Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société - Page 9

  • Même aux USA, les confessions pèsent de moins en moins. Et aussi bien Biden que Trump reçoivent une mauvaise note en religion

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Même aux USA, les confessions pèsent de moins en moins. Et aussi bien Biden que Trump reçoivent une mauvaise note en religion

    Ce n’est pas seulement l’Italie – voir l’article précédent – mais les États-Unis également qui ne constituent plus une « exception » dans le déclin général de la vitalité religieuse, dans un Occident toujours plus sécularisé.

    Les États-Unis avaient à leur avantage, à en croire certains experts, les nombreuses confessions se disputant le même « marché », à la différence de la monochromie religieuse qui prévaut sur le Vieux Continent.

    Cette pluralité de confessions est encore présente aujourd’hui aux États-Unis, et les passages d’une croyance à l’autre y sont encore fréquent. Mais l’influence de la religion dans la société est en chute constante depuis des années, selon une bonne partie de la population.

    Le dernier sondage du Pew Research Center de Washington révèle que pas moins de 8 Américains sur 10 affirment que la religion perd de son influence dans la vie publique, bien plus qu’au début des années 2000, où ils n’étaient que 5 sur 10 à poser un tel jugement.

    Le sentiment opposé, c’est-à-dire ceux qui estiment qu’il y a une augmentation de l’influence publique de la religion, ne concerne aujourd’hui plus que 18% de la population, bien moins que les 40% du début de ce siècle.

    Mais quel regard les Américains posent-ils sur ces changements qu’ils affirment percevoir ? Une majorité, pour être exact 57% d’entre eux, voit d’un œil positif l’influence de la religion sur la vie publique, et ne considère donc pas que ce soit une bonne chose qu’elle baisse à ce point.

    La moitié des Américains considèrent comme « important » que leur président également soit une personne dotée d’une foi solide. Et pourtant, là encore ils ne se disent pas satisfaits. Ils ne sont que 13% à juger que ce soit le cas de Joe Biden, et moins nombreux encore, 4% celui de Donald Trump.

    Ils sont peu nombreux – à la seule exception des protestants « evangelical » – à souhaiter que le président partage leur propre confession. Mais presque tous, soit plus de 90% voudraient que dans tous les cas il mène une vie « morale et éthique » irréprochable : cette attente est partagée par les protestants et les catholiques, les juifs et les musulmans, les athées et les agnostiques, les démocrates et les républicains.

    Mais à l’épreuve des faits, aussi bien Biden que Trump sont jugés par la grande partie des sondés comme déjà peu à même de défendre les espaces religieux de chaque citoyen. Les juifs et les protestants noirs font une exception pour Biden, puisqu’ils sont respectivement 73% et 60% à voir en lui un bon défenseur de leurs religions respectives, et pour Trump 69% des protestants « evangelical » blancs. Quant aux catholiques, 44% voient en Biden leur défenseur, contre 41% pour Trump.

    55% des Américains voudraient que le gouvernement fédéral renforce la séparation entre l’Église et l’État et 39% qu’il évite de promouvoir des valeurs chrétiennes.

    Mais 44% des sondés, tout en excluant que le christianisme soit déclaré la religion officielle des États-Unis, voudrait tout de même que le gouvernement fédéral promeuve les valeurs chrétiennes.

    Concernant les tendances actuelles, les opinions sont partagées. La moitié des Américains considère que les chrétiens conservateurs sont allés trop loin pour promouvoir leurs valeurs religieuses dans l’administration et les écoles publiques, tandis que l’autre moitié considère que ce sont les « liberal » séculiers qui ont exagéré en tenant les valeurs religieuses à l’écart des institutions publiques.

    On retrouve dans la première des deux moitiés les juifs, les athées, les agnostiques et les partisans du parti démocrate, et dans la seconde les protestants « evangelical » blancs et les partisans du parti républicain. Même les catholiques sont un peu plus nombreux dans la seconde moitié que dans la première, respectivement 57% contre 43%.

    En résumé, les habitants des États-Unis vivent aujourd’hui avec un malaise grandissant les changements qui se produisent dans le rôle public des religions.

    58% des personnes interrogées (42% il y a quatre ans) affirment ressentir un conflit entre leurs convictions religieuses personnelles et la culture américaine dominante. Un conflit également ressenti par environ la moitié des catholiques.

    Mais pas moins de 41% (33% il y a quatre ans) déclarent que face à quelqu’un avec qui l’on est en désaccord sur des questions religieuses, la meilleure chose à faire est de se taire. Ils ne sont que 5% à affirmer qu’il est préférable de persuader l’interlocuteur de changer d’avis.

    Curieusement, en politique également, ils ne sont que 5% à considérer que c’est une bonne chose de discuter avec ceux avec qui on n’est pas d’accord pour essayer de changer leur opinion.

    Sandro Magister est vaticaniste à L’Espresso.
    Tous les articles de Settimo Cielo depuis 2017 sont disponibles en ligne.

  • Le cardinal Müller se joint aux appels d'évêques américains pour excommunier Biden (Interview du cardinal Müller, III)

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSiteNews :

    EXCLUSIF : Le cardinal Müller se joint aux appels d'évêques américains pour excommunier Biden

    Le cardinal Müller a condamné le meurtre des enfants à naître en le qualifiant d'"infanticide" et l'a comparé à l'"époque nazie", soulignant que les papes et les évêques précédents "n'avaient pas peur d'excommunier" pour des crimes graves.

    28 mars 2024

    VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) -- L'ancien préfet du plus haut bureau de doctrine du Vatican, le cardinal Gerhard Müller, a condamné le soutien du président américain Joe Biden à l'avortement, affirmant qu'il s'agit d'un "infanticide" et que ceux qui promeuvent "l'infanticide" devraient être "excommuniés".

    Le mot "avortement" est trop doux. La réalité, c'est le meurtre, le meurtre d'une personne vivante", a déclaré le cardinal Gerhard Müller. "Il n'y a aucun droit à tuer une autre personne. C'est absolument contraire au cinquième commandement".

