Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Publications - Page 2

  • En mémoire du Cardinal Pell. Ces journaux de prison si chers à Benoît XVI

    IMPRIMER

    De Settimo Cielo (Sandro Magister) :

    En mémoire du Cardinal Pell. Ces journaux de prison si chers à Benoît XVI

    Pell

    Dans la soirée du mardi 10 janvier, jour de la fête de saint Grégoire de Nysse, le cardinal George Pell est décédé à Rome. Ses dernières apparitions publiques ont été le 5 janvier la messe sur la place Saint-Pierre pour les funérailles de Benoît XVI et, les 6 et 7 janvier, la prédication d'une retraite spirituelle à San Giovanni Rotondo.

    Entre lui et Joseph Ratzinger, il y avait une forte proximité de vision, rassurée pour les deux par un fil d'ironie, malgré la différence de caractère. Dans le livre à paraître du secrétaire du défunt pape, il est écrit que dans la dernière période de sa vie, le soir, après les vêpres, il aimait qu'on lui lise des articles ou des livres à haute voix. Et "parmi les textes que Benoît XVI a tant appréciés figurent les mémoires du cardinal George Pell sur son procès et son emprisonnement en Australie".

    Pell est l'auteur du mémorandum signé "Demos" qui a circulé parmi les cardinaux au printemps dernier, en vue d'un futur conclave, publié par Settimo Cielo le 15 mars.

    De son journal de prison, voici un petit florilège révélateur.

    *

    LA DOULEUR DU TRAVAIL, LA MIENNE ET CELLE DE MES AMIS CHINOIS

    (du lundi 4 mars au samedi 15 juin 2019)

    Dans le bréviaire, les troubles de Job se poursuivent et s'aggravent, car on laisse Satan l'infecter d'ulcères malins. Mais Job n'a pas condamné Dieu, même si sa femme amère l'a incité à "maudire Dieu et à mourir". Job n'a pas prononcé de paroles pécheresses. "Si de Dieu nous acceptons le bien, pourquoi n'accepterions-nous pas le mal ?" (Job 2, 9-10).

    En de nombreuses occasions, lorsqu'on m'a interrogé sur la souffrance imméritée, j'ai répondu que même "pour le Fils de Dieu, Jésus, cela ne s'est pas passé sans heurts". Pour les chrétiens, cela les amène toujours à s'arrêter et à réfléchir, et je leur ai parfois demandé de se souvenir aussi des moments de bénédiction. [...]

    Je n'ai jamais aimé les écrivains, même les grands écrivains chrétiens comme saint Jean de la Croix, qui soulignent le rôle essentiel et nécessaire de la souffrance si nous voulons nous rapprocher de Dieu. Je n'ai jamais lu beaucoup de ses œuvres, les trouvant un peu effrayantes, alors que j'ai réussi à terminer "Le château intérieur" de Sainte Thérèse d'Avila [1588], qui suit une théologie espagnole robuste similaire.

    Mon approche est plus proche de celle du grand-père de Jude Chen, [...] qui invoquait les petits ennuis de Dieu, parce que sans eux il serait devenu orgueilleux et qu'à cause d'eux il voulait éviter les plus gros ennuis. [...]

    Le temps que j'ai passé en prison n'est pas une partie de plaisir, mais cela devient une fête quand on le compare à d'autres expériences d'emprisonnement. Mon bon ami Jude Chen, originaire de Shanghai et vivant désormais au Canada, m'a écrit au sujet de l'emprisonnement de sa famille sous le régime communiste chinois.

    En 1958, le frère de Jude, Paul, un séminariste, et sa sœur Sophie, une lycéenne, ont été emprisonnés pour avoir été catholiques et ont passé 30 ans dans deux prisons différentes, pour Sophie dans le froid du nord de la Chine. La famille a eu droit à une visite mensuelle de quinze minutes lorsqu'elle était dans une prison de Shanghai et à une lettre de cent mots par mois pendant trois décennies.

    Lire la suite

  • Avant-première : quelques extraits du dernier livre de Mgr Léonard « L’Eglise dans tous ses états »

    IMPRIMER

    De cathobel :

    Découvrez quelques extraits du dernier livre de Mgr Léonard « L’Eglise dans tous ses états »

    Trois ans après s’être livré dans son « Journal de campagne » (Luc Pire, 2019), l’évêque émérite de Namur, ancien archevêque de Malines-Bruxelles, ayant succédé au cardinal Danneels, Mgr Léonard revient avec un ouvrage où il raconte « 50 ans de débat autour de la foi. »

    Benoit XVI, les médias et l’Eglise

    Quels souvenirs garde-t-il de Benoit XVI? comment a-t-il vécu les (nécessaires mais complexes) relations avec les médias ? quel avenir entrevoit-il pour l’Eglise? Voici quelques extraits choisis de « L’Eglise dans tous ses états », paru aux éditions Artège.

    Feuilleter l’introduction de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

    « Il y a des hommes dont le regard est un signe de Dieu »

    J’ai appris à le connaître plus profondément à l’occasion des réunions de la Commission. J’ai admiré sa simplicité, son humilité. Au début de la semaine, il ouvrait la séance en latin, le parlant très aisément, après quoi il se taisait pendant la plupart des débats. Mais, le soir venu, il faisait en italien un résumé de ce qui avait été dit pendant la journée et ouvrait des pistes pour le lendemain. Il parlait très peu, mais quand il parlait, ses paroles valaient de l’or.

    Lire la suite

  • Peter Seewald évoque la figure de Benoît XVI et son héritage pour l'Église et le monde d'aujourd'hui.

    IMPRIMER

    Lu sur Vida Nueva digital :

    Peter Seewald : "Benoît XVI voulait être professeur, mais il a pris le joug".

    Le journaliste allemand, grand biographe de Joseph Ratzinger, l'a rencontré pour la dernière fois le 15 octobre.

