Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 4

  • Au prochain Synode, ce sera l’Afrique qui fera barrage aux novateurs. Et le cardinal Sarah dicte la ligne directrice

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Au prochain Synode, ce sera l’Afrique qui fera barrage aux novateurs. Et le cardinal Sarah dicte la ligne directrice

    (s.m.) Lors de la prochaine session du synode mondial des évêques, convoqué par le Pape François à Rome pour octobre, ce seront les évêques africains qui seront les plus résolus à faire bloc contre les innovations prônées par certains épiscopats du Nord : diaconat féminin, prêtres mariés, nouvelle morale sexuelle. Exactement comme c’était déjà d’Afrique que provenait déjà la résistance la plus fermes contre la bénédiction des couples de même sexe, autorisée par la déclaration vaticane « Fiducia supplicans » de décembre dernier.

    La personne qui a préparé cette bataille rangée des évêques africains « en défense de la foi face aux tenants du relativisme culturel », et qui l’a même inspirée et en a dicté la ligne directrice, c’est un cardinal, africain lui aussi, Robert Sarah, critique sévère de « Fiducia supplicans ». Il est en visite au Cameroun pour une douzaine de jours (photo) et hier matin, mardi 9 avril, au siège de la Conférence épiscopale à Mvolyé, sur les collines surplombant Yaoundé, il a prononcé le discours programmatique engagé dont nous reproduisons ci-dessous les passages essentiels.

    Depuis Rome, le cercle du Pape et en particulier le cardinal argentin Victor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la Doctrine de la foi et premier signataire de « Fiducia supplicans », considèrent la résistance des évêques africains à ces innovations comme l’expression d’une arriération culturelle de leur part, qui avait d’ailleurs déjà été tournée en dérision de manière fort peu élégante en 2014, à l’occasion du Synode sur la famille, par le cardinal Walter Kasper, qui était à l’époque le théologien européen avait les bonnes grâces du pape Jorge Mario Bergoglio.

    Dans les prochains jours, le cardinal Sarah se rendra en Guinée, où il est né il y a 78 ans et où il a été curé d’un village dans la savane avant de devenir évêque de Conakry, la capitale, et un défenseur acharné des libertés religieuses et civiques pendant les années de plomb d’une dictature impitoyable, allant jusqu’à risquer sa vie.

    Lire la suite

  • Déclaration de la COMECE avant le vote du Parlement européen sur l'inclusion de l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE

    IMPRIMER

    DÉCLARATION | La Présidence de la COMECE publie une déclaration avant le vote du Parlement européen sur l'inclusion de l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE

    A la veille du vote du Parlement européen sur la résolution pour l'inclusion du droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne (2024/2655 RSP), prévu le jeudi 11 avril 2024, la Présidence de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a publié la déclaration suivante. Télécharger la déclaration [EN]

    Oui à la promotion de la femme et au droit à la vie, non à l'avortement et à l'imposition idéologique

    La promotion des femmes et de leurs droits n'est pas liée à la promotion de l'avortement. Nous travaillons pour une Europe où les femmes peuvent vivre leur maternité librement et comme un don pour elles-mêmes et pour la société, et où le fait d'être mère n'est en aucun cas une limitation pour la vie personnelle, sociale et professionnelle. Promouvoir et faciliter l'avortement va à l'encontre d'une véritable promotion des femmes et de leurs droits.

    L'avortement ne peut jamais être un droit fondamental. Le droit à la vie est le pilier fondamental de tous les autres droits de l'homme, en particulier le droit à la vie des personnes les plus vulnérables, fragiles et sans défense, comme l'enfant à naître dans le sein de sa mère, le migrant, la personne âgée, la personne handicapée et la personne malade. L'Église a toujours enseigné cette cohérence : "Il faut donc affirmer avec force et clarté, même à notre époque, que cette défense de la vie à naître est étroitement liée à la défense de tous les autres droits de l'homme. Elle implique la conviction que l'être humain est toujours sacré et inviolable, dans n'importe quelle situation et à n'importe quel stade de son développement. L'être humain est une fin en soi et jamais un moyen de résoudre d'autres problèmes. Une fois que cette conviction disparaît, les bases solides et durables de la défense des droits de l'homme disparaissent également, car elles seront toujours soumises aux caprices passagers des pouvoirs en place" (Déclaration "Dignitas Infinita" sur la dignité humaine, Dicastère pour la doctrine de la foi, avril 2024 ; n. 47).

    L'Union européenne doit respecter les différentes cultures et traditions des États membres et leurs compétences nationales. L'Union européenne ne peut pas imposer aux autres, à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières, des positions idéologiques sur la personne humaine, la sexualité et le genre, le mariage et la famille, etc.

    La Charte des droits fondamentaux de l'UE ne peut pas inclure des droits qui ne sont pas reconnus par tous et qui sont source de division.Il n'existe pas de droit à l'avortement reconnu dans le droit européen ou international, et la manière dont cette question est traitée dans les constitutions et les lois des États membres varie considérablement. Comme l'indique le préambule, la Charte doit respecter "la diversité des cultures et des traditions des peuples d'Europe", ainsi que "les traditions constitutionnelles et les obligations internationales communes aux États membres".

