Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Les observations du cardinal Sarah concernant les nouvelles normes pour les messes à la Basilique Saint-Pierre de Rome

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Exclusif. Le cardinal Sarah demande au pape de révoquer l’interdiction des Messes « individuelles » à Saint-Pierre

    (s.m.) Depuis une semaine, la basilique de Saint-Pierre est un désert silencieux. Elle n’est plus animée, comme chaque matin, par les nombreuses Messes célébrées sur les multiples autels. Et tout cela à cause d’une ordonnance émise le 12 mars par la première section de la Secrétairerie d‘État – qui, via son Substitut, est en lien direct avec le Pape – qui a interdit toutes les Messes « individuelles », n’autorisant que les Messes collectives, pas plus de quatre par jour et à des endroits et des horaires préétablis.

    L’ordonnance est rédigée sur papier à en-tête mais est dépourvue de toute signature et de numéro de protocole. Et elle n’est même pas adressée à celui qui devrait être son destinataire naturel, le cardinal archiprêtre de la basilique papale construite sur le lieu du martyre et du tombeau de l’apôtre Pierre. C’est un gribouillage juridique.

    Et pourtant, elle a fait son effet. Non sans susciter des protestations en haut lieu.

    Celle qui suit, confiée à Settimo Cielo pour la publication, est celle du cardinal Robert Sarah, qui était jusqu’au 20 février dernier Préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, et donc celui qui est le mieux à même de s’exprimer sur le sujet.

    Sa protestation se conclut par cet appel au Pape François :

    « Je supplie humblement le Saint-Père de décider du retrait des récentes normes décrétées par la Secrétairerie d’État, qui manquent autant de justice que d’amour, qui ne correspondent pas à la vérité ni au droit, qui ne contribuent pas à la dignité de la célébration, à la participation dévote à la Messe ni à la liberté des enfants de Dieu mais les mettent plutôt en péril. »

    Reste à voir si le Pape François répondra, et si oui, comment.

    *

    Observations concernant les nouvelles normes pour les Messes à Saint-Pierre du cardinal Robert Sarah

    Je voudrais spontanément ajouter ma voix à celle des cardinaux Raymond L. Burke, Gerhard L. Müller et Walter Brandmüller, qui ont déjà exprimé leur propre opinion concernant les dispositions prises le 12 mars dernier par le Secrétairerie d’État du Vatican, qui interdit la célébration individuelle de l’Eucharistie sur les autels latéraux de la basilique Saint-Pierre.

    Mes confrères cardinaux que je viens de citer ont déjà mis en évidence plusieurs problématiques légales concernant le texte de la Secrétairerie d’État.

    Lire la suite

  • Réviser le financement des cultes ?

    IMPRIMER

    Le déclin du catholicisme en Belgique conduit inévitablement à poser la question. Certains pensent que la fin du financement du culte catholique, ou sa réduction, pourrait être salutaire pour réveiller l'Eglise dans notre pays. Un document proposé par "We citizens", il y a juste un an : 

    2021_03_30_08_02_31_Greenshot.png

  • Mgr Kockerols : "nous avons considéré que l’Église ne devait pas être autoréférentielle..."

    IMPRIMER

    De Xavier Le Normand, envoyé spécial à Bruxelles, sur le site du journal La Croix :

    En Belgique, la foi sous restrictions

    Depuis près d’une demi-année, les mesures sanitaires en vigueur en Belgique restreignent presque totalement la participation des fidèles aux cérémonies religieuses. Empêchés de célébrer leur culte, les Belges font preuve de créativité pour exprimer leur foi mais se divisent sur l’attitude à adopter face aux mesures sanitaires.

    29/03/2021

    En Belgique, la foi sous restrictions

    La basilique du Sacré-Coeur à Bruxelles, le 8 juin, lorsque les célébrations n’étaient encore pas limitées à 15 fidèles quelle que soit la taille de l’édifice religieux. 

