Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 5

  • Avortement : quand la Pologne se déchire

    IMPRIMER

    De Thierry Boutet sur Smart Reading Press :

    LA POLOGNE FACE À L’AVORTEMENT

    La question de l’avortement perturbe une nouvelle fois la Pologne. Alors que le monde avait les yeux tournés vers l’Amérique et vers la gestion de la crise du COVID, les événements que viennent de vivre les Polonais illustrent le combat que se livrent progressistes et conservateurs dans presque toutes les démocraties. Malgré le refus de la population d’une libéralisation de l’avortement, l’offensive des réseaux internationaux favorables à l’IVG est impressionnante.

    En Pologne, l’histoire de l’avortement n’est pas un long fleuve tranquille.

    Jusqu’en 1932, il était illégal, comme à peu près partout dans le monde depuis le Code de Hammurabi (1750 av. J.-C.). En 1932, il est autorisé dans les cas de viol, d’inceste et pour les jeunes filles de moins de 15 ans.

    Sous le régime communiste, en 1956, une nouvelle loi l’autorise au motif «des conditions de vie difficiles de la femme enceinte». Le nombre d’avortements légaux dépasse les 100 000 dans les années suivantes.

    En 1993, à la chute du régime communiste, une loi restrictive est votée. L’avortement n’est plus autorisé que pour le viol et l’inceste, et pour une malformation grave du fœtus ou un risque pour la vie de la mère. La gauche, à cette époque, tente d’élargir les exceptions aux «situations sociales difficiles pour la mère». Lech Walesa, alors Président de la Pologne, oppose son véto. Le nombre des avortements légaux retombe à moins de 2 000, en diminution continue1.

    Lorsque la gauche arrive au pouvoir en 2001, le Président du Conseil, Leszek Miller, ne souhaite pas mettre de l’huile sur le feu. La Pologne est sur le point d’adhérer à l’Europe, et l’Église soutient cette adhésion. Dans les années suivantes, tous les projets d’amendements, dans un sens ou dans l’autre, sont rejetés par le Parlement. La loi de compromis de 1993 semble convenir autant à l’Église qu’aux partis. La bataille se poursuit principalement sur les conditions de l’application de la loi. La question du périmètre légal de l’autorisation légale d’avorter passe au second plan.

    Lire la suite sur Smart Reading Press

     


    1 – La Pologne, pays de 38 millions d’habitants, n’a enregistré en 2019 que 1 100 avortements légaux, plus de 95 % pour malformation irréversible du fœtus. Quant aux avortements illégaux, difficiles à comptabiliser, ils seraient aujourd’hui de 150 000 à 200 000 selon les associations féministes. Le coût d’un avortement clandestin serait d’un peu moins de 1 000 €. Un argument souvent brandi pour légaliser l’avortement.

  • USA : le renvoi d'un clown et l'entrée en grâce d'un sage ?

    IMPRIMER

    De François Martin sur Smart Reading Press :

    ÉLECTIONS AMÉRICAINES : L’AVENIR DE L’OCCIDENT SE JOUERA LE 10 DÉCEMBRE

    Au sujet des élections américaines, vous pensez, vous croyez que vous savez. Eh bien !, trompé par la presse «main stream», vous ne savez pas ! Prenez la peine de lire cet article de notre nouveau collaborateur, François Martin, vous comprendrez que les élections américaines ne signifient pas le renvoi populaire d’un clown et l’entrée en grâce d’un sage. Les sondages se sont trompés, mais la presse internationale également !

    Il ne faut pas se tromper d’analyse. L’élection américaine, qui se décidera le 10 décembre sur le tapis vert, après la fin des recours, ne consacrera pas la victoire de Biden ou de Trump, deux personnages aux styles si différents. Elle décidera d’un modèle de société dominant, pour le pays et pour le monde, pour de nombreuses années.

    Aujourd’hui, une semaine à peine après le scrutin de l’élection américaine, et même si les médias ont déclaré Joe Biden vainqueur, le moins que l’on puisse dire est que l’élection n’est pas jouée. Le camp Trump a déposé des recours dans nombre d’États où les décomptes sont considérés comme litigieux, soit que la différence de voix entre les candidats soit très faible (ce qui autorise un recomptage), soit que les risques de fraude apparaissent comme crédibles.

    UNE FRAUDE MASSIVE ?

    Malgré ce qu’ont affirmé les démocrates, qui ont tenté de balayer ces accusations de fraude, que Trump profère depuis des mois, il est parfaitement légitime de se poser cette question. D’abord, parce que cette fois-ci, sur un total de 147 millions de votes, plus de 100 millions ont été exprimés par anticipation (dont 65 millions par la Poste), ce qui est énorme. Par comparaison, en 2016, sur un total de 139 millions de votes, seulement 33 millions avaient été des votes par correspondance.