    Le cardinal a fait ces commentaires en condamnant le président Joe Biden lors d'une longue interview avec LifeSiteNews à Rome. {Les parties I et II se trouvent ici et ici.} Sa critique directe de la position très publique et constante de Joe Biden en faveur de l'avortement est intervenue peu après que le président a utilisé son discours sur l'état de l'Union de 2024 pour promettre de "rétablir Roe v. Wade en tant que loi du pays".

    Le cardinal Müller a comparé le meurtre des enfants à naître et des personnes âgées à l'époque "nazie", déclarant qu'"il est absolument inacceptable que l'on puisse se dire catholique et promouvoir et justifier le meurtre de personnes humaines, d'êtres humains [du] début dans le ventre de la mère, jusqu'à la dernière respiration [avec] l'euthanasie... Tuer des personnes malades, comme à l'époque nazie, c'est de l'euthanasie".

    Le cardinal Müller a toutefois laissé entendre que si M. Biden est "nominalement catholique, il est en réalité un nihiliste. C'est du cynisme et du cynisme absolu". 

    Le prélat a opposé M. Biden aux catholiques et aux autres chrétiens d'Amérique qui "savent et acceptent, comme tout le monde d'ailleurs, que les non-croyants, avec leur simple raison, peuvent comprendre qu'il n'est pas possible qu'un être humain ait le droit d'en tuer un autre".

    S'appuyant sur l'exemple de saint Ambroise de Milan et de son excommunication de l'empereur Théodose, le cardinal Müller a expliqué qu'"en d'autres temps, des gens comme lui auraient été excommuniés. Autrefois, les papes et les évêques ne craignaient pas d'excommunier, comme saint Ambroise de Milan".

    Il s'est levé et nous devrions également nous lever et, sans regarder les conséquences pour nous, nous devons nous lever et ouvrir la bouche pour les personnes innocentes et pour protéger leur vie. Saint Jean-Baptiste a dit à Hérode : "Il ne t'est pas permis de prendre la femme de ton frère pour en faire ta propre femme". Il ne t'est pas permis de tuer des personnes ou de justifier [cela], d'ouvrir la législation comme si elle était légale ou légitime. Tuer les gens n'est pas une forme de régulation des naissances, mais il est absolument immoral de tuer d'autres personnes.

    Aujourd'hui, l'ensemble du monde occidental, les dirigeants occidentaux, la grande majorité des dirigeants occidentaux, y compris en Allemagne et en France, ont perdu leur crédibilité en accordant le droit de tuer leur peuple. Ils ne peuvent pas, d'une part, protester contre le meurtre d'innocents en Ukraine et, d'autre part, autoriser le meurtre de leurs propres enfants.

    Réitérant la vérité selon laquelle Dieu est "le créateur de chaque corps et nous, les humains, ne sommes que les administrateurs de la bonne volonté de Dieu", le cardinal Müller a fait remarquer que l'humanité était appelée à prendre soin de ses semblables, car "nous ne pouvons pas distinguer ou séparer l'amour de Dieu pour nous et notre amour pour Dieu, de notre amour pour notre prochain et de l'amour de notre prochain pour nous".

    Lire la suite

  • L’image de l’Eglise semble atteinte et pourtant un printemps de la foi se dessine

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Denis sur le site du journal La Croix :

    Un printemps catholique

     

    7 000 adultes ont été baptisés dans la nuit de Pâques. Depuis 10 ans, le nombre de personnes demandant à devenir chrétiennes a fortement augmenté. Le journaliste et écrivain Jean-Pierre Denis, s’interroge sur ce paradoxe : l’image de l’Eglise semble atteinte et, pourtant, un printemps de la foi se dessine.

    31/03/2024

    Qu’est-ce qu’un catholique, pardon, « un catho » ? Une sorte de benêt réactionnaire, un peu méchant, un peu sénile, qui marmonne des textes abscons, préfère la messe à la grasse matinée et s’obstine à obéir à une secte rétrograde dont la principale activité est de couvrir des abus sexuels. Ce dévot-là n’a que trois obsessions : interdire aux femmes de faire ce qu’elles veulent de leurs corps, empêcher les personnes LGBT de mener leur vie et obliger les malades à souffrir le plus longtemps possible. Ce catho-là est, logiquement, le dernier des Mohicans, un démodé, un poussiéreux. Pour ne rien arranger, cet ahuri n’a pas compris que Jésus n’a jamais existé, puisque ainsi Michel Onfray l’affirme. Cela vous fait envie ? Comment ça, non ? À moi non plus, cela dit, maintenant que j’y songe.

    Et voilà que le nombre d’adultes qui ont été baptisés au cours de la vigile pascale fait un bond sans doute jamais vu, comme La Croix l’a relevé. Depuis plusieurs mois d’ailleurs, les capteurs catholiques sentent d’ailleurs qu’il se passe quelque chose, qui échappe au discours officiel sur la société française. Dans certains diocèses, comme à Montpellier, les catéchumènes ont été cette année deux fois plus nombreux que l’an dernier. C’est choquant ! On aurait pu prévenir ! Comment ces gens peuvent-ils vouloir tomber dans le bénitier quand tout est fait pour les en dissuader, et quand ils ne savent même plus ce qu’est un bénitier ? Ces nouveaux catholiques surgis de nulle part ignorent-ils l’image que les médias et les réseaux sociaux véhiculent ? Ont-ils demandé l’autorisation à l’administration de la société sécularisée ? Sont-ils mal informés ? Manipulés ? Après tous les efforts déployés pour les dégoûter, ils y mettent sans doute de la mauvaise volonté. Que fait la police ?

    Nul ne sait si le printemps de la foi durera. Il y a parfois de ces gelées tardives qui vous mettent à bas une jolie floraison et hop ! finie la récolte que l’on fantasmait. En attendant, Dieu se rit. C’est écrit dans les psaumes, d’ailleurs : « Les rois de la terre se dressent, les grands se liguent entre eux contre le Seigneur et son messie : faisons sauter nos chaînes, rejetons ces entraves ! Celui qui règne dans les Cieux s’en amuse. »

    Le facétieux Créateur se moque tout autant de nos plans pastoraux, probablement, si j’en juge par nos résultats. Dieu va chercher les « cathos » où ça lui chante, et même là où nous ne chantons pas. Ne lis-je pas dans Le Pèlerin l’humble témoignage d’un jeune assistant parlementaire que le Messie est venu chercher quand il avait douze ans ? Le jeune homme s’est acheté clandestinement un évangile avec ses petites économies, et le mal était fait : le voici chrétien. Il n’est pas le seul à qui semblable mésaventure soit arrivée, même en politique, de la France insoumise à Reconquête en passant par toutes les couleurs, j’en connais.

