Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • "Pro liturgia" jette l'éponge

    IMPRIMER

    De Denis Crouan sur son site "Pro liturgia" (25 janvier 2022) :

    Dernier message

    Demander au clergé actuel que soit respectée la liturgie de l’Église conduit à perdre son temps : avec une obstination souvent doublée d’une profonde inculture, ceux qui occupent les places d’où ils sont censés enseigner, précéder, et conduire les fidèles – à tous les niveaux dans l’Eglise, du pape au simple curé de paroisse – semblent vouloir systématiquement saboter le culte divin d’une façon qui demeure parfaitement incompréhensible.

    Il faut se séparer de ce clergé qui depuis des années s’emploie à imaginer avec une inexplicable persévérance des célébrations liturgiques qui ne rassemblent plus que des naïfs, des « suivistes » qui placent leur besoin de convivialité et de sentimentalisme avant toute préoccupation de vérités de foi et de sens liturgique au point de les oublier, voire de les nier et d’en priver ceux qui en éprouvent le besoin.

    Il faut quitter un clergé et des pratiquants qui se trouvent confortés et rejoints dans leurs attitudes par des évêques qui s’égarent dans des lectures biaisées des textes magistériels (comme le prouvent leurs façons de lire et d’appliquer aussi bien le concile Vatican II que le Motu proprio « Traditionis custodes » du pape François).

    Que ceux qui veulent continuer à faire des scoubidous ou des coloriages et à chanter des niaiseries au cours de messes tantôt kitch tantôt fadasses le fassent en toute liberté : ils ne transmettront rien aux générations futures.

    Que ceux qui veulent s’attacher à la raideur des chasubles ou aux dentelles des aubes qui sont la marque de fabrique de célébrations faussement « traditionnelles » le fassent s’ils y trouvent leur bonheur : par les temps qui courent, chaque façon de célébrer la liturgie doit être considérée comme acceptable.

    Que nos évêques qui veulent se faire les hérauts d’une pastorale hors sol qui n’a jamais rien produit le fassent si ça leur donne le sentiment d’être à la hauteur de leur mission : les extravagances dont ils sont capables et qui n’étonnent plus ne sont pas encore épuisées.

    Que le pape Bergoglio veuille davantage s’intéresser à Luther et à Pachamama qu’à la doctrine et la morale de l’Église, c’est son choix : un choix que chacun est en droit d’estimer regrettable et plus que risqué.

    Quoi qu’il en soit, tout cela, cette façon dont se présente l’Eglise et sa liturgie n’a plus aucun intérêt pour le simple fidèle qui souhaite échapper aux trahisons d’un clergé qui se complet dans la gestion de paroisses vides et où ne vibrionnent plus que des « laïcs engagés » qui prétendent « animer » des liturgies qui sont, au mieux, des soupes tièdes qu’on avale par esprit de sacrifice, au pire des poisons pour la paix intérieure et l’équilibre psychologique.

    Certes, il reste des havres de paix que sont les monastères qui ont résisté au vent du modernisme et qui ont reçu et appliqué Vatican II avec foi et intelligence. Mais un monastère, s’il peut être un lieu occasionnel de ressourcement, n’est pas le sanctuaire paroissial qu’un fidèle laïc doit normalement fréquenter en étant assuré d’y vivre et d’y alimenter sa foi dans le silence et la contemplation.

    Pour se détacher de cette situation ecclésiale devenue délirante et toxique au point de nuire à la paix intérieure et à la foi catholique, il a été décidé de mettre un terme à l’ « aventure » de Pro Liturgia. La situation actuelle et sans avenir, entretenue par un clergé en partie erratique et des laïcs qui ont accepté d’être déboussolés au point de ne plus s’interroger sur ce qu’on leur fait faire au cours des messes, l’exige.

    messe-moisson-jpg-536015
    Le mot d’ordre de nos évêques est qu’il ne faut confier de messes
    ni aux “traditionalistes” ni aux fidèles qui respectent les décisions
    de Vatican II en matière de liturgie mais uniquement à ceux qui malmènent le culte divin.
    Par conséquent, essayer de discuter avec ces pasteurs mitrés dont la logique est impénétrable
    fait perdre du temps (et parfois même la foi).

  • Ce mercredi 26 janvier : une journée de prière pour l'Ukraine à l'invitation du pape

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Journée de prière pour l'Ukraine

    Face aux tensions actuelles, le Souverain pontife a lancé une nouvelle fois un appel «aux personnes de bonne volonté» afin de faire revenir le dialogue à l'Est de l'Europe. Une journée de prière pour la paix dans le pays a lieu ce mercredi 26 janvier.

    À l'issue de la prière de l'Angélus dominical du 23 janvier, le Pape François a de nouveau fait part de ses préoccupations devant la dégradation des conditions sécuritaires à la frontière russo-ukrainienne. «Je suis avec inquiétude la montée des tensions qui risquent de porter un nouveau coup à la paix en Ukraine et de remettre en cause la sécurité du continent européen, avec des répercussions encore plus larges» a expliqué François.

    La fraternité plutôt que les intérêts

    Le Pape a par conséquent souhaité lancer «un appel sincère à toutes les personnes de bonne volonté pour qu'elles prient le Dieu tout-puissant afin que toutes les actions et initiatives politiques servent la fraternité humaine plutôt que les intérêts partisans». «Ceux qui poursuivent leurs propres objectifs au détriment des autres méprisent leur propre vocation d'être humain, car nous avons tous été créés frères» a t-il poursuivi.

    «Pour cette raison et avec inquiétude, compte tenu des tensions actuelles, je propose que le mercredi 26 janvier prochain soit une journée de prière pour la paix» a ainsi annoncé le Pape. La situation dans l'Est de l'Ukraine est depuis plusieurs semaines l'objet d'un bras de fer entre la Russie et les pays occidentaux. Moscou a massé des troupes à la frontière avec l'Ukraine et est accusé de voulouir envahir son voisin, ce que dément catégoriquement Moscou. Les récents pourparlers diplomatiques entre les États-Unis et la Russie sur la question ukrainienne se sont tous soldés par un échec. 

  • Le coming out des gays catholiques allemands : vers l'épreuve de force finale ?