    Installé en hauteur sur le plateau de Koekelberg, surplombant la capitale belge, l’édifice est immanquable. Ne couvrant pas moins de 10 000 mètres carrés, la basilique du Sacré-Cœur est la cinquième plus grande église du monde catholique, dépassant de loin toutes les cathédrales françaises. Et pourtant, depuis cinq mois, les fidèles n’ont jamais pu s’y réunir à plus de 15, perdus dans la gigantesque basilique. « On nous prive du chemin de la vie, c’est très grave ! », tempête le prêtre qui préside une des messes en ce samedi après-midi, dénonçant des mesures qui « nient la dimension spirituelle de l’homme ».

    « Nous sommes le pays d’Europe le plus restrictif quant à la liberté de culte », confirme Charles d’Alençon, auteur de plusieurs initiatives contre les limitations imposées par les autorités face au Covid-19. Interdites fin octobre, les célébrations publiques n’ont, depuis, connu comme seul allègement que la possibilité de réunir 15 fidèles maximum. À l’inverse, les commerces, mêmes « non essentiels », ont longtemps pu accueillir le public dans une limite basée sur leur surface. « Il n’y a aucune cohérence, les décisions sont illogiques ! », s’agace Charles d’Alençon.

    L’Église belge a « moins de poids » qu’en France

    S’ils sont plus mesurés, d’autres fidèles dénoncent eux aussi ces limites. « Je comprends que des mesures soient nécessaires, mais pourquoi ce chiffre arbitraire de 15 ? », s’interroge Fiona, jeune femme de 26 ans croisée devant l’église Notre-Dame de l’Annonciation, à Ixelles. « Je suis sceptique devant les règles », rajoute Eberhard, sexagénaire allemand installé dans la capitale belge. Un propos aussitôt tempéré par sa femme Myriam, espagnole. « Les instructions ne sont pas toujours très agréables, mais il faut les respecter pour le bien commun. » Passant devant l’église, une expatriée française lance : « On aimerait revenir dans notre pays ! »

    Lire la suite

  • Mardi Saint : Il faisait nuit...

    IMPRIMER

    051q04c.jpgDe l'abbé Jean Gottigny sur evangeli.net :

    Aujourd'hui mardi saint, la liturgie met l'accent sur le drame qui se prépare et qui débouchera sur la croix du vendredi saint. «Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt; il faisait nuit» (Jn 13,30). Il fait toujours nuit quand on s'éloigne de celui qui est «lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu» (Symbole de Nicée-Constantinople). 

    Le pécheur est celui qui tourne le dos au Seigneur pour graviter autour des choses créées, sans les référer au Créateur. Saint Augustin décrit le péché comme «l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu». Une trahison, en somme. Une forfaiture, fruit de «l'arrogance avec laquelle nous voulons nous émanciper de Dieu et n'être rien d'autre que nous-mêmes, l'arrogance avec laquelle nous croyons ne pas avoir besoin de l'amour éternel, mais avec laquelle nous voulons maîtriser notre vie tout seuls» (Benoît XVI). On comprend que Jésus, ce soir-là, ait été «bouleversé au plus profond de lui-même» (Jn 13,21). 

    Heureusement, le péché n'est pas le dernier mot. Le dernier mot, c'est la miséricorde de Dieu. Mais celle-ci suppose de notre part un “retournement”. Un renversement de situation qui consiste à se détacher des créatures pour s'attacher à Dieu et retrouver ainsi la liberté authentique. N'attendons cependant pas pour retourner à Dieu d'être écœurés des fausses libertés que nous avons prises. Selon le mot de Bourdaloue, «nous voulons nous convertir quand nous serons rebutés du monde ou plutôt quand le monde sera rebuté de nous». Soyons plus avisés. Décidons-nous maintenant. La semaine sainte est l'occasion propice. Sur la croix, le Christ tend les bras à tous. Nul n'est exclu. Tout larron repentant a sa place au paradis. À condition de changer de vie et de réparer, comme celui de l'Évangile: «Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal» (Lc 23,41).

