Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Publications - Page 3

  • Messori sur Ratzinger : "Je n'ai jamais connu un homme aussi bon"

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Messori sur Ratzinger : "Je n'ai jamais connu meilleur homme"

    31-12-2022

    Dans une interview accordée à la Nuova Bussola Quotidiana, le célèbre écrivain Vittorio Messori retrace son étroite amitié avec Joseph Ratzinger/Benoît XVI, qui a débuté avec le livre-entretien "Rapport sur la foi" qui a provoqué un séisme dans l'Église en 1985. "Il était le contraire de l'homme fermé et censuré qu'ils voulaient peindre, je n'ai jamais connu une personne plus humble". "Je suis profondément convaincu qu'il est allé au ciel, je ne vais pas prier pour lui, mais je vais le prier pour moi". "Et ce face-à-face après son renoncement..."

    "Je n'ai jamais connu une personne aussi bonne et humble". C'est ainsi que Vittorio Messori se souvient de Joseph Ratzinger, le pape émérite Benoît XVI, quelques heures après sa mort. Au téléphone depuis sa maison de Desenzano sul Garda, devenue un ermitage après la mort, le 16 avril dernier, de son épouse Rosanna, Messori retrace brièvement les étapes de son amitié avec Ratzinger, qui a débuté en 1984 lorsqu'il a insisté pour lui accorder une interview qui deviendrait plus tard "Rapport sur la foi", un livre qui a "mis le monde en émoi".

    La première édition - éditée par les Paulins - est parue en 1985 et a fait l'effet d'une bombe : c'était la première fois qu'un préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi s'adressait à un journaliste et c'était aussi l'année du Synode des évêques, appelé à réfléchir sur le Concile Vatican II vingt ans après sa clôture. Ratzinger a porté des jugements très clairs sur toutes les questions les plus brûlantes de l'après-Concile, du concept de l'Église à la liturgie, du drame de la moralité à la crise du sacerdoce, en passant par la théologie de la libération et l'œcuménisme. Les réactions, comme on peut l'imaginer, ont été violentes de la part de l'aile progressiste et des théologiens à la mode qui digéraient déjà mal le pontificat de Jean-Paul II, commencé en 1978. Wojtyla lui-même avait voulu avoir à ses côtés un Ratzinger réticent en 1981, dans une relation qui est toujours restée très étroite, et ce livre peut aussi être considéré comme un manifeste de ce pontificat.

    "Ils me taquinaient, raconte Messori, quand je disais que j'allais faire une interview du cardinal Ratzinger, à la Congrégation pour la doctrine de la foi, ils disaient que cela n'arriverait jamais, qu'il n'avait jamais quitté la Congrégation. Il avait aussi la réputation d'être très fermé d'esprit et de ne pas vouloir parler. Au lieu de cela, j'ai insisté et, finalement, nous nous sommes retirés dans les montagnes pendant trois jours avec deux religieuses allemandes qui nous ont préparé à manger".
    C'est arrivé à Brixen, invités au séminaire local, en août 1984. Et c'est là qu'est né le livre qui marquera un événement de grande importance pour l'Église.

    C'est probablement dans la confiance que lui a accordée le cardinal Ratzinger que réside l'importance des "Hypothèses sur Jésus", écrites par Messori en 1976, qui ont connu un succès mondial et sont encore largement lues. Le fait est que Ratzinger, dans le "Rapport sur la foi", s'ouvre complètement : "J'avais la certitude d'un homme qui cherchait tout sauf à se cacher, ou à être réticent - raconte encore Messori -. Ce qui m'étonnait, c'est que je lui posais les questions les plus embarrassantes, pensant qu'il éviterait de répondre. Mais non, il répondrait'.

    De là est née une véritable amitié, chaque fois que j'allais à Rome, nous nous voyions et allions déjeuner au restaurant. Et j'en ai eu la confirmation : je n'ai jamais connu un homme aussi bon, aussi serviable, aussi humble. Il me disait sa souffrance d'être appelé à Rome pour diriger la Congrégation pour la doctrine de la foi : "Ce qui me donne le plus d'amertume, me disait-il, c'est de devoir contrôler le travail de mes collègues, qui s'occupent de théologie. J'ai aimé être professeur, être avec les étudiants. Quand j'ai été appelé à Rome pour faire ce travail, je l'ai accepté par obéissance, mais pour moi c'était une souffrance''.

    Lire la suite

  • Thomas Becket : un témoin qui nous encourage à prendre position pour ce qui est juste

    IMPRIMER

    De K.V. Turley  sur le National Catholic Register :

    Saint Thomas Becket - Un saint pour cette saison ?

    L'archevêque martyr de Canterbury a beaucoup à nous apprendre sur les relations entre l'Église et l'État aujourd'hui.

    Thomas Becket forbids Robert de Beaumont, 2nd Earl of Leicester, and Reginald de Dunstanville, 1st Earl of Cornwall, to pass sentence on him.
    Thomas Becket interdit à Robert de Beaumont, 2e comte de Leicester, et à Reginald de Dunstanville, 1er comte de Cornouailles, de prononcer une sentence à son encontre. (photo : James William Edmund Doyle / Domaine public)

    Le 29 décembre 2021

    Le 29 décembre est la fête de saint Thomas Becket. Cet évêque martyr du 12e siècle est connu pour son opposition à l'excès de pouvoir de l'État en la personne du roi d'Angleterre Henri II. 

