraire, dans le monde pandémique qui submerge aujourd’hui la terre entière et pourrait utilement porter à la réflexion.

    seewald-benedict_HR.jpg

    « -Peter Seewald. Si cueillir les fruits de l'arbre de la connaissance fut déjà une faute, le créateur, dans le récit biblique, met en garde avec insistance contre un autre tabou, plus grand, oui, le tabou absolu qu'est la mainmise sur l'arbre de la vie.

    Il est dit dans la Genèse que le Seigneur Dieu « posta les chérubins à l'orient du jardin d'Éden avec la flamme de l'épée foudroyante pour garder le chemin de l'arbre de vie » (Gn 3, 24b) jusqu'au dernier jour. Le Seigneur Dieu dit : « Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous par la connaissance du bien et du mal. Maintenant, qu'il ne tende pas la main pour cueillir aussi le fruit de l'arbre de la vie, en manger et vivre à jamais ! » (Gn 3, 22) S agit-il là d'une ultime limite clairement fixée ? La franchir, est-ce à coup sûr aller vers notre propre destruction ?

    - Card. Ratzinger : Ces grandes images bibliques resteront inépuisables pour nous et jamais totalement dépassées. Au-delà de toute connaissance elles recèlent des dimensions toujours nouvelles.

    Je voudrais d'abord m'arrêter à l'interprétation classique de cette image, telle que l'ont commentée les Pères dans la foi. Ils font remarquer que l'homme n'a été exclu de l'arbre de vie que lorsque, mangeant le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, il s'est hissé à un rang inconvenant pour lui. Il avait arraché quelque chose qui, s'il s'en attribue le pouvoir de façon égoïste, ne peut que lui être fatal. Répondant à cette nouvelle situation, Dieu dit que l'homme ne doit pas aussi tendre la main vers l'arbre de vie : être immortel dans ces conditions équivaudrait effectivement à une damnation.

    C'est pourquoi l'exclusion de l'arbre de vie, liée à la destinée mortelle, est une grâce. Si nous devions être immortels dans la condition qui est la nôtre actuellement, ce ne serait vraiment pas une situation enviable. Pour une vie caractérisée par tant d'égarements, la mort, tout en restant une contradiction et pour l'individu un événement tragique, ne constitue pas moins une grâce car, autrement, ce genre de vie serait éternel et le monde totalement inhabitable.

    Lire la suite

  • Le pouvoir sans limites de l’adulte sur la procréation

    IMPRIMER

    De Blanche Streb sur le site du Figaro Vox :

    «La loi bioéthique, ou le pouvoir sans limites de l’adulte sur la procréation»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - La loi bioéthique, définitivement adoptée, consacre de fait un «droit à l’enfant» en supprimant les garde-fous qui subsistaient, argumente Blanche Streb de l’association Alliance VITA.

    3 août 2020

    Blanche Streb est docteur en pharmacie. Après avoir travaillé douze ans en recherche et développement dans l’industrie pharmaceutique, elle est aujourd’hui directrice de la formation et de la recherche pour Alliance VITA. Elle a publié Bébés sur mesure, le monde des meilleurs (Artège, 2018).


    A 3h35 du matin, ce 1er août 2020, à l’Assemblée nationale, 60 députés s’applaudissent. Ils viennent d’adopter définitivement le projet de loi bioéthique. Un texte aux enjeux vertigineux, contre lequel les 37 députés contre et les 4 abstentions n’auront pu faire barrage.

    Renié, l’esprit qui a animé le besoin d’encadrer les possibilités techniques qu’apportent les progrès scientifiques. À terre, les grands principes fondamentaux de protection (de la personne humaine et du corps humain) qui ont bâti notre droit de la bioéthique. Les tenants de cette déconstruction ont tordu le bon sens et le droit pour autoriser chimères homme-animal, instrumentalisation accrue de l’embryon humain, PMA et autoconservation des ovocytes sans raison médicale, banques de gamètes à but lucratif… Un cavalier législatif a même modifié l’encadrement de l’Interruption médicalisée de grossesse (IMG), en ajoutant le critère de détresse psychosociale pour l’autoriser jusqu’au terme de la grossesse, même si le bébé est en parfaite santé.

