Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pakistan : pour l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Le 11 août est la Journée des minorités : la société civile soulève la question des droits

    10 août 2022

    Islamabad (Agence Fides) - " Commençons par la question des conversions forcées, un fléau qui pèse sur la vie des minorités religieuses du Pakistan. Des facteurs extrêmement inquiétants se cachent derrière cette mauvaise mentalité, tels que la violation des droits humains fondamentaux, la discrimination, la pauvreté et l'absence d'État de droit. L'inaction du gouvernement sur cette question encourage les auteurs de crimes qui utilisent la foi pour dissimuler des crimes contre les femmes des minorités. Les membres de la communauté religieuse minoritaire, faibles et pauvres, ne sont pas en mesure de se défendre pour obtenir justice " : c'est ce qu'a déclaré dans une interview à l'Agence Fides le laïc catholique Peter Jacob, célèbre défenseur des droits de l'homme au Pakistan, à l'occasion de la Journée des minorités au Pakistan, célébrée chaque année le 11 août.

    M. Jacob, qui a été secrétaire exécutif de la Commission catholique pour la justice et la paix (NCJP) au sein de la Conférence des Evêques catholiques du Pakistan pendant près de 30 ans et qui dirige aujourd'hui le Centre pour la justice sociale (CSJ), note : "Il est nécessaire de reconnaître et d'aborder la question de l'abus des droits des minorités par le biais d'une législation appropriée, afin de prendre des mesures spécifiques pour la protection des femmes issues de minorités religieuses. Des programmes de sensibilisation et d'éducation sont nécessaires de toute urgence pour renforcer la protection et la prise de conscience de la société pakistanaise quant au statut vulnérable et marginalisé des minorités dans le pays. Nous continuerons à élever la voix jusqu'à ce que l'État promeuve la justice et que le peuple pakistanais en prenne conscience".

    Selon les données recueillies par la CSJ, en 2021, 78 adolescentes issues de communautés religieuses minoritaires (39 femmes hindoues, 38 chrétiennes et 1 femme sikhe) ont été enlevées et converties de force à l'islam, soit une augmentation de 80 % du nombre de cas par rapport à l'année 2020. Il faut donc dire que ces cas sont ceux qui sont officiellement enregistrés, et que beaucoup d'autres ne sont pas signalés. À l'occasion de la Journée des minorités, les groupes de défense des droits de l'homme s'inquiètent de l'absence de garanties juridiques pour protéger les minorités au Pakistan. Dans le cas des conversions forcées, notent-ils, des crimes tels que l'enlèvement, la falsification de documents et les violences sexuelles sont commis et restent impunis.

    À l'occasion du 11 août, le président de l'ONG "Voice for Justice", Joseph Jansen, s'adressant à l'Agence Fides, cite le message du fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah, dans son discours historique du 11 août 1947, qui a inspiré le choix de cette date comme "Journée des minorités". Jinnah a déclaré : "Nous sommes tous des citoyens et des citoyens égaux d'un État. Je pense que nous devons garder cela à l'esprit en tant qu'idéal et comprendre qu'au fil du temps, les hindous cesseront d'être hindous et les musulmans d'être musulmans. Non pas au sens religieux, car il s'agit de la foi personnelle de chaque individu, mais au sens politique, en tant que "citoyens de l'État". Il a ajouté : "Vous êtes libre. Libre à vous de vous rendre dans vos temples, vos mosquées ou tout autre lieu de culte dans cet État du Pakistan. Vous pouvez appartenir à n'importe quelle religion, caste ou croyance : cela n'a rien à voir avec les affaires de l'État".

    Joseph Jansen rapporte : "À l'occasion de la Journée nationale des minorités, Voice for Justice, ainsi que d'autres organisations, observeront des moments de silence et des commémorations, avec des lectures et des manifestations publiques exhortant le gouvernement pakistanais à introduire des garanties concrètes pour la protection des minorités religieuses, en mettant en œuvre la vision de Muhammad Ali Jinnah". Il est nécessaire "de reconnaître et de sanctionner tous les actes de discrimination, notamment sur la base de la religion et des convictions, afin que l'égalité et la liberté religieuse soient garanties, comme le stipule la Constitution du Pakistan", conclut Jansen.