    Dans le monde d'aujourd'hui, on assiste à un nouvel affrontement entre l'Église et les autorités étatiques. Ce saint médiéval a-t-il donc quelque chose de pertinent à dire aux catholiques contemporains ? 

    Son biographe, le père John Hogan, le pense. Prêtre du diocèse de Meath (Irlande), il travaille dans le ministère paroissial et l'enseignement depuis son ordination. En outre, il a fondé la Fraternité Saint Genesius comme moyen de prière pour les personnes travaillant dans les arts et les médias, et a co-animé la série EWTN : Forgotten Heritage. Il a récemment publié Thomas Becket : Defender of the Church (Our Sunday Visitor) est un rappel opportun de ce que les catholiques en général et les évêques en particulier sont appelés à témoigner à toute époque. 

    Book cover OSV
    Couverture du livre "Thomas Becket : Defender of the Church".

    The Register s'est entretenu avec le Père Hogan le 17 décembre 2021. 

    Lire la suite

  • Derrière la plume du Planning familial, un acquiescement aux thèses des activistes trans ?

    IMPRIMER

    De Paul Sugy sur le site du Figaro :

    En Belgique, un guide d'éducation sexuelle suggère aux enfants de 9 ans d'échanger des sextos

    Face à la polémique, la ministre francophone de l'Éducation a demandé de réécrire un court passage de ce tout nouveau guide.

    Le but de cet «apprentissage» ? «Conscientiser l'importance des comportements responsables liés aux sextings et nudes sur Internet». «Connaissances» à acquérir ? «Ne pas révéler son visage, tatouage, tache de naissance, cicatrice...». Et l'attitude, enfin, qui est espérée de l'élève ? «Reconnaître que les partages de sextos et/ou de nudes peuvent être excitants et être source de plaisir». Cette page de manuel, encore en ligne ce jeudi 15 décembre sur le site de l'institution belge chargée de l'éducation affective et sexuelle des élèves, est un support pédagogique destiné à enseigner les bonnes pratiques à adopter lorsque l'on échange des messages érotiques ou des photos intimes avec des contacts virtuels. Le hic, c'est que les «cibles» de ces recommandations, affichées en gros au haut de la page, sont... les enfants âgés de 9 à 11 ans.

     
    Extrait du Guide pour l'EVRAS. EVRAS

    En Belgique, la publication en octobre de ce «Guide pour l'EVRAS» (Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle) a aussitôt fait polémique. C'est pourtant l'aboutissement de plusieurs années d'efforts et de lobbying de la part du Planning familial, qui s'est progressivement octroyé le monopole de l'éducation affective et sexuelle en Belgique. Celle-ci est devenue une mission obligatoire de l'enseignement depuis une loi de juillet 2012, mais est restée longtemps partagée entre de nombreux acteurs, aux pédagogies et aux sensibilités diverses. Cette année, la révision d'un accord conclu entre la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale doit conduire à une labellisation unique des acteurs associatifs autorisés à assurer cette formation en milieu scolaire. Et pour préparer cette centralisation, la rédaction d'un guide à destination des intervenants a donc été décidée - lequel guide sera désormais le support unique et obligatoire de l'éducation sexuelle à l'école, pour «homogénéiser» les discours tenus devant les élèves, d'après les mots de la représentante du Planning familial Coraline Piessens.

    Sauf que ce Guide pour l'EVRAS, fruit du travail d'une trentaine d'associations coordonnées par le Planning familial, a ému de nombreux pédopsychiatres du pays. En cause donc, ce passage par exemple qui explicite en des termes crus, banalise, et semble même encourager l'envoi de «nudes» et de «sextos» entre enfants de 9 ans. «N'encombrons pas le psychisme de l'enfant avec un référentiel sexuel adulte» rétorquent, dans une pétition publiée par LaLibre, plusieurs professionnels belges de la santé mentale des enfants.

    Pour l'initiatrice de la pétition, la pédopsychiatre Sophie Dechêne, c'est l'ensemble du guide qui pose en réalité problème, du fait de la méthode d'éducation retenue. «Beaucoup de conseils qui y sont proposés sont inappropriés pour les enfants de la tranche d'âge ciblée. En réalité, notre devoir est de protéger les enfants de l'hypersexualisation de ce rapport adulte à la sexualité , tandis qu'ici l'idée qui prime est celle d'une autodétermination : c'est à l'enfant de poser des questions sur ce qu'il souhaite, et les adultes sont tenus d'y répondre crument directement. Il n'y a plus d'interdits, plus de limites à poser, il faut seulement répondre mécaniquement à la curiosité des enfants » explique-t-elle au Figaro. Et de conclure : «selon moi, c'est tout l'inverse de ce que devrait être l'éducation, qui doit imposer un cadre adulte, cadre qui va lui permettre de grandir en toute sécurité, et notamment lui permettre de passer du principe de plaisir au principe de réalité ».

    Au-delà de l'extrait sur les sextos, c'est donc la méthode d'ensemble qu'elle dénonce au côté des autres pétitionnaires. Ainsi un autre extrait, très cru lui aussi, sur les relations sexuelles tarifées, lui paraît déplacé également.