    Par ailleurs, histoire de rendre les choses encore moins claires, tous les États n’ont pas les mêmes règles pour dépouiller ces votes anticipés. Certains (comme l’Arizona, le Colorado, la Floride, la Géorgie, l’Iowa, le Minnesota, le Nevada, la Caroline du Nord, l’Ohio et le Texas) ont pu les traiter avant le 3 novembre. Mais de nombreux autres, et notamment les «swing states1» du Michigan, du Wisconsin et de la Pennsylvanie, ont dû attendre cette date pour commencer à compter les bulletins déjà reçus. Et, pire encore, une vingtaine d’États acceptent les bulletins jusqu’à 10 jours après la date du scrutin, à condition que le cachet de la Poste montre qu’ils ont été envoyés avant le 4 novembre…

    En tout état de cause, chacun sait que, dans cette situation très compliquée, rien ne sera fixé avant le 10 décembre, jour où les tribunaux étatiques et/ou fédéraux rendront leur verdict.

    Lire la suite sur Smart Reading Press

  • "Françoisphobes"

    IMPRIMER
    Françoisphobie

    Françoisphobie

    de Yves Chiron

    352 pages - nov. 2020 - À paraître

    20,00€

    Du jamais vu ! Partout, aux quatre coins du monde, des milliards d’individus qui ne sont pas chrétiens reconnaissent dans l’actuel successeur de Pierre le témoin et le champion de l’humanité. Dans les frontières du Vieux Continent, aux États-Unis, et jusque entre les murs du Vatican, il se trouve toutefois des catholiques pour voir en lui le diable. Ce sont eux, les phobiques de François, qui distillent un François bashing permanent.

    Pourquoi le pape le plus apprécié hors de l’Église est-il le plus mal apprécié au sein de l’Église ? Il fallait l’historien Yves Chiron pour décrypter les mensonges et les manœuvres de militants et idéologues qui ont perdu le sens de l’Église et qui s’appuient sur certains hiérarques conservateurs. Ces « Françoisphobes » refusent de voir dans ce pontificat « un coup de poing dans l’estomac que nous a administré l’Esprit Saint pour nous réveiller », selon l’expression du cardinal Scola.

    Que François apporte à toutes et à tous, sans discrimination, la Bonne nouvelle de l’amour, voilà l’intolérable pour ces nouveaux inquisiteurs. Quitte à ce que, complotant contre le pape de la compassion, ils se retrouvent à conspirer contre le Dieu de la miséricorde.

    Une démonstration implacable, nourrie de révélations, au service de la vérité.

    Historien de l’Église, biographe de plusieurs papes contemporains traduit en diverses langues, ayant consacré différentes enquêtes aux grandes controverses qui agitent le monde catholique, Yves Chiron est l’auteur d’une œuvre abondante et rigoureuse.

  • Quand l'Etat-Providence impose le despotisme sanitaire et piétine la liberté de culte

    IMPRIMER

    Cela vaut en France mais également chez nous; dans l'Hexagone cependant, les réactions sont bien plus fortes que dans notre pays (mobilisations devant les églises, prises de position répétées des évêques...). De Thibaud Collin sur l'Incorrect :

    12 novembre 2020

    CULTES PUBLICS : ÉTAT-PROVIDENCE ET DESPOTISME SANITAIRE

    La confirmation par le Conseil d’État de l’interdiction des cultes publics a suscité un émoi légitime chez les croyants, principalement chez les catholiques. Les oppositions au gouvernement (LFI, LR et RN) ont, lors d’un débat à l’Assemblée nationale, souligné le caractère disproportionné et donc injuste d’une telle mesure. Il convient que la forte mobilisation en cours perdure et se développe. Il convient également de réfléchir aux conditions, prochaines et lointaines, qui ont rendu possible une telle interdiction.
     
    © DR

    L’État moderne trouve grâce à Thomas Hobbes (1588-1679) sa justification dans l’impérieux désir des individus de se soustraire à la peur de la mort violente, inhérente à l’état de nature pré-social (« la guerre de tous contre tous »). Ils sacrifient leur liberté naturelle à l’État souverain afin qu’en retour celui-ci garantisse leur sécurité. Hobbes fonde ainsi la science politique moderne sur une condition nécessaire et égale pour tous : la fuite du mal absolu qu’est la mort. Tel est, considère-t-il, le seul moyen de sortir des divisions sociales engendrées par la poursuite du bien ultime. L’unité de la société politique ne tient plus à une quête illusoire du bien commun mais à la peur, bien réelle, d’un mal commun mettant ainsi  « tout le monde d’accord ». La mort devient la nouvelle figure de l’absolu disqualifiant la question surnaturelle du salut et de la damnation. L’État est cet artifice par lequel les hommes s’assurent une société paisible, jouissant dans leur vie privée des libertés individuelles que celui-ci, ce « dieu mortel », leur garantit.