    On est comme sonné devant le champ de ruines que laisse la tornade progressiste sur lequel flotte le drapeau de la mesure qui aura toujours servi à dissimuler toutes les autres: la PMA pour toutes.

    La majorité a rejeté tous les amendements évoquant « l’intérêt supérieur de l’enfant » proposés par l’opposition.

    Même si la majorité s’en défend, c’est un droit à l’enfant qu’elle aura inscrit dans le marbre. Elle s’est d’ailleurs empressée d’effacer en seconde lecture la plupart des contributions du Sénat, en particulier l’article qui venait compléter le Code civil de la phrase «nul n’a de droit à l’enfant». Elle a aussi méticuleusement rejeté tous les amendements évoquant «l’intérêt supérieur de l’enfant» proposés par l’opposition. Comment aurait-elle pu le défendre au sein d’un texte qui organise, au contraire, la méconnaissance des droits de l’enfant, avant même qu’il ne soit conçu?

    Lire la suite

  • Répéter sans se lasser ce que Jean-Paul II proclamait à la face du monde

    IMPRIMER

    C'était le 7 octobre 1979, à Washington (source) :

    "Je n’hésite pas à proclamer devant vous et devant le monde que toute vie humaine — depuis la conception et à tous ses stades — est sacrée parce que la vie humaine est créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. Rien ne dépasse la personne humaine en grandeur et dignité. La vie humaine n’est pas seulement une idée ou une abstraction ; elle est la réalité concrète d’un être qui vit, agit, grandit et se développe, d’un être qui est capable d’aimer et de servir l’humanité.

    Permettez-moi de rappeler ce que j’ai dit au cours de mon pèlerinage dans ma patrie : « Si l’on enfreint le droit de l’homme à la vie au moment où il commence à être conçu dans le sein maternel, on porte aussi atteinte indirectement à tout l’ordre moral qui sert à assurer les biens inviolables de l’homme. La vie occupe la première place parmi ceux-ci. L’Église défend le droit à la vie non seulement eu égard à la majesté du Créateur qui est le premier donateur de cette vie, mais aussi par respect envers le bien essentiel de l’homme. » (8 juin 1979.)

    La vie humaine est précieuse parce qu’elle est le don d’un Dieu dont l’amour est infini. Et quand Dieu donne la vie, il la donne pour toujours. En outre, la vie est précieuse parce qu’elle est l’expression et le fruit de l’amour. C’est pourquoi la vie doit prendre son origine dans le contexte du mariage, et c’est pourquoi le mariage et l’amour réciproque des parents doivent être caractérisés par la générosité dans le don mutuel. Le grand péril pour la vie de la famille dans une société où les idoles sont le plaisir, le confort et l’indépendance, c’est que les hommes ferment leurs cœurs et deviennent égoïstes. La peur d’un engagement permanent peut changer l’amour mutuel entre le mari et la femme en deux amours d’eux-mêmes — deux amours qui existent l’un à côté de l’autre jusqu’à ce qu’ils finissent dans la séparation.

  • Révision des lois bioéthiques en France : est-ce le sens de l’histoire?

    IMPRIMER

    Révision des lois bioéthiques : est-ce le sens de l’histoire?

    logo bioéthique

    Le projet de loi relatif à la bioéthique a été voté au creux de cette nuit ! Il veut instituer un nouveau mode de filiation en effaçant totalement le père dès la conception.

    Au cours des débats, il a été plaidé que ce projet de loi concernait l’amour dans la famille. Mais les députés n’ont pas à s’immiscer dans cet intime et à légiférer sur l’amour ! Ils ont mission d’établir le droit à partir du respect de la dignité humaine et des valeurs éthiques qui en découlent, dont la protection du plus faible.