    La page sur les «sextos» sera réécrite

    Devant la montée des critiques, exprimées notamment par un parti d'opposition, le Mouvement réformateur, la ministre socialiste de l'Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir a effectué pour le moment un premier (et léger) rétropédalage. «Dans le souci de rechercher le plus grand consensus possible, nous avons chargé les acteurs de se pencher à nouveau sur ces parties du texte» a-t-elle fait savoir à la presse belge, désignant l'extrait du guide qui évoque les «sextos». Tout en défendant par ailleurs l'ensemble de la démarche, rappelant que le guide a été rédigé après un travail associatif réunissant près de 150 bénévoles.

    «Seul un passage, parmi 300 pages, pose vraiment problème» renchérit auprès du Figaro le porte-parole de la ministre. Qui insiste surtout sur l'esprit du guide : non pas fournir un cours d'éducation sexuelle clé en main, mais des éléments de réponses possibles à destination des intervenants. «Le guide n'est pas pour les élèves, ni les enseignants ou les parents, mais uniquement pour les associations qui interviennent en milieu scolaire. Le but est qu'ils sachent répondre à n'importe quelle question d'enfant» complète-t-il. 400 élèves ont été interrogés par les rédacteurs du guide pour élaborer chacune des fiches thématiques.

    En réalité, c'est bien plus largement que le guide suscite la controverse : derrière la plume du Planning familial, c'est un acquiescement aux thèses des activistes trans que subodorent les pétitionnaires opposés à la publication de ce guide. Dans une longue itération, ceux-ci soulignent les très nombreux passages dans lequel les rédacteurs encouragent l'enfant à se questionner sur son identité de genre, voire à remettre en question le sexe qui lui a été attribué à la naissance. Un discours «inclusif» et «non-hétéronormatif» qu'assument sans difficulté ses promoteurs.

    Ainsi dès l'âge de neuf ans, l'enfant peut se voir expliquer par les éducateurs ayant lu scrupuleusement le document comment «favoriser le sentiment de bien-être par rapport à sa propre identité de genre : adopter une démarche différente (ou pas), changer sa façon de s'habiller (ou pas), prendre des hormones (ou pas), recourir à des opérations chirurgicales (ou pas)…». À ce sujet, pour l'heure, la ministre Caroline Désir est restée muette.

  • Déchristianisation, islam, droits de l'homme... les réponses de Pierre Manent

    IMPRIMER

    Une video sur le site du Figaro :

    Pierre Manent était l’invité du Club Le Figaro Idées

    Le philosophe et essayiste qui vient de publier « Pascal et la proposition chrétienne » débat de la déchristianisation de la France avec Michel De Jaeghere et Jean-Marie Guénois.

    2022_12_17_09_02_06_Greenshot.png

  • Bernanos, lueurs d’espoir et vertu d’espérance

    IMPRIMER

    « Heureusement, l’espérance » deux mots laissés par le père du réalisateur Yves Bernanos, sur un bout de papier, retrouvé quelques semaines après sa mort. Comment faire exister et transmettre l’espérance, dans un monde où elle semble s’être retirée ? Cette question est au centre de la vie et de l’oeuvre de de ce grand-père écrivain Georges Bernanos. Véritable quête, ce documentaire s’incarnera à travers les souvenirs biographiques de son père qui fut le témoin direct mais aussi, à son tour, le passeur de cette espérance. Une histoire de famille diffusée par KTO :

    Une coproduction Crescendo Media Films/KTO 2022 - Réalisée par Yves Bernanos

  • Pourquoi les croyants se sentent dans un meilleur état psychologique dès qu'ils se mettent en prière

    IMPRIMER

    De Pierre-Hugues Dubois sur RCF.fr :

    Boris Cyrulnik : "L'être humain est un être de spiritualité"

    Boris Cyrulnik publie "Psychothérapie de Dieu", aux éditions Odile Jacob ©RCF

    Boris Cyrulnik publie "Psychothérapie de Dieu", aux éditions Odile Jacob ©RCF

    C'est au cours d'une discussion avec Élie Wiesel que Boris Cyrulnik a eu l'idée de "psychothérapiser" Dieu. "Il me dit 'quand Dieu voit ce qui se passe sur la terre, il souffre' ; et pour le taquiner je lui ai répondu : et bien si Dieu souffre il faut le prendre en psychothérapie", rapporte malicieusement Boris Cyrulnik.

    La fonction psychologique de la foi

    C'est avec sa casquette de psychologue que Boris Cyrulnik a voulu comprendre les mécanismes qui unissent les croyants au Dieu auquel ils croient. "Je pense qu'on a besoin de Dieu quand on se représente quelque chose qu'on ne peut pas percevoir, et qui pourtant nous angoisse", détaille le neuropsychiatre. "Alors, à ce moment-là arrive l'entité de Dieu qui nous protège, et Dieu a une fonction tranquillisante." Ainsi, les croyants se sentent dans un meilleur état psychologique dès qu'ils se mettent en prière.