    Approuvée par le Comité permanent de la COMECE :

    ✠ Mariano Crociata

    Évêque de Latina (Italie), Président

    ✠ Antoine Hérouard

    Archevêque de Dijon (France), premier vice-président

    ✠ Nuno Brás da Silva Martins

    Évêque de Funchal (Portugal), Vice-président

    ✠ Czeslaw Kozon

    Évêque de Copenhague (Scandinavie), vice-président

    ✠ Rimantas Norvila

    Évêque de Vilkaviškis (Lituanie), Vice-président

    Télécharger la déclaration [EN]

  • A Rome, un large panel d'experts appelle à l'interdiction internationale de la GPA

    IMPRIMER

    De l'Institut Européen de Bioéthique :

    GPA : à Rome, un large panel d'experts appelle à l'interdiction internationale de la pratique

    Les 5 et 6 avril derniers, s’est tenue à Rome une conférence internationale pour l’abolition universelle de la gestation par autrui (GPA).

    Cette réunion d’experts internationaux s’inscrit dans le cadre de la Déclaration de Casablanca, signée le 3 mars 2023 à l’occasion de la conférence de lancement de cette initiative (voy. actualité IEB 14/3/23).

    Plus d’une centaine d’experts de 75 nationalités ont depuis lors signé cette déclaration visant à inviter les États et les organisations supranationales à adopter des mécanismes juridiques garantissant l’interdiction de la pratique des mères porteuses.

    La conférence internationale tenue en 2024 à Rome a été l’occasion de rappeler la raison d’être d’une telle déclaration, en particulier l’impact particulièrement dommageable de la GPA sur le respect de la dignité des femmes et enfants, à travers la chosification et la marchandisation du corps de ceux-ci.

    Par ailleurs, les experts ont pu à nouveau insister sur la nécessité, au niveau des États, d’interdire et de lutter concrètement contre la pratique de la GPA, et, sur le plan international, de « s’engager dans une Convention internationale en vue de l’abolition universelle de la gestation pour autrui », comme le prévoit la déclaration de 2023.

    La tenue de cette conférence dans la capitale italienne résonne avec le projet actuel d’adoption d’une loi érigeant en délit le recours à la gestation pour autrui en droit italien, y compris en dehors du territoire italien.

    Parmi les experts signataires de la déclaration de Casablanca, l’on note la présence du Professeur René Frydman, gynécologue obstétricien, « père » du premier bébé éprouvette en France, et auteur du récent ouvrage « La tyrannie de la reproduction ».

    La réunion de Rome a pu compter sur la présence de divers experts issus du monde scientifique (en particulier de nombreux juristes), associatif, médiatique ou intergouvernemental. À ce titre, était notamment présente Reem Alsalem, Rapporteure spécial des Nations Unies sur la violence contre les femmes et les filles.

    Par ailleurs, Olivia Maurel, née de GPA et porte-parole de la Déclaration de Casablanca, a pu témoigner des conséquences traumatiques de la pratique des mères porteuses sur les enfants objets de ces contrats (voy. Actualité IEB 26/1/24), du fait notamment de la séparation précoce et volontaire de l’enfant et de sa mère.

    L’organisation de cette conférence début avril 2024 intervient à quelques jours d’une nouvelle réunion du groupe de travail de la Conférence internationale de la Haye (du 8 au 12 avril), dont le mandat vise notamment à réfléchir à la rédaction d’une convention internationale de reconnaissance transnationale de la filiation issue de GPA. À cette occasion, la Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution a rappelé, dans une lettre ouverte publiée sur X, la nécessité de mettre fin à un tel projet de libéralisation de la GPA.

    En Belgique aussi, alors que la légalisation de la GPA figure dans le programme électoral de plusieurs formations politiques en vue des élections du 9 juin prochain, un « Séminaire de réflexion féministe sur la GPA » s’est tenu le 28 mars dernier à Bruxelles, à l’initiative de l’Université des Femmes, de la CIAMS et de 14 associations féministes. Ce séminaire visait à montrer en quoi la GPA viole les droits humains et à dénoncer l’impact physique et psychologique de cette pratique sur les femmes et les enfants. Dans le contexte des élections 2024, ce séminaire était aussi l’occasion d’interpeler les politiques favorables au déploiement de cette pratique en Belgique.

  • Dignitas infinita : Une dignité qui reste à déterminer

    IMPRIMER

    De Robert Royal sur The Catholic Thing :

    Une dignité qui reste à déterminer

    9 avril 2024

    La lecture de la Déclaration sur la dignité humaine (" Dignité infinie "), publiée hier par le Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF), me rappelle une vieille histoire entre un professeur et un élève. Un étudiant soumet une dissertation qui lui a été confiée et le professeur la renvoie avec le commentaire suivant : "Ce que vous avez écrit ici est à la fois bon et nouveau. Malheureusement, ce qui est bon n'est pas nouveau, et ce qui est nouveau n'est pas...". . ." Mais arrêtons là l'histoire. Et suivant la règle chrétienne de la charité en toutes choses, disons de la Déclaration que ce qu'elle contient de nouveau est... à déterminer.