    Il a rendu visite à Benoît XVI pour la dernière fois le 15 octobre. Là, dans le monastère Mater Ecclesiae, où il vivait depuis sa démission en 2013, conscient que sa vie s'étiolait, le pape émérite a fait ses adieux au journaliste allemand Peter Seewald : "La prochaine fois, nous nous retrouverons au ciel". Aujourd'hui, son biographe - auteur, entre autres, de "Benoît XVI. Una vida" (Ediciones Mensajero, 2021) - et probablement le laïc qui a le mieux connu les rouages de Joseph Ratzinger, évoque dans Vida Nueva la figure de son compatriote et son héritage pour l'Église et le monde d'aujourd'hui.

    Q.- Quelle est la principale leçon de vie que Benoît XVI nous laisse ?

    R.- La grande inquiétude de Joseph Ratzinger était que la foi chrétienne disparaisse en Europe. Il y a tellement de problèmes dans le monde ! -Mais aucune de ces questions ne peut être résolue si Dieu, le Seigneur de l'univers, n'est pas pris en compte. À un moment décisif pour le monde, il a consacré toute sa vie à transmettre le message de l'Évangile sans le dénaturer. À une époque marquée par un éloignement de Dieu, il est nécessaire que les gens soient réunis avec Jésus-Christ, et c'est ainsi qu'il exhorte son Église, avec sa grâce et sa miséricorde, mais aussi avec ses admonitions. Celui qui veut être un chrétien aujourd'hui doit avoir le courage de ne pas être moderne. La Réforme ne signifie rien d'autre que d'apporter le témoignage de la foi avec une clarté nouvelle dans les ténèbres du monde.

    Q.- Quel souvenir Peter Seewald garde-t-il de la personne de Joseph Ratzinger ?

    R.- Celle d'une des personnalités les plus importantes de notre époque. Benoît était une personne qui savait particulièrement bien écouter, analyser les problèmes avec précision et donner des réponses exactes. En outre, je l'ai toujours considéré comme une personne extrêmement humble, cordiale et serviable, un homme à l'esprit très vif, mais aussi doté de beaucoup d'humour et de sang-froid pour pouvoir résister aux adversités de notre époque. Par-dessus tout, il avait une confiance inébranlable en Dieu.

    J'ai été impressionné par la façon dont Ratzinger a parlé de l'amour, le cœur de toute création. Et comment il a montré que la religion et la science, la foi et la raison, ne sont pas contradictoires. Sa façon d'enseigner m'a rappelé les maîtres spirituels, qui ne convainquent pas avec des leçons vides, mais avec des gestes silencieux, des allusions cachées, beaucoup de souffrance. Et surtout, avec son propre exemple, qui comprend l'intégrité, la fidélité, le courage et une bonne dose de volonté de souffrir.

    Q.- Que doit l'Eglise au pape allemand ?

    A. - Gratitude. Une gratitude infinie pour un ouvrage particulièrement pertinent et précieux pour notre époque, pour une société de plus en plus sécularisée et néo-païenne. Gratitude pour s'être fait serviteur de son Église et du message chrétien de toutes ses forces et avec une telle volonté de souffrir. En réalité, il voulait être enseignant, mais il a pris le joug. Et avec l'aide du ciel, il est devenu un phare, une icône de l'orthodoxie grâce à laquelle des millions et des millions de personnes ont pu et pourront continuer à s'orienter.

    Deux styles de gouvernement

    Q.- Dans quelle mesure Benoît XVI aide-t-il à expliquer et à comprendre le pontificat de François ? Sont-ils aussi différents qu'on le dit souvent ?

    R.- Beaucoup des réformes auxquelles François s'est attaqué, par exemple sur l'ordonnancement des finances du Vatican, avaient déjà été mises en place par Benoît XVI. En ce qui concerne les terribles cas d'abus sexuels sur mineurs, Benoît XVI, en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, avait déjà fixé la bonne voie et a été le premier pape à déchirer le voile du secret et à prendre des mesures décisives. Il ne fait aucun doute que Benoît et François ont un tempérament différent, chacun ayant son propre charisme et sa propre disposition ; et aussi une idée différente de la manière d'exercer la fonction. Benoît XVI a été blessé par le retour en arrière de son successeur sur la libéralisation de l'accès à la liturgie traditionnelle. Néanmoins, il y avait une grande sympathie mutuelle. Le pontife émérite a également veillé scrupuleusement à ce qu'aucun de ses propos ne puisse être compris comme une critique de son successeur. Il lui avait promis l'obéissance, et il a tenu sa promesse. Pour sa part, le pape François a toujours fait l'éloge de Benoît XVI comme "un grand pape" et, il y a quelques semaines, déjà comme "un saint".

  • Benoît XVI était le Saint Augustin de notre temps (cardinal Müller)

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Interview

    Cardinal Müller : Benoît XVI était le Saint Augustin de notre temps

    9-1-2023

    "Le pape Benoît n'a pas parlé du Christ, mais il a parlé au Christ. En lui, il y a une unité entre la réflexion théologique au plus haut niveau et la spiritualité qui entrait directement dans le cœur des gens". "Il était conscient de son expertise, mais il l'utilisait non pas pour s'élever au-dessus des autres, mais pour servir le bien de l'Église et la foi des gens simples." "Confusion" ? Il y a trop de pensée politique dans l'Église aujourd'hui". "L'Église est revenue 200 ans en arrière, comme disait le cardinal Martini ? Impossible Jésus est la plénitude de tous les temps".

    Le cardinal Müller, rédacteur de l'ouvrage théologique de Ratzinger-Benoît XVI, prend la parole.