    Lire la suite

  • Le Saint-Siège souligne les conséquences graves des mesures sanitaires pour la liberté religieuse

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Crise sanitaire : le Saint-Siège appelle au respect de la liberté religieuse

    Lors d’une intervention, le représentant du Saint-Siège auprès de l’OSCE a exhorté au respect de la liberté religieuse, soulignant les «graves conséquences» que pouvaient engendrer, pour les communautés religieuses, les mesures anti-Covid prises par les pouvoirs publics.

    S'adressant aux participants de la 3e Réunion supplémentaire de la dimension humaine (SHDM) sur le thème "Liberté de religion ou de conviction : le rôle des technologies numériques et des acteurs de la société civile dans la promotion de ce droit humain pour tous", Mgr Janusz S. Urbańczyk a souligné l'importance de l'exercice de la liberté religieuse qui, selon lui, «constitue à la fois un élément d'épanouissement personnel et une contribution au bien de la société».

    Une approche réductrice des religions

    «La foi contribue, tant pour les individus que pour les communautés, au respect de la liberté de pensée, à la recherche de la vérité, à la justice personnelle et sociale et à l'État de droit, qui sont tous nécessaires à une relation juste entre les citoyens, les institutions et les États», a-t-il affirmé. Et d’observer cependant que «dans certaines sociétés, les religions continuent à être perçues comme une source d'intolérance plutôt que d'harmonie sociale». «Cette situation peut contribuer à la création dangereuse d'une attitude négative envers les religions et les croyants» pouvant nuire au «bien-être de ces personnes et communautés, et même de la société dans son ensemble».

    Pour le représentant du Saint-Siège, les États membres de l'OSCE devraient rejeter l'approche dite «réductionniste de la liberté de religion ou de conviction» qui «cherche à privatiser les religions». Mgr Urbańczyk a souligné qu'un telle vision «révèle une incapacité non seulement à apprécier le véritable sens de la liberté religieuse, mais aussi le rôle légitime de la religion dans l'espace public».

    Les "graves conséquences" des mesures anti-Covid

    Se référant à cette dimension publique de la religion, le diplomate a souligné la nécessité pour les États de l'OSCE «d'être vigilants», pour que les mécanismes d'enregistrement des communautés religieuses ne deviennent pas «une violation de la liberté de religion ou de conviction en tant que telle», et de respecter leur autonomie «en leur garantissant de choisir, nommer et remplacer librement leurs dirigeants ou de décider de leurs règles internes, du contenu de leurs convictions, de leur structure ou de leur nom».

    Enfin, Mgr Urbańczyk a appelé à une plus grande attention sur les implications des mesures imposées par les États dans la crise sanitaire en cours : «les législateurs devraient toujours être conscients des graves conséquences que ces réglementations créent pour les communautés religieuses qui jouent un rôle important dans la lutte contre la crise non seulement par leur soutien actif dans le domaine des soins de santé, mais aussi par leur soutien moral et leurs messages de solidarité et d'espérance», a-t-il conclu.

  • Biden et Bergoglio : des "frères idéologiques" ?

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Denis (sur facebook) :

    Pour un passionné de politique, la journée du samedi 7 novembre était particulièrement excitante. Après plus de 72 heures d’attente et de suspense, fini de se ronger les ongles ! Soudain, alors que Donald Trump jouait ostensiblement au golf, les principaux médias américains estimaient la victoire de Joe Biden clairement établie. Le vote de quelques dizaines de milliers d’électeurs de Pennsylvanie faisait la différence. J’avoue avoir éprouvé un profond soulagement. Car, pour moi, Donald Trump a entraîné les États-Unis au bord de la guerre civile et précipité les démocraties dans les eaux troubles de la « post vérité », où l’on peut affirmer n’importe quoi et croire n’importe qui. Quant à sa politique étrangère erratique, elle a rendu le monde plus instable. La victoire du vieux Biden ne me semblait peut-être pas enthousiasmante, mais au moins me paraissait-elle rassurante.

    Un détail, en outre, attirait mon attention. Biden n’est pas seulement catholique. Il est catholique pratiquant. Il souvent insisté sur l’importance de la foi dans une vie personnelle marquée par des deuils très violents, d’abord la mort accidentelle de sa femme et de leur bébé, puis, alors qu’il était vice-président, la tumeur au cerveau qui emporta son fils Beau. Le 8 novembre, les médias américains et étrangers publiaient d’ailleurs une photo ou une vidéo du « president-elect » parmi les tombes. Sous un joli soleil d’automne, il se rendait à la messe dans sa paroisse, à l’église St Joseph, près de son domicile de Wilmington (Delaware). Une image assez surprenante en France, et peut-être même inenvisageable. Nous n’avons guère connu de chef de l’Etat pratiquant depuis De Gaulle, et dans notre vie publique les « cathos de gauche » sont devenu très minoritaires, en dehors des modestes Poissons roses ou de députés personnalistes comme Dominique Potier, fondateur d’Esprit civique.