    En effet, dans la première moitié de ses soixante-six paragraphes, le document cherche à se situer dans la lignée des papes récents et de l'enseignement catholique classique. Il cite Paul VI, JPII, Benoît, François (environ la moitié des citations, bien sûr). Dans une note de bas de page, il remonte même à Léon XIII, aux Papes XI et XII et aux documents Dignitatis humanae et Gaudium et spes de Vatican II. Lors de la conférence de presse de présentation de la déclaration, le cardinal Víctor Manuel Fernández, chef de la DDF, a tenu à faire remarquer que le titre même du texte provenait d'un discours prononcé en 1980 par saint Jean-Paul à Osnabrück, en Allemagne, devant un groupe de personnes handicapées. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le document est officiellement daté du 2 avril, soit le19e anniversaire de la mort de JPII.

    Tout cela ne peut qu'inciter le lecteur averti à penser que les rédacteurs - et ceux qui ont approuvé le texte final - ont voulu mettre en avant d'importantes preuves à décharge contre toute objection qui pourrait suivre.

    Et inévitablement, des objections suivront. Car à plusieurs égards, cette apothéose de la dignité humaine soulève plus de questions qu'elle n'en résout. (La dignité humaine "infinie" entre les mains de JPII était une chose ; aujourd'hui, elle peut signifier quelque chose de très différent).

    Cependant, il est bon d'avoir un document qui affirme deux notions bibliques fondamentales : "Ainsi Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa". D'où la dignité "infinie". Et des louanges au cardinal Fernández qui a souligné lors de la présentation "homme et femme il les créa".
    Mais une grande partie du monde croit déjà à la dignité et à la liberté humaines bien au-delà de ces limites et de ces responsabilités. Et ce que l'on retire de tous ces discours - ce qui est communiqué par opposition à ce qui est réellement dit - peut être très différent des mots eux-mêmes.

    D'une part, il est affirmé à plusieurs reprises que tout être humain, de sa conception à sa mort naturelle, jouit d'une dignité ontologique. (Ontologique, cela signifie qu'elle est intégrée à notre être et à notre nature par Dieu et qu'elle "ne peut donc pas être perdue").

    Jusque-là, tout va bien.

    Mais il existe d'autres types de dignité - morale, sociale, existentielle - comme le reconnaît à juste titre la Déclaration. Elles peuvent exister à un degré plus ou moins grand, approprié ou inapproprié. Les actes moralement répréhensibles, par exemple, ne sont pas seulement un affront à la dignité humaine d'autrui. Ils diminuent notre propre dignité morale - et notre liberté - mais jamais, nous répète-t-on, au point de nous faire perdre notre dignité ontologique.

    Lire la suite

  • "Nuancée", la presse écrite ?

    IMPRIMER

       A l'heure où "les discours se radicalisent", nous avons grandement besoin de "nuance" et c'est pourquoi, "la Presse Quotidienne" (avec des majuscules!) est "plus que jamais essentielle". Tel est un des messages que véhicule depuis ce lundi, sur quantité de supports écrits ou audiovisuels, une campagne publicitaire orchestrée par les éditeurs de journaux en Belgique francophone et germanophone.

       Il s'agit, lit-on dans un desdits journaux, de souligner la mission essentielle de la presse écrite "pour préserver nos démocraties" à l'heure "des fake news et manipulations en tous genres". Nos quotidiens resteraient donc "le meilleur rempart" parce qu'ils nous fournissent "une information de qualité, nuancée, recoupée et indépendante".

       Fort bien. Mais que voyons-nous, à côté de ces beaux slogans, pour illustrer le mal dont les journalistes nous fourniraient l'antidote ? Une photo de… Donald Trump. Il faut croire que le sens de la "nuance" n'a plus vraiment de raison d'être quand il est question du président qui a été vainqueur des élections américaines en 2016 et le sera peut-être une nouvelle fois cette année.

       Il est indubitable que l'homme et sa politique puissent appeler des critiques. Il n'est pas contestable qu'il a parfois menti. Mais outre qu'on pourrait, sur ces points, épingler bien d'autres responsables, son bilan de chef d'Etat ne fut pas que négatif, loin de là. Le peu de souci de l'environnement reste un point noir, mais les mesures de déréglementation ont relancé la croissance économique (plus de 2 % dès 2017). A côté d'échecs retentissants, comme la tentative de négocier avec le Big Brother nord-coréen Kim Jong-un, la riposte à l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales dans le conflit syrien – la fameuse "ligne rouge" selon Obama, qui ne fit rien quand elle fut franchie – a été parfaitement ciblée et proportionnée pour mettre fin à l'escalade. Par ailleurs, peut-on reprocher au candidat à l'investiture républicaine de continuer à mettre les Européens devant leurs responsabilités quant à la part qu'ils doivent assumer pour leur responsabilité collective ?

       Evidemment, il est des décisions qui n'ont pu que déplaire à nos parangons de la vérité informative, notamment les nominations à la Cour suprême, à la suite desquelles celle-ci a mis fin à "l'interdiction d'interdire" faite aux Etats fédérés en matière d'avortement (devenu illégal ou fortement restreint dans une vingtaine d'Etats).

       Bref, s'il fallait démontrer la partialité de nos "grands" médias, s'il fallait prouver leur engagement unanime pour certaines causes et tout aussi unanime contre d'autres, s'il fallait illustrer leur alignement sur l'idéologie dominante des élites politiques et économiques occidentales dont ils dépendent financièrement (via les subventions publiques et la publicité), la preuve est largement faite, merci !