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Allemagne, les gays catholiques font leur coming out; une épreuve de force

    26-01-2022

    125 prêtres et employés de l'Église catholique en Allemagne ont fait leur coming out en tant que personnes homosexuelles et ont appelé à la fin de la discrimination institutionnelle à l'encontre des personnes LGBTQ. Le documentaire diffusé sur la télévision publique présente des prêtres, un évêque et des responsables de structures ecclésiastiques telles que Caritas et la Curie. Le moment de la diffusion coïncide avec les accusations d'abus portées contre le pape Benoît XVI. Et maintenant, l'Église Lgbt veut l'épreuve de force finale. 

    Ce n'est pas par hasard, mais dans le cadre du complot qui a été déclenché contre le pape Benoît ces derniers jours, le 24 janvier, 125 prêtres et employés de l'Église catholique en Allemagne ont fait leur coming out en tant que personnes homosexuelles et ont exigé la fin de la discrimination institutionnelle à l'encontre des personnes LGBTQ et l'élimination des "déclarations obsolètes de la doctrine de l'Église" en matière de sexualité et de genre.

    Le documentaire a été diffusé sur la télévision publique allemande Ard. Les protagonistes sont des fonctionnaires de Caritas, des employés de la curie de différents diocèses, des prêtres, des moines, des religieuses, des éducateurs, des enseignants, des médecins et des infirmières de cliniques catholiques allemandes. Parmi eux figuraient le prêtre jésuite Ralf Klein, curé de paroisse en Forêt-Noire, le frère franciscain Norbert, des enseignants catholiques, deux religieuses lesbiennes qui ont quitté l'habit et l'évêque d'Aix-la-Chapelle, Helmut Dieser, qui a déclaré que la demande de modification du droit canonique pour permettre aux gays, aux lesbiennes, aux bisexuels et aux transsexuels de travailler pour l'Église était "justifiée" et a présenté ses excuses à toutes les personnes blessées et incomprises par l'Église en raison de leur orientation sexuelle.

    Dans l'autonomie accordée par la loi allemande à l'Église, il existe une clause de loyauté qui oblige les employés de l'Église catholique à vivre et à se comporter selon la doctrine catholique, les protagonistes du documentaire risquent donc d'être licenciés. Ces mêmes membres LGBTI de l'Église ont publié sept demandes sur les médias sociaux dans le cadre de l'initiative "OutInChurch".

    Les demandes vont de personnes homosexuelles exigeant l'accès à toutes sortes d'activités et de professions dans l'Église sans discrimination, à d'autres demandant à l'Église de réviser ses déclarations sur la sexualité sur la base de "découvertes théologiques et humaines-scientifiques". L'Église devrait également assumer la responsabilité de la discrimination à l'encontre des personnes LGBTI qui a eu lieu tout au long de l'histoire.  

    Le moment de la diffusion du documentaire (après cinq ans d'enquête et d'interviews) a certainement été influencé par les attaques dont le pape Benoît XVI a fait l'objet ces derniers jours et par les longs silences incompréhensibles qui accompagnent depuis plus d'un an les extravagances schismatiques de l'église allemande (au moins deux évêques allemands, dont le cardinal Reinhard Marx de Munich, se sont montrés favorables à une sorte de bénédiction "pastorale" des unions homosexuelles).

    Les accusations bestiales et les silences loquaces de ces derniers jours à l'égard du Pape Benoît XVI démontrent, comme l'affirme Stefano Fontana dans La Bussola et dans l'interview de Monseigneur Massimo Camisasca dans le Corriere della Sera du 22 janvier, non seulement l'agacement à son égard, mais aussi le désir obstiné de l'effacer au plus vite.

    La délectation avec laquelle la presse de gauche du monde entier a exhibé les excuses du pape Benoît XVI après la publication du rapport indépendant sur les abus commis dans le diocèse de Munich est emblématique de la méchanceté à l'égard de Ratzinger. "L'ex-Pape Benoît XVI était au courant des abus sexuels et n'a rien fait", tel était le titre reproduit tel quel que l'on pouvait lire le 20 janvier dans les colonnes des réseaux de médias de masse du monde entier : BBC au Canada, ABC, CNN et NYT aux États-Unis, Reuters et Associated Press, DW en Allemagne, Aljazeera au Moyen-Orient, etc.

    Lire la suite

  • Motu proprio sur la liturgie : « Pourquoi chercher à éradiquer une mouvance qui est une source précieuse de conversions ? »

    IMPRIMER

    16-novembre-2013-messe-action-grace-latin-selon-missel-romain-1962les-25-Fraternite-Sacerdotale-Saint-Pierre-presidee-Abbe-Vincent-Ribeton-leglise-Saint-Sulpice-Paris_0.jpgA propos d’un motu proprio qui ne passe décidément pas la rampe :  tribune du journaliste et écrivain Laurent Dandrieu dans le journal « La Croix » du 25 janvier 2021 :

    « TRIBUNE. Le débat continue autour du motu proprio Traditionis Custodes du pape François dans les colonnes de La Croix. Pour le journaliste et écrivain Laurent Dandrieu, le rite ancien ne sent pas le renfermé mais est au contraire « éminemment missionnaire » et à la source de « nombre de vocations » dont l’Église a tant besoin.

    Dans une tribune publiée le 27 décembre dans La Croix, Mgr François Blondel s’en prend aux catholiques traditionalistes. Sa thèse est résumée dès le titre : la « violence réactionnaire » de leurs réactions au motu proprio Traditionis Custodes du pape François montre tout le bien-fondé de celui-ci. Notons que Mgr Blondel ne donne aucun exemple de cette « violence réactionnaire » : pour notre part, nous avons entendu des réactions blessées, un fort sentiment d’injustice, beaucoup d’incompréhension, de la colère même, mais rien qui puisse justifier cette expression.

    Une sorte de réserve d’Indiens ecclésiale

    Blessure, sentiment d’injustice, incompréhension, colère : ces réactions des traditionalistes devant le motu proprio Traditionis Custodes (partagées par beaucoup de fidèles qui ne fréquentent aucunement la liturgie traditionnelle) sont-elles illégitimes ? Mgr Blondel les accuse de ne pas supporter qu’on leur « fasse des remarques » : l’expression paraît faible pour qualifier les mesures extrêmement dures prises à leur encontre par le pape François.