    L’Évangile nous le dit pourtant : les disciples s’éparpillent quand le temps se fait noir. Dans la Passion selon saint Marc, seuls deux marginaux confessent en geste ou en mot la messianité du Christ. Une femme brise un vase de parfum précieux sur la tête de Jésus, et quand tout est achevé dans le plus effarant des échecs le flic de garde — un centurion romain, même pas catholique de toujours — proclame le crucifié « Fils de Dieu ». Et si, au fond, ils étaient les plus grands théologiens, ces nouveaux chrétiens qui ne connaissent rien à rien, mais rien, vraiment rien ? C’est au plus bas que le très-haut se laisse toucher. Quand l’Église est par terre et que nous, les disciples canal historique, nous errons hébétés au milieu des dernières pierres qui tombent, c’est le bon moment pour entrer dans le club des loosers. Tout cela sent les commencements.

  • La Résurrection est nôtre

    IMPRIMER

    Introït de la Messe du saint Jour de Pâques 

    Resurrexi et adhuc tecum sum, alleluia : posuisti super me manum tuam, alleluia : mirabilia facta est scientia tua, alleluia, alleluia.

    Je suis ressuscité et me voici encore avec vous, alleluia : tu as pour jamais posé ta main sur moi, alleluia : merveilleuse est apparue ta sagesse, alleluia, alleluia.

    Ps. Domine, probasti me et cognovisti me. Tu cognovisti sessionem meam et resurrectionem meam

    Tu m’as éprouvé, Seigneur et tu m’as connu. Tu as connu mon coucher et ma résurrection (Ps. 138)

    LA RESURRECTION EST NÔTRE 

    VE PN 102 article la résurrection est nôtre 1 icône.jpg

    Le chrétien fidèle à son incorporation au Christ par le baptême ressuscitera pour le rejoindre au lumineux bonheur du Ciel.

    La perception de notre mortalité, qui s’impose à chacun de nous au quotidien, et parfois bien lourdement, peut certes venir se dresser comme un écran bien sombre faisant obstacle à notre foi en cette vérité : ainsi s’en trouve-t-il, malheureusement en trop grand nombre, de ces disciples rachetés par le Christ, qui vivent dans l’affliction, comme ceux qui n’ont pas d’espérance (cf. 1 Th 4, 12). Et quant à ceux qui professent au moins en théorie une vraie espérance, ils ne l’ont pas toujours bien chevillée au cœur, de sorte qu’elle ne produit plus chez eux les heureux fruits de souriante paix dont elle regorge en fait.

    Or, pour peu que l’on examine le fondement de ce point qui sert en quelque sorte de charpente à notre vie d’ici-bas, il se révèle on ne peut plus assuré. Osons cette image, dont nous pensons que l’argumentation proposée un peu plus bas montrera la pertinence : il ne s’agit pas d’un simple vernis laqué, mais de ce que les gens de métier appellent une coloration dans la masse, une couleur indissociable du matériau auquel elle donne éclat. Expliquons-nous.

    Lire la suite

  • Les incidents de violence et de persécution contre les chrétiens augmentent en Inde

    IMPRIMER

    Par Anto Akkara sur CNA :

    Les incidents de violence et de persécution contre les chrétiens augmentent en Inde

    Bangalore, Inde, 27 mars 2024

    Un groupe de vigilance qui surveille les violences commises à l'encontre des chrétiens en Inde a publié une étude faisant état de 161 crimes de ce type au cours des 75 premiers jours de 2024.

    Ces chiffres pourraient sous-estimer le nombre de crimes et d'actes de persécution commis contre les chrétiens en Inde, selon A.C. Michael, catholique et coordinateur du United Christian Forum (UCF), qui a publié le rapport. 

    "Ces chiffres sont basés uniquement sur les plaintes enregistrées sur notre ligne téléphonique gratuite (1-800-208-4545) pour signaler les incidents de violence anti-chrétienne. Les chiffres réels seront certainement beaucoup plus élevés", a déclaré Michael à CNA le 27 mars.

    "Nous nous sentons frustrés par le fait qu'en dépit de la documentation et de la publication régulière de ces données choquantes, il n'y a eu aucune réaction de la part du gouvernement et aucun effort n'a été fait pour réduire le nombre sans cesse croissant d'incidents violents", a-t-il ajouté.

    En classant les 161 incidents, Michael a répertorié 71 cas de détention/arrestation par la police, 18 cas d'ostracisme social, 72 cas de violence physique, 15 cas de "reconversion" forcée, un cas de mise sous scellés d'une église et un autre cas d'incendie d'une église, la violence collective étant à l'origine de la plupart de ces incidents.

    La violence et la persécution contre les chrétiens minoritaires, qui ne représentent que 2,3 % des 1,41 milliard d'habitants de l'Inde (dont près de 80 % sont hindous), sont en constante augmentation depuis que le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) a accédé au pouvoir sous la direction du Premier ministre Narendra Modi après avoir remporté les élections nationales de 2014. En mai 2019, le BJP a été réélu avec une majorité accrue.

    L'UCF n'avait enregistré que 147 incidents de violence contre des chrétiens en 2014, a déclaré Michael. Le nombre d'incidents est passé à 177 en 2015, 208 en 2016, 240 en 2017, 292 en 2018, 328 en 2019, 279 en 2020, 505 en 2021, 599 en 2022 et 731 en 2023.

    La déclaration de l'UCF souligne également la victimisation des chrétiens dans l'État du Chhattisgarh, gouverné par le BJP, dans le centre de l'Inde, qui a signalé "des incidents où la dignité des droits à l'inhumation a été refusée aux familles chrétiennes".

    "Chhattisgarh, un État notoirement connu pour son ostracisme social à l'égard des chrétiens, est le premier État en termes d'agressions contre les chrétiens, avec 47 incidents de violence signalés", souligne l'UCF.