  • Les affligeants propos de l'évêque de Tournai

    IMPRIMER

    Dans La Libre de ce 29 mars (p. 9), Mgr Harpigny, évêque de Tournai, répond aux questions de Bosco d'Otreppe (extraits) (Les "italiques" sont de belgicatho.) :

    “Nous n’avons pas le droit de nous plaindre”

    A propos des regrets de catholiques qui considèrent que les évêques ne défendent pas suffisamment les sacrements et la liberté de culte, Mgr Harpigny déclare : "... nous devons faire confiance à nos représentants politiques qui ont autorité sur cette question. Les évêques, comme les représentants des autres cultes et convictions, essayent donc de traverser cette épreuve en respectant les responsabilités de chacun. N’oublions pas non plus que les mesures ne sont pas arbitraires et qu’elles n’ont pas pour but de nous ennuyer, mais de nous protéger. La santé publique est du ressort des pouvoirs publics." (Le doigt sur la couture du pantalon...)

    Et quand le journaliste évoque la jauge des 15 fidèles : "Les cultes sont considérés en même temps que le monde culturel. Je rappelle que celui-ci est totalement à l’arrêt et qu’il perd de l’argent. Nous, nous pouvons continuer à célébrer la messe et nous restons financés. Nous n’avons donc pas le droit de nous plaindre." (Chacun appréciera l'élévation de ces propos...)

    Et plus loin : "Ne comptez cependant pas sur moi pour avoir une confrontation avec l’État. Quand quelque chose ne me semble pas ajusté, je le dis, mais dans le cadre du dialogue." (Non, effectivement, on sait qu'on ne peut pas compter sur lui ni sur les autres...)

    Et quand Bosco d'Otreppe lui demande : "Ce dialogue est-il possible ? Par deux fois, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), a tweeté sa décision concernant les cultes quelques heures avant de vous rencontrer… Le représentant d’un autre culte a évoqué des camouflets.", l'évêque répond : "Cet automne, au pied de la deuxième vague, le jeune gouvernement De Croo a dû prendre des décisions dans l’urgence, sans avoir le temps de nous consulter. La consultation est venue par après et elle continue aujourd’hui. Je ne sens donc ni opposition ni mépris." (Sans doute le cuir est-il trop épais...)

    Emporté par son bel élan, l'excellence tournaisienne poursuit bravement : "Par ailleurs, à ceux qui rouspètent tout le temps (sic), j’ai envie de demander : que ferait Jésus ? Irait-il trouver le Premier ministre pour dire qu’il faut augmenter le nombre limite de participants au culte, ou servirait-il les plus fragiles dans les hôpitaux ?" (Chacun appréciera à sa juste valeur le choix proposé, comme si l'un excluait l'autre...)

    Et quand l'interviewer insiste demandant si la messe n’est pas indispensable au croyant et si l'on ne risque pas de relativiser son importance, le pasteur répond : "Je ne vais jamais dire que les sacrements sont inutiles mais..."

    La suite est de la même eau, triste et insipide.

  • Crise sanitaire : la mollesse des évêques épinglée par des catholiques

    IMPRIMER

    Lu sur la Libre (p. 8) de ce 29 mars (extraits) :

    L’Église défend-elle suffisamment la liberté religieuse ?

    "Trop prudents, trop peu combatifs, trop peu créatifs pour conjuguer respect des règles sanitaires et liberté de culte…” Les réponses sont sévères.

    Dans une enquête lancée par un collectif de jeunes parents, 80 % de 2671 catholiques sondés (dont la majorité sont des pratiquants réguliers) jugent que leurs évêques n’ont pas été assez fermes face aux restrictions sanitaires touchant les cultes. (...)

    Alors que les règles sanitaires relatives aux cultes sont plus souples dans les pays limitrophes, beaucoup de catholiques regardent vers la France. Là, les célébrations ont repris presque à la normale à la suite d’un recours intenté par les évêques devant le Conseil d’État. (...) En comparaison, les évêques belges ont-ils manqué de fermeté en privilégiant un dialogue prudent avec les autorités politiques ? Et cela, au risque de relativiser la liberté de culte et l’importance des messes (qui ne sont plus données dans certaines paroisses) ? (...)