    → ANALYSE. Dans les milieux traditionalistes, « l’incompréhension » domine après le motu proprio du pape François

    En demandant aux évêques de ne pas autoriser de nouvelles célébrations traditionnelles, en exigeant que celles existantes soient chassées des églises paroissiales, en soumettant leur autorisation à un contrôle de la « conformité ecclésiale » de ces communautés (ce qui introduit à leur égard un soupçon de non-communion), en soumettant les nouveaux prêtres désireux de célébrer selon ce rite à une autorisation préalable de Rome (curieuse conception de la synodalité…), le pape dresse un véritable cordon sanitaire autour des traditionalistes, relégués dans une sorte de réserve d’Indiens ecclésiale. Jusqu’à extinction, puisque le pape précise dans une lettre aux évêques que le rite ancien ne sera autorisé que le temps dont ces fidèles auront besoin « pour revenir au rite romain ».

    Une dureté sans trace de « sollicitude paternelle »

    La raison de cette dureté ? Le rite traditionnel, écrit le pape, aurait été instrumentalisé pour rejeter le concile Vatican II et entretenir le « rejet de l’Église et de ses institutions » par des fidèles et des prêtres qui se considéreraient comme « la vraie Église ». Le ton est sec, disciplinaire, sans aucune trace de cette « sollicitude paternelle » affirmée par le Saint-Père au début de son motu proprio. Il justifie le sentiment de blessure et la colère, naturelle quand cette sollicitude à laquelle on vous reconnaît le droit vous est pratiquement déniée.

    → TRIBUNE. Motu proprio : « La nostalgie pour le passé ne peut plus servir de modèle pastoral »

    Quant à l’injustice, elle naît de cette description biaisée dans laquelle les traditionalistes ne reconnaissent rien de ce qu’ils vivent au jour le jour. L’expérience montre au contraire que, grâce à la libéralité du motu proprio Summorum pontificum promulgué en 2007 par Benoît XVI (et abrogé par celui de François), les catholiques « des deux rites » avaient cessé de se regarder en chiens de faïence, pour voir leurs ressemblances plutôt que ce qui les séparait. Contrairement à ce qui est dit, l’immense majorité des traditionalistes ne rechigne aucunement à fréquenter également le rite selon le missel de Paul VI. Dans les paroisses où les deux rites sont célébrés, on a appris à se connaître et à travailler ensemble.

    Lire la suite

  • La conversion de saint Paul (25 janvier)

    IMPRIMER

    3-conversion-of-st-paul-fra-angelico.jpgLors de l'audience générale du mercredi 3 septembre 2008, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à la conversion de saint Paul :

    Chers frères et sœurs,

    La catéchèse d'aujourd'hui sera consacrée à l'expérience que saint Paul fit sur le chemin de Damas et donc sur ce que l'on appelle communément sa conversion. C'est précisément sur le chemin de Damas, au début des années 30 du 1er siècle, et après une période où il avait persécuté l'Eglise, qu'eut lieu le moment décisif de la vie de Paul. On a beaucoup écrit à son propos et naturellement de différents points de vue. Il est certain qu'un tournant eut lieu là, et même un renversement de perspective. Alors, de manière inattendue, il commença à considérer "perte" et "balayures" tout ce qui auparavant constituait pour lui l'idéal le plus élevé, presque la raison d'être de son existence (cf.Ph 3, 7-8). Que s'était-il passé?

    Nous avons à ce propos deux types de sources. Le premier type, le plus connu, est constitué par des récits dus à la plume de Luc, qui à trois reprises raconte l'événement dans les Actes des Apôtres (cf. 9, 1-19; 22, 3-21; 26, 4-23). Le lecteur moyen est peut-être tenté de trop s'arrêter sur certains détails, comme la lumière du ciel, la chute à terre, la voix qui appelle, la nouvelle condition de cécité, la guérison comme si des écailles lui étaient tombées des yeux et le jeûne. Mais tous ces détails se réfèrent au centre de l'événement:  le Christ ressuscité apparaît comme une lumière splendide et parle à Saul, il transforme  sa  pensée  et  sa  vie  elle-même. La splendeur du Ressuscité le rend aveugle:  il apparaît ainsi extérieurement ce qui était sa réalité intérieure, sa cécité à l'égard de la vérité, de la lumière qu'est le Christ. Et ensuite son "oui" définitif au Christ dans le baptême ouvre à nouveau ses yeux, le fait réellement voir.

    Dans l'Eglise antique le baptême était également appelé "illumination", car ce sacrement donne la lumière, fait voir réellement. Ce qui est ainsi indiqué théologiquement, se réalise également physiquement chez Paul:  guéri de sa cécité intérieure, il voit bien. Saint Paul a donc été transformé, non par une pensée, mais par un événement, par la présence irrésistible du Ressuscité, de laquelle il ne pourra jamais douter par la suite tant l'évidence de l'événement, de cette rencontre, avait été forte. Elle changea fondamentalement la vie de Paul; en ce sens on peut et on doit parler d'une conversion. Cette rencontre est le centre du récit de saint Luc, qui a sans doute utilisé un récit qui est probablement né dans la communauté de Damas. La couleur locale donnée par la présence d'Ananie et par les noms des rues, ainsi que du propriétaire de la maison dans laquelle Paul séjourna (cf. Ac 9, 11) le laisse penser.

    Lire la suite

  • La question des abus pourrait s'avérer cruciale pour le pape François

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur MondayVatican; traduction de "Benoît et moi" :

    Pourquoi la question des abus est cruciale pour François

    En 2013, peu après l’élection du pape François, le vétéran-vaticaniste John Allen s’est rendu en Argentine pour en savoir plus sur l’histoire et la vie du cardinal Jorge Mario Bergoglio et esquisser son profil de personnalité. De ses recherches sont ressorties des situations ambiguës sur la réponse de Bergoglio sur deux cas d’abus sexuels, une histoire déjà mentionnée par le Washington Post le 18 mars 2013, cinq jours après l’élection.

    Les deux affaires concernaient le père Julio Cesar Grassi, inculpé en 2009 dans deux cas d’abus et acquitté dans de nombreux autres, et le père Napoleon Sasso, inculpé en 2007 pour avoir abusé de cinq jeunes filles mineures.

    Allen soulignait que ni Grassi ni Sasso ne sont des prêtres de l’archidiocèse de Buenos Aires et ne sont donc pas sous la supervision directe de Bergoglio. Et il expliquait que les deux histoires sont distinctes car l’implication de Bergoglio est différente selon les histoires.

    Dans le cas de Sasso, beaucoup pensent que la responsabilité n’incombe pas directement à Bergoglio. Dans le cas de Grassi, Bergoglio est accusé d’avoir tenté d’entraver le cours de la justice.