       Pour plus de précisions et une masse d'exemples sur le sujet, je m'autorise à renvoyer – c'est gratuit – à l'article que j'ai publié ci même en 2021 sous le titre "Y a-t-il une idéologie commune des médias ?" Poser la question, c'est y répondre.

     PAUL VAUTE
    Historien, journaliste honoraire

  • Benoît XVI : "pape de transition" ?

    IMPRIMER

    Du Tagespost :

    Peter Seewald défend Benoît XVI. Il n'a pas seulement posé des "jalons décisifs", il a aussi écrit l'histoire.

    08.04.2024

    La semaine dernière, un livre d'entretiens avec le pape François est paru en Espagne, dans lequel celui-ci qualifiait son prédécesseur, le pape Benoît XVI, de "pape de transition". Le biographe de Benoît XVI, Peter Seewald, contredit cette affirmation dans une interview accordée au "Katholische SonntagsZeitung für das Bistum Regensburg". Benoît XVI n'a pas seulement posé des "jalons décisifs", il a aussi écrit l'histoire, affirme Seewald dans l'interview qui paraîtra cette semaine. Selon l'historien Peter Watson, il serait à placer au même niveau que Beethoven, Bach et Hölderlin.

    Parmi les nouveautés que l'on doit à Benoît XVI, il y a, selon Seewald, les "synodes des évêques ouverts" que Benoît a été le premier à introduire. Il a restructuré les finances du Vatican, "réalisé d'énormes progrès dans le dialogue interreligieux" et "intensifié les relations avec le judaïsme, qui n'ont jamais été aussi bonnes que durant son mandat". Seewald rappelle également qu'en matière d'abus sexuels, Benoît a été le premier à prendre des mesures décisives selon une "stratégie de tolérance zéro".

    Un berger qui se souciait de l'humanité

    De même, le prédécesseur de François était "le seul à avoir l'expérience, la tête, le cœur, la noblesse" et l'humilité "pour faire entrer l'héritage du grand Jean-Paul II dans une nouvelle ère". La conclusion de Seewald : Benoît XVI est considéré comme "le plus grand théologien qui ait jamais siégé sur le siège de Pierre et comme le docteur de l'Eglise des temps modernes" - et comme le plus lu de surcroît. Pour lui-même, Benoît XVI a été un pasteur "qui ne s'est pas ménagé dans le souci de l'humanité" et "la fidèle transmission du message du Christ ".

    L'écrivain et journaliste souligne également le don prophétique de Benoît XVI. Il n'a pas seulement annoncé le paganisme qui se trouve "aujourd'hui dans l'Eglise elle-même" - et a donc demandé une sécularisation -, mais il a également prévu que l'Eglise deviendrait une "Eglise des petits" - une Eglise simplifiée dans laquelle "une grande force affluerait".

    L'Évangile non seulement enseigné, mais aussi vécu

    Pour le pape, la réforme a toujours signifié un retour à l'essence de la foi, ce que même Walter Kasper - "notoirement pas forcément un partisan de Ratzinger" - a souligné lorsqu'il a déclaré, après la démission du pape, que celui-ci avait "beaucoup contribué à la consolidation de l'Eglise dans la foi et à l'approfondissement de la foi". En fait, son objectif était de "dégager le véritable noyau de la foi sous les incrustations et de donner à ce noyau force et dynamisme".

    Selon Seewald, il ne peut pas répondre à la question de savoir pourquoi le pape François l'appelle pape de transition. "Une fois, il fait l'éloge de Benoît, le qualifiant même de 'grand pape', ... puis il le rabaisse, l'appelle grand-père, ami paternel ou justement 'pape de transition'". Pourquoi l'appellation de "pape de transition" serait en outre erronée : "Personne ne l'égalait dans la clarté de ses déclarations, l'acuité de son intellect, la brillance de sa manière de s'exprimer". Benoît XVI disposait en outre "d'une grandeur et d'une authenticité humaines et chaleureuses", "grâce auxquelles il n'a pas seulement enseigné l'Evangile, mais l'a aussi vécu".

  • Les sondages en faveur des bénédictions de couples homosexuels justifient-ils leur pratique ?

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Vatican : "Décriminaliser les crimes liés à l'homosexualité". Fernandez révèle les sondages en faveur de la bénédiction des couples homosexuels

    8 Avril 2024

    Les sondages semblent donner raison au pape François qui a "décidé d'élargir le concept de bénédiction en dehors du contexte liturgique pour en développer la richesse pastorale". Les sondages sur l'approbation de la bénédiction des couples homosexuels montrent des pourcentages proches de 75 % chez les jeunes de moins de 35 ans. Seul un très faible pourcentage s'y oppose. Après des mois de vives critiques internes à l'Eglise pour la publication du très contesté Fiducia Supplicans, le Cardinal Manuel Fernandez, Préfet du Dicastère de la Foi, a voulu secouer quelques cailloux de sa chaussure lors de la conférence de presse d'un nouveau document papal, consacré cette fois aux droits de l'homme, pour souligner que jamais un document papal n'avait reçu autant d'attention. La Fiducia Supplicans a en effet atteint un record de quelque 7 milliards de vues sur le web au cours des derniers mois. "Combien d'autres documents dont nous ne nous souvenons même pas du nom ? a-t-il répété. Fernandez n'a pas voulu révéler par qui les sondages ont été réalisés. Il s'est contenté de dire qu'ils avaient été réalisés par des agences extérieures au Vatican et qu'elles les avaient partagés.