    La société civile pakistanaise se souvient notamment de la figure du ministre catholique Shahbaz Bhatti (1968 - 2011), tué lors d'une attaque terroriste à Islamabad et qui fut un martyr de la justice. Bhatti a laissé un précieux héritage spirituel ainsi que des réalisations civiles et politiques telles que l'instauration de la Journée des minorités le 11 août. Le ministre a salué l'anniversaire du discours historique d'Ali Jinnah à la nation pakistanaise, dans lequel il a proclamé l'égalité des droits pour tous les citoyens, indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse. La Journée des minorités, créée à l'initiative de M. Bhatti en 2009, est un héritage de l'engagement chrétien et humain de Shahbaz Bhatti, qui a ainsi voulu donner un signe tangible de reconnaissance du rôle des minorités au Pakistan et honorer leur contribution à la construction de la nation depuis l'indépendance. Les thèmes qui caractérisent cette journée depuis lors sont : la justice, le travail, l'éducation, le respect des droits, l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse.

    (AG-PA) (Agence Fides 10/8/2022)

  • L'Incorrect publie un dossier sur l'avortement, "le grand tabou"

    IMPRIMER

    La situation évoquée est celle de l'Hexagone mais on n'aura aucune peine à faire le lien avec les réalités telles qu'elles se présentent chez nous.

    AVORTEMENT, LE GRAND TABOU

    VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER

    « Il s’agit bien d’un programme, d’un business même,  où s’enchevêtrent, dans une partouze qui suinte la mort, labos, associations et politiques. Rallongement des délais de l’IVG, suppression de la clause de conscience des médecins  suppression des délais de réflexion et même possibilité d’une IMG pour « détresse psychosociale », c’est-à-dire la possibilité de tuer un bébé en  parfaite santé à quelques heures de sa naissance au nom du désir individuel … » 

    Arthur de Watrigant, directeur adjoint de la rédaction

    Retrouvez gratuitement plus de vingt pages d'enquête

    Reportage sur IVG.net, investigations autour du planning familial ou de l'inquiétant monsieur Paulsen qui détient 100% du marché de l'infanticide par voie médicamenteuse, portrait de l'association Magnificat : ce dossier fleuve dresse un panorama de la situation.

    Pour lire le dossier : https://lincorrect.org/wp-content/uploads/2022/05/Dossier-IVG.pdf

  • Controverse autour du "grand remplacement"

    IMPRIMER

    D'André Larané sur Herodote.net :

    Y a-t-il un « grand remplacement » ?

    Les Français changent, ne nous voilons pas la face

    « Il n'y a pas de grand remplacement », affirme le démographe Hervé Le Bras (Grasset, 2022) avec la volonté de contrecarrer la thèse de l'écrivain Renaud Camus. Il conteste donc à grand renfort de statistiques l'ampleur de l'immigration en France. Mais à trop vouloir prouver...

    Il n'y a pas de grand remplacement (Hervé Le Bras, Grasset, 2022)

    Le « grand remplacement » auquel fait référence le démographe Hervé Le Bras est une expression employée par Renaud Camus pour qualifier le phénomène migratoire qui affecte la France et l’Europe. Une frange de l’opinion y voit la menace d’un changement de population, ce que conteste le démographe. Ses critiques des discours alarmistes de Renaud Camus ainsi que d’autres auteurs comme avant lui Jean Raspail méritent le détour par leur drôlerie et leur virulence.

    Cela dit, l’idée qu’une population puisse en remplacer une autre sur son propre sol n’est pas absurde. Hervé Le Bras rappelle que les Américains eux-mêmes l’ont fait à l’encontre des Indiens (page 95).  Il reconnaît aussi le caractère inédit des migrations actuelles (note).

    Pendant tout le précédent millénaire et jusqu’en 1974, l’Europe occidentale a connu beaucoup de brassages de populations qui ont contribué à la formation de sa civilisation mais aucune immigration notable d’Asie ou d’Afrique.

    Un basculement s’est produit depuis lors. Il transparaît dans l’étude de Jérôme Fourquet sur les prénoms musulmans, passés de 2% des naissances à 18,8% entre 1962 et 2016. Hervé Le Bras en convient : « Le pourcentage de 18,8%  de prénoms d’origine arabe et musulmane parmi les naissances en 2016 (…) correspond presque exactement au pourcentage des naissances de parents immigrés des pays arabes ou musulmans » (page 105). Un cinquième de la population française en devenir est donc issu de cette immigration des dernières décennies.

    Lire la suite

  • La vie de Claire (11/08) : une Eucharistie

    IMPRIMER

    Santa_Chiara.jpgLa lumineuse figure de sainte Claire d'Assise a été évoquée par le pape Jean-Paul II dans une Lettre, en date du 11 août 1993, adressée aux Clarisses à l'occasion du VIII° centenaire de la naissance de la sainte fondatrice. Voici une traduction du texte du message de Jean-Paul II (source) :

    Très chères religieuses de clôture !