    Ces histoires ont été mises en lumière à plusieurs reprises au fil des ans. Par exemple, dans le documentaire français [?] réalisé par Martin Baudot, intitulé « Le code du silence », sorti en 2017. Tout comme, pendant une période, il a été question de Mario Inzoli, condamné pour abus, suspendu par Benoît XVI, et réintégré par le pape François.

    Ces situations ne constituent pas une attaque contre le pape François. Cependant, elles servent à souligner que, derrière une notion de tolérance zéro, tout le monde peut être accusé de ne pas se comporter correctement.

    C’est ce qui se passe actuellement en Allemagne, avec le rapport de l’archidiocèse de Munich sur les abus. Le rapport couvre une très longue période (de 1945 à 2019), comprend environ un millier de pages et souligne qu’au moins 497 personnes ont subi des abus au cours de cette période dans l’archidiocèse. Cela inclut deux cas attribuables à une mauvaise gestion. Dans ce cas, toutefois, le cardinal Reinhard Marx n’a pas proposé sa démission, comme il l’avait fait il y a quelques mois, justifiant cette demande au pape par un « échec personnel » dans la gestion des abus sexuels – une démission que le pape François a rejetée.

    Mais les projecteurs sont braqués sur les quatre cas survenus dans l’archidiocèse de Munich lorsque l’archevêque était Joseph Ratzinger. La situation de l’un de ces cas – l’ « aumônier H », en l’occurrence Peter Hullerman – avait déjà été clarifiée il y a 12 ans lorsqu’elle avait été mise sous les projecteurs au milieu des nombreuses attaques qui sont arrivées comme une « tempête parfaite » en 2010. Pour les trois autres, les 82 pages que Benoît XVI a envoyées comme mémoire et contribution personnelle sont authentiques. Lors de la conférence de presse, les experts ont déclaré qu’il ne savait rien de la situation des gens mais que les victimes sont convaincues qu’il savait.

    Il n’y a aucune preuve de cette affirmation. Tout comme il n’y a aucune preuve de dissimulation ou de mauvaise gestion de la part du cardinal Rainer Maria Woelki, archevêque de Cologne, contraint à une retraite spirituelle de six mois pour ce que la nonciature a appelé une erreur de communication. Tout comme il n’y avait aucune preuve contre le cardinal Philippe Barbarin, archevêque émérite de Lyon, acquitté des accusations de dissimulation, mais pas par l’opinion publique, au point qu’il a été contraint de démissionner.

    Aujourd’hui, la prolifération des rapports des conférences épiscopales, commandés à des organismes extérieurs, risque de se transformer en l’inverse de ce à quoi ils étaient destinés. Plus que des opérations de vérité, ils deviennent des opérations de marketing, les évêques étant occupés à s’excuser et à exprimer leur honte pour gagner du crédit dans l’opinion publique.

    Il ne fait aucun doute que les cas d’abus doivent être condamnés et que les prêtres qui les commettent doivent être punis et empêchés de poursuivre leur exercice pastoral. Cependant, il ne fait également aucun doute que tout doit être fait selon la justice, en tenant compte des contextes. Le Pape François a parlé à plusieurs reprises de l’herméneutique de l’époque comme nécessaire pour comprendre les situations et les modi operandi.

    Ces rapports, cependant, n’atteignent pas la vérité judiciaire, se fondent sur des témoignages partiellement vérifiés et fournissent une estimation des cas d’abus qui ne repose pas sur des dossiers judiciaires. La méthodologie n’est pas solide. Mais on ne peut pas le dire. En France, Karine Dalle a pris une position forte, dirigeant la communication de la Conférence des évêques de France. Elle a été licenciée. Elle a d’abord été la porte-parole de l’archevêque émérite de Paris Michel Aupetit, qui s’est retrouvé peu après face à une campagne médiatique pour des relations prétendument inappropriées avec une femme : le pape a accepté sa démission « sur l’autel de l’hypocrisie ».

    Le cas du rapport de l’archidiocèse de Munich ne fait pas exception. Mais, et c’est là le problème, n’importe qui pourrait être impliqué dans des allégations de mauvaise gestion, peut-être parce qu’il a sous-estimé une demande ou parce que sa première réaction n’était pas la meilleure. Cela arrive. Et puis la cible la plus en vue est choisie, ce qui permet de sauver la face des autres personnes impliquées ou responsables. C’était arrivé, trop souvent, avec Benoît XVI lorsqu’il était pape, et cela se reproduit maintenant qu’il est pape émérite.

    Cependant, la question reste de savoir si cette « tolérance zéro » voulue par le pape François, avec des actions de différents types à partir du spectaculaire sommet sur les abus en février 2019 jusqu’à l’abolition du secret pontifical, ne peut pas un jour se retourner contre le pape lui-même. Des cas dont on avait déjà parlé ne sont pas supprimés, et sont utilisés pour attaquer le pontificat. C’est possible parce que c’est la nature des choses.

    Le Pape est conscient de cela. Il a donc commencé à prendre ses distances de ceux qui pourraient lui causer un scandale, comme l’archevêque Gustavo Zanchetta, amené à Rome avec le rôle ad hoc d’assesseur de l’Administration du Patrimoine du Siège Apostolique, puis renvoyé chez lui alors qu’un procès contre lui se profilait.

    Mais cela pourrait ne pas suffire. Et si Benoît XVI est toujours une cible facile, cela ne signifie pas que la même tactique ne peut pas être appliquée contre le pape François. Il y a des cas où l’on peut jouer avec une narration. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de volonté de le faire.

  • En route vers un "Etat profond planétaire" ?

    IMPRIMER

    Philippe Maxence s'entretient avec Bernard Dumont, Directeur de la revue 'Catholica', sur le site de l'Homme Nouveau :

    Allons-nous vers un État profond planétaire ?

    Directeur et fondateur de la revue Catholica, Bernard Dumont a consacré un numéro récent (n° 153) à la thématique de l'émergence éventuelle d'un « État profond » de niveau planétaire. Une question qui se pose au regard du traitement de la crise liée au Covid, des solutions étatiques apportées mais aussi des projets, plus ou moins dévoilés, comme celui de la grande réinitialisation. Nous remercions Bernard Dumont d'avoir pris le temps de répondre longuement à nos questions et signalons que le dernier numéro de Catholica vient de paraître et qu'il s'attache notamment à analyser la situation de pré-conclave dans laquelle l'Église est entrée.