    "Les chrétiens se voient refuser l'accès à l'eau des puits communautaires du village. Malheureusement, même les chrétiens décédés ne sont pas épargnés, car nombre d'entre eux n'ont pas été enterrés conformément aux rituels chrétiens. Les villageois [fondamentalistes hindous] locaux ont menacé d'incinérer les corps en guise d'acte final de reconversion", déplore l'UCF.

    Selon Michael, ces attaques flagrantes contre les chrétiens sont enracinées dans la rhétorique antichrétienne des dirigeants du BJP. Il a noté que le ministre en chef du Chhattisgarh, Vishnu Deo Sai, a accusé "les missionnaires chrétiens de procéder à des conversions religieuses sous couvert de fournir des services d'éducation et de soins de santé, tout en lançant un avertissement pour mettre fin à cette pratique".

    Cependant, Michael a souligné que les chrétiens du Chhattisgarh ne représentent que 2 % des 25 millions d'habitants de l'État.

    La déclaration de l'UCF souligne également la persécution des chrétiens dans le nord de l'Uttar Pradesh, gouverné par le BJP, qui compte 231 millions d'habitants et se classe au deuxième rang des États où les citoyens indiens sont persécutés pour avoir pratiqué le christianisme. 

    "Il existe des preuves évidentes du harcèlement des chrétiens par l'État dans cet État, car la police dépose de fausses allégations de conversion contre les pasteurs, même pour avoir prié lors de fêtes d'anniversaire et d'autres rassemblements sociaux. Le service d'assistance téléphonique de l'UCF a enregistré plus de 30 incidents d'arrestations et de détentions de pasteurs en vertu de la loi sur la liberté de religion de l'UP", note le Forum chrétien.

    CNA a rapporté en détail comment le père Babu Francis, directeur des services sociaux du diocèse d'Allahabad dans l'État d'Uttar Pradesh, a été emprisonné pendant plus de 80 jours après avoir été arrêté pour fausse conversion au début du mois d'octobre. 

    De même, CNA a rapporté que le père Dominic Pinto, directeur du centre pastoral du diocèse de Lucknow, a été arrêté en février sur la base d'une accusation de fausse conversion. Le père Pinto a été libéré sous caution le 13 mars. 

    Sur les 161 incidents enregistrés au cours des 75 premiers jours de 2024, l'UCF a souligné : "Il y a 122 chrétiens qui ont été soit détenus, soit arrêtés sur la base de fausses allégations de conversions."

    Les données de l'UCF ont été publiées à la veille de la Journée nationale de prière du 22 mars, à laquelle la Conférence des évêques catholiques de l'Inde (CBCI) a appelé à la suite de l'augmentation des atrocités contre les chrétiens et de la polarisation religieuse dans le pays. 

    Des milliers d'églises à travers le pays ont organisé des prières spéciales ce jour-là, avec des heures sacrées, des rosaires et des chemins de croix, en réponse à l'appel de la CBCI pour "la paix et l'harmonie".

    Dans le même temps, le rapport annuel 2023 de la Commission de la liberté religieuse de l'Alliance évangélique de l'Inde a exprimé son angoisse face à "l'augmentation alarmante du nombre d'incidents violents à l'encontre de la communauté chrétienne".

    "L'appareil politique indien, ses forces de l'ordre et son système judiciaire, en particulier au niveau des villages et des petites villes, ont été jugés insuffisants et lents dans leurs réponses, malgré les appels à l'aide urgents des victimes, des responsables d'Eglise et de la société civile", déplore le rapport.

    Anto Akkara est un journaliste de Bangalore, en Inde. Il est correspondant régulier du National Catholic Register. Outre ses reportages internationaux, Anto Akkara a écrit des livres et produit des documentaires racontant l'histoire des martyrs du Kandhamal. Il a reçu le prix St. Titus Brandsma pour le journalisme.

  • Egliseinfo.be recense plus de 4000 célébrations de Pâques en Belgique francophone

    IMPRIMER

    Communiqué de presse d'Egliseinfo.be :

    2024_03_27_09_13_27_Greenshot.png

     

     

     

     

    Pour son 10ème anniversaire, la première start-up catho recense plus de 4.000 célébrations de Pâques en Belgique francophone

    Liège, le 26 mars 2024.

    Egliseinfo.be, le GPS des clochers en Belgique francophone, annonce que sa plateforme internet collaborative et gratuite propose plus de 4.000 offices et messes de la semaine Sainte et de Pâques 2024.

    Cela concerne 350 unités pastorales, les aumôneries d'hôpitaux et toutes les abbayes de Belgique francophone regroupant plus de 2.500 clochers. Ces célébrations de Pâques rassemblent des centaines de milliers de belges.

    Conférence de presse du 26 mars dans la salle du chapitre de la cathédrale saint-Paul de Liège

    500.000 recherches par an

    Lancée à Pâques 2014 par des laïcs dans le but de faciliter la recherche des horaires de messes en Belgique francophone, la 1ère start-up catholique egliseinfo.be est devenue la plateforme de référence pour la localisation des clochers et des horaires de messes. La plateforme reçoit 500.000 recherches par an qui génèrent 2 millions de pages vues. C’est un des 3 sites catholiques belges francophones les plus fréquentés. Également fort présente sur les réseaux sociaux, egliseinfo.be a une couverture d’environ 1 million de contacts par an sur Facebook et Instagram.

    2024_03_27_09_08_36_Greenshot.png

    « Nous observons pour le moment une croissance de +12% du nombre de recherches d’horaires de messes et d’offices de la semaine Sainte par rapport à 2023. Nous dépassons les niveaux d’avant COVID. C’est aussi lié aux habitudes de recherche d’informations sur les moteurs internet. Cette évolution est réjouissante et illustre la vigueur de l’Eglise catholique en Belgique francophone », dit Jacques Galloy, initiateur de la plateforme egliseinfo.be. Lors de son voyage au Canada, le pape François avait insisté sur la nécessité pour tout chrétien de « développer une créativité pastorale pour aller vers les gens là où ils vivent, sans attendre qu'ils viennent. ».