    Pour moi, le pape Benoît est presque un Saint Augustin rendu à la vie, indépendamment d'un éventuel processus de canonisation, il est déjà de facto un docteur de l'Église. Le cardinal Gerard Ludwig Müller a toute l'autorité nécessaire pour le dire : théologien lui-même, il a édité toute l'œuvre théologique de Joseph Ratzinger-Benoît XVI, tout en étant l'un de ses successeurs comme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il nous accueille dans son appartement près de Saint-Pierre qui a été celui du cardinal Ratzinger pendant 24 ans, depuis qu'il a été appelé à Rome par saint Jean-Paul II en 1981 jusqu'en avril 2005, lorsqu'il a été appelé à lui succéder au pontificat. De cette époque, il ne reste dans l'appartement que les vitraux de la petite chapelle, qui ont été offerts au cardinal Ratzinger et qui représentent l'Eucharistie.

    Cardinal Müller, de quelle manière voyez-vous saint Augustin dans le pape Benoît ?

    Je crois que le pape Benoît représente pour la théologie du 20e et du 21e siècle ce qu'Augustin a représenté pour son époque, ses écrits sont la foi catholique expliquée d'une manière appropriée pour les personnes contemporaines, une forme de réflexion éloignée du style du manuel de théologie. Quant à Augustin, il ne s'agit pas d'une simple question de capacité intellectuelle, même s'il était un grand théologien.

    Quel est donc le "secret" ?

    Comme Augustin, Benoît ne traite pas du Christ comme s'il s'agissait d'un sujet à développer, il ne parle pas du Christ mais parle au Christ. Dans les Confessions de saint Augustin, tout est un dialogue avec Dieu, l'homme en dialogue avec Dieu, l'explication de sa vie. Ainsi, chez Benoît XVI, il y a une unité profonde entre la réflexion théologique au plus haut niveau et la spiritualité qui entre directement dans les cœurs, unité entre l'intellect et l'amour. Il le disait toujours, notre foi catholique n'est pas une théorie sur un sujet, mais elle est relation, relation avec Jésus, nous participons à la relation intratrinitaire. Benoît a donc été capable d'ouvrir le cœur des gens. Et nous l'avons vu en ces jours après sa mort et lors des funérailles : il est resté très vivant dans le cœur des fidèles, de nombreuses personnes. Beaucoup pensaient que dix ans après son renoncement, le monde l'avait oublié ; au contraire, il est bien présent dans les mémoires.

    À votre avis, y a-t-il une œuvre de Ratzinger-Bénoît XVI qui exprime le mieux cette unité ?

    Il a écrit de nombreux livres et essais, mais je crois que la trilogie sur Jésus de Nazareth (publiée déjà comme pontife, entre 2007 et 2012, éd.) est la clé pour interpréter tout le reste. Ce livre sur Jésus exprime l'unité de la théologie cognitive et de la théologie affective, et quand je dis affective, je ne veux pas dire sentimentale, mais une expression de l'amour, de la relation avec Dieu. C'est pourquoi des millions de fidèles qui n'ont pas étudié la théologie, qui ne sont pas des experts en philosophie ou en histoire de la pensée européenne, ces fidèles qui prient chaque jour, qui vont à l'église et qui ont une relation quotidienne avec Jésus, ont pu lire et comprendre cette trilogie comme la clé intellectuelle, sapientielle et affective de la rencontre avec Jésus.

    Lire la suite

  • Avant-première : Quand et comment François a détricoté la paix liturgique créée par Benoît XVI

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction de Diakonos.be) :

    Avant-première. Quand et comment François a détricoté la paix liturgique créée par Benoît

    Non, on ne retrouve écrit nulle part comme tel que le Pape François aurait « brisé le cœur » du Pape Benoît avec son interdiction de la messe latine de l’ancien rite dans le livre « Nient’altro che la verità » dans lequel Georg Gänswein raconte sa vie aux côtés du Pape défunt, un livre qui va bientôt sortir en plusieurs langues.

    Mais dans les quatre pages du livre qui décrivent ce qui s’est passé à cette occasion, on découvre toute l’amertume que Benoît a éprouvée le 16 juillet 2021 quand « il a découvert, en feuilletant ‘L’Osservatore Romano’ de cet après-midi, que le Pape François avait promulgué le motu proprio ‘Traditionis custodes’ sur l’usage de la liturgie romaine antérieur à la réforme de 1970 », un décret par lequel il limitait pratiquement jusqu’à la révoquer la liberté de célébrer la messe en rite ancien que le Pape Benoît avait lui-même autorisée par son motu proprio « Summorum pontificum ».

    Benoît « a lu avec attention le document » et « quand on lui a demandé son avis » – raconte Mgr Gänswein – il a déclaré assister à « un changement de cap décisif et à considéré qu’il s’agissait d’une erreur, parce que cela menaçait la tentative de pacification qui avait été menée quatorze ans plus tôt ».

    Le Pape émérite « a en particulier considéré que c’était une erreur d’interdire la célébration de la messe en rite ancien dans les églises paroissiales, parce qu’il est toujours dangereux de confiner un groupe de fidèles dans un coin au risque qu’ils se sentent persécutés et de leur inspirer la sensation de devoir préserver à tout prix leur propre identité contre ‘l’ennemi’ ».

    Mais ça ne se termine pas là, au contraire. « Quelques mois plus tard, en lisant ce que le Pape François avait déclaré le 12 septembre 2021 durant la conversation avec les jésuites slovaques de Bratislava, le Pape émérite a froncé les sourcils devant une de ses affirmations : ‘J’espère maintenant qu’avec la décision de mettre fin à l’automatisme de l’ancien rite, nous pourrons revenir aux véritables intentions de Benoît XVI et de Jean-Paul II. Ma décision est le résultat d’une consultation menée l’année dernière avec tous les évêques du monde’ ».

    « Et il a encore moins apprécié – poursuit Mgr Gänswein – l’anecdote racontée tout de suite après par le Pape ». Une anecdote retranscrite comme suit par « La Civiltà Cattolica », qui a intégralement publié la conversation du Pape François avec les jésuites de Slovaquie :

    Lire la suite

  • La beauté peut-elle sauver notre civilisation ?

