Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Samedi dernier, 22 mai 2021, ordination à Rome de 27 nouveaux prêtres de la Prélature de l’Opus Dei :

    IMPRIMER

    En la Basilique Saint-Eugène, par l’archevêque Mgr Georg Gänswein, Préfet de la Maison pontificale et Secrétaire particulier de Benoît XVI

    JPSC

  • Allemagne : bénédictions et blasphème

    IMPRIMER

    Du cardinal Gerhard Ludwig Müller sur First Things :

    BÉNÉDICTION ET BLASPHÈME

    24 mai 21

    Le 10 mai, plus de cent prêtres catholiques de toute l'Allemagne ont procédé à la bénédiction d'unions entre personnes de même sexe. Il s'agissait d'une réponse à une déclaration de février de la Congrégation pour la doctrine de la foi réaffirmant que l'Église ne pouvait pas bénir de telles unions. Cette mise en scène de pseudo-bénédictions de couples d'hommes ou de femmes homosexuellement actifs est, théologiquement parlant, un blasphème - une contradiction cynique de la sainteté de Dieu. Saint Paul écrivait à l'église de Thessalonique que Dieu ne veut rien d'autre que "votre sanctification : que vous vous absteniez de toute impudicité ; que chacun de vous sache prendre une femme pour lui dans la sainteté et l'honneur, et non dans la passion du désir, comme les païens qui ne connaissent pas Dieu" (1 Thess. 4, 3-5).

    Le lieu légitime et sacré de l'union corporelle de l'homme et de la femme est le mariage naturel ou sacramentel du mari et de la femme. Toute activité sexuelle librement choisie en dehors du mariage est une grave violation de la sainte volonté de Dieu (Héb. 13:4). Le péché contre la chasteté est encore plus grand si le corps d'une personne du même sexe est instrumentalisé pour stimuler le désir sexuel. "Tout autre péché que l'homme commet est extérieur au corps ; mais l'homme immoral pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit ?" (1 Cor. 6:18).

    Les péchés graves contre les dix commandements, qui sont résumés dans le commandement d'aimer Dieu et son prochain, entraînent la perte de la grâce sanctifiante et de la vie éternelle tant que nous ne nous repentons pas de ces péchés dans notre cœur, que nous ne les confessons pas à un prêtre et que nous ne recevons pas l'absolution qui nous réconcilie avec Dieu et l'Église. "Ne vous y trompez pas ! Ni les immoraux, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les pervers sexuels, ni les ivrognes, ni les blasphémateurs, ni les voleurs n'hériteront du Royaume de Dieu" (1 Cor. 6:9). 

    Dans la Bible, la bénédiction de Dieu est mentionnée pour la première fois lorsque l'homme est créé à son image et à sa ressemblance. L'institution du mariage participe à la vérité selon laquelle notre création en tant que "mâle et femelle" (Gn 1,27) exprime la bonté essentielle de Dieu. Lorsqu'un homme et une femme y consentent librement et deviennent dans le mariage "une seule chair" (Gn 2,24 ; Mt 19,5), la promesse que Dieu a faite dès le début s'applique à eux : Dieu les bénit, et Dieu leur dit : "Soyez féconds et multipliez". (Gen. 1:28).

    Dieu a déterminé le nombre de personnes qui, par l'œuvre générative de leurs parents, naîtront dans cette vie et qui, en tant qu'individus uniques, sont destinés "dans l'amour, à lui appartenir par Jésus-Christ, selon le dessein de sa gracieuse volonté" (Eph. 1:5). Chaque individu engendré et chéri par un père et une mère est une révélation de la gloire de Dieu, ce qui montre que la différence créée entre les hommes et les femmes et leur communion dans le mariage sont des bénédictions pour eux, pour l'Église du Dieu trinitaire et pour toute l'humanité. 