    Les bénédictions accordées aux couples homosexuels, a-t-il ajouté, "ne justifient, ne sanctifient, n'approuvent ni ne consacrent quoi que ce soit : il s'agit simplement d'une prière du ministre pour exprimer l'aide de Dieu à ces personnes afin qu'elles puissent continuer à vivre". Ces bénédictions pastorales, qui se situent en dehors du contexte liturgique, ne requièrent pas de perfection morale pour être reçues. Bien que l'application pratique puisse être différente, en fonction des différents évêques, ce que l'on est appelé à maintenir cependant, c'est qu'il y a ces types de bénédictions qui n'ont pas les mêmes exigences que le contexte liturgique".

    Sur la controverse : "Certains ministres n'aiment pas cela", a-t-il souligné, "mais le pape François a voulu élargir notre compréhension, et il a le droit de le faire. C'est une question mineure, comparée à celles contenues dans la Déclaration que nous présentons aujourd'hui, mais c'est quelque chose qui n'était pas explicite dans le Magistère". Bien entendu, le pape "ne parle jamais ex cathedra, et il ne veut pas créer un dogme de foi ou une déclaration définitive", a assuré Mgr Fernandez. Au contraire, "il veut seulement guider et éclairer l'Église, comme cela fait partie de son rôle".

    Fernandez a ensuite précisé que "le mariage gay ne semble pas acceptable". Ce qui intéresse l'Église, c'est la dignité humaine. Il a ainsi rappelé que dans de nombreux pays du monde, des lois criminalisent l'homosexualité et prévoient des peines exemplaires, voire la peine de mort. Par exemple en Ouganda où la législation a été récemment renforcée avec l'introduction d'un crime spécifique, l'homosexualité aggravée. "Ce sont des lois injustes". Il s'est également dit "consterné" lorsqu'il a lu les réactions favorables et de soutien de groupes de catholiques qui approuvaient certaines peines exemplaires pour les homosexuels. Le Vatican est pour la dépénalisation". Quant aux changements apportés au Catéchisme dans la partie sur l'homosexualité, Fernandez espère qu'une expression plus claire pourra être trouvée que celle qui n'apparaît pas aujourd'hui et qui est au centre de tant de protestations : "une activité intrinsèquement désordonnée".

  • Quand la culture euthanasique progresse dans les milieux chrétiens flamands

    IMPRIMER

    Dans une interview accordée à La Libre en 2023, l'évêque d'Anvers, Mgr Bonny, déclarait qu'il rejetait l'enseignement traditionnel de l'Église catholique selon lequel l'euthanasie était un mal moral intrinsèque.

    "C'est une réponse trop simple qui ne laisse aucune place au discernement", a-t-il déclaré. "La philosophie m'a appris à ne jamais me contenter de réponses génériques en noir et blanc. Toutes les questions méritent des réponses adaptées à une situation : un jugement moral doit toujours être prononcé en fonction de la situation concrète, de la culture, des circonstances, du contexte".

    Il a ajouté : "Nous nous opposerons toujours au souhait de certains de mettre fin à une vie trop prématurément, mais nous devons reconnaître qu'une demande d'euthanasie émanant d'un jeune homme de 40 ans n'est pas équivalente à celle d'une personne de 90 ans confrontée à une maladie incurable."

    Aujourd'hui, c'est le Président des Mutualités chrétiennes qui prend position en faceur de "solutions radicales" pour lutter contre le vieillissement comme on peut le lire dans Het Laatste Nieuws du 8 avril :

    Les personnes fatiguées de la vie devraient pouvoir sortir de la vie, préconise le président de la CM

    Luc Van Gorp, président des Mutualités chrétiennes (CM), préconise des solutions radicales pour lutter contre le vieillissement. Ceux qui sont fatigués de la vie devraient donc pouvoir sortir de la vie, déclare Van Gorp dans Het Nieuwsblad et la Gazet van Antwerpen.

    D'ici 2050, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans doublera, passant d'environ 640 000 aujourd'hui à 1,2 million. Cela augmentera également la pression financière sur les soins de santé, les médicaments et les centres de soins résidentiels. M. Van Gorp estime qu'il ne suffit pas d'injecter davantage d'argent pour lutter contre ce vieillissement et préconise "une approche radicalement différente". "Les médecins et autres professionnels de la santé s'efforcent aujourd'hui de faire en sorte que tout le monde vive plus longtemps, mais dans quel but ? Vivre plus longtemps n'est pas une fin en soi, n'est-ce pas ? Il faudrait avant tout se poser la question de savoir combien de temps je peux vivre une vie de qualité", ajoute-t-il.

    Il souligne qu'il existe déjà une réglementation très stricte et juridiquement définie pour l'euthanasie. "Cela fonctionne bien pour les personnes qui souffrent de manière insupportable. Mais il devrait aussi y avoir une forme plus douce, pour les personnes qui estiment que leur vie est terminée. Le suicide est, selon lui, un terme trop négatif. Je préférerais l'appeler "redonner la vie". Je sais que c'est un sujet sensible, mais nous devrions vraiment oser avoir ce débat".