    Caroline Sägesser, politologue au Crisp et spécialiste des cultes : “Jamais je n’aurais imaginé que les évêques consentent si volontiers aux restrictions sanitaires. L’histoire de notre pays et ses régulières tensions entre les pouvoirs spirituel et politique m’amenaient à penser le contraire.” Des tensions qui relèvent donc définitivement d’une histoire ancienne. (...) N’oublions pas non plus que nous avons un clergé plus progressiste qu’ailleurs, plus modéré et attentif à ce qui remonte de la société civile. Le risque est que les évêques soient parfois dépassés par une partie de leur base plus jeune, plus motivée et plus traditionaliste.” "Quant aux autorités politiques, il ne faut pas voir en elles d’hostilité vis-à-vis des cultes, plutôt de l’indifférence et de la méconnaissance", suggère la politologue... (...)

    “Les croyants sont traités avec un mépris souverain par les autorités politiques”, regrette, plus amer, le théologien Benoît Bourgine (UCLouvain). “La prudence des évêques est incompréhensible. Non seulement une partie des catholiques ne se sent plus représentée, non seulement les messes, source et sommet de la vie de foi, ne sont pas défendues, mais j’aimerais aussi rappeler que la liberté est une valeur chrétienne par excellence. Il est inconcevable que l’institution ne la défende pas avec une vigueur prophétique en solidarité avec la jeunesse et les catégories professionnelles injustement sacrifiées, au titre de sa contribution au bien commun.” (...)

  • Dimanche des Rameaux sanglant en Indonésie

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Indonésie: explosion dans la cathédrale de Makassar

    Ce dimanche 28 mars, la messe venait de s’achever dans la cathédrale du Sacré Coeur de Jésus à Makassar en Indonésie, quand une bombe a explosé, portée par deux kamikazes selon les autorités locales.

    Avec agences

    Selon les autorités locales, la déflagration près de la cathédrale de Makassar proviendrait de deux personnes ayant commis un attentat-suicide. Les deux kamikazes seraient morts, 20 autres personnes sont blessées, dont des gardes et des fidèles. 

    Les deux terroristes seraient arrivés à bord du moto et se sont fait exploser près de l'édifice, tandis que les fidèles sortaient de la messe dans la cathédrale du Sacré Coeur de Jésus, siège de l'archidiocèse de Makassar, dans le sud de l'île de Célèbes. Selon l'agence Reuters, un garde de sécurité a arrêté les deux hommes alors qu'ils voulaient entrer dans le bâtiment, c'est à ce moment là qu'un des deux hommes s'est fait exploser. De nombreux véhicules ont été endommagés autour de l’édifice.

    Les églises ont par le passé été la cible d'extrémistes en Indonésie, qui est le pays à majorité musulmane le plus peuplé au monde.

    En mai 2018, une famille de six personnes, dont deux filles de 9 et 12 ans et deux fils de 16 et 18 ans, avaient déclenché des bombes contre trois églises de Surabaya, la deuxième ville du pays, tuant plus d'une dizaine de fidèles.

    Il est tout de même étonnant que cet article de Vatican News ne précise nulle part qu'il s'agit d'un attentat islamiste perpétré par des djihadistes proches de l'E.I. (du groupe radical Jamaah Ansharut Daulah (JAD) ...

  • On peut être 80 dans une église... pour y célébrer la Saint Vélo !

    IMPRIMER

    Du Nieuwsblad (sur facebook) :

    Gent-Wevelgem in Flanders Fields doet eenmalig een beroep op de Sint-Hilariuskerk in Wevelgem om de media op te vangen

    'Gent-Wevelgem in Flanders Fields' fait appel à l'église St. Hilarius de Wevelgem pour accueillir les médias.