    1. Il y a huit cents ans naissait Claire d'Assise du noble Favarone d'Offreduccio.

    Cette " femme nouvelle ", comme l'ont écrit d'elle dans une Lettre récente les Ministres généraux des familles franciscaines, vécut comme une " petite plante " à l'ombre de saint François qui la conduisit au sommet de la perfection chrétienne. La commémoration d'une telle créature véritablement évangélique veut surtout être une invitation à la redécouverte de la contemplation, de cet itinéraire spirituel dont seuls les mystiques ont une profonde expérience. Lire son ancienne biographie et ses écrits - la Forme de vie, le Testament et les quatre Lettres qui nous sont restées des nombreuses qu'elle a adressées à sainte Agnès de Prague - signifie s'immerger à tel point dans le mystère de Dieu Un et Trine et du Christ, Verbe incarné, que l'on en reste comme ébloui. Ses écrits sont tellement marqués par l'amour suscité en elle par le regard ardent et prolongé posé sur le Christ Seigneur, qu'il n'est pas facile de redire ce que seul un coeur de femme a pu expérimenter.

    Lire la suite

  • Claire d'Assise (11 août)

    IMPRIMER

    31801408.jpgLors de l'audience générale du 15 septembre 2010, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à cette belle figure féminine de l'Eglise du XIIIe siècle :

    Chers frères et sœurs,

    L’une des saintes les plus aimées est sans aucun doute sainte Claire d’Assise, qui vécut au XIIIe siècle, et qui fut contemporaine de saint François. Son témoignage nous montre combien l’Eglise tout entière possède une dette envers des femmes courageuses et riches de foi comme elle, capables d’apporter une impulsion décisive au renouveau de l’Eglise.

    Qui était donc Claire d’Assise? Pour répondre à cette question, nous possédons des sources sûres: non seulement les anciennes biographies, comme celles de Thomas de Celano, mais également les Actes du procès de canonisation promu par le Pape quelques mois seulement après la mort de Claire et qui contiennent les témoignages de ceux qui vécurent à ses côtés pendant longtemps.

    Née en 1193, Claire appartenait à une riche famille aristocratique. Elle renonça à la noblesse et à la richesse pour vivre dans l’humilité et la pauvreté, adoptant la forme de vie que François d’Assise proposait. Même si ses parents, comme cela arrivait alors, projetaient pour elle un mariage avec un personnage important, à 18 ans, Claire, à travers un geste audacieux inspiré par le profond désir de suivre le Christ et par son admiration pour François, quitta la maison paternelle et, en compagnie de son amie, Bona de Guelfuccio, rejoignit en secret les frères mineurs dans la petite église de la Portioncule. C’était le soir du dimanche des Rameaux de l’an 1211. Dans l’émotion générale, fut accompli un geste hautement symbolique: tandis que ses compagnons tenaient entre les mains des flambeaux allumés, François lui coupa les cheveux et Claire se vêtit d’un habit de pénitence en toile rêche. A partir de ce moment, elle devint l’épouse vierge du Christ, humble et pauvre, et se consacra entièrement à Lui. Comme Claire et ses compagnes, d’innombrables femmes au cours de l’histoire ont été fascinées par l’amour pour le Christ qui, dans la beauté de sa Personne divine, remplit leur cœur. Et l’Eglise tout entière, au moyen de la mystique vocation nuptiale des vierges consacrées, apparaît ce qu’elle sera pour toujours: l’Epouse belle et pure du Christ.

    Lire la suite

  • Le Vatican fait appel à des influenceurs pour inciter les jeunes catholiques désenchantés à répondre à l'enquête du Synode

    IMPRIMER

    De Zelda Caldwell sur Catholic News Agency :

    Le Vatican fait appel à des influenceurs pour inciter les jeunes catholiques désenchantés à répondre à l'enquête du Synode

    9 août 2022

    L'automne dernier, les catholiques du monde entier ont commencé à se réunir dans les sous-sols des églises et les gymnases des écoles pour, selon les mots du pape François, " regarder les autres dans les yeux et écouter ce qu'ils ont à dire. " Ces séances d'écoute constituaient la première phase du Synode sur la synodalité, qui durera deux ans et se terminera en 2023, lorsque les évêques se réuniront pour ruminer ce qu'ils ont appris.