    M. Van Gorp estime qu'il faut consacrer autant de ressources que possible à la santé et aux soins de santé, dans la mesure où ils offrent une meilleure qualité de vie. "Mais quel que soit le montant de l'investissement, il ne sera pas suffisant. Il n'y a tout simplement pas assez de personnel de santé pour faire le travail.

    Mais qu'en pense le monde politique ? En voici l'aperçu publié par Het Laatste Nieuws :

    Sammy Mahdi dénonce la "société jetable 2.0" après que le président du CM a plaidé pour des solutions radicales contre le vieillissement de la population

    Le plaidoyer de Luc Van Gorp, président du CM, suscite des réactions mitigées dans les milieux politiques. Dans une interview accordée à Het Nieuwsblad, il plaide pour des solutions plus radicales contre le vieillissement : "Les gens qui sont fatigués de la vie devraient pouvoir en sortir". Van Gorp reçoit le soutien des milieux libéraux, bien qu'on y entende aussi des nuances, mais en aucun cas celui de CD&V.

    Lire la suite

  • Le Vatican rappelle la position de l’Eglise catholique sur quatorze thèmes éthiques, dont le changement de sexe, la théorie du genre, l’euthanasie, le suicide assisté, la gestation par autrui (GPA), et le respect des personnes handicapées

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    GPA, euthanasie, genre : « dénoncer ces violations de la dignité humaine est un devoir »

    8 avril 2024

    Dans un nouveau texte publié le 8 avril, et consacré à la « dignité humaine », le Vatican rappelle la position de l’Eglise catholique sur quatorze thèmes éthiques, dont le changement de sexe, la théorie du genre, l’euthanasie, le suicide assisté, la gestation par autrui (GPA), et le respect des personnes handicapées (cf. Handicap : le pape appelle à un changement de mentalité).

    Ce document d’une centaine de pages intitulé « Dignitas Infinita » a été approuvé par le pape François, et signé par le cardinal Victor Manuel Fernandez, préfet du dicastère pour la doctrine de la foi[1]. « Dénoncer ces violations graves et actuelles de la dignité humaine est un devoir car l’Église est convaincue que l’on ne peut séparer la foi de la défense de la dignité humaine » explique le cardinal.

    « La vie est un droit, non la mort »

    Parmi les thèmes abordés, six d’entre eux portent sur des sujets d’actualité, et notamment celui de l’euthanasie et du suicide assisté (cf. Fin de vie : la mise en garde du Pape contre une « euthanasie humaniste » ; Le Pape François nie un possible fondement juridique au « droit à mourir »). « Il est certain que la dignité de la personne malade dans un état critique ou terminal exige de chacun les efforts appropriés et nécessaires pour soulager ses souffrances par des soins palliatifs appropriés et en évitant tout acharnement thérapeutique ou toute intervention disproportionnée (…) » expliquent les auteurs du document (cf. Pape François : “Nous devons rejeter la tentation (…) d’utiliser la médecine pour soutenir une éventuelle volonté de mourir du patient”).

    « Un tel effort est tout à fait différent, distinct, et même contraire à la décision d’éliminer sa propre vie ou la vie d’autrui sous le poids de la souffrance » poursuivent-ils. En effet, « la vie humaine, même dans sa condition douloureuse, est porteuse d’une dignité qui doit toujours être respectée, qui ne peut être perdue et dont le respect reste inconditionnel ». « La vie est un droit, non la mort, celle-ci doit être accueillie, non administrée » concluent-ils sur le sujet de la fin de vie (cf. Pape François : « La vie est un droit, non la mort »).

    Avortement : la ferme opposition de l’Eglise

    Au sujet de l’avortement, le document publié par le Vatican rappelle la ferme opposition de l’Eglise catholique (cf. Avortement, euthanasie : pour le Pape « nous ne pouvons pas emprunter : la voie du rebut »). Les auteurs dénoncent un « phénomène linguistique » consistant à « cacher la véritable nature » de l’acte et « à en atténuer la gravité dans l’opinion publique ». Ils évoquent notamment « le développement d’une terminologie ambiguë, comme celle de l’”interruption de grossesse” ». Or, « aucune parole ne réussit à changer la réalité des choses » expliquent-ils.

    « L’avortement provoqué est le meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d’un être humain dans la phase initiale de son existence, située entre la conception et la naissance » énoncent les auteurs du document. « Cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement » concluent-ils sur le sujet (cf. Pape François : “Aucun être humain ne peut jamais être incompatible avec la vie”).

    GPA : une pratique qui « lèse gravement la dignité de la femme et de l’enfant »

    Dans « Dignitas Infinita », l’Eglise « prend également position contre la pratique des mères porteuses, par laquelle l’enfant, immensément digne, devient un simple objet ». Pour le pape François, « la voie de la paix exige le respect de la vie, de toute vie humaine, à partir de celle de l’enfant à naître dans le sein de la mère, qui ne peut être supprimée, ni devenir objet de marchandage » (cf. Le Pape appelle à « interdire universellement » la GPA). « À cet égard, je trouve regrettable la pratique de ce que l’on appelle “mère porteuse”, qui lèse gravement la dignité de la femme et de l’enfant. Elle est fondée sur l’exploitation d’une situation de nécessité matérielle de la mère. Un enfant est toujours un cadeau et jamais l’objet d’un contrat. Je souhaite donc un engagement de la Communauté internationale pour interdire cette pratique au niveau universel » poursuit le Souverain Pontife. La GPA porte à la fois atteinte à la dignité de l’enfant, mais aussi à celle de la femme qui « devient un simple moyen asservi au profit ou au désir arbitraire d’autrui » (cf. Des experts de 75 pays demandent l’abolition de la GPA).