    Le numéro d’automne 2021 de Catholica que vous dirigez posait la question en couverture : Vers un État profond planétaire ? Qu’est-ce qui vous a conduit à vous interroger à ce sujet 

    Bernard Dumont : Disons que c’est une préoccupation qui concerne beaucoup de monde en ce moment ! L’arrivée, fin 2019, du virus devenu aujourd’hui une source d’obsession pour l’humanité, et surtout la façon dont il a été combattu par la plupart des gouvernements, avec un autoritarisme de plus en plus durci, en Amérique du Nord, en Europe occidentale, en Asie... ont en effet mis en relief  un changement fondamental de régime, dépassant de beaucoup les réactions habituelles des instances spécialisées face à un danger collectif en matière de santé. On a assisté à une dramatisation délibérée de la situation, une étonnante création de panique collective, là où l’on aurait plutôt attendu des réactions maîtrisées et efficaces. Dans le même temps les grands groupes pharmaceutiques mondiaux ont été les grands bénéficiaires de cette ambiance d’intense agitation. Enfin quelques personnages parmi les plus influents ont accrédité l’idée d’une rupture fondamentale dans le cours des choses : c’est le thème explicite du Global Reset (la grande réinitialisation) lancé par le directeur du Forum économique mondial, Klaus Schwab.

    Lire la suite sur le site de l'Homme Nouveau

  • L'Église catholique romaine et la pédophilie : une histoire qui ne s'arrête jamais

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    L'Église catholique romaine et la pédophilie : l'histoire ne s'arrête jamais

    24/01/2022

    Un éditorial du rédacteur en chef de Bitter Winter pour le quotidien italien Il Mattino (21 janvier), après le rapport allemand accusant l'archevêque d'alors, Mgr Ratzinger.

    par Massimo Introvigne

    La saga tragique des abus sexuels sur mineurs commis par des prêtres catholiques ne s'arrête jamais. Le dernier épisode en date d'une histoire qui porte atteinte, peut-être de manière irrémédiable, à l'image de l'Église est un rapport commandé par l'archidiocèse de Munich et Freising sur les abus sexuels commis par le clergé sur le territoire diocésain de 1945 à 2019. Le rapport parle d'"au moins 497" victimes et des "erreurs" commises par les archevêques successifs dans leur traitement des prêtres accusés d'abus. L'étude a fait la une des journaux car, de 1977 à 1982, l'archevêque de Munich et Freising était Joseph Ratzinger, l'actuel pape émérite Benoît XVI, et on lui a reproché de ne pas être intervenu dans quatre cas.

    La clameur autour de Benoît XVI a éclipsé trois autres aspects intéressants du rapport allemand. Le premier est que, comme dans le cas français précédent, il ne s'agit pas d'une enquête de l'État ou d'autres autorités extérieures sur l'Église catholique, mais d'une étude commandée et payée par l'Église elle-même, qui, à Munich comme à Paris, voulait en savoir plus sur ce qui s'était réellement passé.

    La seconde est que, même en tenant compte de la taille plus réduite du territoire de l'archidiocèse de Munich et Freising par rapport à l'ensemble de la France, objet de l'étude précédente, le nombre de victimes apparaît plus faible, et peut-être plus réaliste. En réalité, la comparaison entre les deux rapports est difficile. A Munich, les cas spécifiques avec noms et prénoms ont été comptabilisés. En France, un algorithme a créé, à partir du nombre d'épisodes connus, un chiffre hypothétique sur le total des cas possibles, dont on a supposé qu'ils étaient restés le plus souvent cachés. Le chiffre français a été considéré comme probablement exagéré par plusieurs chercheurs, dont certains critiquent l'Église catholique.

    Le troisième aspect est que le pic des cas signalés dans ces rapports se réfère aux années 1970-1990. Il est trop tôt pour tirer des conclusions, car de nombreux cas sont découverts des années, voire des décennies après les faits, mais l'hypothèse selon laquelle les mesures plus strictes introduites par Benoît XVI lui-même, puis par le pape François, ont eu quelques bons effets ne semble pas improbable.

    Quant à Benoît XVI, il a déjà répondu que dans les cas qui lui sont reprochés, il a strictement suivi les règles canoniques de l'époque. Pour évaluer cette déclaration, il faudrait avoir accès aux dossiers complets de ces affaires, mais à première vue, l'autodéfense du pape Ratzinger a un certain sens. Il ne faut pas oublier que les règles de la fin des années 1970 n'étaient pas celles d'aujourd'hui. Un évêque qui n'aurait pas appliqué les règles de l'époque et aurait puni ou dénoncé des membres du clergé en l'absence de preuves définitives et définitives se serait exposé à un procès canonique et peut-être même civil pour diffamation intenté par le prêtre accusé.

    Les normes d'aujourd'hui sont heureusement beaucoup plus strictes, et sont essentiellement le résultat des réformes introduites par Benoît XVI. En fait, il n'y a pas de différence substantielle entre le pape Ratzinger et le pape François sur le sujet des prêtres pédophiles. François a fait quelques pas de plus, mais dans une direction que Benoît XVI avait déjà esquissée. Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de différences dans la façon dont les deux Pontifes gèrent ce qui apparaît comme la plus grande crise de l'Église contemporaine.

    Ce qui est différent, c'est la communication. Le Pape Ratzinger a tonné contre les prêtres pédophiles sur un ton non moins sévère que le Pape François. Cependant, il a également réagi fermement, parfois de manière pointue, lorsque des médias internationaux ou des gouvernements tels que celui de l'Irlande et même des commissions des Nations Unies citaient des statistiques que l'Église considérait comme exagérées ou fausses, ou proposaient des mesures qui semblaient mettre en danger la liberté et l'indépendance des évêques catholiques. Le pape François pense probablement que sur ces points, son prédécesseur avait de bonnes raisons de se plaindre, mais il est également conscient que chaque attaque contre ceux qui critiquent l'Église sur la question de la pédophilie a un coût catastrophique en termes d'image. Cela donne l'impression que l'Église veut toujours, d'une manière ou d'une autre, couvrir les prêtres pédophiles ou justifier ses erreurs passées.

    Et pourtant, même le fait d'exprimer de la compréhension pour les motifs des gouvernements exaspérés et d'ouvrir un dialogue avec les médias critiques ne s'est pas avéré suffisant. L'offensive médiatique de François qui, même sur le sujet de la pédophilie, a cherché à donner une image d'ouverture, de transparence et d'écoute de la critique a connu un certain succès initial, mais semble avoir perdu son élan. Le pape François lui-même montre désormais une certaine lassitude lorsqu'il aborde ces sujets en public.