    Forte implication de nombreux volontaires

    Gabriel Crutzen, webmaster, ajoute : « Notre mission est d’aider les internautes à trouver le plus rapidement possible les bons horaires des messes, en partenariat avec les paroisses, les abbayes, les diocèses et CathoBel.

    Encore une fois, la forte implication de tous les volontaires a permis de référencer plus de 4.200 messes et offices durant la semaine sainte en Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous organisons souvent des webinaires pour accueillir les nouveaux bénévoles. »

    Témoignage du Chanoine Eric de Beukelaer, 1er curé présent du la plateforme

    Curé du premier clocher présent sur egliseinfo.be dès Pâques 2024, le curé-doyen de l’unité pastorale de saintLambert au cœur de Liège devenu vicaire-général de Liège dit : « Les arbres qui tombent font beaucoup de bruit mais la vie jaillit de la forêt qui pousse silencieusement. La start-up egliseinfo.be fait partie de ces jeunes arbres qui poussent sans faire de bruit en rendant un grand service à la communauté catholique et plus largement. »

    Témoignage : « egliseinfo.be a été important dans ma conversion »

    Lucas, 29 ans, raconte qu’Egliseinfo.be a été important dans son chemin de foi. « J’ai perdu le contact avec la foi lors de mon adolescence. A 27 ans, je suis tombé sur des vidéos YouTube du frère dominicain Paul-Adrien et j’en ai regardé beaucoup. Cela m’a touché et motivé à acheter une bible et lire les évangiles. Ce fut déterminant dans ma conversion. Ensuite, j’ai régulièrement utilisé egliseinfo.be pour découvrir des communautés chrétiennes dans mon coin. »

    #fêtonsnosprêtres

    Ce jeudi Saint 28 mars, c’est la fête de l’institution de l’Eucharistie, de la messe. C’est la fête des prêtres. La radio interdiocésaine 1RCF Belgique et Egliseinfo.be s’associent pour une grande opération #fêtonsnosprêtres. Ils ont envoyé plus de 5.000 cartes postales (disponibles ici) vers des paroissiens qui pourront à leur tour les faire suivre avec un petit mot, en plus d’une campagne digitale.

    La plateforme recense les heures de diffusion des messes en direct sur les grands médias : la RTBF TV et Radio (en partenariat avec CathoBel), KTO TV et les radios RCF. Elle reprend dorénavant les horaires de temps de prières tels que les chapelets, adorations, Taizé, groupes de prière.

    Photos et présentation de la conférence de presse

    Retrouvez des photos et la présentation complète de la conférence de presse du 26 mars 2024 dans la salle du chapitre de la cathédrale saint-Paul de Liège sur cette page : https://blog.egliseinfo.be/qui-sommesnous/communique-10eme-anniversaire-degliseinfo-be-a-paques-2024/

    Contacts :
    Gabriel Crutzen, webmaster, +32 470 03 21 74, support@egliseinfo.be
    Jacques Galloy, initiateur, +32 (4) 374 23 74, info@egliseinfo.be
    Gaudeto sprl - Chemin du Frise 46, 4671 Saive

    A propos d’Egliseinfo.be

    Egliseinfo.be est une start-up catholique belge qui géolocalise gratuitement les clochers et les horaires des célébrations. Lancée à Pâques 2014, elle regroupe 2.500, soit 95%, des clochers et paroisses de Belgique francophone. Ce projet collaboratif est porté par des chrétiens laïcs en partenariat avec des diocèses belges francophones et CathoBel.

    www.egliseinfo.be-

    https://www.facebook.com/egliseinfo.be

    https://www.instagram.com/egliseinfo.be

  • L'avortement marque l'effondrement de la médecine, la leçon de Jérôme Lejeune

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la NBQ :

    L'avortement marque l'effondrement de la médecine, la leçon de Lejeune

    Le droit à la vie n'est pas donné par les gouvernements, pour continuer à exister la civilisation doit se conformer à la morale naturelle". Le "père de la génétique moderne" et découvreur de la cause de la trisomie 21, Jérôme Lejeune, sera rappelé lors d'un congrès international de bioéthique à Rome les 17 et 18 mai. La Bussola interroge Aude Dugast, postulante à la cause de canonisation.

    26_03_2024

    Dans quelques jours, le 3 avril, sera célébré le 30e anniversaire de la mort de Jérôme Lejeune (1926-1994), grand généticien et pédiatre français, dont l'Eglise a reconnu les vertus héroïques. Pour célébrer cet anniversaire, une conférence internationale intitulée "Jérôme Lejeune et les défis de la bioéthique au XXIe siècle" se tiendra à Rome les 17 et 18 mai. Partant de la pensée de Lejeune, la conférence abordera certaines des réalisations (pour le meilleur et pour le pire) de la médecine moderne, les principaux aspects éthiques de la génétique, de la biotechnologie et des neurosciences, du diagnostic prénatal aux embryons à "trois parents", des traitements hormonaux de la dysphorie de genre au transhumanisme.

    L'éventail des intervenants est large et de haut niveau : bioéthiciens, professeurs d'université, philosophes, juristes, médecins et chercheurs. Un débat pluridisciplinaire donc, mais "uni" par l'héritage scientifique et moral de Lejeune. La Bussola a interviewé la philosophe Aude Dugast, postulante à la canonisation de Lejeune et l'une des organisatrices du congrès.

    Aude Dugast, commençons par le thème général du congrès : pourquoi est-il important de redécouvrir la pensée de Jérôme Lejeune pour faire face aux défis de la bioéthique au XXIe siècle ?

    Parce que Lejeune était un grand scientifique, catholique, avec un regard véritablement prophétique sur la science et la médecine. Ce regard prophétique lui venait du plus haut niveau scientifique, d'une excellence académique reconnue dans le monde entier, et d'un grand amour pour les patients et leurs familles. Lorsque nous lisons ses conférences, ses articles, nous constatons qu'il semble parler d'aujourd'hui. Par exemple, lorsqu'il parlait de l'euthanasie il y a 40 ans, il semble décrire ce qui se passe aujourd'hui en France et dans le monde, dans les médias, dans la politique, dans la médecine. Il a compris avant tout le monde l'effondrement de la médecine et de la société. Il disait : "L'avortement, c'est l'interruption d'une vie qui dérange. L'âge n'a rien à voir là-dedans. Les personnes âgées sont autant exposées que les jeunes". Il est parti d'un discours de raison, compréhensible par tous : il est parti du serment d'Hippocrate, donc 400 ans avant la naissance de Jésus-Christ, arguant que tous les médecins, croyants ou non, sont liés par ce serment qui empêche de donner la mort.