    « Nous sommes appelés à sauvegarder notre humanité »

    Enfin, le document publié par le Vatican évoque la théorie du genre et le changement de sexe. Il dénonce l’« idéologie » de la théorie du genre qui « laisse envisager une société sans différence de sexe et sape la base anthropologique de la famille » (cf. Education : le Vatican publie un document sur la question du genre). « Toutes les tentatives visant à masquer la référence à la différence sexuelle impossible à éliminer entre l’homme et la femme doivent être rejetées : nous ne pouvons pas séparer le masculin du féminin dans l’œuvre créée par Dieu, qui précède toutes nos décisions et nos expériences, où il y a des éléments biologiques évidents » expliquent les auteurs (cf. La « théorie du genre », un exemple de « colonisation idéologique »). Au sujet du changement de sexe, ils rappellent que « le corps humain participe à la dignité de la personne, dans la mesure où il est doté de significations personnelles, en particulier dans sa condition sexuée ». Selon les mots du pape François, « nous sommes appelés à sauvegarder notre humanité, et cela signifie avant tout l’accepter et la respecter comme elle a été créée ».

    A l’heure du 75ème anniversaire de La Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies, « Dignitas Infinita » apparaît comme une contribution de l’Eglise à cet évènement.

    ---------

    [1] Il s’agit du ministère du Vatican chargé de définir ce qu’est la foi catholique au fur et à mesure des évolutions des sociétés.

    Source : Le Figaro, Jean-Marie Guénois (08/04/2024)

     

    ... mais, de son côté, Jeanne Smits dénonce "une vision naturaliste de l'homme" .

  • Déclaration Dignitas Infinita sur la dignité humaine

    IMPRIMER

    Déclaration Dignitas Infinita sur la dignité humaine (source)

    Présentation

    Durant le Congrès du 15 mars 2019, la Congrégation pour la  Doctrine de la Foi avait décidé d’initier « la rédaction d’un texte soulignant le caractère incontournable du concept de dignité de la personne humaine au sein de l’anthropologie chrétienne et en illustrant la portée ainsi que les implications positives au plan social, politique et économique, en tenant compte des derniers développements du thème dans la sphère académique et de ses compréhensions ambivalentes dans le contexte d’aujourd’hui ». Dans cette ligne, un premier projet élaboré courant 2019 avec l’aide de quelques Experts fut jugé insatisfaisant par une Consulta ristretta de la Congrégation, qui s’est tenue le 8 octobre de la même année.

    Ce texte fut réélaborée ex novo par la Section Doctrinale, sur la base des contributions de divers Experts. Cette mouture fut présentée et discutée au sein de la Consulta ristretta du 4 octobre 2021. En janvier 2022, le nouveau projet soumis à la Session Plénière de la Congrégation, fut raccourci et simplifié par les Membres.

    Le nouveau texte amendé a été examiné, le 6 février 2023, par une Consulta ristretta qui y a apporté d’autres modifications. Cette nouvelle version fut soumise à l’examen de la Session Ordinaire du Dicastère (Feria IV) du 3 mai 2023. Les membres ont convenu que le document, avec quelques modifications, pouvait être publié. Lors de l’Audience qui m’a été accordée, le 13 novembre 2023, le Saint-Père François a approuvé les Deliberata de cette Feria IV. À cette occasion, il m’a également demandé de mettre plus en évidence dans le texte les questions étroitement liées au thème de la dignité, telles que le drame de la pauvreté, la situation des migrants, la violence contre les femmes, la traite des êtres humains, la guerre et d’autres sujets du genre. Dans la mise en exécution de cette indication du Saint-Père, la Section Doctrinale du Dicastère a consacré un Congrès à l’étude approfondie de la lettre encyclique Fratelli tutti, laquelle propose une analyse originale et une étude approfondie de la question de la dignité humaine « en toutes circonstances ».

    En vue de la Feria IV du 28 février 2024, un nouveau projet de texte amplement modifié a été envoyé, par lettre du 2 février 2024, aux Membres du Dicastère, avec la précision suivante : « cette nouvelle mouture a été jugée nécessaire pour répondre à une demande spécifique du Saint-Père. Il a explicitement demandé que l’attention soit portée sur les graves violations de la dignité humaine de notre époque, dans la ligne de l’encyclique Fratelli tutti. La Section Doctrinale a donc procédé à la réduction de la partie initiale du texte […] et développé plus en détail ce que le Saint-Père avait indiqué ». Suite à une longue élaboration, la Session Ordinaire du Dicastère a finalement approuvé, le 28 février 2024, le texte de la présente Déclaration. Lors de l’audience du 25 mars 2024, accordée à moi et à Mgr Armando Matteo – Secrétaire de la Section Doctrinale -, le Saint-Père a donc approuvé la présente Déclaration et en a ordonné la publication.