    Dieu a une fonction tranquillisante 

    Au-delà de l'effet psychologique, il y a également un effet biologique. Boris Cyrulnik détaille l'expérience réalisée par des chercheurs, qui ont réalisé des électroencéphalogrammes de croyants en prière. "Dès qu'ils se mettent en prière, s'ils sont croyants, le rythme alpha qui est le rythme électrique du cerveau est modifié", détaille le scientifique. "C'est le signe d'un cerveau relaxé, et vigile en même temps."

    L'être humain est un être spirituel

    La quête spirituelle de l'être humain est permanente. "Je pense que l'être humain, quelle que soit sa religion, est un être de spiritualité", estime Boris Cyrulnik. "Tout être humain à la désir d'un accès à la spiritualité, parce qu'on est les seuls êtres vivants capables de se représenter quelque chose d'impossible à percevoir." 

    Pour lui, la religion pratiquée sera ensuite fonction de l'environnement culturel : "Selon notre contexte religieux, on donne à cette représentation le nom de Dieu, d'Allah, de grand manitou, peu importe ; mais c'est la même entité." Le scientifique prend l'exemple de l'Égypte : "Aujourd'hui en Égypte, vous avez beaucoup plus de chances de devenir musulman que bouddhiste, donc ça veut dire que la religion est une forme de culture ; alors que la spiritualité est une condition humaine puisqu'on est capable de se représenter."

  • Un archiviste du Vatican critique un nouveau livre sur Pie XII et les juifs

    IMPRIMER

    De katholisch.de :

    Un archiviste du Vatican critique un livre sur Pie XII et les juifs

    6/12/2022

    ROME - Il estime qu'il est condamnable d'utiliser les documents mis à disposition par le Vatican pour ensuite en faire un compte-rendu erroné : L'archiviste du Vatican Johan Ickx critique vivement un livre récent sur Pie XII - et défend le pape Pacelli.

    L'archiviste du Vatican et historien flamand Johan Ickx a critiqué le livre sur le pape Pie XII publié cette année par le sociologue américain David Kertzer. Il trouve condamnable d'utiliser les documents mis à disposition par le Vatican pour ensuite en faire un compte-rendu erroné, a déclaré Ickx mardi aux journalistes. Le livre de Kertzer "The Pope at War : The Secret History of Pius XII, Mussolini and Hitler" jette une lumière très critique sur la volonté d'aide du Vatican envers les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Il devrait être publié en allemand en 2023.

    Il n'est pas vrai, selon Ickx, que le Vatican n'a aidé que les juifs baptisés. Il existe également des cas de juifs non baptisés qui ont été sauvés grâce à l'intervention de la Secrétairerie d'Etat du Vatican, a affirmé l'historien du Vatican. En fin de compte, il s'agissait de nombreux juifs baptisés à partir de 1938, car sinon ils seraient passés complètement à travers les mailles du filet de l'aide.

    Pie  XII n'a pas gardé le silence sur les crimes.

    Ickx a défendu une nouvelle fois l'action du pape Pie XII, qui a dirigé l'Eglise catholique de 1939 à 1958. Celui-ci n'aurait pas gardé le silence sur les crimes si cela n'avait pas été nécessaire en raison des efforts diplomatiques. Selon lui, il existe de nombreux discours à l'époque de la Seconde Guerre mondiale, il faut les lire correctement. Déjà à l'époque où il était "ministre des Affaires étrangères" du Vatican dans les années 1930, Eugenio Pacelli avait clairement indiqué qu'il fallait aider le plus grand nombre possible de Juifs.

    L'archiviste du Vatican a réaffirmé sa volonté de transparence absolue en ce qui concerne les documents relatifs à la Seconde Guerre mondiale. Le reproche récurrent selon lequel tout n'est pas accessible ou que quelque chose est caché est faux. Mais il est important d'évaluer les documents avec prudence et dans leur contexte. Ainsi, le fait de ne considérer que les documents d'un seul pays pourrait conduire à des conclusions erronées. Des documents de 30 à 35 pays concernant les années de guerre sont archivés.

    Depuis l'annonce de l'ouverture des archives du Vatican sur le pontificat de Pie XII par Benoît XVI (2005-2013), les collaborateurs des archives du Vatican ont préparé le matériel pendant neuf ans afin que les chercheurs en histoire puissent travailler avec. L'ouverture des archives par le pape François a suivi en 2020. Selon les informations, tous les documents du pontificat de Pie XII datant de 1939 à 1948 ont été numérisés et sont accessibles. (KNA)

  • Education affective et sexuelle : le nouveau guide de l'EVRAS suscite des réactions

    IMPRIMER

    De Chantal Monet et Pascal Noriega sur le site de RTL INFO :

    Identité sexuelle, sexto: ce guide destiné aux écoles, dès les maternelles, présenterait "un risque d'intrusion psychique", selon une pédopsychiatre

    2022_12_08_08_55_44_Greenshot.png

    Des pédo-psychiatres interpellés par le nouveau guide EVRAS

    Vidéo publiée le 06/12/2022

    Dans les écoles, un document controversé sera bientôt publié et distribué dans les établissements. Il s'agit de la nouvelle version du guide EVRAS, le "guide d’Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle", qui est utilisé dès les classes maternelles. C'est un guide "à destination des acteurs et actrices" de l'EVRAS, et pas directement des enfants. Il n'empêche, son contenu interpelle plusieurs pédopsychiatres. Ils estiment que certains passages sont "inadéquats", voire "dangereux" pour les jeunes enfants.