    Le Parlement français a inscrit le droit à l'avortement dans la Constitution et il existe un risque que d'autres pays suivent cet exemple. Lejeune était un fervent opposant à l'avortement. Combien une telle figure manque-t-elle à la France et au monde ?

    Après le vote de la loi Veil, un journaliste a demandé à M. Lejeune s'il s'agissait de sa défaite. Il a répondu : "Ce n'est pas ma défaite, c'est la défaite des enfants de France. C'était très triste parce que c'était quelque chose de très concret, qui signifiait la mort de millions d'enfants. C'était une douleur très incarnée et très concrète. Mais il n'a pas baissé les bras, il a appelé à l'action. Il a dit : "Le droit à la vie n'est pas donné par les gouvernements. Les gouvernements n'ont donc pas le pouvoir de retirer ce droit à qui que ce soit. Pour que la civilisation continue d'exister, la politique devra nécessairement se conformer à la morale : à la morale qui transcende toutes les idéologies parce qu'elle est inscrite en nous par le décret impénétrable qui régit à la fois les lois de l'univers et la nature de l'être humain".

    Lire la suite

  • Italie : chute brutale de la participation des Italiens à la messe dominicale

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    L’Italie ne fait plus exception. Ce sont les vieux qui vont à la messe, et bientôt même plus eux

    « Sine dominico non possumus », sans la messe du dimanche nous ne pouvons pas vivre, disaient les martyrs d’Abitène arrêtés en 305 pour avoir défié l’interdit impérial de célébrer l’eucharistie.

    Les chrétiens ne formaient alors qu’une petite minorité des citoyens de l’empire. Et ils le sont encore aujourd’hui, dans un Occident toujours plus sécularisé. Mais tandis qu’à l’époque ils étaient en pleine croissance, c’est aujourd’hui tout le contraire, leur nombre se réduit sans cesse davantage.

    Il se réduit également en Italie, qui est l’un des pays les plus étudié par les spécialistes du fait de son lien très spécial avec le pape, et l’on considérait encore au début de ce siècle l’Italie comme une « exception » à contre-courant de la tendance générale à la désaffection pour la foi chrétienne.

    Et c’est précisément cette chute de la participation des italiens à la messe dominicale qui vient de faire l’objet d’une étude réalisée par le professeur Luca Diotallevi, de l’Université de Rome Trois, dans son dernier livre « La messa è sbiadita. La partecipazione ai riti religiosi in Italia dal 1993 al 2019 », paru aux éditions Rubbettino. Le professeur Diotallevi, disciple du grand Niklas Luhmann, est l’un des sociologues de la religion les plus éminents et originaux.

    La messe dominicale est l’indicateur sociologique le plus naturel de la participation à la vie de l’Église. Et même en Italie, il n’y a pas d’ « exception » qui tienne. La présence à la messe est en chute libre sur l’ensemble de la période étudiée par le professeur Diotallevi, qui s’est basé sur les chiffres annuels de l’ISTAT, l’institut national de statistique : entre 1993 et 2019, avec une accélération du déclin à partir de 2005 et une baisse supplémentaire en 2020 et en 2021.

    En chiffres, on passe de 37,3% de la population qui assistait à la messe du dimanche en 1993 à 23,7% en 2019, avec une chute d’un tiers et l’avertissement que les participations déclarées à la messe sont plus nombreuses que les participations réelles.

    En croisant ces données générales avec le sexe et l’âge, le déclin apparaît encore plus marqué.

    Les femmes, qui ont toujours été plus nombreuses que les hommes à assister à la messe du dimanche, sont en train de la déserter à un rythme encore plus rapide, à tel point que dans les tranches d’âge les plus jeunes et au début de l’âge adulte, il n’y a désormais plus de différence numérique entre les deux sexes.

    Quant à l’âge de ceux qui assistent à la messe, c’étaient autrefois les tranches d’âge correspondant à l’enfance et à l’adolescence qui étaient le plus représentées, avec une baisse au début de l’âge adulte et un retour à l’église à un âge plus avancé.

    Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le déclin initial survient toujours plus tôt et plus rapidement, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, et le pic négatif qui suit se fait plus précoce, plus profond et surtout plus durable, étant donné que la reprise de la pratique à la messe est désormais ténue, si pas inexistante, chez ceux qui sont nés après 1950.

    Avec comme résultat que si aujourd’hui ce sont les personnes âgées, et surtout les femmes, qui ont encore une présence significative et visible à la messe dominicale, dans un futur proche ce ne sera plus le cas. Une fois que cette génération de personnes âgées sera partie, celles qui la remplacera sera bien moins nombreuse. À tel point que le professeur Diotallevi prévoit que très bientôt, en Italie, la présence à la messe du dimanche « se réduira à une valeur approchant les 10% de la population, ce qui dans de nombreuses régions du pays correspond à une valeur effective à un seul chiffre ».

    Et ce n’est pas tout, parce que la chute numérique de la participation à la messe dominicale s’accompagne également d’une mutation des rites proposés aux fidèles. Diotallevi les appelle « performance-centered rituals » et écrit que « pour les liturgiques catholiques, ce phénomène a pu être accéléré par la mise en scène des liturgies vaticanes auquel on a assisté au cours des trois derniers pontificats, par la dérégulation importante de pans de plus en plus vastes de l’offre liturgique, comme également par de nombreuses solutions adoptées par le clergé pendant le confinement décrété pour lutter contre la pandémie de Covid ».

    Tout cela s’inscrit, selon le professeur Diotallevi, dans une évolution du catholicisme italien vers « une forme de religion à basse intensité », dépourvue d’impact extra-religieux dans le domaine politique, économique, scientifique, académique, à l’exception de l’engagement dans l’une ou l’autre activité caritative de volontariat par certains pratiquants actuels de la messe du dimanche.