    Les mesures de Benoît XVI peuvent être affinées, bien qu'il n'y ait pas grand-chose de plus que l'Église puisse faire, sans être accusée de violer de manière macroscopique dans ses processus canoniques le droit à la défense, que même un prêtre accusé de pédophilie conserve comme tout autre accusé. Des enquêtes indépendantes supplémentaires peuvent être promues et financées par l'Église. Par exemple, beaucoup en demandent une en Italie également. Peut-être y aura-t-il un rapport sur l'Italie commandé par l'Église, mais cela ne changera pas grand-chose au tableau général. Une communication plus ouverte et plus amicale avec les médias pourrait être mise en œuvre. Pourtant, il est peu probable que le climat change vraiment. Même s'il était possible de réduire à zéro le nombre de cas actuels d'abus, ce qui semble peu probable, il est raisonnable de penser qu'il existe encore des milliers de cas datant de quarante ou cinquante ans qui attendent d'être découverts, sans parler du travail des historiens remontant au XIXe siècle.

    Beaucoup pensent qu'une percée se produirait si l'Église renonçait au célibat des prêtres. Il y a quelques années, un département du Vatican m'a demandé, avec d'autres chercheurs, un avis confidentiel sur ce point. J'ai répondu que l'Église pourrait trouver d'autres bonnes raisons d'ouvrir le sacerdoce dans toutes les situations (comme c'est déjà le cas aujourd'hui pour certaines Églises catholiques orientales et aussi en Occident dans des cas particuliers) aux hommes mariés, mais que cette mesure en soi ne résoudrait pas le problème de la pédophilie. D'autres chercheurs ont partagé ma position. Il ne s'agissait pas d'une opinion philosophique mais d'une opinion statistique. Elle découlait du fait que de graves problèmes de pédophilie existent même dans les organisations religieuses qui n'imposent pas le célibat à leurs ministres, et que dans la société en général, de nombreux pédophiles sont des hommes mariés.

    La pédophilie du clergé catholique a quelque chose de mystérieux et de profond. Tant Benoît XVI que François ont exprimé ce sentiment à plusieurs reprises. Pour ceux qui y croient, il est difficile de résister à la suggestion que la main du Mal, que la tradition catholique personnifie dans le Diable, est à l'œuvre derrière un problème effrayant qui peut apparemment être atténué mais pas résolu. Les deux Pontifes, le régnant et l'émérite, ont suggéré à plusieurs reprises que les enquêtes, les normes et les décrets, bien qu'utiles, ne sont pas suffisants, et qu'un profond renouvellement moral et spirituel de l'Église est nécessaire. Les évêques et les cardinaux qui penseraient utiliser cette crise de manière instrumentale pour les manœuvres habituelles de la Curie romaine, peut-être pour éliminer les opposants nommés par le Pape Ratzinger et toujours en place, ou pour une guerre d'usure qui préparerait le prochain conclave, montreraient simplement qu'ils n'ont pas compris l'énormité du drame.

  • Abus : Benoît XVI reconnaît une erreur dans ses déclarations antérieures

    IMPRIMER

    D' sur zenit.org :

    Benoît XVI et les abus dans le diocèse de Munich: déclaration de Mgr Gänswein

    « Le cardinal Ratzinger a géré ces affaires avec fermeté »

    Un rapport fait la lumière

    Un rapport sur les abus sexuels sur mineurs dans le diocèse de Munich (Allemagne), a en effet été publié le 20 janvier 2022, faisant état de 497 victimes en 74 ans. Le pape émérite Benoît XVI – qui fut archevêque de Munich et Freising de mars 1977 à février 1982 -, a exprimé sa « proximité » aux victimes, comme nous le rapportions la semaine passée.

    L’enquête commandée par l’Église, en février 2020, à un cabinet d’avocats indépendants (Westpfahl-Spilker-Wastl) a examiné comment les archevêques successifs ont géré les cas d’abus sexuels entre 1945 et 2019.

    « Depuis jeudi après-midi (jeudi 20 janvier 2022, ndlr), le pape émérite Benoît XVI a reçu le rapport présenté par le cabinet d’avocats munichois Westpfahl Spilker Wastl sous forme de fichier PDF. Il lit actuellement attentivement les déclarations qui y sont contenues, qui le remplissent de honte et de douleur face aux souffrances infligées aux victimes », déclare Mgr Gänswein.

    Le pape émérite avance peu à peu dans la lecture, précise-t-il: « Même s’il essaie de le lire rapidement, il vous demande de comprendre qu’en raison de son âge et de son état de santé, mais aussi en raison de la grande taille (du rapport de 1 900 pages, ndlr), il lui faudra du temps pour le lire complètement. Il y aura un commentaire sur le rapport. »

    Cependant, sollicité par les enquêteurs; le pape émérite leur avait fait parvenir un texte de 82 pages dans lequel il protestait de son innocence et faisait l’éloge de l’enquête. Le rapport du 20 janvier met en cause l’archevêque Ratzinger en tout dans la gestion de 4 cas.

    Une thérapie dans le diocèse de Munich

    Le pape émérite tient à rectifier une information précédente: « Cependant, il tient maintenant à préciser que, contrairement à ce qui a été dit lors de l’audience, il a participé à la réunion de l’Ordinariat le 15 janvier 1980. L’affirmation contraire était donc objectivement erronée. Il tient à souligner que cela n’a pas été fait de mauvaise foi, mais résulte d’une erreur dans la rédaction de sa déclaration. Il expliquera comment cela s’est produit dans la déclaration en attente. Il est vraiment désolé pour cette erreur et il s’excuse pour cette erreur. »

    Il s’agissait d’une réunion à propos d’un prêtre venu du diocèse de Essen, Peter Hullermann, dans celui de Munich. Mgr Gänswein précise que lors de cette rencontre, « la mission pastorale du prêtre en question n’a pas été décidée »: cette partie de l’information «  »reste objectivement correcte, comme en témoignent les documents ».

    Le prêtre en question devait venir à Munich uniquement pour suivre une thérapie: « Sa demande n’a été acceptée que pour un hébergement pendant son traitement thérapeutique à Munich », précise Mgr Gänswein.

    Il souligne à nouveau que Benoît XVI « est proche de son ancien archidiocèse et diocèse d’origine ces jours-ci et y est très lié dans ses efforts de clarification. Il pense surtout aux victimes qui ont vécu des abus sexuels et à l’indifférence ».