    Pour la première fois depuis Kennedy, il y a soixante ans (à l’époque de De Gaulle, justmenent), les États-Unis vont donc avoir un président catholique. Et comme avec JFK, il s’agira d’un démocrate. Mais les choses sont plus complexes qu’il n’y paraît. À la Cour Suprême, où les cathos ont un poids très supérieur à celui qu’ils ont dans le pays (6 juges sur 9 sont catholiques ou d’origine catholique), ils sont en général conservateurs ou très conservateurs. La plupart ont été nommés par des présidents républicains, notamment la dernière, Amy Coney Barret, propulsée par Trump à la fin de son mandat. Sur les réseaux sociaux, je publiais donc ce post qui me semblait factuel.

    J’aurais pu ajouter ces données livrées par des sondages réalisés à la sortie des urnes : le vote des catholiques s’est partagé en deux moitiés, deux parts égales ou quasi-égales, l’une pour Trump, l’autre pour Biden. Mais ce n’était pas l’objet d’un si bref post.

    Lire la suite

  • Ex-cardinal McCarrick : trois leçons tirées du Rapport publié par le Secrétariat d'Etat du Vatican

    IMPRIMER

    De Sandro Magister (Settimo Cielo); traduction française de Diakonos.be :

    Les trois leçons du rapport McCarrick

    On peut tirer au moins trois leçons des 447 pages du « Rapport » sur l’affaire de l’ex-cardinal Theodore McCarrick qui a été publié le 10 novembre par le Secrétariat d’État du Vatican :

    > Rapport (en italien)

    > Report (en anglais)

    La première leçon, c’est l’inadéquation de la réponse des autorités de l’Église – les trois derniers papes compris – face à l’accumulation des accusations contre McCarrick.

    Il s’agit d’accusations qui s’étendent sur plusieurs décennies.  Mais c’est seulement en juin 2017, quand la première plainte publique d’avoir également abusé d’un mineur d’âge a été déposée contre lui, qu’un procès canonique a été ouvert, avec une condamnation à la clé.

    Toutes les accusations précédentes concernaient des actes sexuels perpétrés avec des jeunes et des adultes, tous exclusivement de sexe masculin.  Des actes que McCarrick, dans les années où il était évêque de Metuchen et ensuite de Newart, présentait à ses proies – peut-on lire dans le « Rapport » – comme étant « quelque chose de normal et d’accepté aux États-Unis », surtout « entre prêtres ».

    De toute évidence, même pour les autorités ecclésiastiques, la gravité de ces actes n’a pas été jugée suffisante pour justifier une vérification immédiate et rigoureuse de la véracité de ces accusations.

    Le cardinal John J. O’Connor (1920-2000) constitue une exception.  Archevêque de New-York, il est l’auteur en 1999 d’une lettre aux autorités du Vatican qui sonne l’alerte maximale sur la gravité réelle des accusations portées contre McCarrick.

    La lettre du cardinal O’Connor est parvenue au Pape Jean-Paul II et eut pour effet de bloquer la promotion de McCarrick au poste d’archevêque de Washington, comme cela avait déjà été le cas, pour les mêmes raisons et toujours à cause de l’opposition du cardinal O’Connor, pour les sièges de Chicago et de New-York.

    Mais subitement, à l’été de l’an 2000, Jean-Paul II a changé d’avis et a nommé McCarrick a Washington.  La raison de cette volte-face est probablement à chercher du côté d’une lettre de McCarrick au secrétaire du Pape, Stanislao Dziwisz, dans laquelle il assurait qu’il n’avait « jamais eu de rapports sexuels avec qui que ce soit, homme ou femme, jeune ou vieux, clerc ou laïc ».  Mais dans le « Rapport », il est également écrit qu’on « semble pouvoir présumer que l’expérience passée de Jean-Paul II en Pologne, où l’on lançait de de fausses accusations contre les évêques pour s’en prendre à l’Église, l’ait incité à donner crédit aux dénégations de McCarrick ».

    Lire la suite

  • Monseigneur, redonnez-nous la messe !

    IMPRIMER

    Nous relayons bien volontiers cette initiative :

    Monseigneur, redonnez-nous la messe!

    Face aux mesures interdisant à nouveau toute pratique du culte public à cause de la crise sanitaire actuelle, une initiative a été lancée invitant tous les catholiques du pays à se tourner vers leurs évêques pour leur demander d'agir en faveur d'une plus grande souplesse dans les restrictions faites à la liberté de culte.
    Les églises ne sont pas autorisées à accueillir leurs fidèles pour les cérémonies de culte alors que dans le même temps les commerces d'alimentation et même animaliers fonctionnent. Une inversion de valeurs flagrante qui nous heurte.