    Maintenant que les paroisses ont enregistré les témoignages des fidèles et les ont compilés dans des rapports officiels, le Vatican envoie le message qu'il veut entendre ceux qu'il a peut-être manqués - les catholiques jeunes ou inactifs qui ne se sont pas présentés aux réunions paroissiales.

    Jimmy Akin, apologiste catholique et animateur de la populaire émission de radio Catholic Answers Live, est l'un des nombreux "influenceurs" catholiques laïcs auxquels le Dicastère pour les communications du Vatican a demandé d'entrer en contact avec ces catholiques non comptabilisés. 

    L'auditoire de M. Akin comprend de nombreux non-catholiques, agnostiques et athées qui tentent de le faire trébucher en contestant la foi. Il répond respectueusement, en utilisant des arguments logiques pour défendre les enseignements de l'Église, rappelant à ses auditeurs qu'en tant que converti, il a lui aussi été confronté à des obstacles similaires avant de décider de devenir catholique.

    Lundi, sur Twitter, M. Akin a invité ses plus de 21 800 adeptes à participer au synode en répondant à un sondage. 

    "Le Vatican réalise un sondage en ligne qui sera soumis au Synode des évêques. Il souhaite connaître l'opinion d'un large éventail de personnes, qu'elles soient ou non des catholiques actifs. Vous pouvez partager vos opinions ici. La date limite est le 15 août", a-t-il publié.

    L'enquête, qu'il met en lien sur son site Web, pose aux répondants des questions sur leur foi, la fréquence à laquelle ils vont à la messe et s'ils ont eu une rencontre personnelle avec Dieu. 

    D'autres questions, concernant l'attitude à l'égard de l'Église, ont suscité une réaction négative de la part de certains qui ont contesté la formulation des réponses à choix multiples.

    L'une des questions de l'enquête, par exemple, demande : "Lesquels de ces attributs définissent le mieux l'Église ?"

    Les personnes interrogées sont invitées à choisir trois adjectifs dans la liste suivante : "solidaire", "égoïste", "autoritaire", "participative", "innovante", "dépassée", "proche" et "distante".

    Une autre question, demandant pourquoi les gens quittent l'Église, n'a pas inclus suffisamment d'options, ont suggéré certains utilisateurs de Twitter :

    Un utilisateur de Twitter a écrit, en réponse au post d'Akin, "Je suis désolé Jimmy mais ce sondage est nul, il est très clair que celui qui l'a fait est déconnecté des vrais défis auxquels l'Église est confrontée de nos jours (manque de révérence, suppression de la tradition, relativisme, indifférentisme religieux, aller avec le Zeitgeist etc. etc.)".

    Si l'écrasante majorité des commentaires sur le billet d'Akin étaient négatifs, les efforts du Vatican ont été salués :

    M. Akin a déclaré à CNA qu'il n'était pas surpris de la réaction à l'enquête.

    "Beaucoup de gens se méfient du prochain synode sur la synodalité, ce qui en soi suscite des inquiétudes. De plus, en remplissant moi-même le questionnaire, il était clair que la personne qui a rédigé les questions et les réponses ne pensait pas du point de vue de nombreux catholiques actifs, engagés et orthodoxes", a-t-il déclaré.

    "Je m'attendais à ce que certaines personnes considèrent que le questionnaire était orienté vers un ensemble particulier de points de vue et de réponses", a ajouté M. Akin.

    Dans l'ensemble, il pense que cela vaut la peine de remplir le questionnaire.

    "Mon opinion est que si le Vatican vous demande votre avis, il vaut mieux coopérer et le donner, même si l'instrument est imparfait. Il vaut mieux faire entendre sa voix que de ne pas la faire entendre du tout", a déclaré M. Akin.

    Il a ajouté qu'il était heureux d'apporter son aide lorsqu'on le lui demandait.

    "Je reconnais que le Saint-Siège est un lieu où les gens ont des opinions très différentes et que personne, à l'exception du pape, n'a le dernier mot sur une question. Mais je crois qu'il faut être utile et constructif lorsqu'on le demande, et j'ai donc été heureux d'aider le Dicastère des communications", a-t-il déclaré.

    Selon lui, le Vatican était également conscient que l'audience de M. Akin et des autres influenceurs n'était pas représentative des catholiques actifs.

    "Quelqu'un au Vatican a clairement compris que les enquêtes diocésaines ne permettraient pas de connaître l'opinion des personnes qui ne vont pas à la messe. Ils nous ont fait remarquer que les participants n'avaient pas besoin d'être des catholiques actifs pour partager leurs opinions. Ils veulent entendre des personnes de bonne volonté qui sont prêtes à s'engager dans l'Église sous une forme ou une autre, même si certaines ne pratiquent pas la foi actuellement", a-t-il déclaré.