    « Le Cardinal Ratzinger a géré ces affaires avec fermeté »

    On peut rappeler ici que le cardinal Joseph Ratzinger a alerté le pape Jean-Paul II sur les cas de pédocriminalité mal gérés par les évêques diocésains, lui suggérant de les confier plutôt à la Doctrine de la foi, de façon à garantir une juste distance, d’où le motu proprio de Jean-Paul II en 2001 Sacramentorum sanctitatis tutela décrétant que les délits « les plus graves » contre les mœurs, doivent nécessairement être signalés par les évêques, après enquête préliminaire, à la Congrégation.

    En tant que préfet de celle-ci, Joseph Ratzinger envoie alors aux évêques la lettre De delictis gravioribus (Les délits les plus graves), leur imposant de faire remonter les dossiers d’abus sexuels à Rome, pour une plus grande transparence et des condamnations plus fermes.

    Il a notamment proposé d’enquêter, en 1995, sur le cardinal Hans Hermann Groër, alors archevêque de Vienne (Autriche), alors que Jean-Paul II lui-même ne croyait pas à sa culpabilité, et en 1998 sur Marcial Maciel – qui jouissait de puissants soutiens au Vatican -, tous deux soupçonnés d’abus sexuels sur des mineurs.

    Le cardinal Ratzinger a par ailleurs osé dénoncer – en mondovision – , lors du chemin de croix du Colisée, le vendredi saint 2005 « la saleté dans l’Eglise ».

    Il a ensuite continué, en tant que pape, à réformer les lois de l’Eglise pour pouvoir lutter contre cette criminalité dans l’Eglise. Et la section du site du Vatican consacré aux abus date de son pontificat. Les textes pontificaux sont accessibles ici.

    On comprend, avec le recul, la conversion qu’il voulait obtenir en déclarant une « année sacerdotale » (2009-2010).

    Le 13 mars 2010, Mgr Charles Scicluna, alors « promoteur de justice (procureur), spécialiste de la lutte contre la pédocriminalité dans l’Eglise – il a été l’envoyé du pape François au Chili – a réfuté l’affirmation selon laquelle le pape Benoît XVI aurait été, en tant que préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, responsable d’une politique de dissimulation des faits : « Cette accusation est sans fondement, et même calomnieuse. Quelques faits. Entre 1975 et 1985 aucun cas de pédophilie cléricale n’a été signalé à la congrégation. Après la promulgation du Code canonique de 1983, il y a eu une période d’incertitude sur les « Delicta Graviora » qui devaient être de notre compétence. C’est seulement avec le Motu Proprio de 2001 que le crime pédophile est redevenu de notre exclusive compétence, et à partir de là le Cardinal Ratzinger a géré avec fermeté ces affaires. Il a en outre fait preuve de courage dans le traitement de cas extrêmement délicats. Accuser le Pape actuel d’avoir occulté la question est pure calomnie. »

    Pour ce qui est de son rôle à Munich, on attend donc la prochaine déclaration du pape émérite.

  • L'avortement n'est pas un droit de l'homme

    IMPRIMER

    De Gregor Puppinck sur gènéthique.org :

    Pourquoi l’avortement n’est pas un droit de l’homme

    17 juin 2021

    Durant la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la détermination du commencement du droit à la vie fut vivement débattue. La Commission sur le statut des femmes, présidée par Mme Begtrup, recommanda de prévoir des exceptions au respect du droit à la vie afin de permettre la « prévention de la naissance d’enfants handicapés mentalement » et d’enfants « nés de parents souffrant de maladie mentale[1] ». Le représentant du Chili fit remarquer la similitude de ces propositions avec la législation nazie. Charles Malik, libanais orthodoxe, proposa de garantir, à l’inverse, « le droit à la vie et à l’intégrité physique de toute personne dès le moment de la conception, quel que soit son état de santé physique ou mentale[2] ». Deux conceptions de l’homme et de la dignité se faisaient front. Objectant que plusieurs pays autorisent l’avortement lorsque la vie de la mère est en danger, le représentant de la Chine, soutenu par l’Union Soviétique et le Royaume-Uni, s’opposa à la protection explicite de la vie humaine dès la conception. Finalement, le texte resta volontairement silencieux sur ce point[3]. Il fut alors admis que la Déclaration universelle pouvait être interprétée comme protégeant la vie dès la conception, ou non, suivant la préférence de chaque État[4]. Il fut ainsi décidé de ne pas apporter de protection internationale explicite à la vie humaine avant la naissance.

    Notons qu’au même moment, l’Association Médicale Mondiale[5] prit l’initiative d’actualiser le Serment d’Hippocrate par l’ajout en 1948 d’un Serment de Genève dans l’esprit de la Charte de San Francisco. Par ce texte, les médecins promettent de garder « le respect absolu de la vie humaine dès la conception » et de refuser que « des considérations de religion, de nation, de race, de parti ou de classe sociale viennent s’interposer entre mon devoir et mon patient ».

    Cette question n’a cessé d’être vivement débattue, les promoteurs du contrôle des naissances essayant inlassablement d’imposer un droit universel à l’avortement.

    Selon le Conseil de l’Europe, les archives des travaux préparatoires à la Convention européenne relatifs au droit à la vie sont inexistantes ; dès lors, il n’est plus possible de savoir si l’avortement a été débattu, et en quels termes[6]. Néanmoins, aucun État participant à la rédaction du texte n’autorisait alors l’avortement et la culture chrétienne-démocrate majoritaire à l’époque s’y opposait fermement. En 1979, il s’est encore trouvé une majorité de députés à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pour défendre « Les droits de chaque enfant à la vie dès le moment de sa conception[7] » et pour souligner quelques années plus tard « que dès la fécondation de l’ovule, la vie humaine se développe de manière continue[8] ».