    19/03/2021

    Organiser des courses à l'époque du coronavirus n'est pas si évident. Il va sans dire que cela entraîne de nombreuses restrictions. C'est le cas du Gent-Wevelgem in Flanders Fields, qui n'a vu d'autre solution pour accueillir les médias que d'utiliser l'église Sint-Hilarius le long de la Vanackerestraat.

    Le problème est que les Halls de Porcelaine, où les médias ont travaillé conformément aux mesures prises l'année dernière, sont entre-temps devenus la salle de vaccination des habitants de Wevelgem. La salle de sport, ou le réfectoire des écoles, où les médias avaient l'habitude d'être hébergés, n'est pas non plus disponible en raison des restrictions. C'est pourquoi l'organisation a exceptionnellement demandé aux marguilliers de l'église St. Hilarius de Wevelgem l'autorisation d'accueillir environ quatre-vingts journalistes le dimanche. Après l'avis favorable du maire, du gouverneur provincial et du ministre de l'Intérieur d'une part, et du pasteur, du doyen et de l'évêque d'autre part, le feu vert a été donné par le conseil de fabrique de l'église.

    Pourquoi n'est-il pas si évident d'héberger une salle de presse dans une église consacrée qui, exceptionnellement, n'organisera pas de funérailles du 26 au 30 mars afin que le Gand-Wevelgem laisse à nouveau tout en ordre ? Les protocoles stipulent toujours qu'un maximum de 15 personnes est autorisé dans cette salle de prière pour le culte. Pour l'instant, les rassemblements de croyants ne sont pas considérés comme essentiels. Et cela pèse sur la communauté religieuse.

    Parce que les organisateurs de Gand-Wevelgem ont établi un plan détaillé pour protéger l'espace central des transepts, du chœur et de la scène de l'autel et pour garantir le respect et la paix qui appartiennent à un édifice religieux, le curé Jan Parmentier et Jo Vanmaerke, au nom du conseil de l'église, ont accepté de mettre l'église à disposition comme lieu de secours pour la journée cycliste de Gand-Wevelgem, appelée depuis des années la journée de la Saint-Vélo. Et c'est une attitude particulièrement hospitalière de la communauté ecclésiale de Saint-Hilarius Wevelgem dans des circonstances difficiles. Bien que cette fois, l'ange du cyclisme qui représente Saint-Vélo porte également un masque buccal.

    Cette situation a suscité des protestations (Nieuwsblad) :

    Critique de la communauté catholique : "Le centre de presse de Gand-Wevelgem dans l'église est une violation flagrante du décret ministériel".

    28 mars 2021

    WEVELGEM - Aujourd'hui, en ce dimanche des Rameaux, le centre de presse de la course cycliste Gent-Wevelgem est installé dans l'église Saint Hilarius de Wevelgem. Cette décision a suscité de vives critiques de la part de la communauté catholique.

    L'administration de l'église a donné son feu vert mais se sent renforcée car il y a également l'approbation des autorités civiles et ecclésiastiques. " Le curé met en avant l'approbation du ministre de l'Intérieur, du gouverneur et du bourgmestre, ainsi que l'accord des responsables du diocèse de Bruges et du doyen de Courtrai.

    Cependant, de nombreuses personnes trouvent étonnant que seuls quinze croyants soient autorisés à assister à un moment de réflexion dans l'église alors qu'un nombre bien plus grand de journalistes peuvent utiliser cette église pour en faire un centre de presse.

    L'hebdomadaire chrétien Tertio, contre ses habitudes, tweete exceptionnellement fort sur cette utilisation temporaire de l'église. "Scandaleux et totalement inapproprié, surtout le dimanche des Rameaux. Merci aux responsables de l'église et au CD&V."

    Jan De Volder, actif au sein de la Communauté Sant'Egidio et professeur à la KU Leuven, a également tweeté de manière tranchante : "L'église a été dégradée en une salle d'événements. Et le clergé y participe volontiers. Mais le dimanche des Rameaux ? Le jeudi saint ? Vendredi saint ? Pâques à 100 ? Non, on ne peut pas. Ce n'est pas autorisé. C'est scandaleux. Absurde."