    La bénédiction nuptiale du prêtre dans le rite catholique du mariage fait appel à la bonté révélée de Dieu et demande sa grâce secourable dans la prière d'intercession de l'Église (ex opere operantis). Elle communique également au couple la grâce sanctifiante du mariage à travers leurs vœux conjugaux (ex opere operato). C'est pourquoi le potentiel de vie corporelle et spirituelle de l'acte conjugal et son ouverture aux enfants, dans lesquels Dieu veut révéler sa gloire et son salut, n'est pas seulement bon en soi et exempt de péché, mais il est aussi un acte procréateur méritoire qui compte pour la vie éternelle (voir Thomas d'Aquin, Commentaire sur 1 Cor. 7, lectio 1 ; Summa Contra Gentiles IV, Cap. 78). 

    La bénédiction nuptiale est étroitement liée au mariage en tant qu'institution de la création et sacrement institué par le Christ. La bénédiction nuptiale est la puissante prière de l'Eglise pour les époux afin qu'ils participent au salut : que leur mariage puisse édifier l'Eglise et promouvoir le bien des époux, de leurs enfants et de la société (Lumen Gentium 11). 

    Lire la suite

  • Chine : un évêque, sept prêtres et dix séminaristes arrêtés à Xinxiang

    IMPRIMER

    D'AsiaNews.it :

    Xinxiang, un évêque, sept prêtres et dix séminaristes arrêtés

    22 mai 2021

    Mgr Zhang Weizhu a déjà été emprisonné à d'autres occasions. Un grand nombre de policiers ont fait irruption dans l'usine qui servait de séminaire et ont arrêté les étudiants et les professeurs.

    Rome (AsiaNews) - En deux jours seulement, la quasi-totalité du personnel ecclésiastique de la préfecture apostolique de Xinxiang a été anéantie dans une opération menée par les forces de police de la province de Hebei. Le 21 mai, l'évêque Zhang Weizhu a été arrêté ; la veille, sept prêtres et dix séminaristes ont été arrêtés.

    Le 20 mai, en début d'après-midi, au moins 100 policiers des provinces de Cangzhou, Hejian et Shaheqiao ont encerclé le bâtiment servant de séminaire diocésain à Shaheqiao (Hebei). On y utilisait en fait une petite usine appartenant à un catholique de Hebei comme séminaire. La police a fait irruption dans le bâtiment et a arrêté quatre prêtres, des enseignants du séminaire et trois autres prêtres qui font du travail pastoral. Dix séminaristes qui suivaient des cours dans l'usine ont été arrêtés en même temps qu'eux.

    Conformément aux directives du nouveau règlement sur les activités religieuses, l'usine a été fermée et le directeur de l'entreprise a été arrêté.

    La préfecture apostolique du Xinxiang n'est pas reconnue par le gouvernement chinois. Pour cette raison, toutes les activités des prêtres, des séminaristes et des fidèles sont considérées comme "illégales" et "criminelles".

    Après le raid, les policiers ont saisi tous les effets personnels des prêtres et des séminaristes.

    Compte tenu de l'important déploiement des forces de police, on pense que le raid était prévu depuis un certain temps. Les autorités civiles pensent que d'autres séminaristes ont réussi à s'échapper et sont à leur recherche dans les environs.

    La sécurité publique et la police vont de maison en maison à leur recherche. S'ils trouvent des signes de la foi catholique (croix, statues, images saintes, photos du pape, etc.), les propriétaires sont condamnés à une amende et les objets sont confisqués et détruits.

    Selon de nombreux observateurs, depuis la signature de l'accord provisoire entre la Chine et le Saint-Siège, les persécutions à l'encontre des catholiques - surtout celles qui ne sont pas officielles - ont augmenté. L'accord ne concerne que la nomination des nouveaux évêques, mais il partait du principe que le reste de la situation de l'Église resterait en suspens, en attendant que les problèmes soient résolus par le dialogue entre les deux parties. Au lieu de cela, la police a assigné des évêques à résidence, imposé des amendes très élevées aux fidèles, jeté les curés hors des églises, arrêté des prêtres et des séminaristes. Pour de nombreux fidèles, "l'accord a été trahi".