    Par leur vote, les députés ont cherché un « équilibre ».

    • Peut-on parler d’« équilibre » quand ce projet interdit de fait à des enfants d’avoir un père, et suscite en pratique une discrimination injuste entre eux ?
    • Peut-on parler d’« équilibre » quand ce projet établit un égalitarisme entre toutes les femmes au regard de la PMA alors qu’elles ne sont pas dans une situation égale vis-à-vis de la procréation ?
    • Peut-on parler d’« équilibre » quand ce projet conduit au risque de contourner le principe de gratuité par la nécessité d’acheter des gamètes humains? Ce principe exprime une haute idée de la dignité humaine selon laquelle tous les éléments et produits du corps humain sont par nature gratuits en raison de la dignité de l’être humain dont ils sont issus.
    • Peut-on parler d’un « équilibre » quand, à cause du projet parental dont le rôle a été majoré, le pouvoir des plus forts – celui des adultes – impose des désirs aux plus faibles – les enfants qui pourtant sont des sujets de droits?

    Les députés ont voté après avoir réfléchi et débattu sur d’autres sujets complexes concernant pour la plupart des situations douloureuses et parfois complexes en raison d’intérêts contradictoires. Ces réflexions vont se poursuivre avec les sénateurs. Les législateurs ont mission de réguler au plus juste les techniques biomédicales.

    Les députés sont-ils allés dans le sens de l’histoire ? Leur vote n’est-il pas guidé par une certaine myopie ? Notre planète si malmenée nous impose d’urgence un virage écologique. L’usage excessif de techniques sur l’être humain ne nous obligera-t-il pas de prendre un virage, celui de l’écologie humaine ? « Tout est lié » dans le respect du vivant, qu’il appartienne à la nature ou qu’il soit humain. Ne ratons pas le sens de l’histoire !

    Nous aussi, citoyens croyant en Dieu ou non, nous pouvons continuer à nourrir nos réflexions à partir des valeurs éthiques de dignité, de solidarité et de fraternité. Il s’agit de réfléchir sur la bioéthique en pensant qu’il est question d’une loi civile chargée du « bien commun » pour tous et non de situations particulières.

    Nous connaissons tous l’une ou l’autre de ces situations. Elles sont dues à des accidents de la vie ou à des décisions individuelles. Même si elles sont parfois difficiles, elles ne sont pas exemptes d’amour, nul n’en doute. L’Église catholique continuera à les accompagner avec respect et sollicitude.

    Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, Responsable du groupe de travail bioéthique de la Conférence des évêques de France

     

    Lire également : LOI DE BIOÉTHIQUE, UN DÉSASTRE SANS RECOURS ?

  • France : la loi de toutes les dérives

    IMPRIMER

    De Guillaume De Thieulloy sur International Family News :

    Bioéthique: la loi de toutes les dérives

    La loi bioéthique contient un nombre impressionnant de transgressions, mais la résistance à cet ordre inhumain se met en place.

    30 juillet 2020

    Bioéthique: la loi de toutes les dérives

    L’Assemblée nationale a commencé la deuxième lecture du projet de loi bioéthique. Tout dans cette deuxième lecture est surréaliste. A commencer par l’agenda: la France sort tout juste du confinement consécutif au covid-19, son économie est en très mauvaise santé et les faillites menacent d’être nombreuses à l’automne. Mais la première décision du nouveau gouvernement de Jean Castex a été de discuter de cette loi – dont 71% des Français estiment avec bon sens qu’elle n’est pas prioritaire! Il faut noter que la majorité avait initialement envisagée de ne pas débattre de ce texte avant 2021, mais le lobby LGBT a montré les dents et, instantanément, la majorité a cédé…