    Le fait d'avoir été privés de célébrations liturgiques et des sacrements pour la fête de Pâques et tout le printemps dernier avait déjà causé une grande douleur chez nombre de croyants, situation qui se profile à nouveau la fête de Noël approchant.
    Les moyens d'action juridiques étant réduits pour le moment, il nous reste à solliciter nos évêques qui sont seuls à pouvoir débloquer cette situation. Écrivons leur pour leur demander d'intercéder en faveur de nos âmes et surtout les encourager par nos mots et nos prières dans la tâche qui leur a été confiée de guider, enseigner et sanctifier le peuple de Dieu, tâche qui prend un sens tout particulier dans la situation que nous vivons.

    Rejoignez l'initiative, soutenez ce projet par la prière et par l'action, écrivons à nos évêques! Un modèle de lettre a été rédigé et vous est proposé, à celui-ci vous pouvez ajouter les intentions propres qui vous animent et les arguments motivant votre démarche. Une liste de contact de tous les évêchés du pays est également fournie.

    Ceci est une démarche animée toute de foi et du respect filial le plus profond envers nos évêques, loin de tout esprit mutin ou purement contestataire. Nul ne peut nier que nous vivons une situation grave et que chacun doive y mettre du sien. En ces temps de crise, les corps sont évidemment à protéger mais pas au détriment de nos âmes. Les catholiques belges sont parfaitement capables de rendre leur culte à Dieu tout en respectant les mesures sanitaires nécessaires au bien de tous et cela doit se savoir. Il n'est pas envisageable de se résigner silencieusement davantage.

    Des fils s'adressent simplement et avec confiance à leurs pères dans la foi leur demandant le secours spirituel dont leurs âmes ont tant besoin.
     
    Monseigneur, redonnez-nous la messe!
     
    Plus d'informations via annesibadji@gmail.com
     
    Modèle de lettre et adresses des destinataires dans le pdf ci-joint
  • Messes suspendues : le christianisme n’est pas une religion de la conviction privée

    IMPRIMER

    D'Arnaud Bouthéon sur le site du Figaro (Figaro Vox) :

    Suspension des messes: «Le christianisme n’est pas une religion de la conviction privée»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - L’essayiste chrétien Arnaud Bouthéon espère que la liberté d’assister au culte sera rendue au plus vite aux fidèles, arguant de l’importance du lien communautaire et des sacrements dans la vie chrétienne.

    Arnaud Bouthéon est l’auteur de Comme un athlète de Dieu, manifeste sportif et chrétien, aux éditions Salvator, et cofondateur du Congrès Mission.


    L’état d’urgence sécuritaire et sanitaire éprouve nos concitoyens, mais aussi nos dirigeants. Alors que le Conseil d’État vient de confirmer l’interdiction de la célébration publique du culte dans les édifices religieux, le premier ministre a récemment offert, par la grâce d’un tweet, quelques mots pour présenter sa définition de la religion. Il évoque ainsi «l’expression d’une conviction intime qu’une République laïque respecte comme l’exercice d’une liberté fondamentale».

    Cette conviction intime tolérée par la République laïque, n’est-il pas ce christianisme loué par René Rémond, qui «a imprimé sa marque sur le continent qui s’est couvert d’un grand manteau blanc d’églises» et dont l’anthropologie fonde l’universalité de la déclaration des droits de l’homme?

    Les chrétiens ne sont pas là pour convaincre ou se convaincre intimement mais pour être, pour annoncer et pour faire.

    Dans la préface d’un récent et très utile ouvrage consacré au millier d’ «incroyables chrétiens» qui ont façonné l’histoire de France, Patrick Poivre d’Arvor paraphrasait le poète René Char, affirmant qu’un religieux est comme un poète: il doit laisser «des traces de son passages, non des preuves». Puis, il évoquait le souvenir de ses rencontres avec Jean-Paul II, Mère Teresa, Sœur Emmanuelle, le Père Pedro. Ces témoins du geste et de la grâce n’ont rien prouvé ; mais ils ont agi, parce qu’ils puisaient.

    Oui, ils sont inspirants parce qu’ils puisaient la force de leur passage à l’acte mais aussi le pardon, la consolation et la charité dans cette pratique des sacrements, en ces écrins que sont les églises. Ils ont consolé, ils ont touché, parce qu’ils étaient eux-mêmes touchés et consolés.

    Les chrétiens ne sont pas là pour convaincre ou se convaincre intimement mais pour être, pour annoncer et pour faire.

    Le christianisme n’est pas une gnose intimiste ; il est une affaire de lien, de relation, de corps et même de chair. De tout temps, il est la religion de l’incarnation, du lien et du risque ; il n’a jamais été la religion de la conviction privée, ni une philosophie du «care» hygiéniste. À la communication de crise par écrans interposés, les chrétiens préfèreront toujours la communion du geste humain offert et exposé.