    IMPRIMER

    D' sur le site du Figaro Vox :

    COMMENT SORTIR DE L'IMPASSE LIBÉRALE ? - Essai de philosophie politique  civilisationnelle, Frédéric Saint Clair - Libéralisme, philosophie  politique - livre, ebook, epub

    L'homo-œconomicus est-il le seul avenir de l'homme ?

    Ancien conseiller du Premier ministre Dominique de Villepin, Frédéric Saint Clair est écrivain et politologue. Il publie « Comment sortir de l'impasse libérale ? Essai de philosophie politique civilisationnelle » aux éditions de l'Harmattan.


    FIGAROVOX. - Vous publiez « Comment sortir de l'impasse libérale ? », aux éditions L'Harmattan. Selon vous, est-ce la fin de la « fin de l'histoire » ?

    Frédéric SAINT-CLAIR. - Le concept de « fin de l'Histoire » est un héritage de la philosophie allemande qui a connu un regain d'intérêt au début des années 90, lors de l'effondrement du régime soviétique, grâce à la publication du désormais célèbre ouvrage de Francis Fukuyama qui annonçait une telle fin de l'Histoire, c'est-à-dire le fait d'avoir atteint un modèle politique et économique indépassable : la démocratie libérale. Sauf que le choc des civilisations, théorisé à la même époque par Samuel Huntington et inscrit dans les faits depuis, est venu bousculer les certitudes des Occidentaux, de même que la résurgence des modèles politiques illibéraux, tel celui de Viktor Orbán au cœur de l'Europe, qui semble mieux résister à la violence des chocs civilisationnels que le nôtre, et surtout l'incroyable essor des modèles capitalistes autoritaires, comme en Chine, qui est le véritable gagnant de la mondialisation. Trente ans après, l'Occident est déclassé, l'hyperpuissance américaine n'est qu'un lointain souvenir, l'Europe est au bord de la désintégration, quoi qu'en disent ses thuriféraires, et la France des métropoles ressemble à s'y méprendre à un pays du tiers-monde. Donc, pour répondre à votre question, non, ce n'est pas la fin de l'Histoire, non le modèle libéral n'est pas un must indépassable. Mais, dire cela, c'est ne rien dire, car tout le monde s'en était rendu compte. La question qui m'a occupé dans ce livre a été : une fois ce constat d'échec posé, que fait-on ?

    La réponse a consisté, dans un premier temps, à opérer une relecture de l'ouvrage de Francis Fukuyama, « La fin de l'Histoire et le dernier Homme ». Pourquoi ? Principalement parce que s'il a été beaucoup critiqué, il a surtout été mal lu ! Disons-le : Fukuyama est absolument brillant, et il a indiqué lui-même qu'il y avait un problème dans son modèle. Ses critiques l'on fait passer pour un néolibéral standard, adepte du capitalisme américain, mais Fukuyama s'inscrit dans la continuité de la philosophie allemande, Kant, Hegel et Nietzsche ; et il est un disciple de Kojève, lequel relit Hegel à travers la dialectique du Maître et de l'Esclave. Qu'est-ce à dire ? Tout d'abord que Fukuyama n'a rien d'un néolib' idéaliste façon « Mozart de la finance », et surtout que le véritable pivot de son argumentaire, et en même temps sa grande faiblesse conceptuelle, ne réside pas dans « lafin de l'Histoire »mais dans « le dernier Homme »… Or, tout le monde est passé à côté ! Interrogeons-nous : à quoi ressemble-t-il, ce « dernier Homme » ? Fukuyama y répond, sans détour : à un bourgeois déraciné, repu, gavé de richesses, qui renonce à la guerre au profit d'une vie toute de consommation. En d'autres termes, il ressemble à un « chien bien nourri ». Le voilà, l'idéal anthropologique des libéraux. Et là, chacun comprendra aisément qu'on a un sérieux problème !

    Lire la suite

  • Quand le cardinal Sarah évoque le pape Benoît XVI, son ami

    IMPRIMER

    Du site du Figaro via Il Sismografo :

    «Benoît XVI, mon ami», par le cardinal Robert Sarah

    (Robert Sarah*, Le Figaro) Pour la plupart des commentateurs, Benoît XVI laissera le souvenir d’un immense intellectuel. Son œuvre durera. Ses homélies sont déjà devenues des classiques à l’instar de celles des Pères de l’Église. Mais à ceux qui ont eu la grâce de l’approcher et de collaborer avec lui, le pape Benoît XVIlaisse bien plus que des textes. Je crois pouvoir affirmer que chaque rencontre avec lui fut une véritable expérience spirituelle qui a marqué mon âme. Ensemble, elles dessinent un portrait spirituel de celui que je regarde comme un saint et dont j’espère qu’il sera bientôt canonisé et déclaré docteur de l’Église.

    À son arrivée à la curie romaine en 2001, le jeune archevêque que j’étais - j’avais alors 56 ans - regardait avec admiration la parfaite entente entre Jean-Paul II et celui qui était alors le cardinal Ratzinger. Ils étaient tellement unis qu’il leur était devenu impossible de se séparer l’un de l’autre. Jean-Paul II était émerveillé par la profondeur de Joseph Ratzinger. De son côté, le cardinal était fasciné par l’immersion en Dieu de Jean-Paul II. Tous les deux cherchaient Dieu et voulaient redonner au monde le goût de cette quête.

    Joseph Ratzinger était reconnu comme un homme d’une grande sensibilité et pudeur. Je ne l’ai jamais vu afficher le moindre mépris. Au contraire, alors qu’il était submergé de travail, il se rendait tout entier disponible pour écouter son interlocuteur. S’il avait l’impression qu’il avait offensé quelqu’un, il cherchait toujours à lui expliquer les raisons de sa position. Il était incapable d’un acte tranchant. Je dois dire aussi qu’il faisait preuve d’un grand respect pour les théologiens africains. Il acceptait même volontiers de rendre des services pratiques, ou de faire passer un message à Jean-Paul II. Cette profonde bienveillance et délicatesse respectueuse envers chacun sont caractéristiques de Joseph Ratzinger.