    Cette discussion est aussi ahurissante en ce que les droits de l’opposition sont bafoués et même piétinés. Tout d’abord, comme en première lecture (et contre l’usage en matière de loi bioéthique), la majorité a choisi un débat en temps programmé, ce qui signifie que les débats sont minutés et que l’opposition dispose de très peu de temps pour faire valoir ses arguments dans l’hémicycle. Comme, par ailleurs, la discussion a lieu alors que les manifestations sont encore interdites pour cause d’épidémie, les opposants au texte n’ont tout simplement aucune possibilité pour se faire entendre. Par ailleurs, le gouvernement et la majorité brillent par leur absence et leur amateurisme. En commission, contrairement à l’usage, les ministres ne sont quasiment jamais venus. Lors du premier soir de la discussion dans l’hémicycle, seuls 2 députés de la majorité étaient en séance – les autres étaient à un cocktail, à l’invitation du Premier ministre.

    Mais le plus ahurissant réside, bien sûr, dans les propositions de la commission. Toutes les dérives libertaires ont été proposées – Dieu merci, certaines vont être rejetées, mais le seul fait qu’on les propose en dit long sur le déclin de l’idée même de dignité humaine au sein de la représentation nationale. Je ne pourrai pas parler de tout, tant le champ des délires est vaste. Citons pêle mêle, la création délibérée par l’Etat d’orphelins de père pour répondre aux caprices des adultes (avec la PMA sans père pour les femmes seules et les couples de femmes – remboursée par la Sécurité sociale, s’il vous plaît!); la création d’embryons transgéniques; la création de chimères (mi-homme mi-animal); le premier pas vers la légalisation des mères porteuses avec la technique de la ROPA (pour « Réception de l’Ovocyte du Partenaire »: ce qui signifie que, pour que deux femmes soient « également » mères: l’une donnera un ovocyte et on l’implantera, après l’avoir fécondé par le sperme d’un donneur anonyme, dans l’utérus de l’autre !); l’eugénisme va progresser d’un cran avec la légalisation du DPI-A (diagnostic pré implantatoire des aneuploïdies) qui vise à détruire les embryons fabriqués par assistance médicale à la procréation dont le nombre de chromosomes serait anormal – en d’autres termes, la technique vise, par exemple, à détruire les embryons trisomiques. Voici quelques unes des « avancées » discutées dans cette loi et elles font froid dans le dos.

    Lire la suite

  • Covid-19 : des vaccins produits à partir de lignées cellulaires issues d'avortements volontaires ?

    IMPRIMER

    De CNA (Catholic News Agency) :

    Le vaccin contre les coronavirus est-il fabriqué à partir de lignées cellulaires fœtales ?

    Par Matt Hadro

    Washington, D.C. Salle de presse, 28 juillet 2020 (CNA) -

    Alors que les prototypes de vaccins contre les coronavirus se rapprochent des tests et de l'approbation, certains catholiques débattent des sources éthiques derrière un candidat vaccin de premier plan.

    Lundi, le président Donald Trump a annoncé que le vaccin ARNm-1273, conçu conjointement par la société de biotechnologie Moderna et l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), était entré en phase 3 des essais cliniques. Le vaccin sera bientôt testé pour en vérifier la sécurité et confirmer qu'il peut prévenir efficacement le COVID-19 en deux doses. Le Dr Anthony Fauci, directeur du NIAID et conseiller sanitaire de la Maison Blanche, a déclaré lundi qu'un vaccin est "urgent" pour "contrôler cette pandémie", mais a également averti ces derniers jours que, malgré les progrès rapides, un vaccin pourrait ne pas être largement disponible avant plusieurs mois en 2021.

    L'administration Trump finance des vaccins candidats dans le cadre de l'opération "Warp Speed", en investissant dans des vaccins candidats de Novavax, Moderna, AstraZeneca et Janssen. Elle investit également 1,95 milliard de dollars avec Pfizer pour faciliter la livraison de 100 millions de doses après la mise au point d'un vaccin.