    Eduquer les jeunes dès la maternelle à la vie relationnelle, affective et sexuelle est le rôle d'opérateur labellisé EVRAS. Leur nouveau guide a été rédigé par l'ASBL O'YES et la Fédération laïque des centres de planning familial. Quatre publics sont visés: les 5-8 ans, 9-11 ans, 12-14 ans et les 15-18 ans.

    Un guide qu'a parcouru une pédopsychiatre spécialiste de la petite enfance. "Il y a des parties qui sont très bien faites, je tiens à le souligner, mais il y a aussi des parties qui ne répondent pas du tout aux besoins des enfants, qui répondent à des questions que les enfants ne se posent pas", estime Sophie Dechêne. 

    Exemple: l'identité sexuelle. Dès 5 ans, prendre conscience que son identité de genre peut correspondre ou ne pas correspondre à celle assignée à la naissance. Dès 9 ans, âge où se produit la grande partie du développement pour les corps mâles et les corps femelles, la notion de transgenre apparaît. Il s'agit d'informer l'enfant sur la possibilité de prendre des hormones ou de recourir à des opérations chirurgicales.

    Il y a un risque de conséquences sur la santé mentale au long terme et même sur la vie sexuelle d'adulte

    "Il y a évidemment un risque d'intrusion psychique chez l'enfant qui est potentiellement traumatique avec un risque de conséquences sur la santé mentale au long terme et même sur la vie sexuelle d'adulte", ajoute Sophie Dechêne. "De toute façon, l'enfant qui ne se sent pas dans le bon corps va de toute façon le manifester à un moment donné, de manière assez spontanée. Il ne faut pas faire d'une rareté, une généralité."

    Le sexto dès 9 ans ? 

    Le guide prévoit aussi de sensibiliser l'enfant, dès 9 ans, à la liberté de choisir son, sa ou ses partenaires. Et toujours à 9 ans, reconnaître que les partages de sextos ou de photos de nudes peuvent être excitants et être source de plaisir. Se sentir ainsi libre d'en envoyer dans le consentement. 

    "C'est tout à fait inadmissible. Cela doit être revu et corrigé. Un enfant de 9 à 11 ans ne doit pas faire de sexto, et s'il en fait un, c'est que quelque chose ne tourne pas rond dans sa vie quotidienne et il faut consulter", souligne Sophie Dechêne.

    Plusieurs associations ont leur logo sur ce guide, notamment la Fédération des associations de parents de l'enseignement officiel. "C'est un très bon guide. C'est clair que tout le monde ne partage pas cette vision, mais il est grand temps que ces formations prennent en compte les problématiques actuelles", explique Véronique De Thier, la responsable politique de Fapeo.

    Du côté de l'enseignement catholique, c'est beaucoup plus mitigé. "Quelques éléments peuvent poser des questions sur la réelle adéquation entre les contenus et les besoins des enfants en fonction des tranches d'âge. Nous restons ouverts au débat", estime Christian Carpentier, le porte-parole du Segec.

    Les associations de parents de l'enseignement catholique évoquent un dossier problématique et disent avoir été mises devant le fait accompli. Au cabinet de la ministre de l'Enseignement, on nous répond que le document n'est pas encore finalisé.

    Qu'est-ce que l'EVRAS ?

  • L'effondrement de la civilisation chrétienne serait-il inéluctable et souhaitable comme le prétend Chantal Delsol ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Delsol : "la religion survit à la fin de la chrétienté". Mais ce n'est pas suffisant

    7-12-2022

    Chantal Delsol, conférencière et universitaire française, condense deux millénaires depuis Théodose jusqu'aux lois sur l'avortement qui marquent l'effondrement de la civilisation chrétienne - inéluctable et souhaitable, selon l'auteur - qui laissera place non pas à l'athéisme mais à un retour du paganisme et à un christianisme de pur témoignage. Une réflexion qui pose des questions, mais dont les réponses et les propositions sont peu convaincantes.

    Dans ce petit livre de 120 pages seulement, Chantal Delsol, conférencière et universitaire française classée parmi les penseurs catholiques les plus accrédités, affiche une prétention très exigeante : faire le bilan de deux millénaires de "chrétienté", qui vont selon elle de Théodose aux lois sur l'avortement. Une affirmation peut-être excessive, mais les philosophes sont connus pour aimer la synthèse. Une prétention toutefois réalisée, on peut le dire, mais d'une manière qui est, à mon avis, inacceptable.

    La thèse de l'auteur peut être condensée - avec un esprit de synthèse proche du sien - dans les propositions suivantes : la chrétienté a existé, la chrétienté a pris fin après une longue agonie, la chrétienté y a renoncé progressivement dans une longue série de compromis, tout a été contesté mais rien n'a été sauvé, il n'y avait pas d'autre choix possible, la bataille était perdue d'avance, quand la chrétienté est morte, la religion n'est pas morte, la chrétienté ne sera pas remplacée par l'athéisme mais par le retour du paganisme, il y aura un christianisme sans chrétienté, la mission ne sera plus synonyme de conquête, avec la fin de la chrétienté "Dieu nous a gagnés".