    À partir de 2008, j’ai remplacé le cardinal Dias, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples dans un certain nombre de rencontres, car il souffrait d’une maladie invalidante. Dans ce contexte, j’ai eu la chance d’avoir de nombreuses séances de travail avec le pape Benoît XVI. En particulier, je devais lui présenter les projets de nomination d’évêques des plus de 1000 diocèses des pays de mission. Nous avions des séances parfois assez longues, de bien plus d’une heure. Il fallait discuter et soupeser des situations délicates. Certains pays vivaient en régime de persécution. D’autres diocèses étaient en crise. J’ai été frappé par la capacité d’écoute et l’humilité de Benoît XVI. Je crois qu’il a toujours fait confiance à ses collaborateurs. Cela lui a d’ailleurs valu des trahisons et des déceptions. Mais Benoît XVI était tellement incapable de dissimulation qu’il ne pouvait croire qu’un homme d’Église soit capable de mentir. Le choix des hommes ne lui était pas aisé.

    Lire la suite

  • Un livre de Mgr Gänswein devrait mettre le vrai visage de Benoît XVI en lumière

    IMPRIMER
    DES RÉVÉLATIONS ANNONCÉES SUR VATILEAKS, L'AFFAIRE ORLANDO ET FRANCOIS

    On dit que le livre de Mgr Gänswein va mettre le vrai visage de Benoît XVI en lumière

    source

    1/3/2023

    ROME/CITÉ DU VATICAN  - Le pape émérite n'a pas encore été enterré - mais le travail sur son héritage bat déjà son plein. Dans un livre, son ancien secrétaire particulier Georg Gänswein veut faire éclater "la vérité sur la diffamation flagrante et les manœuvres obscures".

    L'archevêque Georg Gänswein veut commémorer feu le pape Benoît XVI avec un livre. le mettre en perspective et défendre son patrimoine. Selon l'éditeur italien Piemme, le livre, écrit en collaboration avec le journaliste du Vatican Saverio Gaeta, doit être publié le 12 janvier sous le titre "Nient'altro che la verità. La mia vita al fianco di Benedetto XVI" ("Rien que la vérité. Ma vie aux côtés de Benoît XVI. ») apparaissent. Il est temps de dire "la vérité sur les calomnies flagrantes et les manœuvres obscures" qui ont tenté en vain de "jeter une ombre sur le magistère et les agissements du pape allemand", précise le communiqué de l'éditeur. Alors "le vrai visage d'une des plus grandes personnalités des dernières décennies se révèle enfin,

    Le livre se veut la « reconstruction faisant autorité d'une époque très spéciale pour l'Église catholique » et « des questions sur des événements déroutants tels que les dossiers Vatileaks et les mystères de l'affaire Orlandi, le scandale de la pédophilie et la relation entre le pape émérite et son successeur François". L'affaire Vatileaks en 2011, dans laquelle des documents secrets ont été publiés contenant des allégations de corruption, de népotisme et de réseaux homosexuels dans la Curie et problématique la conduite des affaires de la Banque du Vatican, est considérée comme l'une des raisons de la démission de Benoît XVI de sa charge pontificale. L'affaire Orlandi concerne l'enlèvement de la fille d'un employé du Vatican en 1985 non éclairci jusqu'à aujourd'hui .

    Offensive médiatique depuis la mort

    Depuis la mort du pape émérite samedi, Mgr Gänswein est dans les médias. Dans plusieurs entretiens, il a souligné l'importance de Benoît XVI. et a donné un aperçu des sentiments et des pensées du défunt. Il a déclaré à la chaîne de télévision EWTN qu'une béatification rapide était possible. Un livre du journaliste vatican Orazio La Rocca a également été annoncé au centre duquel se trouvera la discussion du rôle du pape émérite dans le scandale des abus à Munich dans les années 1980. Mgr Gänswein a rédigé une préface pour ce livre. Un recueil d'essais partiellement inédits de Benoît XVI sera publié par Mondatori fin janvier, sans les contributions de Mgr Gänswein. sous le titre "Che cos'e il cristianesimo - quasi un testamento spirituale" ("Qu'est-ce que le christianisme - Presque un testament spirituel").

    Mgr Gänswein était associé à Joseph Ratzinger depuis des décennies. Dès 1996, le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi l'a fait entrer dans son bureau, et en 2003 il est devenu l'assistant personnel de Ratzinger. Après l'élection pontificale, il a conservé ce poste de secrétaire particulier de Benoît XVI. à. En 2012, il est nommé préfet de la maison pontificale et ordonné évêque en 2013. En tant que préfet, il a été autorisé par le pape François en 2020, mais occupe officiellement le poste à ce jour. Il a soutenu le pape émérite jusqu'à la fin. On ne sait pas quelles tâches il assumera à l'avenir. Son co-auteur Saverio Gaeta a travaillé pour Radio Vatican et l'Osservatore Romano, entre autres, et comme correspondant à Rome. Ses publications comprennent des biographies des papes Jean XXIII, Jean-Paul II et François.

    Un extrait du livre de Mgr Gänswein est publié sur le site de l'Avvenire.

  • "Il s'est toujours battu pour la foi des simples"

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    INTERVIEW AVEC LE CARDINAL KOCH

    "Benoît XVI Docteur de l'Église : il a combattu pour la foi des simples".