    Lundi, M. Fauci a déclaré que les premiers tests du vaccin Moderna indiquent qu'il est "sûr et immunogène".

    Bien que la demande d'un vaccin soit urgente, des questions ont été soulevées par certains défenseurs de la vie concernant le candidat Moderna et son développement éthique - plus précisément, s'il a été testé en utilisant une lignée cellulaire fœtale prélevée sur un bébé avorté. L'Institut Charlotte Lozier, branche de recherche de l'organisation pro-vie Susan B. Anthony List, a inscrit le vaccin Moderna parmi les "programmes de vaccins CoV-19 éthiquement non controversés", au même titre que les projets de développement d'Inovio Pharmaceuticals, Sanofi & Translate Bio, Pfizer et BioNTech, Novavax et Merck/IAVI.

    Selon la CLI, deux candidats vaccins sont le produit de programmes non éthiques - ceux qui sont développés par l'Université d'Oxford et Astrazeneca, et par Johnson & Johnson et Janssen Res. & Devel, Inc.

    Lire la suite

  • Le projet de loi bioéthique en France : « Ce qui était dramatique est désormais encore pire »

    IMPRIMER

    D'Agnès Pinard Legry  sur Aleteia.org :

    Projet de loi bioéthique : « Ce qui était dramatique est désormais encore pire »

    28 juillet 2020

    Alors que le projet de loi bioéthique est actuellement débattu en deuxième lecture à l’Assemblée, Philippe de La Chapelle, directeur de l’Office chrétien des personnes handicapées (OCH), déplore auprès d’Aleteia un texte qui est « un drame dont on ne prend pas encore la mesure ».

    Le projet de loi bioéthique actuellement débattu en deuxième lecture par les députés ouvre notamment la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Mais si elle est souvent présentée comme la mesure ‘phare’ du texte, elle n’est pas la seule. La commission spéciale a ainsi, par exemple, adopté l’amendement du DPI-A (diagnostic génétique préimplantatoire aux aneuploïdie, ndlr) qui permet de sélectionner in vitro des embryons afin d’éviter la naissance d’un bébé porteur de handicap.

    Alors ministre de la Santé, Agnès Buzyn s’y était pourtant opposé au nom du gouvernement, mettant en garde contre les dérives eugéniques d’une telle mesure. « On fait un pas de plus vers la traque du handicap », déplore auprès d’Aleteia Philippe de La Chapelle, directeur de l’Office chrétien des personnes handicapées (OCH). « On est en train d’aller vers un monde uniforme ou le différent est éradiqué et qui se trouve à l’opposé d’une société inclusive que l’on ne cesse de dire vouloir construire avec les personnes fragiles ».

    Aleteia : Quel regard portez-vous sur le texte actuellement débattu à l’Assemblée ?
    Philippe de La Chapelle : Le texte n’est pas nouveau, on l’a découvert il y a un peu plus d’un an. Mais je dois reconnaître que les dernières modifications apportées par la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi, qui a profité d’un vide gouvernemental, font froid dans le dos, notamment à l’extension du DPI-A. « Le monde d’après sera le même en un peu pire », a écrit Houellebecq. C’est cela. Ce qui était dramatique est désormais encore pire. J’en ressens presque une forme de lassitude à souligner le drame dans lequel on s’enfonce. Faisons une analogie ici avec le drame écologique : on s’enfonce dans un drame dont on ne prend pas la mesure. Dans les deux, le drame écologique et le drame bioéthique, on est dans le libéralisme à outrance avec le coté marchandisation des choses, technologiste, la puissance de la science et l’individualisme… Et on y va les yeux fermés.