    Au centre de ces thèses se trouve l'interprétation de la chrétienté par Delsol. Une interprétation qui n'est pas convaincante, à commencer par l'inéluctabilité de sa fin. Pour elle, la sécularisation a été un processus régi par la nécessité : les anciens principes sont tombés "naturellement et infailliblement", ceux qui se battent pour eux sont "convaincus d'avance qu'ils n'auront pas de cause gagnante", ceux qui les défendent sont "des soldats dans une guerre perdue", "éduquer les enfants dans la foi aujourd'hui, c'est produire des soldats pour Waterloo", la chrétienté court "irrémédiablement vers l'abîme". Cette supposée inévitabilité de la sécularisation n'est pas argumentée. Delsol la décrit telle qu'elle est aujourd'hui sur le plan sociologique, mais elle ne se demande pas si elle doit exister ou non sur le plan du droit, si elle contient des vérités intimes intemporelles qui, tôt ou tard, sous telle ou telle forme, peuvent et doivent resurgir. Elle dit même que c'est "une énigme". Mais on sait que ce n'est pas un mystère, on peut citer les noms et prénoms de ceux qui ont voulu le détruire à l'extérieur et à l'intérieur de l'Eglise catholique. Cette inévitabilité procède d'une démarche historiciste et ramène Delsol à Hegel.

    Même l'idée que la fin de la chrétienté a été motivée par le christianisme lui-même révèle une approche qui n'est pas libre intellectuellement. La chrétienté est présentée comme "fondée sur la conquête", comme une "perversion du message", comme une société "saturée de dogmes", régie par la "profanation de l'idée de vérité", dans laquelle "des clercs ivres de pouvoir se laissent séduire par toutes sortes d'excès" et où s'exerce une "forme d'influence et de domination sur les âmes". On a beau dire que ce ne sont que 120 pages, il ne s'agit pas ici de résumés mais de slogans, d'ailleurs très approximatifs et procédant du paradigme de pensée qui a remplacé celui de la chrétienté. De telles phrases sont une caricature de la chrétienté et manifestent un préjugé liquidateur à son égard (...).

    Non moins problématique est la dénonciation par l'auteur du concept de "vérité" propre, selon elle, à la chrétienté, dénonciation souvent même sarcastique et irrespectueuse pour les nombreux esprits élevés et saints qui ont animé cette forme de civilisation. Selon elle, dans la chrétienté, on a voulu décrire la vérité "avec la précision d'un entomologiste" (mais Delsol pense-t-elle vraiment écarter ainsi saint Augustin et saint Thomas ?) Pour elle, en revanche, comme pour Heidegger, "l'être est événement et devenir, et non définition objective" et "la vérité est un rêve que nous poursuivons", "elle doit cesser d'être proposition et dogme pour devenir un halo de lumière, un espoir tremblant, une chose insaisissable que l'on attend avec des rêves de mendiant". La chrétienté aurait "profané l'idée de vérité, en voulant à tout prix identifier la foi à la connaissance". Ne pensez-vous pas, Delsol, que de cette manière la foi est séparée du savoir en général et qu'elle devient ainsi autre chose que la culture ? Voulons-nous éliminer l'évangélisation de la culture ? Et ne pense-t-elle pas, Delsol, que parler de la vérité comme d'un rêve manifeste indirectement la hauteur de la définition qu'en donne Thomas comme adaequatio intellectus ad rem ? Quelle disproportion abyssale entre ce que l'on veut remplacer et ce par quoi on le remplace!

    La conclusion est que "renoncer à la chrétienté n'est pas un sacrifice douloureux" car "la mission n'est pas nécessairement synonyme de conquête". A ce stade, "ce n'est pas la chrétienté qui nous quitte, c'est nous qui la quittons". Pour aller où ? Selon Delsol, "croire ou faire croire que si la chrétienté s'effondre, tout s'effondre avec lui est un non-sens", "cessons de croire que nous sommes les seuls au monde à pouvoir donner un sens au monde". Après avoir ainsi écarté l'unicité salvifique du Christ - non pas de nous, chrétiens, mais du Christ - elle affirme qu'après la chrétienté, il n'y aura pas d'athéisme mais un nouveau paganisme, car le besoin religieux de l'homme ne mourra pas et, dans cette situation, les chrétiens vivront comme des "héros de la patience, de l'attention et de l'amour humble". Une conclusion valable uniquement pour ceux qui s'en satisferont.

  • La liberté religieuse n'est pas assurée en Occident (cardinal Sarah)

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

    Cardinal Sarah : "La liberté religieuse est également menacée en Occident".
     
    27 novembre 2022

    Les chrétiens en Occident ne doivent pas considérer la liberté religieuse et la liberté de culte comme acquises, a déclaré le cardinal Robert Sarah dans une récente interview avec EWTN News. "Les menaces contre la liberté religieuse prennent de nombreuses formes. D'innombrables martyrs continuent de mourir pour la foi dans le monde entier", a déclaré le cardinal Sarah, âgé de 77 ans. "Mais la liberté religieuse est également menacée en Occident". "Il ne s'agit pas souvent d'une menace ouverte, ou d'une haine de la foi", a-t-il ajouté, mais d'un "parti pris implicite contre le christianisme".