    Le bureau de communication du Vatican a mené une campagne similaire en France et en Espagne, en employant des "prêtres influenceurs" pour atteindre les jeunes qui n'avaient pas assisté aux réunions du Synode dans les paroisses.

    "Après le synode, dont les jeunes étaient largement absents, le dicastère a rencontré un groupe d'influenceurs espagnols", a déclaré le père Gaspard Craplet au site catholique français La Croix.

    "Ils ont dit qu'il fallait consulter le monde numérique et ont soumis la question au pape, qui a répondu qu'il fallait se lancer", a-t-il ajouté.

    Le père Craplet a expliqué à La Croix que le dicastère l'a contacté, ainsi que d'autres prêtres suivis sur les médias sociaux, pour leur demander de transmettre le sondage. 

    "Contrairement à une paroisse, les influenceurs atteignent les personnes qui les suivent librement, comme des moutons qui choisissent leur berger", a-t-il expliqué.

    L'enquête distribuée en Espagne a suscité des réactions négatives parce que la mention "Je ne sais pas" figurait parmi les possibilités d'identification du sexe.

    Cette partie de l'enquête aurait été modifiée pour lire "Je ne veux pas répondre", réponse qui a ensuite été adoptée par la version américaine de l'enquête distribuée par Akin.

    Le Synode sur la synodalité a été annoncé en mars 2020. Il est axé sur le discernement avec l'ensemble du peuple de Dieu, le cheminement ensemble et l'écoute mutuelle.

    Il a commencé par une phase diocésaine, dans laquelle chaque évêque a été invité à entreprendre un processus de consultation avec son Église locale. Les résultats de ces consultations doivent être envoyés au Vatican avant le 15 août.

    Cette phase sera suivie d'une phase continentale, de septembre à mars 2023. Elle se terminera par un synode des évêques qui se tiendra au Vatican en octobre 2023.

  • Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane

    IMPRIMER

    D'Alexandra Greeley sur le National Catholic Register :

    Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane
    Histoires vraies de chrétiens courageux vivant leur foi en terre musulmane

    Detail of the book cover of ‘The Perscuted’ by Casey Chalk
    Détail de la couverture du livre "The Perscuted" de Casey Chalk (photo : Sophia Institute Press)

    9 août 2022

    La persécution des chrétiens par les musulmans est un sujet omniprésent, certaines sources publiant le nombre annuel de morts. Pour sensibiliser le public à ces atrocités, l'auteur Casey Chalk a écrit The Persecuted : True Stories of Courageous Christians Living Their Faith in Muslim Lands, publié par Sophia Institute Press (2021).

    Comme l'écrit Pieter Vree, rédacteur en chef du magazine New Oxford Review, dans la préface du livre, "la persécution des chrétiens n'a rien de nouveau." Il ajoute : "Notre Seigneur Jésus-Christ a lui-même fait face à la persécution, au harcèlement, aux menaces et aux tentatives de lapidation tout au long de son ministère..." Même le pape François, lors d'une messe à la Casa Santa Marta, a parlé de la façon dont un groupe dissident des talibans à Lahore, au Pakistan, a fait exploser un groupe de prière chrétien.

    Mais au lieu d'aborder cette calamité à l'échelle mondiale, Chalk se concentre sur les problèmes d'un seul homme et de sa famille qui ont fui le Pakistan pour Bangkok, en Thaïlande, puis ont été contraints de retourner au Pakistan. L'homme, Michael D'Souza, moitié sud-asiatique et moitié portugais, est né et a grandi à Karachi, au Pakistan, et était un fervent catholique.

    À la fin des années 1990, il s'est marié et travaillait à Karachi pour une école affiliée à l'Église anglicane, mais au début des années 2000, les débuts des persécutions musulmanes ont commencé, et il a été renvoyé de l'école. En 2006, deux mollahs se sont présentés à son domicile et lui ont ordonné de se convertir à l'islam, ce qu'il a refusé. Les visites à son domicile se poursuivent pendant plusieurs années, et il reçoit même des visites lorsqu'il travaille comme sacristain à l'église Saint-Antoine.

    Les agressions contre D'Souza et sa famille se sont poursuivies malgré son déménagement dans d'autres villes du Pakistan. En octobre 2012, lui et sa famille sont retournés vivre dans un autre quartier de Karachi. En se rendant à la cathédrale Saint-Patrick pour rendre visite au père Peter John, il a vu placardées sur les murs d'une mosquée voisine des photos de lui disant qu'il avait insulté l'islam. Cette nuit-là, D'Souza a fui Karachi pour se rendre dans une ville voisine où des membres de sa famille l'ont exhorté à fuir le Pakistan. Il a également demandé conseil au père Peter John, qui l'a exhorté à quitter le pays.