    Quelle est la perception du handicap qui en ressort ?
    C’est un pas supplémentaire vers la traque du handicap. Pas vis-à-vis des enfants ou des adultes handicapés mais du fœtus, de l’embryon. C’est une traque qui ne permet tout simplement pas d’exister. Il en va de même pour l’interruption médicale de grossesse (IMG) : l’entretien préalable a été supprimé dans le texte. C’est une fuite en avant qui révèle qu’on veut un enfant parfait. Et je le comprends ! Qui veut d’un enfant qui ne le soit pas s’il en a la possibilité ? Mais cela fait du mal à notre monde. Et c’est un mal différé : nous sommes en train d’aller vers un monde uniforme ou le différent est éradiqué et qui se trouve à l’opposé d’une société inclusive que l’on ne cesse de dire vouloir construire avec les personnes fragiles. Comment peut-on aller vers une société inclusive si le point de départ est que ces personnes ne doivent pas exister ? Le handicap, ça fait mal. Mais ceux qui sont en contact avec des personnes handicapées vous diront la richesse de ces personnes. Ce qui nous rend humain c’est d’être en relation les uns les autres, de pouvoir s’enrichir dans cette rencontre. Or on acte ici une volonté de s’en priver pour le monde de demain.

    Lire la suite

  • PMA, GPA.. : et la mère dans tout ça ?

    IMPRIMER

    PMA, GPA, ET LA MÈRE DANS TOUT ÇA ?

    Autour du projet de loi (français) de bioéthique et de l’adoption de la « PMA pour toutes », juste avant la GPA, le sujet de la maternité intervient en contrepoint du débat sur l’éviction légale des pères. En effet, si la paternité est touchée par les nouvelles méthodes de procréation, la maternité n’est pas épargnée, mais de quelle façon ? Anne Schaub, psychothérapeute spécialisée depuis 20 ans dans l’analyse et le traitement des mémoires prénatales, tente de répondre à la question pour Gènéthique.

    Gènéthique : A une époque où la femme revendique la maitrise de son corps, a-t-elle encore le choix de ne pas avoir d’enfant ? Une femme est-elle en échec, est-ce qu’elle est « défaillante » parce qu’elle n’a pas d’enfant ?

    Anne Schaub : L’enfant tout d’abord, est le fruit d’une rencontre. La maternité ne se construit pas seule, elle est naturellement le fruit de la rencontre avec un homme. Aussi, ne l’envisager que du point de vue de la femme est problématique parce qu’elle supprime une étape, celle de la conjugalité, essentielle dans la croissance et le devenir relationnel de tout enfant. L’injonction tacite à l’enfantement rien que pour soi, brûle l’étape de la rencontre avec l’autre, le différent, celui qui confronte la femme et plus tard, l’enfant, à l’altérité. Sans cette étape conjugale fondatrice, l’enfant risque bien de se trouver réduit à un prolongement de la femme elle-même.

    Au regard de ce qui dans notre société intime la femme à enfanter, il est important de rappeler qu’une femme peut aussi se réaliser en dehors de l’enfantement, qu’elle porte en elle différentes possibilités de maternité et de fécondité. Un tel appel sollicite l’élan de vie, la créativité. Une femme peut être « enceinte » d’un projet d’écriture, d’un projet culturel ou artistique, humanitaire, éducatif, politique ou que sais-je encore. Si la fécondité d’une femme se réduisait à l’enfantement, que deviendrait-elle quand les enfants grandissent et quittent le nid ?

    G : On a érigé l’enfant « désiré » comme préalable à la maternité mais quelles peuvent en être les conséquences pour la mère ?

    AS : Jusqu’à peu, l’enfant était l’enfant de la vie, de la rencontre, de la surprise. Maintenant, c’est comme si le désir « conscient » devait précéder l’enfantement et comme s’il était un préalable incontournable voire, impératif. Le désir en soi n’est pas une finalité, au risque d’enjoindre implicitement la femme au message suivant : « Tu l’as voulu, tu l’assumes ». Dès lors, la mère ne peut plus se plaindre, tout doit bien se passer. Tout doit être parfait.

    Lire la suite