    Dans l'interview, le cardinal guinéen a fait référence au livre de l'Exode, qui raconte les 10 plaies, le départ des Hébreux et la destruction de l'Égypte. Ces événements ont eu lieu, a-t-il dit, "afin que le peuple de Dieu ait la liberté de l'adorer comme il se doit." "La liberté religieuse ne doit pas être considérée comme acquise, ni compromise, ni négligée".

    Le cardinal Sarah s'est entretenu avec EWTN News au début du mois au sujet de son dernier livre, "Catechism of the Spiritual Life", publié par EWTN Publishing en anglais en octobre.

    Le septième livre du cardinal est une réflexion approfondie sur les sept sacrements de l'Eglise catholique et sur la manière de progresser dans la vie spirituelle. L'un des thèmes centraux du livre est l'importance de la messe et de l'eucharistie. "Nous devons nous rassembler pour la Sainte Messe et recevoir notre Seigneur dans l'Eucharistie", a déclaré le cardinal Sarah lors de l'entretien d'une heure à Rome.

    Il a critiqué ce qu'il a appelé la large acceptation de "restrictions draconiennes" sur la participation à la messe pendant la pandémie de COVID-19. " Nous ne pouvons pas oublier ceci : L'Eucharistie est la source et le sommet d'une vie chrétienne", a-t-il souligné. "L'adaptation, a-t-il poursuivi, est parfois nécessaire. Nous serons confrontés à d'autres pandémies et à d'autres situations d'urgence, et il y aura un débat sur la meilleure façon d'y faire face en relation avec la célébration de l'Eucharistie. C'est une bonne chose. La démocratie libérale exige un débat, mais l'importance de notre culte de Dieu ne doit jamais être oubliée ou négligée au cours du débat. La démocratie libérale ne doit pas oublier Dieu".

    Sarah a déclaré que son livre mettait particulièrement l'accent sur les sacrements, la prière et la croix. "Une vie chrétienne, dit-il, doit être construite sur trois piliers : crux, hostia, et virgo. La croix, l'hostie et la Vierge Marie. Ce sont les trois piliers sur lesquels vous devez construire une vie chrétienne".

    Le cardinal a déclaré que le fait d'être préfet du bureau du culte divin du Vatican lui a vraiment fait comprendre l'importance de la liturgie, qui est un moment grand et unique "pour rencontrer Dieu face à face et être transformé par lui en tant qu'enfant de Dieu et en tant que véritable adorateur de Dieu." "La liturgie, a-t-il ajouté, doit être belle, elle doit être sacrée, et elle doit être silencieuse." Il a mis en garde contre la transformation de la messe en un "spectacle" ou en une simple réunion d'amis, ce qui détourne l'attention de l'adoration de Dieu. "J'encouragerai que la liturgie devienne de plus en plus sacrée, de plus en plus sainte, de plus en plus silencieuse, parce que Dieu est silencieux, et nous rencontrons Dieu dans le silence, dans l'adoration", a-t-il déclaré. "Je pense que la formation du peuple de Dieu à la liturgie est très importante. Nous pouvons montrer aux gens la beauté, d'être révérencieux, et de garder le silence dans la liturgie, dans laquelle notre rencontre avec le Christ est approfondie." Sarah a également fait l'éloge de l'adoration eucharistique silencieuse comme une chance de rencontrer le Christ d'une manière qui peut "vraiment changer nos vies."

    Commentant la société moderne, le cardinal a déclaré : "Dieu a été oublié." "Nous vivons tous comme si Dieu n'existait pas. La confusion règne partout. Trop nombreux sont ceux qui réduiraient notre vie, le sens même de notre vie, à un individualisme absolu et à la recherche d'un plaisir éphémère." Les chrétiens, a-t-il dit, devraient répondre en revenant aux fondements de la foi. "Nous avons besoin d'une retraite du monde, d'un retrait dans le désert, où nous pouvons réapprendre les fondements, les bases : le monothéisme, la révélation de Jésus-Christ, nous et Dieu, sa parole, notre péché, notre dépendance et notre besoin de sa miséricorde", a-t-il dit.

    Sarah a ajouté que Dieu, par son Église et les sacrements, "nous guide vers une relation toujours plus profonde avec lui. Et nous avons tous besoin de renouer avec son don profond, qui est son amour". La foi en la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, a-t-il dit, est l'une des croyances fondamentales de l'Église, sans laquelle, "elle perd le sens de son existence." "L'Église n'est pas une organisation sociale destinée à répondre aux problèmes de migration ou de pauvreté", a-t-il poursuivi. "L'Église a un but divin : sauver le monde". "Si le Christ n'habite pas l'Église, de manière tangible, visible, sacramentelle, alors quelle bonne nouvelle avons-nous à offrir au monde ? Quel est le sens de l'évangélisation ?" a-t-il déclaré. "Lorsque les chrétiens oublient pourquoi ils sont chrétiens, la communauté doit tomber dans le déclin. Ils oublient l'Évangile et perdent de vue leur objectif. "

    Le cardinal Sarah a déclaré que le combat spirituel est sensiblement le même qu'il a toujours été, même si de nombreux évêques et prêtres ont cessé de rappeler aux catholiques sa réalité. Notre arme dans cette guerre, a-t-il expliqué, est la parole de Dieu. Il est nécessaire "de se tourner vers Dieu chaque jour, non seulement pour se consoler des adversités du monde, mais parce que nous dépendons entièrement de lui dans la lutte cosmique. Nous sommes tous en guerre, que nous le reconnaissions ou non. Il est bon que nous prenions tous conscience de ce fait, et que nous nous assurions chaque jour de combattre du côté de Dieu", a-t-il déclaré.