    Lire la suite

  • L'Eglise à la sauce synodale

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana (traduction de Benoît et moi) :

    Un calvaire synodal pour l’Eglise

    Une nouveau long calvaire synodal nous attend. Trois années synodales : d’abord les synodes nationaux, puis les synodes continentaux et enfin le synode universel, le tout d’ici à 2023. Cette nouvelle Église démocratique est déjà là : nous l’avons vue à l’œuvre lors des derniers synodes. Mais c’est une démocratie imposée par la force et la tromperie, une démocratie pilotée depuis le centre. Ce sera une « démocratie totalitaire ». Après le calvaire de la  » mère  » de tous les synodes, c’est-à-dire le (double) synode sur la famille en 2014 et 2015, la synodalité se gonfle sur elle-même et recouvre toute l’Église sans laisser d’échappatoire. Elle la recouvre non seulement en tant que méthode (si seulement elle n’était qu’une méthode de travail, certes improductive, mais tout de même une méthode), mais aussi en tant que substance et contenu.  

    La synodalité – dit-on – est un chemin, elle est être en chemin, c’est le chemin en tant qu’être, ainsi l’Église synodale n’est pas en chemin mais elle est son propre chemin, elle est sa propre marche. C’est ainsi que de la synodalité naîtra la nouvelle Église, non plus une Église en chemin comme Église, mais une Église qui coïncide avec son propre chemin. En réalité, cette nouvelle Église est peut-être déjà là, dans le projet de ce nouveau calvaire synodal. Une Église en-chemin est une Église qui oriente son propre chemin à partir de sa propre essence et de son propre but, une Église qui est son propre chemin est une Église qui se réduit à son propre devenir, une Église qui devient temps, donc dans l’impossibilité de le racheter et de le sauver.

    Il y a quelques années, le théologien Giacomo Canobbio a écrit que, de même que l’Église s’est autrefois inspirée de la monarchie pour sa constitution interne, elle devrait maintenant s’inspirer de la démocratie. Il n’y aurait aucun scandale – disait-il – si cela se produisait, car il s’agirait toujours, dans les deux cas, d’exemples politiques fournis par l’histoire.

    Nous savons bien que ce n’est pas l’Église qui s’est inspirée de la royauté politique, mais le contraire, et cela aussi pour les versions progressivement frelatées de la monarchie qui – comme l’enseignent [Carl] Schmitt et d’autres – sont des imitations sécularisées du pouvoir divin. Malgré cela, on ne peut nier que l’Église d’aujourd’hui se veut démocratique et que la synodalité est la substance d’une Église démocratique.

    Certes, c’est une démocratie imposée par la force et la tromperie, c’est une démocratie pilotée depuis le centre, c’est une « démocratie totalitaire », mais sur le fond, c’est une démocratie. Je me souviens que lorsque le synode du diocèse de Bolzano-Bressanone (2013-2015, ndt) a conclu ses travaux par des déclarations sans conteste hétérodoxes, contraires au dépôt de la foi et déviantes de la morale naturelle et catholique, l’évêque n’a pas dit un mot: qui suis-je pour m’opposer à un synode?
    C’était une démocratie programmée, parce que l’évêque connaissait déjà ce résultat lorsqu’il a convoqué le synode et a convoqué le synode pour avoir ce résultat. C’est une démocratie imposée avec les motivations désormais habituelles de fidélité aux « signes des temps », de « docilité à l’Esprit », de ne pas avoir peur de la nouveauté. Cependant, elle reste formellement une démocratie parce que l’Esprit parlerait précisément dans une Église démocratique, ou plutôt dans la nature démocratique de l’Église.