    Tout cela sur fond de « relâchement des liens communautaires de type ecclésial, au profit d’une dérive congrégationaliste et d’une ‘democratization of religion’ ».

    En particulier, Diotallevi soutient qu’en Italie, le récent abandon de la structure territoriale des paroisses au profit d’une multiplication des propositions religieuses d’un autre genre, par exemple les mouvements ecclésiaux souvent en compétition entre eux, dans une sorte de multiplication des « catholicismes », n’a pas été un remède mais bien l’une des causes du déclin de la participation à la messe.

    Dans le livre du professeur Diotallevi, ces considérations critiques sont résumées en quelques lignes. Et pourtant, elles sont d’un grand intérêt et méritent d’être approfondies si l’on veut analyser ce « cas italien d’une grande valeur scientifique ».

    Sandro Magister est vaticaniste à L’Espresso.
    Tous les articles de Settimo Cielo depuis 2017 sont disponibles en ligne.

  • Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    IMPRIMER

    D'Hélène de Lauzun sur European Conservative :

    Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    "La morale chrétienne est attaquée", explique l'abbé Raffray, qui n'a fait que citer le catéchisme de l'Église catholique.

    22 mars 2024

    Le gouvernement français intente une action en justice contre un prêtre catholique qui a qualifié l'homosexualité de péché. Si cette nouvelle attaque contre l'enseignement moral catholique traditionnel a peu de chances d'aboutir, elle témoigne de l'animosité croissante et de l'incompréhension du catéchisme de l'Église catholique par une société qui a fait de la promotion de l'homosexualité l'un de ses principaux chevaux de bataille.

    L'abbé Matthieu Raffray, un prêtre qui célèbre la messe traditionnelle en latin et qui est bien connu des catholiques français sur les médias sociaux, a publié une courte vidéo sur les tentations sur son compte Instagram dans le cadre de ses enseignements de Carême, dans laquelle il explique que l'homosexualité est une "faiblesse" : "Nous avons tous des faiblesses : le cupide, le colérique, l'homosexuel", explique-t-il à son auditoire. Il considère l'homosexualité comme l'un de "tous les péchés, tous les vices qui peuvent exister dans l'humanité". Aurore Bergé, ministre française chargée de la lutte contre les discriminations, a qualifié ses propos d'"inacceptables". 

    Dans un message posté sur X, elle indique avoir "demandé à la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) de procéder à un signalement au procureur de la République sur le fondement de l'article 40" du code de procédure pénale. La DILCRAH a pris acte du message du ministre et a confirmé avoir "signalé au procureur de la République les propos homophobes tenus par M. Raffray sur ses réseaux sociaux". Dans son message, la délégation ajoute : "Parler de l'homosexualité comme d'une faiblesse est honteux".

    L'abbé Raffray est également attaqué parce que le ministre considère que ses propos font indirectement la promotion des "thérapies de conversion", interdites en France depuis 2022. En janvier, jouant sur les mots, le prêtre avait déclaré sur son compte Twitter que "toute retraite spirituelle est une thérapie de conversion", mais ses propos avaient déclenché une vague de commentaires hostiles de la part des associations LGBT.

    L'abbé Raffray s'est félicité sur X de la publicité que les "polémiques grotesques" ont donné à son compte, qui a dépassé en peu de temps les 20 000 followers. 

    Mais dans une interview accordée à l'hebdomadaire catholique Famille Chrétienne, l'ecclésiastique s'est inquiété de cette nouvelle tentative d'intimidation de l'enseignement moral traditionnel de l'Église catholique : "C'est la morale chrétienne qui est attaquée", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il ne faisait que citer le Catéchisme de l'Église catholique, et en particulier le §2357 :

    L'homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle exclusive ou prédominante pour des personnes du même sexe. Elle a pris des formes très diverses au fil des siècles et des cultures. Ses origines psychologiques restent largement inexpliquées. S'appuyant sur l'Ecriture Sainte, qui la présente comme une grave dépravation, la Tradition a toujours déclaré que "les actes d'homosexualité sont intrinsèquement désordonnés".

    Ce n'est pas la première fois que la position de l'Église catholique sur l'homosexualité est portée devant la justice française. En 2022, un procès a été intenté à l'association Renaissance Catholique, pour des propos tenus dans un article publié en 2019, qui qualifiait l'union homosexuelle de "péché grave". La plainte a été déposée par trois associations de défense des droits LGBT. Le jugement, confirmé en appel, a estimé que les propos, qui reprenaient l'enseignement de l'Église catholique, n'étaient en rien discriminatoires. Il est donc peu probable que le rapport du gouvernement aboutisse à une condamnation. Néanmoins, la réaction violente et disproportionnée de la ministre Aurore Bergé prouve le degré d'hostilité des gouvernants français à la morale chrétienne.  

    Hélène de Lauzun a étudié à l'École Normale Supérieure de Paris. Elle a enseigné la littérature et la civilisation françaises à Harvard et a obtenu un doctorat en histoire à la Sorbonne. Elle est l'auteur de Histoire de l'Autriche (Perrin, 2021).

  • Belgique : la Chambre des représentants a adopté un nouveau système de sanctions en cas de violation de la loi sur l’euthanasie

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Euthanasie en Belgique : la Chambre adopte le système de sanctions « graduel »

    22 mars 2024

    Le 21 mars, la Chambre des représentants belge a adopté en séance plénière un nouveau système de sanctions en cas de violation de la loi sur l’euthanasie, pour répondre aux demandes de la Cour constitutionnelle après l’affaire de Tine Nys (cf. Belgique : aucun dommage et intérêt contre le médecin qui a euthanasié Tine Nys, Euthanasie en Belgique : vérifier la volonté du patient serait seulement « formel » ?).

    La nouvelle loi prévoit une peine de 10 à 15 ans de prison en cas de violation des conditions « de base » exigées dans le cadre du recours à l’euthanasie, et une peine de 8 jours à 3 ans en cas de violation des conditions « procédurales » comme la consultation d’un deuxième médecin ou, si nécessaire, d’un pédopsychiatre (cf. Belgique : un système de sanctions « graduel » en cas de non-respect de la loi sur l’euthanasie). Les autres violations ne seront plus considérées comme des infractions pénales.