    La famille D'Souza est arrivée à Bangkok fin novembre 2012, mais bien qu'ils aient des visas de tourisme, les fonctionnaires thaïlandais ont commencé à causer des problèmes. D'Souza a rejoint la paroisse rédemptoriste Holy Redeemer, où un ami leur a donné l'argent pour payer les fonctionnaires thaïlandais du centre de détention. Un an plus tard, D'Souza a demandé le statut de réfugié au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, mais sa demande a été rejetée, laissant la famille avec peu d'options. La famille s'est liée d'amitié avec des paroissiens de l'église Holy Redeemer qui leur ont apporté un soutien financier. Un paroissien les a même hébergés dans un appartement.

    Puis, à la mi-2014, Casey Chalk et sa famille ont déménagé à Bangkok et sont devenus des paroissiens actifs du Holy Redeemer. Comme Chalk l'a découvert, D'Souza était un paroissien dévoué, et après s'être présenté à D'Souza, Chalk et sa femme ont commencé leurs efforts pour aider à financer et soutenir la famille. Dans le reste du livre, Chalk explique en détail comment D'Souza a lutté pour trouver du travail et rester en tant que réfugié en Thaïlande. Malheureusement, comme l'écrit l'auteur, "il y a beaucoup de demandeurs d'asile et de réfugiés pakistanais en Thaïlande, probablement entre sept mille et douze mille personnes. La plupart d'entre eux sont des catholiques et des chrétiens évangéliques."

    Puis en 2017, la famille a finalement décidé de retourner au Pakistan parce qu'elle avait enduré tant de souffrances à Bangkok, et quelques semaines après le départ des D'Souza, Chalk et sa famille sont retournés aux États-Unis. Au cours des années suivantes, Chalk est resté en contact avec la famille D'Souza et s'est efforcé de trouver un recours contre la persécution musulmane dont il est victime au Pakistan.

    Comme le dit Vree à propos de Chalk :

    Il a mis un visage humain sur la souffrance qui est souvent cachée derrière des statistiques. Nous avons besoin d'entendre les histoires de familles comme celle des D'Souza parce que nous et eux sommes membres du même corps, le corps du Christ. Leur douleur est notre douleur, leur perte est notre perte, et leur joie est notre joie.

    Alexandra Greeley Convertie au catholicisme, Alexandra Greeley est écrivain culinaire, critique de restaurants et auteur de livres de cuisine. Elle se passionne pour tous les aspects du monde de l'alimentation, qu'il s'agisse d'interviewer des chefs, de soutenir les agriculteurs locaux ou de faire le lien entre nourriture et foi.

  • Laurent et le ministère diaconal

    IMPRIMER

    Restorations_06.jpgSaint LAURENT, PROTO DIACRE DE L’EGLISE ROMAINE par Don Francesco Moraglia, Docteur de théologie systématique (Gênes) - source : vatican.va

    (ci-contre : saint Laurent par Fra Angelico - Vatican)

    L’histoire de l’Eglise nous a laissé de grandes figures d’évêques et de prêtres qui ont contribué à illustrer, sur le plan théologique et pastoral, le sens profond du ministère ordonné. Pour l’épiscopat, on distingue, entre autres, les figures d’Irénée, Augustin, Winfrid, Boniface, Bartolomé Las Casas et Ildephonse Schuster; pour la prêtrise, l’époque moderne et contemporaine a été marquée par Philippe Néri, Jean-Marie Vianney, Jean Bosco, Pierre Chanel et Maximilien Kolbe. Le ministère diaconal acquiert lui aussi des contours plus nets si on le considère à la lumière de la figure de grands diacres; c’est le cas, par exemple, du martyr Laurent, proto diacre de l’Eglise romaine qui, avec Etienne et Philippe, est certainement l’un des plus célèbres de l’antiquité.

    Lire la suite

  • Saint Laurent (10 août) et les trésors de l'Eglise

    IMPRIMER

    LorenzoDetail.jpg

    (Source) Saint Laurent fut l'un des plus illustres martyrs de l'Église. Ses vertus, son mérite, lui gagnèrent l'affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. L'an 258, le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant : « Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils ? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre ? Jamais vous n'offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l'autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire ? ». Le saint Pape, ému, lui dit : « Je ne vous abandonne point, mon fils; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées; vous me suivrez dans trois jours ». Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l'Église, pour les soustraire aux persécuteurs : mission que Laurent accomplit avec joie.

    Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l'empereur en avait besoin pour l'entretien de ses troupes : « J'avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l'empereur n'a point de trésors aussi précieux qu'elle; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer ». Le préfet (Dacien ou Déce) accorda trois jours de délai. Pendant ce temps, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l'Église; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant : « Voilà les trésors que je vous ai promis. J'y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu; l'Église n'a point d'autres richesses. – Comment oses-tu me jouer, malheureux ? dit le préfet; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial ? ». Puis il le fit déchirer à coups de fouets.

    Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, où il guérit un aveugle et convertit l'officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement; c'est alors qu'un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyr : « Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices ». Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé : « Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant; faites-moi rôtir de l'autre ». Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l'âme.

    Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église (EAQ)

    Sermon 302, pour la fête de saint Laurent 

    « L'homme qui donne aux pauvres à pleines mains demeure juste pour toujours » (Ps 111,9)

          Saint Laurent était diacre à Rome. Les persécuteurs de l'Église lui demandaient de livrer les trésors de l'Église ; c'est pour obtenir un vrai trésor dans le ciel qu'il a souffert des tourments dont on ne peut entendre le récit sans horreur : il a été étendu sur un gril sur un feu... Cependant, il a triomphé de toutes les douleurs physiques par la force extraordinaire qu'il puisait dans sa charité et dans le secours de Celui qui le rendait inébranlable : « C'est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre » (Ep 2,10). 

          Voici ce qui a provoqué la colère des persécuteurs... Laurent a dit : « Faites venir avec moi des chariots sur lesquels je puisse vous apporter les trésors de l'Église. » On lui a donné des chariots ; il les a chargés de pauvres et les a fait revenir, en disant : « Voici les trésors de l'Église. » 

          Rien n'est plus vrai, mes frères ; dans les besoins des pauvres se trouvent les grandes richesses des chrétiens, si nous comprenons bien comment faire fructifier ce que nous possédons. Les pauvres sont toujours devant nous ; si nous leur confions nos trésors, nous ne les perdrons pas.

    Voir également l'homélie de frère Elie (homelies.fr) (Archive 2010)

    Lire la suite

  • Saint Laurent, diacre et martyr (10 août)

    IMPRIMER

    497020.jpg

    Martyre de saint Laurent - Mausolée de Galla Placidia - Ravenne

    "Laurent serait né vers 210 ou 220 en Espagne, à Huesca, au royaume d'Aragon. Son père s'appelait Orence, et sa mère Patience. Afin de compléter ses études humanistiques et liturgiques il fut envoyé, tout jeune encore, dans la ville de Saragosse, où il fit la connaissance du futur pape Sixte II. Ce dernier, originaire de la Grèce, était investi d’une charge d’enseignant dans l’un des plus importants centres d’études de l'époque et, parmi ses maîtres, le pape était l’un des plus connus et des plus appréciés.

    Lire la suite

  • Benoît XVI et les chats : un "amoureux inconditionnel des chats" au Vatican

    IMPRIMER

    De Walter Sanchez Silva sur ACI Prensa :

    Benoît XVI et les chats : Un "amoureux inconditionnel des chats" au Vatican

    Benedicto XVI con dos gatos a sus pies. Crédito: Fundación Joseph Ratzinger - Benedicto XVI
    Benoît XVI avec deux chats à ses pieds. Crédit : Fondation Joseph Ratzinger - Benoît XVI

    Ce lundi 8 août marque la Journée internationale du chat, un animal qui a toujours accompagné le bien-aimé pape émérite Benoît XVI, qui a maintenant 95 ans.

    Benoît XVI avait deux chats comme animaux de compagnie lorsqu'il était pape de l'Église catholique. L'un d'eux était autrefois un chat errant qu'il a trouvé dans les rues de Rome.

    En 2005, dans une interview accordée au journal espagnol ABC, le journaliste a demandé au cardinal Tarcisio Bertone, devenu peu après secrétaire d'État du Vatican, si le pape Benoît XVI était un "amoureux inconditionnel des chats".

    "Bien sûr qu'il l'était. Lors de sa promenade entre Borgo Pio et le Vatican, il s'arrêtait pour parler aux chats ; ne me demandez pas dans quelle langue il leur parlait, mais les chats étaient ravis", a raconté le cardinal italien.