    Lire la suite

  • Le lundi de la Pentecôte : une place de choix pour "Marie Mère de l'Eglise" dans le calendrier liturgique

    IMPRIMER

    Lundi de la Pentecôte : le pape offre une place de choix à Marie mère de l'Eglise

    Rédigé par Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements et le cardinal Robert Sarah (archive du  dans Religion (L'Homme Nouveau)

    Le pape offre une place de choix à Marie mère de l'Eglise

    L'Eglise catholique a toujours accordé une place importante à la Sainte Vierge. Elle déclarait dèjà, en 1964, par l'intermédiaire du Pape Paul VI, la bienheureuse Vierge Marie "Mère de l’Eglise", constatant que “le peuple chrétien tout entier honore toujours et de plus en plus la Mère de Dieu par ce nom très doux”. Une place de plus en plus importante était donnée à ce titre, par différents biais : messe votive, faculté d’ajouter l’invocation de ce titre dans les Litanies Laurétanes... 

    Désormais, par une décision du pape François, le lundi de la Pentecôte la mémoire de Marie Mère de l’Eglise sera obligatoire pour toute l’Eglise de Rite Romain. Vous retrouverez ici le décret sur la célébration de la bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Eglise dans le Calendrier Romain Général ainsi qu'un texte explicatif du Cardinal Robert Sarah. 

    Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements

    DECRET sur la célébration de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise, dans le Calendrier Romain Général

    La joyeuse vénération dédiée à la Mère de Dieu dans l’Eglise contemporaine, à la lumière de la réflexion sur le mystère du Christ et sur sa propre nature, ne pouvait pas oublier cette figure de Femme (cf. Gal 4, 4), la Vierge Marie, qui est à la fois Mère du Christ et Mère de l’Eglise.

    Ceci était déjà en quelque sorte présent dans la pensée de l’Eglise à partir des paroles prémonitoires de saint Augustin et de saint Léon le Grand. Le premier, en effet, dit que Marie est la mère des membres du Christ, parce qu’elle a coopéré par sa charité à la renaissance des fidèles dans l’Eglise; puis l’autre, quand il dit que la naissance de la Tête est aussi la naissance du Corps, indique que Marie est en même temps mère du Christ, Fils de Dieu, et mère des membres de son Corps mystique, c’est-à-dire de l’Eglise. Ces considérations dérivent de la maternité de Marie et de son intime union à l’œuvre du Rédempteur, qui a culminé à l’heure de la croix.

    Lire la suite

  • Un prêtre tué et un autre enlevé dans le nord du Nigeria

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - Un prêtre tué et un autre enlevé dans le nord du Nigeria

    21 mai 2021

    Abuja (Agence Fides) - Le bilan de l'assaut sur la paroisse de Saint-Vincent Ferrer à Malunfashi, dans l'État de Katsina, au nord du Nigeria par des hommes armés non identifiés s'établit à la mort du père Alphonsus Bello et l'enlèvement du père Joe Keke. Le groupe d'hommes armés qui a pris d'assaut la paroisse dans la nuit du 20 mai a fait exploser quelques coups de feu, blessant des personnes.

    Le directeur des Communications Sociales Nationales du Secrétariat Catholique du Nigéria, le Frère Mike Umoh, en confirmant la nouvelle, a déclaré que les criminels se sont débarassés du corps du père Alphonsus Bello en le jetant dans les terres agricoles derrière l'école de formation catéchétique, tandis que le sort du P. Joe Keke est inconnu.

    Le Frère Umoh a déclaré: "hier soir, l'une des paroisses du diocèse de Sokoto - l'Église catholique Saint-Vincent Ferrer à Malunfashi, dans l'État de Katsina-a été attaquée par des hommes armés non identifiés. Deux prêtres ont été enlevés, don Joe Keke et Alphonsus Bello. Don Keke, l'ancien curé, a environ 70 ans tandis que don Bello, l'actuel curé, a trente ans".