    Le texte adopté répond aussi à des arrêts précédemment rendus par la Cour constitutionnelle ou de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH)

    Le « formulaire d’inscription » rempli par le médecin après l’euthanasie, pour examen par la Commission de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie, sera  simplifié et numérisé pour suite à un arrêt de la CEDH.

    La Chambre a par ailleurs adopté une disposition sur la gestation par autrui (GPA) afin de répondre à un arrêt de la Cour constitutionnelle rendu le 30 mars 2023. Elle prévoit qu’en cas de GPA, la présomption de paternité du mari de la gestatrice puisse être contestée, quand les époux n’ont pas de projet parental commun. Enfin, le projet de loi adopté limite la possibilité de demander la révision d’une adoption à la personne adoptée elle-même, ce dès sa majorité.

    -------------

    Source : RTBF (22/03/2024) 

  • Avortement : regrets, pressions, mensonges; trois femmes témoignent

    IMPRIMER

    De l"ECLJ :

    Il faut que vous écoutiez ces femmes et partagiez ces témoignages bouleversants. Des milliers de femmes sont traumatisées parce qu'on ne les a pas mises en garde.

    Ce sont elles qui le disent : les séquelles psychologiques ne sont pas "une idée reçue". C'est une réalité parce qu'absolument personne ne peut souhaiter accoucher d'un fœtus mort dans ses toilettes et tirer la chasse comme si de rien n'était !

    L'avortement est le service après-vente d'une libération sexuelle délirante. Comme dit l'une des témoins : l'encouragement à la sexualité juvénile et inconséquente est la racine du problème. Qui dit sexualité dit responsabilité...

    Merci à ces trois femmes d'avoir accepté de témoigner. Pour les raisons expliquées dans la vidéo leur visage n'est pas montré et leurs voix ont été modifiées.

  • La peine de mort en RDC « Bouc émissaire des échecs de l’armée congolaise »

    IMPRIMER

    Lu dans « Afrikarabia » (l’info en R.D Congo et en Afrique centrale) : un article de Christophe Rigaud :

    Peine de mort en RDC "bouc émissaire des échecs de l'armée congolaise"

    18 mars 2024

    Le retour de la peine de mort suscite de vives critiques et souligne la lente dégradation des droits humains au Congo. "Une mesure dangereuse" qui vise, avant tout, à masquer les défaites de l’armée congolaise à l’Est du pays.

    La peine de mort est de retour en République démocratique du Congo (RDC). Après 20 ans de moratoire, décidé sous Joseph Kabila, qui permettait de commuer les peines en prison à perpétuité, une circulaire du ministère de la Justice réactive la peine capitale. Un premier ballon d’essai avait été lancé en février par le ministre de la Défense, Jean-Pierre Bemba, pour punir « les cas de trahison au sein des Forces armées congolaises (FARDC) ». Un mois plus tard, Félix Tshisekedi a donc donné son feu vert pour que le rétablissement de la peine de mort soit désormais effectif en levant le moratoire de son prédécesseur. Dans sa circulaire, la ministre de la Justice souhaite « débarrasser l’armée des traîtres, et endiguer la recrudescence d’actes de terrorisme et de banditisme urbain entraînant mort d’homme ». Toujours selon la circulaire, « les actes de traîtrise ou d’espionnage ont fait payer un lourd tribut tant à la population qu’à la République au regard de l’immensité des préjudices subis ». Le retour de la peine capitale intervient dans un contexte de guerre ouverte depuis 2021 entre la RDC et la rébellion du M23, soutenue par Kigali selon les Nations unies. Par « traître », il faut donc entendre les militaires qui collaborent avec les rebelles ou le Rwanda.

    Tollé général

    Depuis la publication de la circulaire levant le moratoire sur la peine de mort, rarement une décision politique n’aura fait l’objet d’une telle levée de boucliers. Le prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege, a dénoncé une mesure « particulièrement dangereuse dans un pays où la justice est dysfonctionnelle et malade » : « Malade », c’est ironiquement le propre terme qu’a utilisé le président Félix Tshisekedi, le 22 février, dernier pour qualifier la justice congolaise concernant le journaliste Stanis Bujakera, emprisonné depuis 6 mois pour un article qu’il n’a pas signé. Denis Mukwege recommande « l’abolition pure et simple de la peine de mort » et plaide pour « une réforme profonde des secteurs de la sécurité et de la justice » avant de souligner que « de nombreuses études ont démontré le caractère non-dissuasif de la peine de mort ». Le mouvement citoyen Lucha a, lui, pointé son caractère « anticonstitutionnel (…), qui ouvre un couloir à des exécutions sommaires ». Pour l’opposant Martin Fayulu, le rétablissement de la peine de mort « menace les résistants et opposants politiques » et a fustigé « la volonté affirmée du régime de consolider sa dictature ».

    Une dégradation des droits humains en RDC 

    A l’international, la mesure est largement critiquée. L’Union européenne (UE) s’oppose de façon « ferme et sans équivoque au recours à la peine de mort à tout moment et en toutes circonstances ». L’Europe rappelle également que la peine capitale « rend irréversible toute erreur judiciaire ». Amnesty s’indigne contre « un énorme pas en arrière pour le pays ». « Cette décision cruelle mettra en danger la vie de centaines de personnes condamnées à mort, notamment celles qui se trouvent dans le couloir de la mort à la suite de procès inéquitables et d’accusations motivées par des considérations politiques » s’alarme l’ONG. Interrogé par Afrikarabia, Clément Boursin, responsable Afrique subsaharienne d’ACAT-France (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), n’est pas vraiment étonné par cette mesure. « Nous sommes face à dégradation systématique et systémique des droits humains en RDC. On le voit par rapport aux différentes libertés d’expression, de rassemblement, d’association, qui sont bafouées. C’est une mesure qui est opportuniste et populiste. L’armée congolaise est en échec à l’Est et on a l’impression qu’il faut un bouc émissaire pour justifier les défaites récurrentes des FARDC. La peine de mort sert de palliatif aux autorités congolaises pour éviter d’avoir à rendre compte de ses échecs ».

    Lire la suite