    "Lorsque le cardinal (Ratzinger) s'approchait, les chats levaient la tête et le saluaient", raconte le cardinal Bertone.

    Quelque temps plus tard, en 2007, est publié en italien puis dans d'autres langues le livre pour enfants "Joseph et Chico : un chat raconte la vie de Benoît", qui raconte la vie de Joseph Ratzinger jusqu'à son élection comme pape.

    Le livre a été publié par Edizioni Messaggero de Padoue, et a été écrit par la journaliste Jeanne Perego avec des illustrations de Donata Dal Molin Casagrande.

    Dans le livre, le chat est présenté comme l'un des animaux qui ont accompagné Joseph Ratzinger pendant son enfance et commente que Benoît XVI est son ami et "le guide de tous les catholiques".

    "Joseph et Chico" comporte une introduction écrite par le secrétaire personnel du pape, l'archevêque allemand George Gänswein.

    "Combien de choses sont écrites et dites chaque jour sur le Pape ? Mais ici, chers enfants, vous trouverez une biographie différente des autres car elle est racontée par un chat, et ce n'est pas tous les jours qu'un chat considère le Saint-Père comme son ami et commence à écrire son histoire", a écrit le prélat.

    En novembre 2007, l'auteur a pu remettre son livre à Benoît XVI, qui a déclaré : "Quand j'étais jeune, j'aurais aimé écrire une histoire de chats, mais maintenant, ce sont les chats qui écrivent mon histoire".

  • Etats-Unis : le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    IMPRIMER

    De Mary Frances Myler sur le National Catholic Register :

    Le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    Avec la disparition de l'arrêt Roe, certains pro-vie préconisent une approche qui met l'accent sur la diminution de la demande d'avortement par des politiques gouvernementales proactives.

    8 août 2022

    Avec l'annulation de Roe et l'élimination d'un droit à l'avortement au niveau fédéral, certains pro-vie disent qu'il est temps pour une nouvelle phase du mouvement : "Pro-Life 3.0". 

    C'est le nom donné à une approche du plaidoyer pro-vie qui vise à diminuer la demande d'avortement par le biais de programmes et de politiques gouvernementales, au lieu de se concentrer plus exclusivement sur la limitation de l'accès légal à l'avortement.

    Charles Camosy, un théologien moraliste qui enseigne à la faculté de médecine de l'université Creighton et au séminaire St. John de Yonkers, dans l'État de New York, est l'un des principaux partisans de l'approche "Pro-Life 3.0". Il soutient que cette forme de plaidoyer en faveur de la vie est plus cohérente avec l'étendue de l'enseignement social catholique et offre également des possibilités de collaboration bipartisane.

    Si Pro-Life 3.0 représente un changement d'approche, il s'appuie sur les phases précédentes du mouvement pro-vie, comme l'explique M. Camosy dans une récente chronique de Religion News Service. Pro-Life 1.0, écrit-il, a précédé Roe v. Wade et était un "mouvement politiquement complexe" qui ne s'inscrivait pas dans le clivage politique gauche-droite. Après Roe, Pro-Life 2.0 s'est défini en grande partie par son fusionnisme, canalisant l'activisme politique en grande partie par le biais d'une coalition de la droite religieuse, des libertaires à petit gouvernement et des faucons anticommunistes. 

    "Cela a donné lieu à d'étranges associations", a noté M. Camosy dans sa chronique.

    Pro-Life 3.0, expliqué

    Avec la décision rendue le 24 juin dans l'affaire Dobbs contre Jackson Women's Health, le paysage de la législation sur l'avortement - et le potentiel d'action politique du mouvement pro-vie - a changé. 

    "Avant l'arrêt Dobbs, les législateurs n'avaient pas la possibilité d'adopter une approche globale de l'élaboration des politiques en faveur de la vie", explique au Register Rick Garnett, professeur à la faculté de droit de Notre Dame. "Les décisions malencontreuses de la Cour dans les affaires Roe et Casey ont privé les citoyens de la capacité d'exprimer en droit et en politique un engagement envers la dignité humaine des enfants à naître et des femmes enceintes."

    Libéré des limitations imposées par Roe, et coïncidant avec le virage populiste du parti républicain, M. Camosy a déclaré que le mouvement pro-vie a maintenant la possibilité de "nouveaux arrangements politiques créatifs qui n'étaient pas possibles auparavant".

    Dans le cadre de cette possibilité de nouveaux arrangements, M. Camosy a déclaré que c'était l'occasion pour les catholiques de soutenir un programme politique plus conforme à l'enseignement social catholique. 

    Lire la suite