    Pour cimenter l’unité d’un pays tétanisé par le confinement et la barbarie islamiste, dans ces moments de crise, en particulier face au surgissement de la mort, le besoin de consolation humaine et spirituelle semble immense. Ce besoin convoque des ressources que la République laïque ne peut offrir. Peut-elle humblement le reconnaître? Peut-elle admettre qu’en ces temps difficiles, des corps intermédiaires comme les paroisses peuvent offrir en leurs murs, ce supplément d’âme et d’espérance, qu’une société aseptisée lui refuse?

    Lire la suite

  • RDC : tour de piste dans le marécage congolais

    IMPRIMER

    Une analyse sans trop d'illusions de la journaliste du « Soir » Colette Braeckman :

    Mukwege-Denis.jpg" Reçu par Tshisekedi dans le cadre des concertations, le Docteur Mukwege s’élève au dessus du marécage politique

    Reçu en audience par le président Tshisekedi dans de cadre des consultations nationales, le Docteur Mukwege, s’est élevé bien au dessus des manœuvres qui ont pour but de contourner la majorité dont, avec 300 députés, disposent les partisans du Front commun pour le Congo de Joseph Kabila face au chef de l’Etat Félix Tshisekedi. Rappelons que ce dernier, au vu des nombreux blocages qui paralysent la coalition en place se cherche de nouveaux alliés au sein de la classe politique afin d’éviter de devoir recourir à la solution à la fois la plus simple, mais aussi la plus coûteuse et la plus hasardeuse, de nouvelles élections.

    La consultation engagée dépassant largement le cadre du vivier (sinon du marécage…) politique, le prix Nobel de la Paix n’a pas hésité à rappeler l’essentiel : rappelant que la misère de la population était insupportable et la crise sociale pire que jamais, il a insisté sur la nécessité de lutter contre l’impunité et d’ériger la justice comme pilier majeur d’un Etat de droit. Soulignant la gravité des crimes commis en RDC depuis le début des années 90 il a souhaité, une fois encore, la mise en place d’un Tribunal International pour la RDC afin que soient jugés les auteurs étatiques ou non, nationaux et étrangers, des innombrables atrocités dont les Congolais ont été victimes. Il a plaidé aussi en faveur de réformes institutionnelles profondes, qu’il s’agisse des secteurs de la sécurité, de la justice, de la commission électorale indépendante.

    Les temps à venir diront si ce plaidoyer a une chance d’être entendu à deux niveaux : celui d’une classe politique invitée à se livrer à son jeu favori, celui du « dialogue » et de la « concertation », exercice qui se traduit trop souvent par le débauchage et par la recomposition des alliances, ce que la population appelle plus simplement « partage du gâteau ». Et celui aussi de la « communauté internationale » à l’heure où l’on s’interroge sur les éventuels changements de la politique américaine.

    Sur ce plan, le plaidoyer du Prix Nobel de la Paix risque de trouver ses limites : la politique américaine à l’égard de Kinshasa demeurera sans doute, demain comme aujourd’hui, inspirée davantage par le « principe de réalité », à savoir tenter de limiter voire de supplanter la Chine dans un pays détenteur de matières premières aussi essentielles que le cobalt, le lithium et autres minerais stratégiques. Ces impératifs de base s’agrémenteront sans doute d’éléments plus moraux comme la lutte contre la corruption, contre l’impunité dont ont longtemps bénéficié des acteurs locaux, piliers du régime Kabila, en particulier au sein de l’armée et de la sécurité. Mais nul n’a oublié que la première et la deuxième guerre du Congo, de 1998 jusque 2002, furent aussi des guerres inspirées par l’avidité que suscitaient les ressources minières du pays et par le choix de nouveaux alliés régionaux comme le Rwanda et l’Ouganda, fortement soutenus par les Etats Unis. S’il est probable que des membres éminents des administrations démocrates de l’époque Clinton reprennent du service aux côtés de Joe Biden, on peut se demander s’ils iront jusqu’à soutenir une justice internationale qui pourrait embarrasser leurs alliés de l’époque…

    En attendant, sur le terrain strictement congolais, les consultations initiées par le président Tshisekedi ont libéré la parole : les militants de la campagne anti corruption « le Congo n’est pas à vendre » dénoncent les activités du fonds spéculatif américain Och Ziff et la responsabilité de Dan Gertler, le mouvement citoyen Filimbi exige « le démantèlement d’un système prédateur et criminel » tandis que la Lucha a déposé un mémorandum très complet rappelant entre autres qu’à Beni, 659 Congolais ont été massacrés au cours de l’année écoulée sans que le pouvoir ait semblé s’en émouvoir…

    Les consultations initiées par le président Tshisekedi semblent aussi libérer l’imagination des journalistes : plusieurs de nos confrères travaillant pour des medias en ligne nous ont prêté des propos selon lesquels « défier le FCC serait tout simplement du suicide pour Tshisekedi ». Une prévision qui n’a jamais été exprimée, ni verbalement ni par écrit !" 