    "Ce matin (aujourd'hui 21 mai), le corps du P. Alphonse Bello a été retrouvé dans la terre agricole derrière l'École de formation catéchétique. On ne connait pas le sort du père Joe Keke. Jusqu'à présent, aucun contact n'a été établi avec les ravisseurs. "Pendant ce temps, une source fiable du diocèse catholique de Sokoto a déclaré que le prêtre décédé appartenait à l'archidiocèse de Kaduna, mais qu'il était détaché auprès du diocèse de Sokoto et engagé dans la paroisse de Malumfashi à Katsina. (L. M.) (Agence Fides 21/5/2021)

  • "Je ne signerai jamais un projet de loi impliquant l’autorisation du meurtre"

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Avortement à Malte : le président prêt à démissionner

    Publié le 21 Mai, 2021

    A Malte, le député Marlène Farrugia a déposé le 12 mai un texte au parlement visant à dépénaliser l’avortement. Une proposition inattendue. Quelques jours plus tard, le président du pays, George Vella, a déclaré : « Je ne peux pas empêcher l’exécutif de décider, c’est au parlement de le faire. Mais j’ai la liberté, si je ne suis pas d’accord avec un projet de loi, de démissionner et de rentrer chez moi, je n’aurai aucun problème à le faire ». Médecin de formation, il a précisé : « Je ne signerai jamais un projet de loi impliquant l’autorisation du meurtre (…) Vous avez tué ou pas tué, il ne peut y avoir de demi-mort. Je suis très clair, il n’y a pas de si et de mais ».

    Malte est le dernier pays de l’Union européenne où l’avortement est interdit. Il représente un crime, entraînant une peine de 18 mois à 4 ans de prison, pour la femme et pour toute personne impliquée. La proposition de loi veut supprimer ces dispositions.

    Pour l’heure, la Commission d’examen des projets du Parlement n’a pas encore décidé si le texte sera débattu ou non. En outre, les deux principaux partis politiques y sont opposés.

    Source : La Croix international (20/05/2021) ; Malta today (12/05/2021) ; Euractiv (13/05/2021)

  • La Covid-19 bénéficie d’un traitement médiatique totalement inédit dans l’histoire de la presse

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Le taux de pression médiatique de la Covid-19 en mars 2020 a dépassé le pic de 13 autres événements historiques depuis 1945

    Cision, spécialiste en relations presse, a épluché plus de 8 millions d’articles de la Presse quotidienne nationale française pour connaître les évènements de l’histoire moderne qui ont le plus marqué les médias depuis 1945. 

    Quatorze évènements majeurs ont été analysés. Par ordre chronologique : guerre de Corée, guerre d’Indochine, guerre d’Algérie, Guerre des missiles de Cuba, Mai 68, guerre du Kippour, élections présidentielles 1981 et 1988 de François Mitterrand, attentats de New York en 2001 et de Paris en 2015, élections présidentielles d’Emmanuel Macron, les gilets Jaunes et enfin la pandémie de Covid-19. Dans chaque cas, le pic hebdomadaire de l’événement a été comparé. C’est ainsi que Cision a analysé la pression médiatique en France pendant le pic d’une semaine lié au début du confinement en 2020 et les 7 jours qui ont suivi la signature des accords d’Évian qui ont marqué la fin de la guerre d’Algérie.

    (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

    Le taux de pression médiatique de la Covid-19 atteint son maximum lors de la troisième semaine du confinement de mars 2020 avec 68 % de médiatisation (soit près de 7 articles sur 10 de presse quotidienne nationale évoquent le sujet). Ce pic dépasse de peu le record absolu des événements de mai 68 qui occupaient 67 % de la médiatisation lors de la 2e semaine de grève générale.

    En second plan, deux catégories d’événements se distinguent par leur médiatisation intense : les attentats et les élections présidentielles. Les attentats de Paris de novembre 2015 ont occupé 41 % de l’espace médiatique, soit 10 points de plus que les attentats du 11 septembre. Quant aux élections présidentielles, l’élection de François Mitterrand de 1988 détient le record devant Emmanuel Macron avec un taux d’occupation médiatique de 40 %.

    Enfin, les guerres et conflits enregistrent une forte médiatisation. En tête, la guerre d’Algérie se soldant par la signature des accords d’Évian mobilise 30 % de la médiatisation. Notons que la chute du mur de Berlin occupera « seulement » 20 % des débats médiatiques la semaine suivant les événements.

    Ces chiffres révèlent que la médiatisation de la Covid-19 — à l’exception notable de mai 68 — surpasse largement tous les événements étudiés.