    Le livre, "Catéchisme de la vie spirituelle", a déclaré le cardinal Sarah, se veut une réponse à la "confusion de notre époque, à l'extérieur et même à l'intérieur de l'Église". "J'ai vu le besoin d'une représentation de certaines réflexions sur notre progrès spirituel dans notre vie spirituelle : progrès dans notre relation personnelle et intime avec Jésus-Christ." Il a ajouté qu'il espère que son livre répond à "un besoin profond de notre temps." "Chacun de nous doit s'efforcer, continuellement, de se rapprocher de Jésus-Christ, de revenir à sa Parole, et à la simplicité de la foi dans son auto-révélation. C'est la simplicité du désert, de la reconnaissance de notre dépendance à l'égard de Dieu, et de la rencontre avec lui et le don de son amour et de sa grâce, par lesquels il nous a configurés à lui-même", a-t-il déclaré. "C'est pourquoi j'ai décidé d'écrire le 'Catéchisme de la vie spirituelle'".

    Hannah Brockhaus est la correspondante principale de la Catholic News Agency à Rome. Elle a grandi à Omaha, dans le Nebraska, et est diplômée en anglais de la Truman State University, dans le Missouri.

  • Bruxelles, 1-3 décembre : marché de Noël sur le parvis de Sainte-Catherine

    IMPRIMER

    2022_11_22_12_44_43_Greenshot.png

    Soyez les bienvenus à notre marché de Noël sur le
    parvis de l’église Sainte-Catherine !

    Venez découvrir les cadeaux de Noël qui conviendront à votre famille et à vos amis.
    Pensez à vous-même aussi...

    Deux échoppes à votre service :
    – La Librairie Damase avec ses livres, cartes, images, disques…
    – Les Ateliers des monastères de Bethléem avec leurs œuvres d’art : statues, médailles…

  • « La conquête du pouvoir », le livre qui aide à comprendre le pape François, les raisons profondes de ses actions, de ses déclarations, de ses préférences, de ses choix

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits, sur son blog :

    Vient de paraître : « La conquête du pouvoir », le livre qui fait comprendre où le pape François cherche à mener l'Eglise

    J’ai à cœur de vous présenter un livre qui a tout de la « bombe ». Il n’a pourtant rien d’un pamphlet, rien d’une charge hostile par principe au pape François : non, c’est une mise en lumière rigoureuse de la pensée qui l’anime, des maîtres à penser qui l’ont formé, du « maître à faire » qui a été son modèle dans la praxis de la conquête du pouvoir.
     
    Les éditions Contretemps viennent en effet de publier François, la conquête du pouvoir – Itinéraire d’un pape sous influence, de Jean-Pierre Moreau.
     
    L’auteur, spécialiste de la théologie de la libération – il réalisa dans les années 1980 d’importants reportages sur les ténors de cette entreprise de dévoiement marxiste de l’Evangile – y met à nu les liens de Jorge Mario Bergoglio avec la théologie du peuple, qui en dérive mais avec la marque spécifique de l’hérésie moderniste plutôt que celle de la lutte des classes.
     
    C’est à mon sens le meilleur livre français sur le pape actuel, puisqu’il permet de comprendre les raisons profondes de ses actions, de ses déclarations, de ses préférences, de ses choix.
     
    Alors que le synode sur la synodalité entre dans sa phase romaine, La conquête du pouvoir offre une analyse serrée et précise d’une théologie qui développe une « ecclésiologie du peuple de Dieu » comme l’expliquent aujourd’hui ses tenants, parmi lesquels le théologien laïque Rafael Luciani s’est justement vu nommer à un poste de responsabilité au synode.
     
    Théologiens de la libération, théologiens « du peuple », jésuites partisans d’une réforme radicale en vue d’une « Eglise de demain » comme le Père Arrupe (dont la cause en béatification a été ouverte sous François, il y a trois ans), tous ont joué un rôle pour former l’idéologie et la praxis du pape régnant.
     
    Sa dénonciation du « cléricalisme », son engagement pour les peuples premiers, sa traque de la liturgie traditionnelle avec Traditionis custodes et Desiderio desideravi, son adhésion à la lutte « pour la planète », sa vision des jeunes, et du « peuple », et de l’histoire comme « lieux théologiques » y trouvent leur explication ultime et bien plus cohérente qu’on ne l’imagine.
     
    Il faut lire ce livre, qui transmet de manière claire et précise le fruit d’une érudition encyclopédique et de lectures dont témoigne une bibliographie impressionnante, pour s’armer face aux turbulences que le synode sur la synodalité va faire subir à l’Eglise. C’est seulement en nommant les choses qu’on peut les comprendre, et s’il le faut, les combattre.
    – François, La Conquête du pouvoir, Jean-Pierre Moreau, éd. Contretemps, 388 pages. 
    Prix unitaire : 25 euros.