    5-1-2023

    Benoît XVI immédiatement un saint ? "Le pape décidera, je pense qu'il était un docteur de l'Église avec son magistère. Il s'est toujours battu pour la foi des simples. La centralité de la question de Dieu et le christocentrisme sont les deux points forts de sa théologie". Une interview du cardinal Koch, que Ratzinger voulait à tout prix avoir avec lui au Vatican et qui est devenu l'un de ses collaborateurs les plus sûrs : "Je lui ai dit que je ne voulais pas quitter mon diocèse, il m'a répondu : "Je vous comprends, mais venez"". 

    Lorsque le nouveau Schülerkreis est né, composé de théologiens qui n'avaient pas étudié avec le professeur Joseph Ratzinger, mais qui avaient approfondi par eux-mêmes son œuvre sans limites, Benoît XVI a voulu avoir pour mentor le cardinal Kurt Koch. Le prélat suisse pouvait compter sur la pleine confiance du pape émérite récemment décédé, dont les funérailles auront lieu ce matin à Saint-Pierre, qui le considérait comme le plus fiable pour présenter l'interprétation correcte du concile Vatican II et sur la réforme liturgique. Le préfet du Dicastère pour la promotion de l'unité des chrétiens, sans doute l'un des membres du Sacré Collège les plus proches de Ratzinger, a reçu la Bussola dans son bureau de Via della Conciliazione pour une interview sur la figure de son maître. 

    Votre Éminence, un souvenir personnel de Benoît XVI.

    J'ai fait sa connaissance par le biais de livres. Au début de mes études, en effet, j'ai lu tous les livres du professeur Joseph Ratzinger et en particulier "Introduction au christianisme". Ensuite, en tant qu'évêque de Bâle, j'ai eu des contacts lorsqu'il était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. En 2010, alors qu'il était déjà pape, il m'a appelé à travailler à Rome. Et cette rencontre a été très intéressante pour moi. 

    Parlez-nous en.

    Il avait exprimé son désir de m'avoir à la Curie. J'ai alors répondu qu'après quinze ans d'épiscopat, il n'était pas facile de quitter mon diocèse. Sa réponse a été la suivante : "Oui, je vous comprends, mais quinze ans, ça suffit. Alors venez'. 

    A-t-il expliqué pourquoi il voulait que vous dirigiez le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens ?

    Oui. Il m'a dit qu'après le mandat du cardinal Walter Kasper, il voulait à nouveau un évêque qui connaisse les communautés ecclésiales nées de la Réforme non seulement dans les livres mais aussi par expérience personnelle. Cette motivation m'a fait comprendre que l'œcuménisme était très proche du cœur de Benoît XVI. En tant que président du Conseil pontifical, j'ai eu une étroite collaboration avec lui et chaque audience était très agréable car il était très intéressé par la progression de l'œcuménisme. Ensuite, lorsqu'il était Pape émérite, j'ai eu la joie de le rencontrer à plusieurs reprises et c'était toujours une richesse pour moi.

    Avez-vous continué à vous intéresser à son travail pour la promotion de l'unité chrétienne après sa démission ?

    Nous avons surtout parlé du travail des groupes d'élèves, car il voulait que je sois son mentor. Mais il est clair qu'il s'intéressait aussi au reste et ses questions étaient les suivantes : "Comment sont les relations avec Constantinople ? Comment ça se passe avec Moscou ? Comment ça se passe avec les églises luthériennes ?". Il était toujours très intéressé, oui.

    Dans un texte que vous avez écrit à l'occasion du 90e anniversaire du pape émérite, vous avez souligné la coïncidence de sa naissance, qui a eu lieu le samedi saint. Sa mort, en revanche, est survenue pendant l'Octave de Noël. Quelle lecture faites-vous de cette circonstance temporelle ?

    Oui, cela s'est produit précisément pendant la période de Noël qui tenait à cœur à Benoît XVI. Mais je pense qu'il y a un autre fait à souligner : son élection au trône papal a eu lieu le même jour que celle de Léon IX, tandis qu'il est mort le même jour que le pape Silvestre. Le Samedi Saint était très important pour lui car ce jour indique la situation de chaque chrétien : nous sommes sur le chemin de Pâques mais nous n'avons pas encore l'expérience de Pâques. Et aujourd'hui Benoît XVI peut célébrer Pâques, la Résurrection et la rencontre avec son Maître. 

    Que trouvons-nous dans la pensée et le magistère de Joseph Ratzinger-Benoît XVI sur la vie éternelle ?

    Le but de la vie chrétienne est la vie éternelle. Le professeur Joseph Ratzinger a déclaré que son livre le plus étudié était "Eschatologie". La mort et la vie éternelle". Alors que la deuxième encyclique qu'il a écrite en tant que pape portait sur l'espérance. L'espérance chrétienne est l'espérance de la résurrection. C'est le but de tout chrétien : se convertir dans la vie terrestre afin d'atteindre la vie éternelle.

    Il y a ceux qui demandent sa canonisation immédiate. Comment Benoît XVI voyait-il les saints et quelle place leur accordait-il dans la vie de l'Église ?

    Il était convaincu que les véritables réformateurs de l'Église étaient toujours les saints, car la sainteté est le but de la vie chrétienne. Il y a une belle homélie dans laquelle le pape Benoît dit que la sainteté n'est pas la propriété exclusive de quelques-uns mais une vocation pour tous car il y a tant de fleurs dans le jardin de Dieu. Il a comparé l'étonnement provoqué par la vision d'un jardin avec une variété de fleurs à l'étonnement qui nous saisit devant la communion des saints avec une pluralité de formes de sainteté. La communion des saints était un thème si important pour lui qu'il l'a déjà mentionné dans son homélie pour la messe au début de son ministère pétrinien. Mais la communion des hommes est tout aussi importante : sa priorité, en effet, est de réfléchir à la foi de la communauté ecclésiale, et non à la théologie. 

    À cet égard, pourquoi entend-on encore ces jours-ci dans les commentaires le décrire comme un pasteur incapable de s'adresser aux simples fidèles, alors qu'il s'est toujours conçu lui-même et le rôle de l'évêque comme celui d'un défenseur de la foi du peuple de Dieu ?