    L'avocat Fernand Keuleneer rapporte via Twitter qu'il a écrit au Procureur à ce sujet. "Il s'agit d'une violation flagrante du décret ministériel. La fréquentation d'une église, quelle que soit la raison, y compris touristique, est (sauf pour les funérailles où le maximum est de 50), toujours limitée à 15 personnes, sans compter les enfants jusqu'à 12 ans et le ministre du culte", écrit M. Keuleneer. "Mépris et profond dédain pour ces diacres et évêques."

  • "Tout est sauvé !" (Fabrice Hadjadj)

    IMPRIMER

    De KTO (Lumière intérieure) :

    Fabrice Hadjadj : « Tout est sauvé ! »

    27/03/2021

    Semaine Sainte oblige, voici une émission un peu singulière : Fabrice Hadjadj est l’invité de Lumière Intérieure présenté ce soir par Priscilia de Selve. Philosophe, directeur de l’Institut Philanthropos, romancier, essayiste et dramaturge, juif converti, il vient de rédiger la préface d’un livre consacré aux 7 dernières paroles du Christ en croix édité par Magnificat. Face aux mots choisis pour lui, il répond et ouvre son coeur avec sincérité, humilité et beauté. « On est là pour annoncer la lumière... » , dit-il d’emblée en partageant sa vie, de philosophe, de chrétien mais aussi de père de famille. Il donne vite le ton de cette Semaine Sainte : « Le Christ s’est fait l’un de nous... et donc il faut toujours penser que cette gloire transparait à travers le quotidien... Tout est sauvé »

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce matin du 28 mars 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) du « Dimanche des Rameaux »

    IMPRIMER

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens : bénédiction et distribution du buis bénit; propre de la messe «Domine ne longe»; psalmodie de la Passion selon saint Matthieu,  kyriale de la messe XVII (XIVe s.); credo III (XVIIe s.);

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici : https://youtu.be/h1yNkbsbZWw?t=275

    emission_radio_rameaux2.jpgLa fonction liturgique de ce dimanche est double : d’abord la bénédiction et la procession des rameaux en souvenir de l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem (elle est attestée depuis le Ve siècle) suivie, pour ainsi dire en contraste, par la célébration d la Messe commémorant la Passion douloureuse du Seigneur.

    Lire la suite

  • Vivre la Semaine Sainte et Pâques avec les enfants

    IMPRIMER

    2021_03_28_10_51_15_Greenshot.png

    Description

    Vivre la Semaine sainte et Pâques avec les enfants est un Dossier numérique Transmettre. Il comprend une explication des différents jours de la Semaine sainte ainsi que des conseils pour la vivre avec les enfants et des réponses aux questions qu’ils se posent.

    Vivre la Semaine sainte et Pâques avec les enfants comporte aussi un coloriage représentant le Triduum et un Chemin de croix illustré sous forme de petit carnet à monter et colorier.

    Vivre la Semaine sainte avec nos enfants est fondamental car c’est aimer Jésus. C’est prendre conscience de sa joie teintée d’amertume lors de sa triomphale entrée à Jérusalem le jour des Rameaux. Et ressentir avec lui, au soir du Jeudi saint, son indicible angoisse au jardin des Oliviers. C’est L’accompagner dans ses terribles souffrances physiques avant l’ultime sacrifice rédempteur. Afin de nous rapprocher de son cœur brûlant d’amour, nous suivrons Jésus dans les étapes de la Semaine sainte.

    Sommaire

    COMPRENDRE LES TROIS JOURS SAINTS

    • Célébrer le Triduum
    • Jeudi saint
    • Vendredi saint
    • Samedi saint
    • Veillée pascale

    VIVRE LA SEMAINE SAINTE

    • La Semaine sainte avec les tout-petits
    • La Semaine sainte avec les enfants

    QUESTIONS D’ENFANTS

    • La procession des Rameaux
    • Le bon larron
    • La Croix, arbre de vie
    • Discrétion de Dieu
    • A propos des cloches
    • La joie de Pâques

    COLORIAGE

    • le Triduum.