    L’élaboration du texte, qui a duré cinq ans, nous permet de comprendre qu’il s’agit d’un document qui, en raison du sérieux et de la centralité de la question de la dignité dans la pensée chrétienne, a requis un long processus de maturation pour parvenir à la version finale que nous publions aujourd’hui.

    Dans les trois premières parties, la Déclaration rappelle les principes fondamentaux et les présupposés théoriques afin d’offrir des clarifications importantes aidant à éviter les fréquentes confusions qui se produisent dans l’utilisation du concept « dignité ». La quatrième partie analyse quelques situations problématiques actuelles dans lesquelles l’infinie et inaliénable dignité due à tout être humain n’est pas reconnue de manière adéquate. Dénoncer ces violations graves et actuelles de la dignité humaine est un devoir, car l’Église est profondément convaincue que l’on ne peut séparer la foi de la défense de la dignité humaine, l’évangélisation de la promotion d’une vie digne et la spiritualité de l’engagement pour la dignité de tous les êtres humains.

    Lire la suite

  • On assisterait à "l’enterrement de première classe d’une Eglise belge en très grand déclin, voire en quasi-extinction"

    IMPRIMER

    De Riposte catholique (qui relaie Paix liturgique) :

    Mgr Terlinden, syndic de faillite de l’Eglise en Belgique ?

    Paix Liturgique continue sa série de portraits d’évêques hétérodoxes ou plus encore, en Belgique et ailleurs, avec Mgr Terlinden, archevêque de Bruxelles-Malines depuis peu, primat de Belgique et préposé à l’enterrement de première classe d’une Eglise belge en très grand déclin, voire en quasi-extinction.

    Lire la suite

  • Pourquoi il faudra reconsidérer le type de célébrations qu'on nous impose

    IMPRIMER

    De David Engels sur le Tagespost :

    Quand les miracles de Pâques font défaut

    Il ne faut plus attendre de l'Eglise, dans sa configuration actuelle, des miracles comme ceux du temps de Jésus. Un récit d'expérience et de souffrance en Belgique.

    Rien de nouveau : cette année encore, il n'y a pas eu de miracle pascal, du moins dans l'ensemble de la société. Comme à chaque fois, les médias de qualité ont été dominés par les thèmes habituels - "S'ouvre-t-on suffisamment au ramadan?", "L'interdiction de danser le Vendredi saint est-elle toujours d'actualité ?", "Jésus a-t-il jamais vécu ?", "Pâques est-elle une coutume païenne ?", "Les feux de Pâques sont-ils mauvais pour le climat ?" - et cette fois encore, les médias sociaux ont été inondés des habituels messages christianophobes de nos concitoyens libertaires.

    Malheureusement, la visite d'une messe de Pâques belge (Novus Ordo) cette année n'a pas apporté de véritable contre-programme - au contraire : Le Samedi saint, un concert haut en couleurs d'un ensemble sud-américain dans une église joyeusement décorée, sans aucune croix voilée et avec des fleurs partout ; puis, le dimanche de Pâques, une messe quasiment quintessenciée climato-socio-pastorale avec de la harpe en boîte, une profession de foi inventée par les participants eux-mêmes et un sermon comparant la résurrection du Seigneur aux difficultés matinales des enfants endormis pour se lever et culminant avec des réflexions sur Gaza et l'Ukraine, le tout abondamment entrecoupé de chants de Taizé et d'une présentation Powerpoint avec des images de fleurs et de galets ronds tombées dans le domaine public. Le public : presque exclusivement des têtes grisonnantes.

    Trahison de la transcendance

    Une chose semble en tout cas claire : Cette forme de christianisme est condamnée à disparaître, tant sur le plan démographique que sur celui du contenu. La trahison de la transcendance au profit de l'immanence, la soumission à l'opinion publique, l'incompréhension totale du fait que le "jeunisme" recherché, surtout lorsqu'il est décalé de deux générations, n'est qu'embarrassant, voire repoussant, la haine de toute forme rituelle, car elle oblige autant à une attention extrême qu'à un retrait ascétique de soi-même - tout cela pouvait paraître il y a quelques années comme le destin ultime de l'Eglise (ou des Eglises), mais est désormais (presque) révolu : Il n'est donc pas étonnant que les messes charismatiques et tridentines dans les catacombes débordent déjà de jeunes.

    Et c'est là que réside la clé de la question de la rechristianisation de ces "nouveaux païens" dont la compréhension naïve et falsifiée du christianisme révèle non seulement le succès de l'éviction de notre foi de l'espace public, mais aussi l'échec fondamental de générations de professeurs de religion et de prêtres. L'Eglise post-vaticane a tenté (maladroitement) de se mettre au goût du jour stylistique, mais a confondu les véritables questions spirituelles de l'époque avec l'opinion journalistique majoritaire. Celle qui succédera devra faire exactement l'inverse : Exiger avec rigueur le respect de son propre langage formel, tout en développant une écoute sans préjugés pour les préoccupations identitaires et ontologiques de la jeunesse et, pour ce faire, se détacher enfin du paradigme aussi anachronique que confortable des années 1970 - même et surtout si cela signifie risquer héroïquement le conflit avec "l'opinion publique" et les élites politiques.