    Au fil de sa jurisprudence, la Cour européenne a précisé que la Convention européenne ne garantit aucun droit à subir un avortement[9], ni de le pratiquer[10], ni même de concourir impunément à sa réalisation à l’étranger[11]. Elle a aussi jugé que l’interdiction de l’avortement ne viole pas la Convention[12]. Enfin, elle a souligné que l’article 8 de la Convention qui garantit le droit à l’autonomie personnelle « ne saurait […] s’interpréter comme consacrant un droit à l’avortement[13] ». Ainsi, il n’existe pas de droit à l’avortement au titre de la Convention européenne. L’existence d’un tel droit de vie et de mort sur l’être humain avant la naissance supposerait de nier absolument son humanité ; et il ne s’est pas – encore – trouvé de majorité au sein de la Cour pour ce faire. Celle-ci a suivi l’approche ambiguë de la Déclaration universelle, en jugeant que les États peuvent « légitimement choisir de considérer l’enfant à naître comme une personne et protéger sa vie[14] », tout comme ils peuvent faire le choix inverse. En restant silencieuse sur le statut de l’homme avant sa naissance, la Cour évite de se prononcer sur son droit à la vie et laisse à chaque État le choix de permettre ou non l’avortement. Cette position peut sembler équilibrée, mais concrètement, elle a bien plus pour effet de tolérer l’avortement que de protéger la vie humaine anténatale. De fait, la Cour n’a jamais protégé un quelconque enfant à naître parmi les millions qui ont été avortés ; elle a en revanche condamné l’Irlande, la Pologne et le Portugal en raison de leur législation restrictive sur l’avortement.

    Lire la suite

  • Eglise du Saint-Sacrement à Liège : messe de la fête de la Chandeleur chantée en grégorien le mercredi 2 février 2022 à 18h00

    IMPRIMER

    Eglise du Saint-Sacrement à Liège

    icone 68px.jpg

    Bd d’Avroy, 132 

    eglise_du_Saint-Sacrement_de_Liege-681x1024.jpg

    Mercredi 2 février 2022 à 18h 

    Présentation de Jésus au Temple et Purification de Notre-Dame

    20220106_094858 (2).jpg

    Bénédiction et distribution des cierges

    Procession dans l’église à la lueur des cierges

    Messe grégorienne (Kyriale IX – Credo IV)

     

    → Les cierges sont allumés pour l’Evangile et du Sanctus au Pater

    Bénédiction de saint Blaise (pour protéger la gorge)

    → Avec cette fête, le cycle de Noël prend fin et la crèche est démontée

    Plus de renseignements sursumcorda@skynet.be ou 04 344 10 89

     

  • La RTBF au chevet des églises désacralisées

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF (Kevin Dero) :

    Patrimoine : logements, musées, hôtels, murs d’escalade… que faire de nos églises désacralisées ?

    23 janvier 2022

    Une idée... cardinale pour la Cité Ardente. Cette semaine, un choix très attendu, a été arrêté: l’imposante "Basilique" (qui est en fait une église) implantée sur le mémorial interallié de Cointe et qui domine la ville de Liège, va être réhabilitée. Et c’est le projet baptisé "Basilique Expérience" qui a décroché la timbale. Un projet qui fait la part belle à… l’escalade. Le Groupe Gehlen a, en effet, voulu tirer parti de la hauteur sous plafond de 40 mètres de l’édifice. En association avec d’autres sociétés, il va y aménager ce qui deviendra la plus haute salle d’escalade d’Europe. Un parcours d’accrobranche sera aussi construit, de même qu’une extension proposant restaurant panoramique, cinéma de quartier et espace polyvalent.


    Publicité

    A lire aussi : Liège : la Basilique de la Paix sera aussi la plus haute salle d’escalade d’Europe


    L’occasion pour nous de revenir sur cette question très actuelle : ils sont très nombreux dans nos contrées, ces bâtiments religieux. Ces églises, chapelles et couvents qui parsèment nos villes et nos campagnes. De moins en moins occupés, leur entretien coûte cher et ils sont de plus en plus à être désacralisés. Que faire de ce patrimoine parfois cher à nos villes et nos villages, une fois qu’il a "perdu sa foi"?

    Emotionnel

    Une église peut revêtir une charge émotionnelle forte dans une entité. Une communauté de personnes s’est souvent attachée au bâtiment pour diverses raisons. Un lieu de rassemblement pour divers grands moments de l’existence : baptême, mariages, mais aussi funérailles ou catéchisme… La silhouette rassurante d’un clocher dans le paysage, le son régulier du carillon, la richesse d’un patrimoine…

    Des lieux dont la destination première est de vivre, mais qui, en de nombreux endroits, se voient de plus en plus désertés. "Les églises sont des lieux d’accueil dont les portes sont ouvertes. On y entre et on en sort comme on veut. […] Ce sont des lieux ouverts pour tous, croyant ou non. Des lieux publics, uniques en leur genre " ont écrit les évêques de Belgique dans une lettre de 2019. Un bâtiment religieux a donc vocation à rester ouvert : "Les églises fermées toute la semaine ou seulement ouvertes pour les services liturgiques, n’émettent pas un bon signal" déclarent-ils. Les prélats ne nient pas que les temps ont changé, et la pratique religieuse aussi. Ainsi, ils écrivent également : " L’infrastructure héritée du passé ne correspond plus à la situation réelle de l’Eglise dans notre société".

    Les restaurations coûtent cher aux finances communales – rappelons que dans nos contrées, les édifices sont gérés par les "fabriques d’Eglise"- et pour ne pas voir tout ce patrimoine tomber en lambeaux, il faut donc procéder à des réaffectations. Selon les Evêques, certaines églises se voient donc attribuer une destination partagée (comme dans le cas de Cointe, où une partie ne sera pas désacralisée). D’autres monuments sont désaffectés et reconvertis. Un choix parfois cornélien et déchirant pour les communautés ecclésiastiques.

    Autel et platines

    Désacraliser et réhabiliter les monuments religieux… Très bien, mais pas de n’importe quelle manière. Les évêques plaident ainsi pour une politique globale, et pas seulement à l’échelle locale. Et si la décision est entérinée, pas question néanmoins de faire n’importe quoi avec le bâtiment maintenant "païen". "S’il n’y a plus suffisamment de personnes dans certains lieux, il vaut mieux trouver une bonne réaffectation à un lieu qui peut toujours parler aux personnes du quartier. Mais le respect de ce qu’a été ce bâtiment demande dans une certaine mesure à être maintenu" expliquait Tommy Scholtès, le porte-parole de la conférence épiscopale de Belgique, en 2016.

    Pourtant, des cas se distinguent… Ainsi, la célèbre discothèque bruxelloise "Spirito" a déjà fait les belles nuits de biens des noceurs. Ancienne église, c’est sous les spotlights qu’un autre type de fidèles a l’habitude (hors temps de pandémie, évidemment) de se trémousser. Mais ce n’était pas une église catholique. Elle était à l’origine ouverte au culte anglican. Pas certain que les autorités catholiques auraient voués l’endroit à des saints si bruyants…

    Lire la suite