    Il s'est toujours battu pour la foi des simples. La théologie est secondaire, la foi vient en premier. La théologie, soutient-il, doit être orientée par la foi, et non la foi orientée par la théologie. On ne peut pas du tout dire qu'il était éloigné du peuple. Il ne privilégiait pas la relation avec les masses mais celle avec l'individu. En fait, il a toujours prêté une grande attention à ses interlocuteurs. 

    Est-il exact de dire que l'ecclésiologie de Ratzinger nous enseigne que l'Église n'est pas seulement une organisation sociale ?

    Oui. Il y a déjà une belle définition de l'Église dans sa thèse de doctorat sur St Augustin. Dans ce texte, il est dit que l'Église est le peuple de Dieu qui vit du corps du Christ. Il s'agit d'une ecclésiologie eucharistique : l'Église est le lieu où les croyants célèbrent, sous la présidence du prêtre, l'Eucharistie. 

    Ses derniers mots, "Jésus, je t'aime", représentent-ils le cœur de sa spiritualité théologique ?

    Au centre de sa théologie se trouve la question de Dieu, mais pas n'importe quel Dieu, mais un Dieu qui veut avoir des contacts avec le monde, qui veut avoir des relations avec l'homme, qui aime l'homme, et qui s'est révélé dans l'histoire du salut d'abord en Israël et ensuite surtout en Jésus-Christ. En Jésus-Christ, Dieu a montré son visage. Je suis convaincu que le pape Benoît a voulu écrire son livre sur Jésus de Nazareth, en prenant du temps et de l'énergie sur son pontificat, pour en faire son héritage. La centralité de la question de Dieu et le christocentrisme sont les deux points forts de sa théologie. Et ces derniers mots, "Jésus je t'aime", sont la conclusion parfaite de toute la vie et de la théologie de Benoît XVI. 

    Est-il légitime de s'attendre à ce que nous le voyions "saint immédiatement" ?

    Tout d'abord, c'est Dieu qui est le juge de ce qui est saint, je dois donc lui laisser le soin de juger. Deuxièmement, c'est le pape qui décide. Je pense que Benoît XVI a été un grand professeur, un docteur de l'Église avec sa théologie et son magistère, et c'est pour moi ce qui compte le plus. Mais nous sommes tous appelés à être des saints.

  • Le pape Benoît XVI bientôt promu "docteur de l'Eglise" ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LETTRES DE ROME : #1

    À L'OCCASION DU DÉCÈS DE JOSEPH RATZINGER, PAPE ÉMÉRITE BENOÎT XVI

    3 janvier 2023

    Dans les jours qui ont suivi sa mort le 31 décembre, plusieurs commentateurs ont exprimé l'espoir que Joseph Ratzinger, devenu le pape Benoît XVI puis le pape émérite, soit un jour nommé docteur de l'Église. À la lumière de ces espoirs, j'ai pensé qu'il serait intéressant de revenir sur une conversation que j'ai eue avec le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, lorsque je préparais Témoin de l'espérance, le premier volume de ma biographie en deux volumes du pape Jean-Paul II.

    C'était le 20 septembre 1997 et nous avons parlé, comme nous le faisions habituellement, dans le bureau du cardinal au Palazzo Sant'Ufficio. Comme toujours, le cardinal était vêtu simplement d'une soutane noire de maison, sans croix pectorale. Après avoir discuté de plusieurs autres sujets, je l'ai interrogé sur la récente décision de Jean-Paul II de nommer sainte Thérèse de Lisieux, la Petite Fleur, docteur de l'Église, après avoir reçu une pétition en ce sens de la part (si ma mémoire est bonne) de plus de deux mille évêques, dans le cadre d'une campagne menée par un évêque auxiliaire retraité de New York, Patrick Ahern. Cette décision avait suscité une certaine controverse, car ce titre rare était généralement attribué à d'éminents théologiens.

    Lorsque j'ai demandé au cardinal Ratzinger, à brûle-pourpoint, "Pourquoi Thérèse de Lisieux est-elle docteur de l'Église ?", le cardinal a ri (ce qu'il faisait volontiers, malgré les caricatures de sa personnalité) et, s'abstenant de tout commentaire sur la franchise, voire l'impertinence, de ma question, il a commencé à parler - par paragraphes complets, comme il en avait l'habitude. Ce qui suit est une transcription directe de sa réponse, qui, je pense, nous éclaire sur sa propre conception de la sainteté et ses nombreuses expressions :

    Nous avons eu des formes distinctes de docteurs de l'Église, même avant Antoine de Padoue. Nous avons d'une part les grands docteurs scolastiques, Bonaventure et Thomas d'Aquin, qui étaient des professeurs et des académiciens et de grands docteurs au sens scientifique ; à l'époque patristique, nous avions de grands prédicateurs qui développaient la doctrine non pas dans la discussion théologique mais dans la prédication, dans les homélies ; nous avons aussi Ephraïm, qui développait sa théologie essentiellement dans les hymnes et la musique. Maintenant, à notre époque, nous avons de nouvelles formes de docteurs et il est important de relever la richesse des différents moyens d'enseignement dans l'Église. Nous avons Thérèse d'Avila avec ses expériences mystiques et ses interprétations de la présence de Dieu dans l'expérience mystique. Nous avons Catherine de Sienne avec sa théologie expérientielle. Et maintenant, nous avons Thérèse de Lisieux, qui a créé, d'une manière différente, une théologie de l'expérience.

    Il est important, dans notre société à l'esprit scientifique, d'avoir le message d'une expérience simple et profonde de Dieu, et un enseignement sur la simplicité d'être un saint : donner, à notre époque, avec son approche extrêmement orientée vers l'action, d'enseigner qu'être un saint n'est pas nécessairement une question de grandes actions, mais de laisser le Seigneur travailler en nous.