    Au-delà du Pic de médiatisation, il est également important d’étudier la médiatisation des évènements dans la durée. Le graphique ci-dessous illustre la courbe de médiatisation des différents évènements.

    traitement-presse1968-2021-duree.png

    Par l’intensité de son pic et la persistance de sa forte médiatisation dans le temps, la Covid-19 bénéficie d’un traitement médiatique totalement inédit dans l’histoire de la presse.

    Méthodologie : cette étude a été réalisée sur la base des archives de la Presse Quotidienne Nationale de 1945 à nos jours présente dans la bibliothèque média Europresse. L’équipe Intelligence Médias de Cision, Cision Insights, a analysé 8 695 565 articles issus des titres de presse, Le Monde, Le Figaro, Les Échos, Aujourd’hui en France, L’Humanité, La Croix, La Tribune et Libération. Après avoir identifié les grands événements qui ont marqué l’histoire des médias depuis 1945, les experts Cision Insights ont comptabilisé le nombre total de parutions de l’événement afin de déterminer leur taux d’occupation médiatique. Aussi appelé taux de pression, le taux d’occupation médiatique est le rapport entre le nombre de parution d’un sujet relativement au nombre total de parutions sur une période donnée.
  • Ce 24 mai, prions pour les chrétiens de Chine

    IMPRIMER

    De KTO :

    Le 24 mai, prions pour les chrétiens de Chine

    À l’occasion de la Journée mondiale de prière pour l’Église de Chine, le 24 mai 2021, KTO vous propose une programmation spéciale pour prier et méditer pour les chrétiens chinois.

    Instaurée par Benoît XVI en 2007, la Journée mondiale de prière pour la Chine invite l'Église universelle à prier pour les fidèles catholiques chinois le 24 mai. Cette date marque également la fête de Notre-Dame de Sheshan, patronne de la Chine, dont le sanctuaire se trouve près de Shanghai. 

    Le pontife avait alors écrit une prière à Notre Dame de Sheshan pour soutenir « l'engagement de ceux qui, en Chine, parmi leurs travaux quotidiens, continuent à croire, à espérer, à aimer, afin qu'ils ne craignent jamais de parler de Jésus au monde et du monde à Jésus ». À la Vierge, il avait demandé d'aider « les catholiques à être toujours des témoins crédibles de l'amour, en restant unis au rocher de Pierre sur lequel l'Eglise est bâtie ».

    À 20h50, KTO diffuse un documentaire exceptionnel sur les sœurs de l'ombre, ces ordres religieux féminins présents en Chine, qui ont apporté une aide très concrète aux malades, aux pauvres, aux enfants abandonnés, et aux réfugiés souvent au péril de leur vie. 

    Sœurs de l'ombre, une coproduction KTO/Saison Cinq, réalisé par Sébastien Cassen.

    Le pape François porte une attention particulière à l'Église de Chine depuis le début de son pontificat. Après 70 ans de rupture et de tensions, la Chine et le Vatican ont signé en septembre 2018 un accord provisoire autorisant le Pape à nommer des évêques en concertation avec le Parti communiste chinois. « Il ne s'agit pas de nommer des fonctionnaires pour la gestion des questions religieuses, mais d'avoir des Pasteurs authentiques selon le cœur de Jésus, engagés à travailler généreusement au service du Peuple de Dieu », a écrit le Saint-Père dans son message aux catholiques chinois et à l'Église universelle, après la signature de l'accord.

    Pour célébrer cette journée, KTO donne la parole à des témoins du Christ dans l’Empire du Milieu.

    Des témoins du Christ en Chine

    L'artiste chinois Yin Xin, témoigne de son parcours et de son espérance pour la Chine, à travers la place qu'il donne au Christ dans ses oeuvres.

    Père Charbonnier : « Que l'amour fraternel entre les catholiques de Chine redevienne un témoignage

    Le père Jean Charbonnier, prêtre des Missions Étrangères de Paris, nous confie son expérience de l'Eglise en Chine en tant que missionnaire et son espérance pour les catholiques chinois.