    Ref.Le docteur Mukwege reçu par Felix Tshisekedi

    La gabegie anarchique dans la gestion de l’Etat congolais post-colonial n’est pas un fait nouveau. L’actuel gouvernement - issu, comme la plupart depuis l’indépendance, d’élections truquées et de coups d’état- n’est pas en reste à cet égard. Les comptes de 2019 enregistrent des dépassements budgétaires vertigineux (on parle de 1.000% pour certains), tous ministères « kabilistes » et « tshisekedistes » confondus. Où sont les heureux temps où, quoi qu’en disent les idéologues ignorants ou de mauvaise foi, la Belgique dominait pour servir…  

     (Re) lire aussi à ce propos:

    60ème anniversaire de l'indépendance du Congo : quand le cardinal Ambongo dit tout haut ce qu'aucun citoyen n'oserait dire tout bas

    JPSC

  • Haut-Karabakh : un nouveau succès pour la Turquie sous l'oeil indifférent des Occidentaux

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur la Sélection du Jour :

    VICTOIRE TURQUE AU HAUT-KARABAKH

    L’accord de cessez-le-feu au Haut-Karabakh signé hier soir, 9 novembre, entre l’Azerbaïdjan et l'Arménie sous l'égide de la Russie, est un nouveau succès pour la Turquie lancée dans un expansionnisme néo-ottoman. Erdogan l’avait annoncé : l’Arménie devait se retirer du « territoire azerbaïdjanais occupé ». La victoire militaire azerbaïdjanaise doit beaucoup à l’aide massive en armes et en mercenaires (dont des djihadistes syriens) de la Turquie. C’est une lourde défaite pour les Arméniens qui, après six semaines de combats meurtriers, perdent leur pari de défendre ce territoire peuplé presqu’exclusivement de compatriotes et de coreligionnaires, puisque le cessez-le-feu fixe les belligérants dans « les positions qu’ils occupent ». C’est aussi un sérieux revers et un avertissement pour les Occidentaux qui ont préféré regarder ailleurs, encouragés dans ce qu’il faut bien appeler une lâcheté, par la focalisation médiatique sur l’épidémie et sur l’élection présidentielle américaine.

    Les Russes dont la « realpolitik » pourrait bien masquer une certaine faiblesse, restent néanmoins les maîtres du jeu. Cosignataire du cessez-le-feu avec le président de l’Azerbaïdjan et le premier ministre de l’Arménie, Poutine a souhaité que cet accord puisse mener « à la création des conditions nécessaires pour un règlement durable » du conflit. Le président russe a déployé deux mille soldats et une centaine de blindés pour le faire respecter et maintenir un corridor terrestre entre l'Arménie et les territoires encore sous contrôle séparatiste.

    Avec au moins 1300 morts arméniens (on ne connaît pas le nombre de morts azerbaïdjanais), les combats qui ont opposé depuis la fin septembre les séparatistes arméniens et l’armée azerbaïdjanaise dans le Haut-Karabakh ont été les plus sanglants en près de trente ans. L’Azerbaïdjan a entrepris le 27 septembre de récupérer cette province qui avait fait sécession pour devenir de facto indépendante au début des années 1990, à l’issue d’une guerre qui fit plus de 30 000 morts. Ce conflit est un héritage de l’époque soviétique : c’est Staline qui avait machiavéliquement rattaché le Haut-Karabakh, peuplé d’Arméniens chrétiens, à l’Azerbaïdjan musulman.

    Les Arméniens constatent avec amertume leur échec. À Erevan, capitale de l’Arménie, le siège du gouvernement et le Parlement ont été envahis par des émeutiers en colère après que le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, eut annoncé la signature « incroyablement douloureuse pour moi et pour notre peuple » du cessez-le-feu. Il avait toutefois ajouté : « Nous ne nous reconnaîtrons jamais comme des perdants, et cela devrait être le début de notre ère d’unification nationale et de renaissance. » La haine qui oppose de longue date les Arméniens et les Azerbaïdjanais s’affiche clairement dans la déclaration de victoire du président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, à la télévision : « Nous avons forcé [le premier ministre arménien] à signer le document, cela revient à une capitulation. J’avais dit qu’on chasserait [les Arméniens] de nos terres comme des chiens, et nous l’avons fait ». « L’Azerbaïdjan a remporté des gains importants sur le terrain et à la table des négociations. Je le félicite chaleureusement pour ce succès », a déclaré sur Twitter, ce mardi 10 novembre, le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Çavusoglu.