    C'est également intéressant pour le dialogue œcuménique. La doctrine de la justification de Luther a été provoquée par sa difficulté à se comprendre justifié et racheté à travers les structures complexes de l'Église médiévale. La grâce n'arrivait pas dans son âme et nous devons comprendre l'explosion du "sola fide" dans ce contexte : il a finalement découvert qu'il n'avait qu'à donner sa fiducia, sa confiance, au Seigneur, à se remettre entre les mains du Seigneur - et je suis racheté. Je pense que, d'une manière très catholique, cela est revenu chez Thérèse de Lisieux : Tu n'as pas besoin de faire de grandes choses. Je suis pauvre, spirituellement et matériellement, et il suffit de me remettre entre les mains de Jésus. Il s'agit d'une véritable interprétation de ce que signifie être racheté ; nous n'avons pas à faire de grandes choses, nous devons être confiants, et dans la liberté de cette confiance nous pouvons suivre Jésus et réaliser une vie chrétienne. Il ne s'agit pas seulement d'une contribution importante au dialogue œcuménique, mais aussi à notre question commune : comment puis-je être racheté, comment suis-je justifié ? La "petite voie" [de Thérèse] est une redécouverte très profonde du centre de la vie chrétienne.

    Lire la suite

  • Hommage à Benoît XVI : un dossier gratuit de 30 pages

    IMPRIMER

    De Denis Sureau :

    Hommage à Benoît XVI

    En hommage au défunt pape émérite, j'ai réalisé un dossier PDF sur des publications importantes de Joseph Ratzinger / Benoît XVI en matière de théologie politique et de liturgie.

    Ce PDF gratuit de 30 pages peut être téléchargé sur le site Transmettre :

    https://www.transmettre.fr/produit/hommage-a-benoit-xvi-dossier-pdf/

  • La vie, la foi et le combat de Joseph Ratzinger : un entretien avec Peter Seewald

    IMPRIMER

    Du Catholic World Report :

    La vie, la foi et le combat de Joseph Ratzinger : Un entretien avec Peter Seewald

    Le journaliste allemand chevronné parle de sa nouvelle biographie de Benoît XVI et revient en détail sur l'enfance, la personnalité, l'éducation et le rôle de Joseph Ratzinger dans les événements clés de l'Église.

    1er janvier 2023

    Note : A l'occasion du décès de Joseph Ratzinger/Benoît XVI le 31 décembre, CWR publie à nouveau cette interview, publiée pour la première fois le 13 janvier 2021.

    Peter Seewald, journaliste allemand chevronné, a rencontré Joseph Ratzinger pour la première fois il y a près de trente ans. Depuis lors, il a publié deux livres à succès contenant des entretiens avec le cardinal Ratzinger - Salt of the Earth : Une interview exclusive sur l'état de l'Église à la fin du millénaire et Dieu et le monde : Believing and Living in Our Time, ainsi que Light of the World, paru en 2010 : The Pope, The Church and the Signs Of The Times (2010) et Benedict XVI (2017) : Last Testament-In His Own Words (2017).

    Il est également l'auteur de Benedict XVI : An Intimate Portrait, et de la photo-biographie intitulée Pope Benedict XVI : Serviteur de la Vérité.

    Son livre le plus récent est une biographie ambitieuse, en plusieurs volumes, du pape émérite. Le premier volume, intitulé Benedict XVI : A Life-Volume One : Youth in Nazi Germany to the Second Vatican Council 1927-1965, est disponible en anglais. (parue en français en mars 2022)

    M. Seewald a récemment correspondu avec Carl E. Olson, rédacteur en chef de CWR, au sujet de sa biographie de Benoît XVI, et a parlé en détail de l'enfance, de la personnalité, de l'éducation et du rôle de J. Ratzinger dans les événements clés de l'Église, en particulier le Concile Vatican II.

    CWR : Commençons par un peu de contexte. Quand et comment avez-vous fait la connaissance de Joseph Ratzinger ?

    Peter Seewald : Ma première rencontre avec le cardinal de l'époque remonte à novembre 1992. En tant qu'auteur du magazine Süddeutsche Zeitung, j'avais été chargé d'écrire un portrait du Préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi (CDF). À l'époque, Ratzinger était déjà l'homme d'Église le plus recherché au monde, juste après le pape. Et le plus controversé. Les journalistes faisaient la queue pour obtenir une interview avec lui. J'ai eu la chance d'être reçu par lui. Apparemment, ma lettre de motivation avait suscité son intérêt, dans laquelle je promettais de m'efforcer d'être objectif. Et c'était effectivement ce que je voulais.

    CWR : Quel genre d'accès avez-vous eu avec lui au cours de cette période ?

    Seewald : Je n'étais pas un de ses fans, mais je me suis posé la question : Qui est vraiment Ratzinger ? Il était depuis longtemps catalogué comme le "Cardinal Panzer", le "Grand Inquisiteur", un type sinistre, donc un ennemi de la civilisation. Dès que l'on soufflait dans cette corne, on pouvait être absolument certain des applaudissements des collègues journalistes et du grand public.

    CWR : Qu'est-ce qui était différent chez vous ?

    Seewald : J'avais étudié au préalable les écrits de Ratzinger et surtout ses diagnostics de l'époque. Et j'ai été quelque peu stupéfait de constater que les analyses de Ratzinger sur l'évolution de la société avaient été largement confirmées. En outre, aucun des témoins contemporains que j'ai interrogés, camarades de classe, assistants, compagnons, qui connaissaient vraiment Ratzinger, n'a pu confirmer l'image du partisan de la ligne dure, au contraire. À l'exception de personnes comme Hans Küng et Jürgen Drewermann, ses opposants notoires. Bien sûr, je voulais aussi voir par moi-même, sur place, dans le bâtiment de l'ancienne Sainte Inquisition à Rome.

    Lire la suite