    CARNET DE PRIERES

    • Mon chemin de croix

    Extrait de l’introduction à Vivre la Semaine sainte et Pâques avec les enfants

    C’est par la croix que nous allons vers la lumière : ad lucem per crucem. Le peuple chrétien est invité à suivre pas à pas le Seigneur dans les derniers jours de sa vie terrestre et à partager ses sentiments les plus intimes. Par le chemin escarpé et parfois difficile du carême, voici que parvenons à la Semaine sainte, que les Orientaux nomment “Grande semaine” parce qu’elle s’achève avec le “Grand dimanche” de Pâques dont la lumière irradie notre vie.

    L’année liturgique culmine avec la Semaine sainte et le dimanche de Pâques qui lui donne toute sa signification.
    Dans le tableau de préséance des jours liturgiques, le Triduum pascal vient en première place. Par cette expression de Triduum pascal, on entend ce laps de temps qui court depuis la célébration de la Cène du Seigneur le Jeudi Saint jusqu’aux Vêpres du dimanche de Pâques. Communément, ce sont ces cérémonies du Jeudi Saint, du Vendredi Saint, de la nuit et du jour de Pâques que l’on désigne lorsque l’on dit qu’on assiste aux offices de la Semaine sainte.

    Si le Carême constitue la longue période de préparation à la plus grande fête de l’année liturgique, certainement aussi une digne célébration de la Résurrection du Seigneur inclut-elle une fidèle assistance aux cérémonies dont nous parlons.

  • Avec la famille Lefèvre, vivons la passion avec le Christ grâce aux chants sacrés

    IMPRIMER

    Du site Hozanna.org :

    Semaine Sainte en chants sacrés : contemplons la Passion

    La famille Lefèvre, lauréate de "la France a un incroyable talent", vous propose de contempler en musique le mystère de la Croix en recevant chaque jour un chant sacré et une méditation.

    Neuvaine du 28 mars 2021 au 5 avr. 2021

    Vivons la passion avec le Christ grâce aux chants sacrés

    Pour connaître et suivre le Christ, apprenons peu à peu à nous émouvoir devant cette douleur et cet abandon, sentons-nous acteur et pas seulement spectateur devant les souffrances physiques et morales subies par le Christ. Ce sont nos péchés qui le clouent au Calvaire.

    Approchons-nous de cette Croix qui se détache au sommet du Golgotha avec sincérité et recueillement. Les événements de la Passion pénétreront ainsi notre âme comme une parole que Dieu nous adresse pour nous révéler ce qu'il attend de notre vie.

    La contemplation de la Passion du Christ ravivera notre amour et notre compassion. Les pièces musicales proposées nous y aideront.

    Durant cette semaine sainte, nous verrons Jésus-Christ acclamé le jour des Rameaux, crucifié le Vendredi saint et triomphant le jour de Pâques.

    Durant 8 jours

    Nous vous proposerons de méditer sur un événement marquant de cette semaine sainte, avec une méditation et surtout une œuvre de musique sacrée, qui amènera  à approfondir la méditation et la contemplation.

    Jour 1 - Dimanche des Rameaux - Hosanna au Fils de David

    Jour 2 - Lundi saint - Jésus devant Pilate 

    Jour 3 - Mardi saint - Le Reniement de Saint-Pierre 

    Jour 4 - Mercredi saint - Jésus sur le chemin du Calvaire

    Jour 5 - Jeudi saint - La Cène, Institution de l'Eucharistie

    Jour 6 - vendredi saint - La Mort de Jésus sur la Croix

    Jour 7 - Samedi saint - Le silence du tombeau

    Jour 8 - Pâques - Résurrection de Jésus-Christ

    Lire la suite