    Si la Turquie a marqué un nouveau point (après ses interventions en Syrie et en Libye) en aidant ouvertement un allié musulman, la Russie reste la puissance régionale dans le Caucase du Sud. À son habitude, Poutine adopte un froid réalisme pour ne rompre avec aucune des deux ex-républiques soviétiques. Allié militaire de l’Arménie, il veut garder de bonnes relations avec l’Azerbaïdjan pour que le pays ne tombe pas dans le giron turc, avec un effet domino sur les autres nations ou populations musulmanes de l’ancien empire russe (l’islam est la deuxième religion au sein de la Fédération de Russie). Il a sifflé la fin de la partie après avoir constaté que l’Azerbaïdjan était proche de la victoire totale après la chute de Chouchi, ville stratégique à 15 kilomètres de Stepanakert, la capitale du Haut-Karabakh, située sur l’artère vitale la reliant à l’Arménie. Quant à la France et aux Etats-Unis, qui co-président avec la Russie le « groupe de Minsk » constitué depuis plus de vingt-cinq ans par la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour mettre un terme au conflit, ils seront restés aux abonnés absents au cours de cet épisode crucial.

  • L'affaire McCarrick : une triste affaire dont toute l'Église aurait tiré les leçons

    IMPRIMER

    D'Andrea Tornielli sur Vatican News :

    10 novembre 2020

    Le rapport McCarrick, une page douloureuse dont l'Église tire les leçons

    Une lecture du dossier publié par la Secrétairerie d'État avec des documents et des témoignages, qui raconte l'histoire de l'ancien cardinal archevêque de Washington, démis de l'état clérical.

    Lors de la nomination de l'archevêque de Washington Theodore McCarrick en 2000, le Saint-Siège a agi sur la base d'informations partielles et incomplètes. Des omissions et des sous-évaluations se sont malheureusement produites, des choix qui se sont révélés par la suite erronés ont été faits, notamment parce que, au cours des vérifications demandées par Rome à l'époque, les personnes interrogées n'ont pas toujours dit tout ce qu'elles savaient. Jusqu'en 2017, aucune accusation fondée n'a jamais concerné abus ou harcèlement à l’encontre de mineurs: dès que la première plainte d'une victime, mineure au moment des faits, est arrivée, le Pape François a agi rapidement et de manière décisive contre le vieux cardinal, qui avait quitté la direction du diocèse en 2006, en lui retirant d'abord sa pourpre cardinalice avant de le renvoyer de l'état clérical. C'est ce qui ressort du Rapport sur la connaissance et sur les processus décisionnels institutionnels du Saint-Siège concernant Theodore Edgar McCarrick (1930-2017) publié par la Secrétairerie d'État.

    Une réponse ponctuelle

    En soi, le rapport, par son extension et son contenu, répond ponctuellement à l'engagement pris par le Pape François d'enquêter de manière approfondie sur l'affaire McCarrick et de publier les résultats de l'enquête. Le rapport représente également un acte de sollicitude et d'attention pastorale du Pape envers la communauté catholique américaine, blessée et déconcertée par le fait que Theodore McCarrick ait pu atteindre des positions aussi élevées dans la hiérarchie. L’enquête, menée ces deux dernières années, a débuté à la fin de l'été 2018, au cours de semaines de vive tension, qui ont culminé avec l’intervention de l'ancien nonce apostolique à Washington Carlo Maria Viganò, qui, par le biais d'une opération médiatique internationale, en était arrivé à demander publiquement la renonciation du Pape régnant.

    L'absence d'accusations d'abus sur mineurs jusqu'en 2017

    La force du rapport réside certainement dans son exhaustivité, mais aussi dans la vision d’ensemble qu'il fournit. Et de cette vision d’ensemble se dégagent quelques points précis qu'il est important de prendre en compte. Le premier concerne les erreurs commises, qui ont déjà conduit à l’adoption de nouvelles normes dans l’Église, afin d’éviter que l’histoire ne se répète. Un deuxième point est constitué par l'absence, jusqu'en 2017, d'accusations circonstanciées concernant des abus sur mineurs commis par Theodore McCarrick. Il est vrai que dans les années 1990, des lettres anonymes parvenues aux cardinaux et à la nonciature de Washington en faisaient mention, mais sans fournir indices, noms, ou circonstances: ces lettres ont été malheureusement considérés non crédibles précisément parce qu’elles manquaient d'éléments concrets. La première accusation fondée impliquant des mineurs remonte en fait à trois ans. Elle a conduit à l'ouverture immédiate d'une procédure canonique, conclue par les deux décisions ultérieures du Pape François, qui a d'abord retiré la pourpre cardinalice au prélat émérite, puis l'a renvoyé de l'état clérical. Le mérite d'avoir permis de faire éclater la vérité au grand jour, comme le fait de l’avoir entrepris en surmontant la souffrance du souvenir de ce qu’elles avaient subi, doivent être reconnus aux personnes qui se sont présentées pour dénoncer Theodore McCarrick, tout au long du processus canonique.

    Lire la suite