    Père Lepeu : « Je suis émerveillé par la créativité des jeunes qui travaillent l'Église »

    Le Père Bruno Le Peu, prêtre des Missions Étrangères de Paris, coordinateur du service Chine des Missions Étrangères de Paris, nous confie son regard plein d'espérance pour l'Eglise de Chine face aux défis qu'elle doit relever.

  • "Comme des coeurs brûlants" : un livre très intime et bouleversant

    IMPRIMER

    De   sur le site du Point :

    Le feu sacré d’Alexia Vidot

    Éditions Artège

    Dans un livre très intime et bouleversant, la journaliste raconte sa conversion au catholicisme à l’âge de 20 ans. À contre-courant ?

    Lire la suite

  • « Synodalité »: le pape François lance une nouvelle usine à gaz ?

    IMPRIMER

    Non, il ne s’agira  pas de singer l’esprit de l’actuel synode des évêques allemands mais d’ élargir la représentativité du synode romain, instance consultative du gouvernement pontifical composée d’évêques du monde entier, synode  dont la création par le pape Paul VI remonte à 1965 . Lu sur le site de « Vatican News » cet article de Salvatore Cernuzio (Cité du Vatican ») :

    « Tout partira des Églises locales. Les 9 et 10 octobre, une cérémonie solennelle en présence du Pape donnera le coup d’envoi d’un itinéraire de trois ans, divisé en trois phases (diocésaine, continentale, universelle), fait de consultations et de discernement, qui culminera avec l'assemblée initialement prévue en 2022, qui sera finalement organisée en octobre 2023 à Rome.

    «Chacun à l’écoute des autres ; et tous à l’écoute de l'Esprit-Saint». Pour rendre concrète et visible cette synodalité souhaitée par François depuis le début de son pontificat, le prochain synode des évêques, prévu pour octobre 2023, ne sera pas célébré uniquement au Vatican mais dans chaque Église particulière des cinq continents, suivant un itinéraire de trois ans, divisé en trois phases : diocésaine, continentale, universelle.

    Un processus synodal intégral

    L'itinéraire synodal, approuvé par le Pape, est annoncé dans un document de la Secrétairerie générale du synode qui affirme : «Un processus synodal intégral ne se réalisera de manière authentique que si les Eglises particulières y sont impliquées. Une participation authentique des Églises particulières ne peut être réalisée que si les corps intermédiaires de la synodalité, c'est-à-dire les synodes des Églises orientales catholiques, les Conseils et Assemblées des Églises sui iuris et les conférences épiscopales, avec leurs expressions nationales, régionales et continentales, y prennent également part».

    Pour la première fois, un synode décentralisé

    C'est la première fois dans l'histoire de cette institution créée par Paul VI pour poursuivre l'expérience collégiale du Concile Vatican II qu'un synode «décentralisé» est célébré. Précisément lors de la cérémonie de commémoration du 50e anniversaire de l'institution du synode, en octobre 2015, le Pape François avait exprimé son désir d'un parcours commun «laïcs, pasteurs, évêque de Rome».

    Lire la suite

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce matin du dimanche 23 mai 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) de la Pentecôte :

    IMPRIMER

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens (L. Schyns, G. Lahaye) : aspersion d’eau bénite « Vidi aquam », propre de la messe « Spiritus Domini », Kyriale de la messe I (Xe s.), credo I (XIe s.), Hymne « Veni Creator »  (IXe s.)

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici : https://youtu.be/SXtlSyT1a8M

    La messe de la fête de la pentecôte

    Pentecôte 3171349480969dc3c01bfe9d7b703590.jpgLa Pentecôte (d’un mot grec qui veut dire le cinquantième jour) est l’octave double et jubilaire de la fête de Pâques (7 X 7 + 1). C’est en même temps le second point culminant du cycle festif de Pâques. A Pâques, le Christ, le divin Soleil, s’est levé ; à la Pentecôte, il est à son zénith, il chauffe, mûrit et apporte la vie.

    Lire la suite